L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le Héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Nos critiques cinéma

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
ALIN V
Fléau des Héros
Fléau des Héros


Nombre de messages : 8181
Date d'inscription : 30/07/2008

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptyLun 5 Oct 2015 - 16:38

Leviathan a écrit:
Kingsman: The Secret Service. Beaucoup aimé, dans un style très britannique. Sous des aspects de comédie, c'est quand même assez sanglant
Inspiré d'un comics de Mark Millar... (que je n'ai pas encore lu Crying or Very sad )...
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn
Monarque illuminé
Monarque illuminé
Aragorn

Masculin
Gémeaux Cheval
Nombre de messages : 2913
Age : 29
Localisation : Minas Tirith
Profession : Roi du Gondor
Loisirs : Chasser de l'orque
Date d'inscription : 13/12/2008

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptyLun 5 Oct 2015 - 18:15

Leviathan a écrit:

Jurassic World et ai passé un très bon moment. Il aurait pu faire la suite idéale au 1er (d'ailleurs ce sont plus que des clins d'oeil qui sont faits par moments) en oubliant les bouses n¤2 et 3.

Question de goût, je préfère largement le monde perdu à Jurassic world...
Revenir en haut Aller en bas
Warlock
Maître Modo
Maître Modo
Warlock

Masculin
Taureau Cheval
Nombre de messages : 10446
Age : 41
Date d'inscription : 07/03/2009

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptyLun 5 Oct 2015 - 18:59

Aragorn a écrit:

Question de goût, je préfère largement le monde perdu à Jurassic world...

De même, ce Jurassic World ressemble un peu trop au premier dans sa construction. Et niveau casting bof bof, bref j'ai pas spécialement accroché.
Revenir en haut Aller en bas
Eroica
Mentor
Mentor
Eroica

Masculin
Sagittaire Cheval
Nombre de messages : 544
Age : 28
Localisation : Paris
Loisirs : Musique, cinéma, écriture, séries TV,
Date d'inscription : 25/08/2015

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptyLun 5 Oct 2015 - 19:09

Jurassic World accumule quand même pas d'âneries scénaristiques : dinosaure invisible grâce à son ADN de seiche (pourquoi pas un ADN de la planète Krypton histoire d'avoir un dinosaure volant dans JW2 ?), surintelligence au-delà du crédible de l'animal, prime woman courant 1h30 sur 12 cm de talons hauts et chemisier ouvert pour gagner en aérodynamisme (sérieusement ?), gamins horripilants qui font n'importe quoi, méchant ringard, fraternisation idiote du T-Rex et des raptors - et la chaîne alimentaire alors ? - sans parler d'un général manque de rythme. Déçu aussi que le film occulte totalement l'aspect merveilleux, élégiaque, présent dans les premiers films (ce que le thème hymnique de Williams rend bien). Au milieu de cette berezina, j'aurais presque souhaité que Chris Pratt nous refasse son numéro de connard débile de Parcs and recreation. Bon, Bryce Dallas Howard est géniale, son partenaire est bon aussi, et à défaut de savoir écrire plus de 5 lignes sans ineptie scénaristique, Trevorrow filme bien. Reste l'impression d'une déception.
Revenir en haut Aller en bas
http://marlasmovies.blogspot.fr/
Leviathan
Déprimologue autruchien
Déprimologue autruchien
Leviathan

Masculin
Capricorne Chèvre
Nombre de messages : 3655
Age : 39
Localisation : le cul entre deux chaises
Profession : procrastinateur
Loisirs : ça existe ?
Date d'inscription : 12/10/2008

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptyMar 6 Oct 2015 - 11:43

Le méchant n'est pas invisible, il est plutôt capable de se fondre très bien façon caméléon, dans l'environnement. Sinon, il existe déjà des dinos volants  Mr. Green

"Surintelligence de l'animal"... kezako ? On parle de dinos qui ont tous été génétiquement modifiés, même dans le 1er opus. Il n'est pas inconcevable d'imaginer (il s'agit d'une fiction) que les généticiens aient impactés le cerveau reptilien des bestioles et que ces modifs ont eu pour effet de leur donner un premier niveau de compréhension, au niveau d'un clebs par exemple.

Fraternisation idiote ? Mmmhh.... en temps normal, j'aurai dit oui, mais on est encore dans l'optique d'animaux plus évolués qui peuvent faire cause commune pour vaincre le vilain de l'histoire. C'est, après tout, une logique de survie même si les besoins du film font que cela est un poil romancé (et d'façons, les raptors ne ressembleraient pas du tout à ce qu'ils sont si on suit une quelconque logique scientifique).

D'accord avec toi sur la gonzesse. Ça c'est le nimpotnawak du film.

Par contre, tu es un peu dur sur l'absence de merveilleux. Il était impossible d'en faire de même après 4 films sur les dinos. Ils sont connus et archi-connus. C'est même la rousse qui avoue d'entrée qu'il faut toujours trouver de nouvelles attractions pour attirer le public. Faut y voir encore la même critique de la société de consommation et le jusqu’au-boutisme des industriels pour en tirer en max de blé... et inévitablement ça se retourne contre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Dagonides
Maître d'armes
Maître d'armes
Dagonides

Masculin
Nombre de messages : 1172
Localisation : Grand Est
Profession : Roi en Jaune
Date d'inscription : 13/04/2012

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptyDim 17 Mar 2019 - 10:15

_
Nos critiques cinéma - Page 6 Escape10
C'est pas juuuuuuuuuuste !

Escape Game, j'y suis allé faute de mieux pour meubler un aprèm, en pensant tomber sur un jeu de massacre lambda, facilement gore. La scène d'ouverture me donne raison... ou pas : dès la première minute, on voit le dernier concurrent mourir. Comme dans la tragédie, le prologue déclame dès le lever de rideau quelle sera la triste fin. Glaçant. Ici, on est dans la suggestion : pas de sang, mais un gros plan sur un visage hurlant. Habile, Bill.

La suite m'a plu. Les personnages principaux défilent, chacun dans sa routine, plantés en quelques lignes de dial : le requin de la finance, l'épicier alcoolique, l'étudiante douée mais coincée. Enfin quand je dis douée : elle nous présente une loi de Murphy comme relevant de la pure physique, et appelle ça le « zéno-quantisme... » Non mais lol, quoi. Bon, revenons à nos moutons à l'abattoir. Six personnes reçoivent un mystérieux cube qui ne révèle son secret qu'après une série de manipulations. Mais le cube ne s'ouvre pas. Il ne crache son carton d'invitation à l'Escape Game Minos qu'au moment... où on renonce à l'ouvrir. Indice discret du fait que le jeu ne pourra être gagné.

Présentation de 3 persos sur 6, les autres seront découverts au début du jeu : un routier mal barré, une femme stricte, un geek. Equipe multiculturelle issue de toutes les couches de la société, jamais ceux-là ne se seraient croisés IRL. On s'interroge : c'est les Les Dix Petits Nègres, l'un d'entre eux est forcément un traître... Pendant que les héros chercheront des indices sur la sortie, nous on cherchera des indices sur leur identité.

Nos critiques cinéma - Page 6 18127611
Les Labyrinthes Minos. Ils se sont pas trop foulés
pour le nom. (image Allociné)

La règle du genre voudrait une succession rapide de salles, de l'action, des énigmes-prétexte résolues en un clin d'oeil, un rythme endiablé, beaucoup d'hystérie. Le parti pris est complètement inverse. Le réal' prend le temps de poser chaque salle, les joueurs tournent longuement, s'énervent un peu, l'un préfère griller une clope en faisant la tête, ça dialogue... L'angoisse s'instille lentement, induite par des environnements en apparence paisibles - chalet, paysage de montagne, bureau. Alternance de plans larges sur le décor élégant, et de cadrages plus serrés sur chaque joueur en train de fouiller. Comme les héros, on se demande d'où va venir le prochain coup en douce.

La première mort met beaucoup de temps à venir, et elle a pour effet de ressouder l'équipe... temporairement. Les joueurs vont jouer plus coopératif et solidaires, jusqu'au moment où ça craquera. Les salles suivantes vont alors être davantage menées tambour battant, le rythme monte... Et la vraie nature, les petits secrets des uns et des autres commencent à transpirent. Davantage qu'eux ne transpiraient dans la première salle, soit dit en passant !

Les premières salles présentent des énigmes assez analogues à un vrai Escape : boutons, textes à lire, clé ou combinaison pour cadenas. Cela devient plus retors à partir de la fin de la deuxième salle.


Le générique parle d'une carotte d'un million de $,
en fait dans le film c'est 10 000 (plus crédible).

Les dernières minutes vont s'avérer déroutantes et beaucoup s'étirer, dans un souci de contourner les clichés de fin de film d'horreur. J'aurais aimé une fin un peu plus nette et carrée, moins soucieuse de jeter les bases d'une suite.

***
Remarques en vrac...
Arrow Si Allociné ne m'avait pas indiqué que le commis épicier était joué par Logan Miller, l'acteur de Love, Simon, bon sang je ne l'aurais pas reconnu.

Arrow Les acteurs restent lisses, ne saignent pas, ne transpirent pas, ne pleurent pas (même quand ils disent qu'ils le font), ne se salissent jamais. Clairement un parti-pris de réalisation pour se distinguer du survival horror classique.

Arrow La mode des Escape est venue après celle des histoires à la 50 Nuances de Grey. Marque de l'époque, une célébration de la contrainte ? Esthétisation de l'impuissance et de l'échec auxquels la société a abouti après des décennies de foi dans l'avenir ? Contrôler sa vie, ou se laisser contrôler par des tribuns, renoncer, déléguer ? Être spectateur plutôt qu'acteur ? Je ne fais que poser la question. #gynogege

Nos critiques cinéma - Page 6 Giphy

Films dans le même genre qu'Escape Game :
Arrow Cube et Cube Zéro, qu'on ne présente plus et qui valent toujours autant le coup. Oubliez le deuxième opus de la trilogie.
Arrow La Cellule de Fermat, petit film espagnol peu connu mais diabolique. Les énigmes sont nulles mais la relation entre les persos et le déroulé de l'histoire sont top. On croit comprendre que deux des héros entretiennent une relation SM, ce qui confirme ce que je disais ci-dessus sur le "lien" entre la mode des Escape Rooms et 50 Shades of Grey. Et une réflexion courte mais profonde sur les superpouvoirs et les superhéros : préférez-vous être invisible ou voler ? « Pourquoi avez-vous répondu : être invisible ? Ce n'est un pouvoir qui ne peut servri qu'à faire le mal. »
Arrow Exam, un petit film anglais en direct-to-DVD. Les énigmes sont imbitables mais l'esthétique et l'atmosphère valent le coup. Même jeu glaçant et même esthétique du lisse que dans Escape Game. Jusqu'à quels vertiges est-on prêt à aller pour obtenir un poste ?
_
Revenir en haut Aller en bas
Lowbac
Aventurier de l'Infini
Aventurier de l'Infini
Lowbac

Masculin
Poissons Chèvre
Nombre de messages : 11540
Age : 40
Localisation : Angers
Profession : Employé commercial
Loisirs : Lectures, Commerce, Angers Sco
Date d'inscription : 03/01/2011

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptyDim 17 Mar 2019 - 18:00

Bonne critique, mardi j'ai réservé ma séance le soir, temps idéal pour apprécier à sa juste valeur ce petit film Escape prometteur à te lire, de là à l'ériger au même rang que Saw peut-être pas ; (?)

Cube zéro jamais pu le regarder, non diffusé, ou sur des chaînes payantes, s'il s'avère que tu le possèdes intéressé qu'on le regarde ensemble la fois où je viens te visiter mois prochain ; ainsi que La cellule de Fermat.
Revenir en haut Aller en bas
djino
gardien
gardien
djino

Masculin
Gémeaux Chat
Nombre de messages : 342
Age : 44
Localisation : Limousin
Profession : Caméléon (j'ai fait tellement de choses différentes dans ma vie...)
Loisirs : Ma fille, fitness, cuisine, jeux de société, lecture, aromathérapie
Date d'inscription : 08/10/2018

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptySam 7 Sep 2019 - 10:31



S'il est dans la franchise F&F, c'est bien un spin-off et il n'a donc rien à voir avec la série. Il est même plus proche d'un "Expendables" qu'un "Fast & Furious"


Hoobs (The Rock) et Shaw (Statham) doivent s'allier bon gré mal gré pour récupérer un virus mortel et sauver le monde face à un méchant génétiquement modifié et son armée... et ils s'en donnent à coeur joie, se tirant la bourre l'un contre l'autre.

C'est vraiment dans l'esprit des blockbusters américains "à l'ancienne" mélant humour et castagnes.

Bref, film très bien réalisé qui remplit bien sa tâche. Si vous aimez les cocktails humour + bastons bien filmées + scènes d'action je vous recommande vivement. J'ai bien aimé

Mais lol! le coup de l'ascenseur.
Revenir en haut Aller en bas
Regulator
Aventurier
Aventurier
Regulator

Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 10/12/2012

Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 EmptySam 7 Sep 2019 - 12:54

Très fun;j'ai adoré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Nos critiques cinéma - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Nos critiques cinéma   Nos critiques cinéma - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos critiques cinéma
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Juin 2012: Les fleurs de lune de Jetta Carleton - Critiques
» Handpresso® wild - des avis ?
» [Troyat, Henri] Les Semailles et les moissons - Série
» Le Roi des mouches de Mezzo et Pirus
» Canon Rebel T2i / EOS 550D vs Nikon D90 (A)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: La Vie à l'Extérieur de la Taverne :: Cinéma / Tv-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit