La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 45- La tour de la destruction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Requiem
Zombie King
Zombie King
avatar

Masculin
Sagittaire Cochon
Nombre de messages : 11434
Age : 33
Localisation : dans son lugubre manoir
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: 45- La tour de la destruction   Lun 7 Mar 2011 - 20:24

DEFIS FANTASTIQUES

LA TOUR DE LA DESTRUCTION


RESUME :

Alors que vous menez une expédition, le calme glacé de l'hivers qui règne sur les régions polaires que vous habitez est troublé par un phénomène terrifiant. D'où vient-il, ce déluge de feu qui s'abat sur votre village, détruisant tout sur son passage ? Qui commande à ces forces surnaturelles? Comment les arrêter ? celui qui doit répondre à ces questions, c'est VOUS. Et vous apprendrez ainsi que la sphère de feu dissimule un danger plus grand encore un danger qui menace tout Allansia !

_________________



Dernière édition par Requiem le Dim 13 Sep 2015 - 13:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Warlock
Maître Modo
Maître Modo
avatar

Masculin
Taureau Cheval
Nombre de messages : 9933
Age : 39
Date d'inscription : 07/03/2009

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Sam 12 Mar 2011 - 2:10

Un livre que je trouve bien trop sous estimé et trop peu méconnu, qui est pourtant très bon.
Je l'ai toujours apprécié avec son univers froid et glacial, avec pas mal de combats, et une atmosphère hivernale bien rendue, et un scénario plutôt efficace.
La poursuite de la tour volante qui dévaste tout sur son passage est assez efficace, et la meilleure partie du livre, ça donne un coté écolo que j'aime bien, on traverse un paysage polaire et poétique, les descriptions sont comme d'habitude avec Martin magnifiques.
Les combats sont comme souvent avec Martin nombreux, dans mes souvenirs c'est le bouquin ou j'ai le plus combattu, tout pour me plaire donc, la quête est longue et le duel final vraiment captivant avec une jolie bataille finale.
Le palais des glaces à la fin est l'un des plus beaux lieux qui soit, et surement le meilleur passage du livre, rendant une atmosphère triste et mélancolique, les illustrations sont quand à elles très belles, donnant bien le ton au livre et à son univers glacial.
Même si ce n'est pas le meilleur DF j'apprécie vraiment cet opus, à la fois poétique et onirique, et très bien décrit, mais gardant son coté quête dangereuse...

Note : 15/20


Revenir en haut Aller en bas
Francois22
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 25/10/2007

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Mar 29 Mar 2011 - 23:43

L’histoire est très bien raconté, des rebondissements , des descriptions des lieux très détaillés. Alors que nous rentrions chez nous, notre village est carbonisé par une sphère de feu. Nous partons donc à sa poursuite pour nous venger. Cette première partie est plutôt bien rendu avec une gestion du temps important car plus on traîne plus la victoire sera difficile. Ensuite on entame une deuxième phase d’aventure nous menant à une cité de glace. Les descriptions sont superbes et on ressent le froid et la mort régnant dans ce lieu. Au niveau gameplay il faut gérer une autre statique crucial dans ce livre : l’honneur. Sans un bon total d’honneur beaucoup d’objet bonus nous filera entre les doigts. Et autant dire que les bonus sont très important car les nombreux combat difficiles mettent notre vie en danger constant.

Points positifs
-de superbes descriptions
-des rebondissements
-l’honneur
-la gestion du temps


Points négatifs
-on se sent un peu seul par moment
-les énigmes sont parfois difficiles

14,5/20
Revenir en haut Aller en bas
Albatur
Maître de FFT
Maître de FFT
avatar

Masculin
Poissons Tigre
Nombre de messages : 13682
Age : 43
Localisation : Inconnu
Profession : Rien faire (ah mince c'est pas un metier)
Loisirs : ldvelh, jeu de go, genealogie
Date d'inscription : 27/12/2009

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Dim 24 Avr 2011 - 22:06

La encore un DF tres haut niveau avec une bonne histoire et des moments marquants (le palais des glaces est LE passage qui m'a le plus enchanté)
Seul bemol : la difficulté de certaines enigmes (vraiment ardues pour des livres destinées a des jeunes /ados)

Note : 15/20
Revenir en haut Aller en bas
http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Sombrecoeur
Prince des Ténèbres
Prince des Ténèbres
avatar

Masculin
Verseau Rat
Nombre de messages : 5701
Age : 32
Localisation : Neuchâtel, Suisse
Profession : Collaborateur admin
Loisirs : Cinéma, série, lire, écrire, voyages, jeux vidéo
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Sam 9 Juil 2011 - 16:03

Nous arrivons au 45ème livre dont vous êtes le héros, et il faut avouer que depuis quelques temps, nous avons à faire à des livres de bonnes qualités. Est-ce que l’on va continuer sur cette lancée ? Et bien oui et non. Keith Martin, à qui l’on doit les excellents « Vampire du Château Noir » et « Le Sceptre Noir » est aux commandes du livre qui est sujet à la présente critique. Même si « La Tour de la Destruction » est un bon livre, il reste bien en dessous de ce que peut faire Keith Martin. Certes, il est mieux que le Voleur d’Âmes, mais il reste néanmoins moins bien que les deux autres livres susmentionnés. Mais le mieux est de voir pourquoi à travers ma critique. Je vais commencer par les points positifs. Tout d’abord, l’histoire. Dans sa première partie, elle est assez originale car notre premier but est de poursuivre une tour volante, responsable de la destruction du village du héros, et de la mettre hors d’état de nuire. J’entends par original que ce n’est pas une mission très courante dans les Défis Fantastiques et même dans les livres dont vous êtes le héros en général. Par la suite, lors de la seconde partie, la tournure devient un peu plus banale vu que nous devons tuer le méchant sorcier responsable de tous ces carnages. Mais on ne va pas blâmer Keith Martin, car il a su imaginer un boss aussi charismatique que terrifiant, et un combat final palpitant. Concernant l’aventure en elle-même, la première partie (juste avant d’entrer dans la tour de la destruction pour la première fois) reste pour moi la meilleure. L’ambiance polaire est très bien retranscrite, et quelques rencontres intéressantes viennent pimenter ce début d’aventure. (l’ermite et le démon de fumée dans la cabine, la rencontre avec les barbares et celle avec les Fantômes de Glace). Dans la seconde partie, à l’intérieur de la tour, mon passage favori est le combat contre l’Orque Humain Super Champion, ennemi féroce et bien imaginé. Pour terminer, ce que j’ai bien apprécié dans la troisième partie, c’est-à-dire la Citadelle de Glace, c’est le passage où le héros découvre un cimetière elfique complètement dévasté. Ce paragraphe est vraiment très bien écrit, à la fois poétique et surnaturel. Même si cet œuvre n’est pas la meilleure de Keith Martin, celui-ci décrit toujours les scènes avec autant de talent. C’est un auteur dont j’apprécie la façon d’écrire et de narrer les histoires. En parlant d’histoire, celle de ces pauvres elfes massacrés est assez triste, autre bonne idée de l’auteur. On imagine facilement la tristesse, et la haine, que peut ressentir le héros dans ces moments-là. Cependant, je dirai qu’il manque quand même pas mal de moments intéressants pour tenir en haleine le lecteur, car si l’on met les (très) nombreux combats de côtés, il ne reste plus grand-chose pour donner de rebondissement à cette aventure. Et l’aventure est longue, croyez-moi ! Du côté de la difficulté, Keith Martin a su bien la gérer. Bien évidemment, il y a des objets à trouver, mais ceux-ci ne sont pas essentiels pour la réussite de la mission, même si les avoir serait un avantage. D’un côté, heureusement, car les énigmes à résoudre pour obtenir lesdits objets, ne sont pas toujours évident à trouver. Je dirai que la grosse difficulté du livre réside dans les nombreux combats, dont la plupart des habiletés des créatures sont de 8, 9 et 10. Malgré tout ce que j’ai dit de bien pour l’aventure, je trouve quand même que celle-ci s’essouffle lors de la partie dans la Citadelle de Glace. Cette partie se résume à fouiller des habitants, et ça devient vite lassant. On ne parvient plus à trouver cette bonne ambiance polaire et prenante de la première partie, et c’est bien dommage. Concernant les personnages que l’on croise, hormis le boss de fin et l‘Orque Humain, aucun n’est vraiment digne d’intérêt. Au niveau des illustrations, rien à redire, celles-ci sont belles, dommage qu’elles ne rajoutent rien de plus à l’atmosphère du livre. Je déplore aussi le manque de moments intéressants et de scènes mémorables, surtout venant de la part de l‘un de mes auteurs préférés de livres dont vous êtes le héros.
En résumé, un bon bouquin bien écrit et possédant un bon scénario, mais qui manque de quelques rebondissements (à part les combats) et quelques personnages. L’ambiance de la première partie est bien rendue, un peu moins vers la fin, et la difficulté est bien gérée. Malheureusement, peu de scènes retiendront votre attention. Toutefois, contrairement à beaucoup de Défis Fantastiques, « La Tour de la Destruction » nous propose un boss de fin charismatique et une jolie bataille finale.

Note : 15,5/20
Revenir en haut Aller en bas
John Doe
Demon Spawn
Demon Spawn
avatar

Masculin
Scorpion Coq
Nombre de messages : 852
Age : 35
Localisation : Present Day... Present Time...
Loisirs : Lire de la fantasy, écouter du rock, cinéma, BD/manga...
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Sam 1 Oct 2011 - 14:09

La Tour de la Destruction, signé Keith Martin, un des meilleurs auteurs de DF, se passe dans une ambiance hivernale très bien rendue. On a vraiment l'impression de ressentir le climat.
Le point de départ est intéressant : une tour volante détruit notre village (scène à laquelle nous assistons) et on se lance à sa poursuite.
Deux caractéristiques nouvelles apparaissent : le Temps (qui peut rendre la fin de la première partie plus difficile, rien d'insurmontable toutefois) et l'Honneur (qui permet de récupérer quelques objets importants).
On a ensuite le palais des glaces, qui compte quelques bonnes scènes, notamment le passage dans le cimetière elfique.
Durant toute cette partie, l'atmosphère de désolation qui règne est assez prenante.
La toute fin du livre est également réussie :
Spoiler:
 
Malgré tout, le livre m'a laissé insatisfait : beaucoup trop de combats à mon goûts, et trop d'énigmes obscures (dont une incompréhensible en raison de la traduction). De plus, il n'y a pas beaucoup de rencontres qui m'ont vraiment marqué.

Au final un bon petit DF, supérieur à la moyenne et qui mérite d'être fait, mais qui ne compte pas parmi mes DF préférés.

Ma note : 13/20
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elbakin.net/
Bruenor
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Lion Cheval
Nombre de messages : 1390
Age : 39
Localisation : Seine Maritime
Loisirs : LDVELH, Magic, Xbox One, Warhammer 40k...
Date d'inscription : 28/07/2013

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Mer 21 Mai 2014 - 18:52

Je découvre Keith Martin avec ce livre, étant précédé d'une très bonne réputation, je m'attend à un DF assez solide.
La couverture de la Tour de la Destruction est assez intrigante avec donc cette tour qui vole et crache des boules de feu sur un village dans un paysage enneigé.
L'intrigue est assez classique finalement
Spoiler:
 
La qualité de ce livre tient surtout au style de l'auteur qui ne lésine pas sur les descriptions, le jeu est aussi bien développé avec quelques éléments inhabituels comme la gestion du temps et des points d'honneur qui auront une incidence sur le déroulement de l'aventure.
Les illustrations sont dans la moyenne des Défis Fantastiques et on peut regretter le manque de paysages et surtout l'absence totale d'illustrations du Palais des Glaces et de la Tour. Heureusement que les très bonnes descriptions favorisent l'immersion.
Ce livre n'est pas insurmontable mais attention quand même à la difficulté des combats, une habileté de 11 ou 12 est vivement conseillée. Pour l'endurance heureusement Keith Martin est très généreux en repas et autres potions. Un couac quand même au niveau de la difficulté est la présence de certaines énigmes quasiment infaisables (dont une non traduite mais ça ce n'est pas de sa faute)
J'ai passé un très bon moment à la poursuite de cette tour et seuls quelques petits défauts viennent un peu baisser sa note.
Un autre point concernant ce livre, j'y ai vu plusieurs références (volontaires??) à La Légende de Drizzt de R.A Salvatore comme la statuette du jaguar (une panthère dans Drizzt), les elfes noirs ou la sphère d'obcurité qui est un sort très utilisé dans les Drizzt par les elfes noirs.

les + :
les descriptions
aventure de longue haleine et prenante
l'honneur et la gestion du temps

les - :
certaines énigmes
manque de PNJ

nombre de tentatives pour le réussir : 4
difficulté : 70% (note ne tenant pas compte des énigmes dont j'ai du aller chercher les solutions sur le forum)

note : 17/20
Revenir en haut Aller en bas
Damohl
Bouche du Néant - Fils du Vide
Bouche du Néant - Fils du Vide
avatar

Masculin
Verseau Tigre
Nombre de messages : 993
Age : 42
Localisation : Mont de l'Etoile
Profession : Enseignant
Loisirs : Lecture, écriture, théâtre, jogging
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Sam 11 Oct 2014 - 17:47

Personnellement, au sujet de cet opus, je ne serai pas aussi emballé que les critiques ci-dessus.

Lecture faite, je le trouve terriblement « livingstonien », ce qui est le comble pour un Keith Martin, censé justement se démarquer des travers de Ian Livingstone.

D’une part, en raison des multiples combats inévitables avec des adversaires plutôt retors (habileté généralement comprise entre 8 et 10) il ne faut pas espérer en arriver au bout sans commencer avec des caractéristiques quasi maximales. (Même avec 11 en habileté, ça reste selon moi trop aléatoire, en dessous ça devient infaisable.)

D’autre part, il s’agit d’un OTP déguisé, car pour survivre au combat final contre un démon aux caractéristiques de malade, il est impératif (sans compter la chance aux dés) d’avoir exécuté toute l’aventure selon un cursus bien précis, afin d’avoir rassemblé absolument tous les objets / potions / sortilèges / informations permettant de booster ses caractéristiques et de vaincre. Cet impératif restreint considérablement la prétendue liberté d’action proposée par certains passages.

En outre, et cette dimension m’évoque fâcheusement Livingstone, tout écart par rapport au « chemin idéal » est sèchement sanctionné par des pertes de points, des combats difficiles, des objets inutiles ou nuisibles, pour bien souligner au lecteur son fourvoiement, alors que les choix adéquats apportent automatiquement, outre les items indispensables au succès, leur lot de bonus en points et en équipement.

Exemple : dès le début, vous quittez le village sans avoir porté secours aux blessés.

Spoiler:
 

Autre exemple : vous abandonnez dans la Sphère Aliadès à son sort ?

Spoiler:
 

Quel acharnement, alors que justement, ces mauvais choix sont déjà presque synonymes d’échec.

Le pire, et à mon avis le plus symbolique finalement, est l’ultime confrontation avec Zéverin, car quel est l’objet qui permet de vous en sortir ?

Spoiler:
 

Je trouve que cette tendance entrave la jouabilité, en semant de pétales de rose le chemin à suivre, et en faisant de toute incartade une vallée de misère. Au niveau du gameplay, je trouverais plus retors (et donc plus intéressant) de brouiller les pistes, en rendant moins évidente la possession des items essentiels, et en jalonnant les mauvais passages de divers avantages ostensibles mais pas indispensables. Voilà qui obligerait l’aventurier à réfléchir, à revoir ses plans, à essayer toutes les voies alternatives, même les moins prometteuses, à ne pas se ruer sur le premier bakchich venu. (Le genre d'algorithme qui fait justement de La Créature venue du Chaos un chef d’œuvre.)

Enfin… je ne m’acharnerai pas non plus. J’ai apprécié l’ambiance polaire et démoniaque, la division de l’aventure en plusieurs épisodes ayant chacun leur charme (oui c’est un livre de glace et de feu). Les pérégrinations dans ce Palais de Glace si bien décrit constituent un point d’orgue, et l’affrontement final a bien tenu ses promesses en matière de suspense. J’ai été vaincu à deux reprises, et de si peu !^^ La troisième fois, je priais en lançant les dés, et durant la fuite ultime, j’étais en pleine immersion : comme j’ai craint qu’un bloc de pierre ne réduise à néant mes derniers points d’endurance et ne me fasse tout reprendre depuis le début ! Mais je m’en suis sorti, et quel délice, que cette échappatoire en

Spoiler:
 

tandis que la tour s’écrase apocalyptiquement à flanc de montagne. Il faut noter en outre que le paragraphe 400 n’a rien de bâclé, et l’aventure s’achève, ce qui n’est pas commun, par

Spoiler:
 

Un mot encore sur les énigmes qui semblent avoir donné du fil à retordre à plus d’un. Pour les chiffres, j’ai trouvé tout de suite, mais j’avoue qu’après m’être acharné sur les horloges, j’ai regardé la solution, et j’ai regretté de ne pas l’avoir trouvée moi-même car elle n’est pas si difficile, du moment qu’on réalise que
Spoiler:
 
Pour la partition, j’ai lorgné le premier mot, ensuite c’est allé tout seul.

La gestion de l’honneur apporte en effet un plus, mais celle du temps me fait figure de remplissage, car un voyage trop long vers la sphère ne vous grève que de quelques combats supplémentaires, alors que se hâter se révèle fatal.

Donc, un DF divertissant, mais plombé par les défauts du genre, qui à mes yeux se hisse tout juste au-dessus de la moyenne.

Note : 12/20
Revenir en haut Aller en bas
titipolo
Chevalier
Chevalier


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 02/07/2013

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Dim 2 Nov 2014 - 19:19

Voici un nouveau livre de Keith martin dont j’ai toujours aimé voire adoré les aventures. Il me tardait de m’y mettre et d’en faire la critique. Après les excellents « le vampire du château noir «  et « le sceptre noir », qu’allait il faire ? Ben cette fois, ce sera plus decevant. Enfin pas totalement bien sûr mais encore une fois, ce livre aurait été meilleur en roman qu’en livre-jeu.
Scénaristiquement, c’est l’aventure qui m’a le plus passionnée après « La créature venue du chaos ».
Spoiler:
 
Avec un tel scénario, je ne vois pas de raison de ne pas mettre la note maximale


Concernant la jouabilité, c’est en revanche une déception. En dehors du fait que l’auteur ne sait pas équilibrer les règles alors que des monstres ont une habileté très élevée, c’est quasiment un OTP. Le seul moyen de réussir est de choisir le meilleur parcours pour avoir les bons objets au bon moment. Bon point en revanche au niveau des règles, on peut choisir à un moment de sacrifier un point de chance pour augmenter notre résultat aux dés. Si on peut lui reprocher de s’être éloigné des autres livres sur ce point, moi je lui reproche de ne pas l’avoir fait pour tous les tests de chance. C’est cet exemple que tous les auteurs auraient dû suivre. Bon point d’avoir rajouté des points d’honneur même si un test négatif est fatal et quasiment synonyme d’échec de l’aventure. Le temps n’est pas vraiment très utile d’autant plus que ce n’est pas très clair. On ne sait pas si dans telle situation, on doit rajouter un point ou non. L’auteur aurait du le gérer lui-même. Les énigmes sont absolument abominables. Si quelqu’un a compris cette histoire d’aiguilles d’horloges et de partition sans avoir regardé la solution, je lui tire mon chapeau. Même desfois des enigmes où il faut convertir des noms en lettre sont assez pénibles (je pense à l’exemple du nombre d’ailes de l’oiseau de glace). Pour utiliser un objet, il faut se rappeler du nom de la personne qui nous l’a donné ou qui était le propriétaire, chose dont on ne se souvient pas forcément. Enfin un reproche dit plus haut dont je reviens ici : alleluia, enfin un auteur qui nous dit qu’il n’est pas possible de revenir à un endroit après l’avoir visité (cf le palais des glaces). C’est dommage qu’il n’ait pas suivi cette logique lors du passage dans la sphère.


Une durée de vie tout à fait raisonnable d’autant plus que l’aventure est palpitante.


Une cohérence parfois en défaut sur des situations :
Spoiler:
 

Je trouve les que illustrations ne sont pas top honnêtement. Mis à part la couverture qui est accrocheuse, le reste ne suit pas. Où est l’illustration du palais des glaces ? Bouh ! C’est dommage. Par contre, les descriptions sont superbes et comme dit plus haut, on se régale lors du passage du palais des glaces où plonge parfaitement dans l’ambiance. On voit que l’auteur a travaillé chaque paragraphe et si on devait comparer cet épilogue par rapport à « le mercenaire de l’espace », « le sorcier de la montagne de feu » ou « la forêt de la malédiction » (pour ne citer d’eux mais il y en a beaucoup d’autres), ceux-ci auraient très mal.

Note :15.5/20


Dernière édition par titipolo le Mer 24 Fév 2016 - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karam Gruul
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Scorpion Serpent
Nombre de messages : 622
Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Sam 24 Oct 2015 - 20:05

Après le Sceptre noir, Keith Martin revient donc avec ce livre au premier abord assez intrigant: on est censé affronter une sphère de feu, puis ensuite une tour volante, la fameuse tour de la destruction qui donne son nom au livre.
Deux règles additionnelles viennent s'ajouter à celles des Défis Fantastiques: le temps et l'honneur. Par contre, ces règles ne sont pas autant exploités qu'on pourrait l'attendre. Le temps n'intervient que dans la première partie du livre, et trop tarder ne conduit qu'à des combats supplémentaires. Quant à l'honneur, s'il est un peu plus exploité, c'est surtout que les paragraphes où on peut gagner des points d'honneur sont souvent également ceux où on obtient des objets et bonus divers.
Les combats, quant à eux, sont assez difficiles, et une habileté de 10 au minimum est nécessaire pour ne pas avoir à compter trop sur la chance. De plus, il y a de nombreux tests de chance, donc cette caractéristique aura souvent tendance à fondre comme neige au soleil. C'est pourquoi il vaut mieux éviter de s'éloigner trop du chemin voulu par l'auteur, au risque de manquer certains objets quasiment indispensables.
Pour en finir sur la jouabilité, le milieu du livre est émaillé d'énigmes particulièrement retorses, d'autant plus qu'elles sont plombées soit par des problèmes de traduction, soit par des confusions de l'auteur, ainsi que par des dispositif anti-triche à base de conversions lettres-nombres (sachant que parfois, l'auteur n'indique même pas qu'il faut noter telle ou telle information).
Pourtant, la lecture est agréable, notamment en raison des différents lieux à explorer (nature enneigée, sphère de feu, re-nature enneigée, palais des glaces, tour), la plupart du temps bien décrits. Notamment, le passage central du palais des glaces est le point fort du livre, avec son aspect onirique et mélancolique, ses diverses rencontres, et sa grande liberté d'exploration (même si au final, il vaut mieux explorer les différentes parties dans un ordre précis).
Quant au voyage pour retrouver la sphère de feu, puis le palais des glaces, il est assez agréable de par les rencontres qu'on peut y faire (magicien, barbares...) et les descriptions de qualité, ce qui est une bonne surprise quand on a lu d'autres livres se déroulant dans un cadre nordique/montagneux, comme Les Grottes de Kalte ou Frankenstein le maudit.
En résumé, La Tour de la destruction est un bon livre, même s'il manque un peu d'originalité (il s'agit comme souvent d'aller tuer un sorcier qui veut asservir le monde), qui vaut par ses descriptions et le passage marquant du palais de glace (un des meilleurs passages des défis fantastiques), mais qui pêche par certaines énigmes très difficiles.
Note: 16/20
Revenir en haut Aller en bas
http://musicovore.skyrock.com
macbeth
Fantassin
Fantassin
avatar

Masculin
Vierge Singe
Nombre de messages : 61
Age : 37
Localisation : Grenoble
Profession : Prof
Loisirs : Wargames divers, surtout Warhammer et Warhammer 40.000
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   Ven 19 Fév 2016 - 19:06

La Tour de la Destruction est un livre sous-estimé je trouve.

C'est un livre que j'ai lu assez tôt à l'époque, et c'est vrai que après des bouquins aussi simplistes que le Sorcier de la Montagne de Feu ou la Citadelle du Chaos, il m'avait impressionné.

L'histoire est assez prenante tout d'abord, car il ne s'agit pas d'un bête Kill the Sorcerer mais bien d'une vengeance. On part à la poursuite de cette boule de destruction sans vraiment savoir où l'on va ou ce que l'on pourchasse.
Plus on en apprend sur notre adversaire, plus on se rend compte des enjeux, et c'est quelque chose d'appréciable.

L'ambiance polaire est bien rendue. On évolue dans un décors enneigé qui est bien exploité, et vu qu'il n'y a pas tant de Dfs dans cette atmosphère, eh bien je trouve cela rafraîchissant, sans mauvais jeu de mot. Mention spéciale au palais de glace à la fin, qui est particulièrement bien géré. On sent vraiment la patte de Keith Martin, avec cette place centrale à partir de laquelle on explore le terrain.

Tout ça pour dire, c'est un bon livre, qui ne révolutionne pas le genre, mais auquel je mettrais un bon :

14/20
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 45- La tour de la destruction   

Revenir en haut Aller en bas
 
45- La tour de la destruction
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 45- La tour de la destruction
» La Tour de la Destruction
» Tour du monde en voilier
» Tour 3: Orcs & Gobelins contre Elfes-Noirs
» Impact de foudre sur la Tour Eiffel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Livres dont Vous êtes le Héros :: Critiques :: Défis Fantastiques-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit