La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 12- Le mercenaire de l'espace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Requiem
Zombie King
Zombie King
avatar

Masculin
Sagittaire Cochon
Nombre de messages : 11434
Age : 33
Localisation : dans son lugubre manoir
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: 12- Le mercenaire de l'espace   Lun 7 Mar 2011 - 21:52

DEFIS FANTASTIQUES

LE MERCENAIRE DE L'ESPACE


RESUME :

Au-dessus de votre planète se dessine l'ombre inquiétante du vaisseau spatial, le Vandervecken. A son bord, Cyrus, le savant dément, se prépare à soumettre votre monde à ses effroyable expériences. Il n'y a plus un instant à perdre : les autorités ont fait appel à la Guilde des Mercenaires de l'espace pour mettre un terme aux sombres machinations de Cyrus, et c'est VOUS qui avez été choisi pour mener à bien cette mission. Vous allez devoir vous introduire dans le Vandervecken, un univers de pièges diaboliques, pour y affronter Cyrus et les créatures qui le protègent.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Aragorn
Monarque illuminé
Monarque illuminé
avatar

Masculin
Gémeaux Cheval
Nombre de messages : 2903
Age : 27
Localisation : Minas Tirith
Profession : Roi du Gondor
Loisirs : Chasser de l'orque
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Mar 8 Mar 2011 - 15:43

Pour sa première contribution à la série Défis Fantastiques, Andrew Chapman ne choisit pas la facilité puisque Le Mercenaire de l’Espace nous emmènera, comme l’indique son titre, dans l’univers de la Science Fiction. Il s’agit là d’un sentier peu battu puisque seul Jackson s’y était aventuré, et avait échoué.
Mais même si l’aventure se déroule dans l’espace, le scénario n’échappe pas aux clichés : il s’agit une nouvelle fois de terrasser un méchant savant caché dans son vaisseau-forteresse. A cette occasion, quelques nouvelles règles vont entrer en jeu : concernant les désintégrateurs, armures spatiales et autres gadgets futuristes. Elles sont dans l’ensemble plutôt bien ficelées et apportent un intérêt supplémentaire à la lecture.
Car ladite lecture va justement manquer cruellement d’intérêt. Le Vandervecken, le vaisseau du méchant, n’est rien d’autre qu’une version SF du Sorcier de la Montagne de Feu, l’effet de surprise en moins et le manque de vie en plus. Le vaisseau est en effet immense et très, très vide. On progresse de couloirs en couloirs, de salles en salles, sans rencontrer, la plupart du temps, le moindre PNJ ou même adversaire. Cela se ressent évidemment sur l’ambiance, qui est d’une pauvreté remarquable. Au bout d’une dizaine de paragraphes, tout intérêt s’est éteint dans l’œil du lecteur. On poursuit l’aventure uniquement pour voir comment elle se termine et en espérant naïvement des rebondissements qui n’arriveront jamais. Les très rares rencontres n’apportent pour la plupart rien au héros et aucune n’est originale. Quand aux ennemis, quand il y en a, ce ne sont que des robots de base, sans la moindre description. Pour en terminer avec ce tableau peu élogieux, signalons que le paragraphe final fait trois lignes et comprend trente trois mots et que les illustrations sont très laides.
Pour ce qui est des (rares) points positifs ou des passages originaux, il va être assez difficile d’en trouver. Citons un passage dans une grande jungle (oui, dans un vaisseau spatial) assez inattendu mais complètement inutile et limite illogique (on a plus l’impression que l’auteur a tenu à caser un moment d’héroïc fantasy pour soulager les amateurs de Défis Fantastiques « classiques »), quelques passages vaguement intéressants (une poursuite dans un monde virtuel ou une salle remplie de sphères noires) et un combat final assez surprenant, bien que trop court. Mais c’est très, très insuffisant pour faire apprécier le livre.

Pour en terminer avec ce livre, parlons de la difficulté. Elle est dans l’ensemble bien dosée. Le livre est relativement facile au niveau des combats, vu qu’il n’y en a quasiment aucun, et est très non linéaire, son unique point positif. Pas d’objet indispensable en conséquence ni d’informations obligatoires. Mais, à côté de cela, les PFA sont assez nombreux et parfois très injustes.

Bref, vous l’aurez compris, le Mercenaire de l’Espace est à mes yeux le plus mauvais opus de la série jusqu’ici. L’aventure est courte, d’une fadeur inouïe et manque, de surcroît, cruellement d’originalité. Un livre à éviter, même pour les amateurs de Science Fiction.

Note : 8/20
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9516
Age : 45
Localisation : Recherche Yavanna...
Profession : Dieu des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables, Maître des Terres d'évasion.
Loisirs : Reprendre du désert...
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: LE MERCENAIRE DE L'ESPACE   Sam 12 Mar 2011 - 0:45

Un Donjons et Dragons ou une partie d'Oeil Noir version "space" (sans jeu de mots). Un immense vaisseau, véritable ville flottante où le héros doit trouver le méchant, un scientifique fou amateur de manipulations en tous genres. Le gros problème, c'est qu'il n'y a pas grand monde dans ce vaisseau : par moments, on a l'impression de visiter un appartement témoin... Les rares rencontres n'ont rien de marquant non plus.
Des générations de lecteurs attendent toujours qu'on leur explique ce que fait cette jungle, ces falaises et ces étendues d'eau à l'intérieur du vaisseau... L'auteur lui-même le sait-il ? On peut en douter.
Un bon moment : un "jeu" grandeur nature où l'on se retrouve dans un chasseur au cours d'une partie de cache-cache mortel assez réussie.
Heureusement, les illustrations sont superbes, même si Cyrus ressemble plus à Billy IDOL qui aurait mis les doigts dans la prise qu'à un savant fou et démoniaque...
Bref, c'est vraiment pas terrible...
8/20
Revenir en haut Aller en bas
Warlock
Maître Modo
Maître Modo
avatar

Masculin
Taureau Cheval
Nombre de messages : 9934
Age : 39
Date d'inscription : 07/03/2009

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Sam 12 Mar 2011 - 1:45

Voila un livre que j'ai toujours défendu, non pas que je le trouve extraordinaire, mais plutôt plaisant. Même si il est plutôt simpliste il a toujours été (malgré tout) mon ldvelh de science fiction préféré, sans doute pour son coté exploration dans un lieu mystérieux et non détaillé, du style un saut dans l'inconnu.
Mais aussi je l'apprécie pour ses nombreux combats ainsi que pour l'originalité du bestiaire et des rencontres, notamment la créature aux multiples bras armés d'armes toutes différentes, ce qui est plutôt original.
Le nom du vaisseau le Vandervecken a un coté belgo/néerlandais sympathique, ça change du XV210W23, et son exploration sans être transcendante recèle quelques moments savoureux, comme la rencontre avec le robot doré philosophe.
L'intérieur du vaisseau est assez troublant, notamment cette immense jungle et ce monde tellurique, sorte de dimension parallèle, on y tourne en rond assez longtemps, mais comme j'aime l'exploration ça passe, même si ça peut être déroutant, les illustrations sont assez réussies, un bon point la dessus.
Par contre le combat final contre Cyrus s'avère plutôt rapide et expéditif, sans être le meilleur DF c'est un bouquin que j'apprécie.

Note : 13/20


Dernière édition par Warlock le Ven 7 Oct 2011 - 19:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milos
seigneur de guerre
seigneur de guerre
avatar

Masculin
Lion Cheval
Nombre de messages : 1947
Age : 39
Localisation : Rouen
Profession : Aventurier
Loisirs : Jeu de role, gamebooks, bodybuilding
Date d'inscription : 06/05/2006

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Sam 12 Mar 2011 - 10:48

12ème volume de la série Défis fantastiques, le Mercenaire de l’Espace marque l’entrée en lice de l’excellent Andrew Chapman.
Pour ce coup d’essai l’auteur a choisi un univers qu’il affectionne tout particulièrement : la science fiction. On y incarne un mercenaire spécialisé dans la traque des hors la loi de l’espace.
Le résultat hélas ne sera pas tout à fait à la hauteur des espérances. L’introduction est classique, sobre et rapide : nous sommes d’amblée plongés dans l’ambiance qui nous emmènera à l’intérieur du vaisseau ennemi afin d’y défaire le redoutable savant fou Cyrus.

Mes premiers sentiments sont partagés : des difficultés à se plonger dans l’aventure, pourtant les descriptions sont assez précises mais certains «détails» trop gros pour être réalistes (mais que vient donc faire une jungle dans un vaisseau spatial ?) et ce ne sont pas les illustrations de Geoffrey Senior (somme toute très bonnes !) qui parviennent à relever le niveau car les situations sont rapidement répétitives. L’aventure est tout de même intéressante. D’une part l’originalité est de mise (combat spatial simulé, nombreuses énigmes…) ce qui n’est pas pour me déplaire, d’autre part le parcours est varié et chose rare : non linéaire.

Conséquence de cette variété, l’aventure est très courte et les rencontres peu nombreuses, comme en témoigne le nombre ridicule de personnages. En fouillant bien, nous trouvons Cyrus bien sur (dont on sait très peu de choses soit dit en passant..), le pilote-machine (dont la conversation ne dépasse les trois phrases) ainsi que quelques techniciens ou prisonniers.. c’est pauvre, très pauvre.
Les combats sont relativement nombreux et guère difficiles. Nul besoin d’être un virtuose du pistolet laser pour pouvoir s’en sortir, c’est assez rare là aussi pour être signalé. Le bestiaire n’est pas surprenant pour un livre de science ficttion (à l’exception de certains passages).
Il est à noter que nous disposons et composons un solide équipement dès le départ de la mission : autre bonne idée. Le duel final contre Cyrus est classique, sans plus.

La durée de vie de l’ouvrage, nous le voyons, est relativement limitée. Mis à part quelques mort-subites, l’ensemble ne devrait pas freiner un vieux briscard. La fin en outre est véritablement bâclée.
En résumé, nous retrouvons une mission classique qui regroupe une foule de bonnes idées mais à l’instar des autres DF de sa branche : mal exploitées. Avec un peu plus de rigueur je suis certain que le mercenaire de l’espace aurait pu être une référence dans la matière. Il devrait tout de même ravir les amateurs du genre, les autres passeront peut être leur chemin.

Intérêt : 12/20
Difficulté : 67%
Revenir en haut Aller en bas
le Zakhan noir
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Bélier Tigre
Nombre de messages : 1360
Age : 43
Localisation : Aubervilliers
Profession : devantunordinateurucien...
Loisirs : foot, jeux sous toutes leurs formes, ciné, beuveries, chaleur humaine
Date d'inscription : 23/02/2011

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Jeu 17 Mar 2011 - 15:15

Le mercenaire de l'espace
Erf, salut une fois ! Je suis le mercenaire de l’Espace Ernest van Broot, de Bruxelles. Je me faisais un peu chier à manger des frites dans une baraque paumée de la galaxie, alors j’ai décidé de me faire un petit contrat, vite fait.

En effet deux fois, le gouvernement de la planète Nonante m’a contacté pour me dire qu’il y avait une espèce de botaniste perse complètement marteau, Cyrus, qui cultivait des macaques nains et des bonsaï géants dans son gros vaisseau de guerre, qui porte le même nom que mon garagiste : Van Der Vecken.


Alors, bon, j’y suis allé trois fois…
Et c’était meveilleux ! Plein de couloirs métalliques, des gauche droite en veux-tu en voilà, des robots partout partout, un vrai donjon du futur mon pote !

Et attends quatre fois… tu sais pas le mieux ? C’est qu’à un moment je tombe dans un toboggan bizzare et zffzziouuu, me voilà arrivé dans une jungle avec des falaises, des fleurs carnivores et la secte de ceux qui veulent ressembler à des œufs de Pâques ! J’ai cru que Bébert m’avait salé mes frites avec de la coke, mais non, non, c’était vrai. C’est génial, j’ai pu faire une carte, allez douze fois au nord, cinq fois à l’est, comme au bon vieux temps, quand j’avais une épée et une lanterne !
En plus, là aussi, c’est rond comme la Terre, l’est et l’ouest finissaient par se rejoindre !
Quand je suis sorti, cinq fois, ben, j’ai affronté d’autres robots, puis j’ai fini par tomber sur Cyrus, qui ressemblait un peu à David Bowie croisé avec Albert Einstein. Il m’a proposé du vin… mais j’ai vu l’embrouille, on me la fait pas à moi nom d’une Leffe ! Alors il s’est énervé et il a voulu faire comme Sigourney Weaver dans Aliens, avec son sarcophage de combat…
Mais je l’ai toasté !
Puis je suis arrivé à la fin ! Et je suis rentré chez moi bouffer plus de frites…

Intérêt : 06/20
Difficulté : 38% (ou, si c’est la difficulté à comprendre pourquoi vous avez acheté ce livre : 96%)
Revenir en haut Aller en bas
Francois22
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 25/10/2007

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Dim 20 Mar 2011 - 22:44

les df dans l’espace sont rarement réussi est celui ci ne fait pas exception. Rien de bien transcendant en effet. Pas beaucoup de passage marquant, Cyrus est un boss peut présent et on le bat facilement. Pas de personnage secondaire intéressant. Le livre n’est pas tres difficile est plusieurs chemins mènent à la victoire. Mais la faible qualité de l’ensemble ne donne pas envie de recommencer l’aventure


Points positifs
-Le choix d’équipement
-Peut etre gagner à la loyal

Points négatifs
-un vaisseau bien vide
-incohérence dans la structure du vaisseau
-Paragraphe de fin ridicule
5/20
Revenir en haut Aller en bas
AllezAu14
Champion
Champion
avatar

Masculin
Nombre de messages : 363
Localisation : Village de la Pierre qui Mue
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Lun 21 Mar 2011 - 0:13

Ce livre est mésestimé. Pourtant, je le trouve original. Son système de jeu, avec ses différentes armes, constitue une évolution plausible du système des Défis Fantastiques qui peut être reprise. En effet, face à des adversaires, on peut leur tirer dessus au laser, leur balancer des grenades ou des charges d'anti-matière. Ces dernières sont excellentes pour un nettoyage par le vide !

Je pense que le livre pâtit de ce que l'auteur, pour planter son univers, a dû s'inspirer de livres de science-fiction (ou autre) dont les références nous restent obscures. Cherchons à en décrypter quelques unes.

Le nom du vaisseau, Vandervecken, évoque le vaisseau fantôme du XVIIIe siècle, le Hollandais Volant, dont le capitaine aurait pu s'appeler Van der Decken. Dès lors, l'impression de vide est explicable : on est bel et bien dans un vaisseau spatial fantôme, dont les règles défient toute logique. Cyrus semble n'avoir que peu d'autorité sur l'équipage, constitué de micro-sociétés indépendantes les unes des autres.

La jungle au milieu du bâtiment me fait irrésistiblement penser à la salle des hologrammes de Star Trek Next Generation, où l'équipage vient se délasser en revivant une situation du passé, en général le XXe siècle. Les deux œuvres ont dû avoir la même inspiration.
De même, on pénètre à un moment dans une salle d'opération, où on tombe sur un homme dont les bras sont remplacés par des tentacules. Si mes souvenirs sont exacts, l'homme en se réveillant dit "Tuez-moi" comme le clone raté de Ripley dans Alien IV Resurrection ! Là encore, je suis sûr que les inspirations sont les mêmes.

Dans une salle, on voit l'ordinateur du vaisseau, qui avec ses mémoires à bandes, correspond aux films des années 60, peut-être à celui de l'Enterprise de Star Trek, original.

Dans une autre salle, on est entraîné dans une simulation de tank, allusion limpide à Tron.

D'autres références restent indéchiffrables, comme par exemple, le robot raisonneur, et trop intelligent pour obéir à Cyrus (clin d'œil à Asimov ?) ou l'Expéditeur Multidimensionnel facétieux qui nous débarrasse des adversaires moyennant un paiement - exorbitant - en armes et équipements.

Au vu de tout cela, il est bien évident que tout cela se fait aux dépens du scénario, inexistant. Un certains nombres de rencontres n'apportent d'ailleurs rien et sont à éviter. En revanche, le livre est facile. Aucun objet et aucune connaissance n'est nécessaire pour arriver au bout. Il a donc une bonne durée de vie, puisqu'on peut le refaire plusieurs fois en explorant tous les recoins du vaisseau.

En conclusion, ce livre est littéralement un OVNI. Il fourmille de bonnes idées mal exploitées, mais, tout comme La Forêt de la Malédiction, constitue une halte entre deux entre deux one-true-path ; qui plus est, une halte qui change du monde moyen-âgeux habituel.

Note : 10/20
Revenir en haut Aller en bas
segna
Suceur de Sang
Suceur de Sang
avatar

Masculin
Lion Serpent
Nombre de messages : 1133
Age : 40
Localisation : Une sombre traboule...
Profession : Testeur
Loisirs : chant + percus
Date d'inscription : 26/10/2004

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Lun 9 Mai 2011 - 13:44

Première participation à la série pour Andrew Chapman. Il s'agit de la deuxième incursion de la série dans l'univers de la science-fiction. L'auteur met en place un système de règles intéressant, notamment la notion de combinaison protectrice et la variété des armes proposées, un système que je trouve ensuite plutôt bien exploité, par rapport à son prédécesseur, La Galaxie Tragique.

La mission est simple : infiltrer un vaisseau spatial géant pour mettre la main sur Cyrus, le savant aux plans diaboliques.

Il y a pas mal d'objets intéressants à trouver dans ce livre, mais l'exploration est autant gratifiante que mortelle, et c'est un aspect que je trouve assez frustrant. Concernant l'ambiance, j'ai trouvé que le Vandervecken sonnait un peu creux, peuplé uniquement de robots épars et de quelques sentinelles. Il y a quelques situations très étranges, notamment un passage assez curieux à la surface d'une mini-planète aménagée dans le vaisseau. Globalement, je dirais que c'est un livre un peu à part, dont l'ambiance peut dérouter plus d'un lecteur. Quelques énigmes jalonnent ce livre, compensant le nombre de morts subites qu'on ne voit vraiment pas arriver.

Enfin, précisons que, une fois de plus, les personnages peu habiles sont désavantagés. En clair, en dessous de 9, un aventurier aura les plus grandes difficultés à survivre à l'aventure : les attaques des robots et des ennemis adverses sont souvent très puissantes et peuvent faire descendre très vite le niveau d'Endurance.

Pour résumer, je dirais qu'il s'agit d'un livre à part, avec une ambiance très particulière, qui risque de déplaire à pas mal de lecteurs. A part ça, les itinéraires et les actions sont assez variés pour intéresser un lecteur qui apprécie ce genre d'ambiance feutrée. A noter quelques difficultés du côté des morts subites et des combats.


Gameplay : faible
Part des stats et du hasard : moyenne
Difficulté : moyenne
Replay value : excellente

Note : 15/20
Revenir en haut Aller en bas
http://traboule-segna.fr
Sombrecoeur
Prince des Ténèbres
Prince des Ténèbres
avatar

Masculin
Verseau Rat
Nombre de messages : 5701
Age : 32
Localisation : Neuchâtel, Suisse
Profession : Collaborateur admin
Loisirs : Cinéma, série, lire, écrire, voyages, jeux vidéo
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Sam 28 Mai 2011 - 11:08

Voici ce que l'on peut appeler un livre sans prétention, à réserver uniquement pour les personnes appréciant les histoires se passant dans l'espace. L'histoire est courte et pas très intéressante car assez linéaire (d'ailleurs, vers la fin du livre nous pouvons nous retrouver dans un passage qui se situe au début du livre), tout se résume à couloir/porte/ennemis. Il est possible de sortir hors des corridors pour se retrouver dans une vaste lande étendue (à l'intérieur d'un vaisseau !). L'histoire ne tiendra pas beaucoup en haleine d'autant plus que le boss final est simple à éliminer. Il n'y a qu'à voir le chapitre final qui ne contient que 3 ou 4 lignes. Dérisoire… Les deux points positifs sont l'armement et le combat. Il est possible aussi de manipuler un vaisseau le temps d'un jeu assez bien foutu. Les combats, peu nombreux, ne vous poseront pas de problèmes. L'ambiance est assez présente mais l'auteur aurait pu faire mieux, heureusement que les illustrations sont encore d'assez bonne facture.
En résumé, un livre qui ne restera pas gravé dans les annales et vous pourrez facilement vous en passer (sauf pour les amateurs de science-fiction). Ennemis peu recherchés et incompétents, boss nul, peu d'événements marquants, etc.

Note : 10/20
Revenir en haut Aller en bas
ashimbabbar
Délivreur des Limbes
Délivreur des Limbes


Masculin
Balance Tigre
Nombre de messages : 1920
Age : 43
Localisation : pont fortifié de Kookaryô
Profession : archiviste
Loisirs : draguer Minako Ifu, quêter Shangri-La…
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Mer 13 Juil 2011 - 22:03

Une bonne ambiance de vaisseau fantôme dans lequel on s'infiltre, le doigt sur la gâchette, aux aguets…

Une possibilité de sélectionner son équipement très intéressante…

Différents types de combats qui obligent à repenser ses réflexes de joueur de DF… ainsi le fight contre la horde de robots H: 7 E:2, des adversaires risibles selon les règles habituelles, très dangereux selon les règles de tir, et qu'une bonne grenade devrait tous neutraliser…

L'idole vivante, qui mérite une mention à elle toute seule…

Cyrus aussi est un boss qui n'est pas dépourvu d'intérêt, plus que Zagor ou Zanbar Bone en tout cas, je dirais qu'il fait jeu égal avec Balthus; dommage seulement que le combat final soit assez dépurvu d'intérêt. Il aurait fallu lui donner une valeur d'armure à lui aussi…

Bref: de loin le meilleur des DF de SF ( il est vrai que la barre n'est pas haute )


Note: 14/20
Revenir en haut Aller en bas
Albatur
Maître de FFT
Maître de FFT
avatar

Masculin
Poissons Tigre
Nombre de messages : 13682
Age : 43
Localisation : Inconnu
Profession : Rien faire (ah mince c'est pas un metier)
Loisirs : ldvelh, jeu de go, genealogie
Date d'inscription : 27/12/2009

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Ven 14 Oct 2011 - 20:15

Un livre qui ne m'a pas laissé de grands souvenirs et pourtant je l'ai relu l'an dernier. On s'ennuie ferme dans ce vaisseau et ce n'est pas le paragraphe de fin qui vous rejouira tant il est minable lui aussi.

Un DF basé sur une bonne idée de départ mais qui est mal foutu.

Note : 07/20
Revenir en haut Aller en bas
http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Karam Gruul
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Scorpion Serpent
Nombre de messages : 622
Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Dim 16 Oct 2011 - 14:04

Voilà un livre que j'avais lu une seule fois il y a une bonne dizaine d'années, et qui m'avait marqué par son vide intersidéral (c'est le cas de le dire). L'ayant trouvé récemment sur une brocante pour compléter ma collection, c'est plus par acquit de conscience que je me suis résolu à le relire, en essayant d'y trouver quand même quelques qualités.
Tout d'abord, le contexte relativement original dans les ldvelh de la science-fiction ne peut pas cacher le fait qu'on a là affaire à un simple "kill the sorcerer", il est vrai futuriste.
Un "kill the sorcerer" n'est pas forcément une bouse infâme, mais là, le livre souffre quand même de nombreux défauts. Tout d'abord la sensation de vide: peu de personnage marquants, des adversaires aussi variés que des robots, des robots et encore des robots, sans plus de descriptions que cela, sans parler de la difficulté qui consiste essentiellement à éviter des pfas particulièrement injustes. Il n'y a en effet aucun objet indispensable, aucun code, et les combats sont faisables même avec des statistiques relativement faibles (les adversaires ayant pour la plupart une endurance ridicule). Mention spéciale pour le combat final qui est à peu près aussi insipide que le reste.
Cela dit, le livre parvient néanmoins à éviter l'échec total. Tout d'abord, les règles sont intéressantes avec deux systèmes de combat (armé et à mains nues), avec des armes aux effets divers. De plus, il y a une limite au nombre d'objets que le héros peut transporter avec lui, règle qui fait cruellement défaut à certains livres. Ensuite, un certain nombre de situations sont assez marquantes, même si on peut regretter qu'elles n'apportent rien dans la mesure où l'aventure peut se terminer sans aucun objet. Je ne vais pas les citer pour ne pas spoiler, mais si en soi, elles sont intéressantes puisqu'elles importent dans les ldvelh des idées venues de la sf, elles sont surtout frustrantes puisqu'au final, elles n'aident pas le héros. Pour finir sur les points positifs, notons la non-linéarité qui augmente la durée de vie, ou plutôt qui l'augmenterait s'il n'était pas aussi insipide.
Un livre tellement insipide que même le paragraphe final de trois lignes ne parvient pas à choquer, mais qui est quand même sauvé par une bonne jouabilité, et quelques situations intéressantes.

Note: 10/20
Revenir en haut Aller en bas
http://musicovore.skyrock.com
AqME
Zombie Superstar
Zombie Superstar
avatar

Masculin
Poissons Rat
Nombre de messages : 4707
Age : 33
Localisation : Saint Paul Trois Châteaux
Profession : professeur des écoles
Loisirs : JDR, musique, Jeux vidéos etc....
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Mer 18 Jan 2012 - 20:03

Avant de commencer toute critique acerbe de ma part, je dois bien avouer que je ne suis pas un fan absolu de la science-fiction. Néanmoins, comme c'est un style qui fait appel à l'imaginaire, j'espère un jour trouver LE film ou LE livre qui me réconciliera avec ce genre. Donc, vous l'aurez compris, le mercenaire de l'espace ne m'a pas forcément enchanté et pour tout dire, je me suis même ennuyer en le faisant. D'ailleurs, je m'y suis repris à deux fois tant le livre me tombe des mains à chaque fois que je le commence. Mais faisons dans les choses dans l'ordre. En effet, une fois le livre terminé, j'ai de suite appelé Andrew Chapman pour savoir ce qui lui était passé par la tête pour écrire un livre comme ça et je suis tombé sur le SAVSAC (Service Après vente de Secours d'Andrew Chapman). Voici la reconstitution téléphonique.

SAVSAC: Bonjour, vous êtes bien au service après vente de secours d'Andrew Chapman. Si vous voulez savoir quand l'auteur a eu l'idée d'un tel scénario, faites le un, si vous voulez comprendre certaines choses du livre, faites le 2, si vous voulez avoir des informations sur l'illustrateur, faîtes le 3, si vous voulez insulter Andrew Chapman, faîtes le 4.

Vous avez choisi de savoir le moment exact de l'écriture du scénario, pour confirmer votre choix, taper dièse.

Bruit de foule, verres qui s'entrechoquent, musique country en fond

Andrew Chapman: Oh, les mecs, z'ai une idée de malade, mais vraiment de malade, hips! On pourrait faire l'histoire d'un mec qui doit chercher un autre mec, hips!, sauf que la méchant, hips, il est dans un vaisseau tellement grand, ben, qu'il sait pas qu'il est recherché, hips, et puis toi tu zerais seul à te balader dans un grand vaisseau, et même que le vaisseau, il est tellement grand, qu'on pourrait y mettre un grand jardin qui ressemblerait à la république Dominicaine, hips, et que si tu tombes dedans, ben t'es dans la merde, et puis on mettra des hommes carottes et des écureuils sans poils, hips, et puis le méchant, il s'appellera Cirrhose, euh, non, pourquoi six roses, six russes, c'est mieux, hips, euh non, Cyrus, ça sonne mieux, hips... Oh putain, c'est trop fort, Ian prête moi un bout de nappe pour que je m'en rappelle demain, et ressers une bibine tu veusx bien! Hips!

SAVSAC: Si vous voulez comprendre certaines choses du livre, faîtes le 2, si vous voulez avoir des informations sur l'illustrateur, faîtes le 3, si vous voulez insulter Andrew Chapman, faîtes le 4.

Vous avez choisi les choses obscures du livre, pour confirmer votre choix, taper dièse.

Un réveil sonne et un grognement est émit

Andrew Chapman: Roooh le mal de crâne! Tiens mais qu'est-ce que j'ai sur le front, on dirait un bout de nappe. Qu'est-ce que que cette merde!? Faut que j'appelle les copains pour savoir ce qu'il en est!
Allo, Ian, c'est quoi cette histoire d'homme carotte et de mercenaire? QUOI! J'ai fait ce pari débile! T'es sûr que si j'écris cette histoire et que je la publie, la Grosse Irma me montre ses seins! Bon, je me mets au boulot! Bon alors qu'est-ce que j'ai écrit de lisible sur ce bout de papier. Méchant Cyrus, je suis un mercenaire, homme carotte, gyrix, putain je ne sais même plus ce que c'est! Mais bon, ça sonne comme un rongeur ce truc là! Un robot philosophe, des trous noirs qui s'écarte quand on les frôle, ça, ça symbolise toutes les femmes qui m'ont évitées hier au soir, des écureuils sans poils, mais c'est dégueulasse... Putain, qu'est-ce que je vais faire.... Allez, pense aux nichons de la grosse Irma, pense pense pense!

SAVSAC: Si vous voulez avoir des informations sur l'illustrateur, faîtes le 3, si vous voulez insulter Andrew Chapman, faîtes le 4.

Vous voulez savoir qui est l'illustrateur, taper dièse pour confirmer.

Monsieur Livingstone à monsieur Chapman: Tu sais vieux, pour faire un bon LDVELH, il faut un bon illustrateur, mais pour ton histoire, c'est assez délicat, je ne sais pas si quelqu'un voudrait paraitre dans cette histoire, même pour les seins de la grosse Irma. Bon écoute, je vais essayer de te trouver quelqu'un. Mon oncle, connait le fils du neveu d'un de ses potes de travail et il est dans le délire ecstasy post new-age, mais il a du talent et je ne pense pas que de dessiner un homme carotte lui sois répudiant. Je te tiens au jus mec!

SAVSAC: Si vous voulez insulter Andrew Chapman, faîtes le 4.

Désolé, cette opération a été annulée à cause d'une trop grande demande.
Désolé, cette opération a été annulée à cause d'une trop grande demande.
Désolé, cette opération a été annulée à cause d'une trop grande demande.
Désolé, cette opération a été annulée à cause d'une trop grande demande.
Désolé, cette opération a été annulée à cause d'une trop grande demande.

Bon plus sérieusement, un scénario bateau, des endroits intéressants qui ne sont pas à explorer, un méchant aussi charismatique que le fils de Geneviève de Fontenay, pas de moments marquants et surtout pas d'énigmes intéressantes.
Au final, un livre ennuyant...

Note: 07/20
Revenir en haut Aller en bas
Gagadoth
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Gémeaux Singe
Nombre de messages : 683
Age : 25
Localisation : Asturyan
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Mer 20 Juin 2012 - 16:04

Plus fort que Obi-Wan Kenobi, plus fort que Terminator plus fort Tintin sur la lune voici...le mercenaire de l'espace. Dès l'introduction, le ton est donné: nous incarnons un super mercenaire initié à pas moins de 27 arts martiaux différents, avec une super combinaison de la mort et des supers armes de la mort bien entendu. Sa mission? Aller capturer Cyrus le vilain scientifique psychopathe qui veut dominer le monde dans son vaisseau spatial de la mort qui tue. Admettez que comme scénario on a déjà vu mieux.

Notre super mercenaire va donc se promener dans les couloirs du vaisseau spatial, en ouvrant toutes les portes au hasard "Coucou, Cyrus, où es-tu? Je viens te chercher!
en autre, le mercenaire pourra rencontrer de nombreux robots, des hommes rats et pourra même se balader dans une sorte de jungle avec ravins, cascades et tribus indigènes. Oui oui, le vaisseau spatial de Cyrus est vraiment plein de surprises! Vive la biodiversité spatiale! Cyrus n'est peut être pas si fou que ça finalement.

Après 15 minutes montre en main, on déniche Cyrus "Te voilà canaillou?"
Que fais Cyrus? Il propose de discuter avec lui, de faire une partie de cartes...pourquoi pas! Bref, le but est quand même de lui coller une dérouillée, non? Ceci fait, direction le paragraphe 400. Trois phrases! Le paragraphe 400 fait trois phrases, 4 lignes, et 33 mots exactement. Comme c'est gratifiant, tiens!

Bref, je ne vois rien à sauver là-dedans, même pas les illustrations. D'ailleurs, Cyrus ressemble plus à un clown qu'a un savant démoniaque, comme ça a sans doute déjà été dit.

Le nanar intergalactique dans toute sa splendeur!

Ambiance générale/ qualité de l'écriture: 0/5 (couloir, porte, robots, couloir, porte, robot, jungle tropicale,couloir, porte, Cyrus...)

Originalité du scénario: 1/5 (plus simple que ça, tu meurs...)

Rapport facilité/difficulté: 1/5 (quelques pfas cruels mais c'est tout. Presque tous les adversaires sont des quiches!)

Illustrations/ Couverture: 2/5 (c'est laid et Cyrus me fait encore rire, c'est dire!)

Total: 4/20
Revenir en haut Aller en bas
Wor
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 659
Age : 33
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Ven 18 Jan 2013 - 19:14

12ème Défis fantastiques, Le mercenaire de l'espace nous propose un univers futuriste, en fait l'exploration d'un vaisseau spatial afin de capturer son chef qui menace de conquérir une planète.

Le scénario de ce livre est donc très basique, là n'est pas le point fort de ce livre. Il s'agit sinon d'une exploration de donjon assez classique, sauf que là cela se situe dans l'espace.
Quelques règles ont été ajoutées par rapport aux autres Df. On peut ici utiliser des armes à feu, il y a donc une règle de combat pour les combat a mains nues (la règle habituelle des Df avec assauts simultanés), et une autre pour les combat au tir, avec assauts alternés. On peut aussi choisir entre plusieurs armes au début de l'aventure et on dispose d'une combinaison permettant d'absorber un certain nombre de coups.
Tout cela est assez bien employé au cours de l'aventure, ce système de jeu tient la route.

L'exploration de ce vaisseau n'est pas si mal, il y a pas mal de lieux variés, quelques situations assez originales, comme l'envoi du héros dans une dimension parallèle à un certain passage. L'auteur a fait un effort dans les descriptions, notamment dans les personnages ou les adversaires rencontrés (souvent des robots), mais tout cela manque un peu d'âme, de rythme, de souffle épique. On a défois un peu du mal à rentrer dans le livre, ce n'est pas comme La planète rebelle qui est passionnant d'un bout a l'autre. Même si ce vaisseau spatial est assez cohérent en définitive, on a quand même une impression globale de vide, de pauvreté littéraire.
De plus il est regrettable que vers la fin du livre il y est énormément de morts subites très injustes, alors que tout le reste du livre était facile, ne donnant pas trop envie de tout recommencer à chaque fois pour trouver le bon chemin, le livre n'étant pas assez bon pour motiver de nombreuses relectures.

Au final un DF de science fiction moyen, un système de jeu correct, un scénario très basique, et une exploration de donjon pas mal mais pas transcendante.

Note: 10/20

.
Revenir en haut Aller en bas
aumonier
gardien
gardien


Masculin
Poissons Cheval
Nombre de messages : 317
Age : 39
Localisation : Sannois (95)
Profession : Emploi adminstratif
Loisirs : Football ; Ciné/Télé
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Lun 3 Juin 2013 - 2:12

Au sein des Défis Fantastiques, il existe une petite catégorie qui se démarque des autres, celle des récits de Science Fiction. Mais si le thème est la principale différence apparente, il s'avère souvent à la lecture que la différence se situe aussi dans la qualité. Dans mon souvenir, les divers récits de Science Fiction n'étaient pas formidable. A force, je les avais même exclus de mon cycle, me focalisant plutôt sur les aventures Heroïc Fantasy. Aucun récit de SF ne m'apparaissait comme vraiment passionnant. D'ailleurs, quand j'ai essayé de me remémorer ces divers livres, certains ne me revenaient même pas en tête. Celui dont je me souvenais le mieux était probablement "Le mercenaire de l'espace". Mais il m'a fallu m'y replonger, dix ans après ma lecture, pour savoir exactement ce que j'en penserais avec mon regard d'aujourd'hui. La conclusion est malheureusement la même que la plupart des autres lecteurs. Ce livre n'est pas très bon.

La première remarque que je me suis fait à la lecture est que, dans sa construction, sa mise en situation, ce livre se rapproche beaucoup des récits classiques que je rencontre dans les LDVELH. Oh certes, il est bien question d'un vaisseau spatial, de pistolet laser, de robots. Mais globalement l'intrigue est proche des autres. Je suis un héros dont on sait peu de choses, qui doit entrer dans le repaire d'un tyran très dangereux pour le neutraliser. Pour celà, on entre d'un coté, on traverse l'ensemble du bâtiment (dans un vaisseau, contrairement à une grotte sous la montagne, il doit pourtant y avoir plusieurs entrées), on tue une bonne partie de ceux qu'on croise, et on finit par tuer le boss. Cette fois le boss est Cyrus, qui succède notamment à Balthus, Zagor et Zanbar. C'est donc cette quête du boss à éliminer qui m'avait fait me souvenir de ce livre, j'y avais une mission similaire aux autres à accomplir. Mais une fois cette analogie établie, celà nuit paradoxalement au livre. Car à coté des autres qui ont parfois émerveillé la série des Défis Fantastiques, celui-ci n'est pas fameux.

L'histoire n'est pas très étoffée. Non seulement on se retrouve à devoir faire le job habituel (éliminer un super méchant dans sa base), mais on s'ennuie un peu en cours de route. Beaucoup de portes à ouvrir, de choix droite-gauche, de combats pas super durs mais répétitifs (des robots par dizaines), une longue séquence dans un désert vraiment désert (deux rencontres sur plus de 25 paragraphes totalement vides). Le danger est faible (peu de paragraphes mortels avant l'emballage final), on ne se sent pas au coeur d'une mission périlleuse, plus dans une exploration basique d'un lieu qui nous est inconnu.

il y a pourtant de l'originalité dans ce que l'on rencontre. Ca commence par les robots, qui ne sont pas nos adversaires habituels (mais bon, un robot ou un farfadet, quelle différence dans un combat avec Habileté/Endurance ?). Ca se matérialise un peu plus avec les règles de combat diversifiées. On peut combattre avec ou sans arme, et selon l'arme employée les dégâts sont plus ou moins grands. Cela devient vite plus intéressant, plus original. Ca se ressent enfin avec les diverses scènes croisées. Des sas, des machines, des bombes, des rayons, le coté science de la science fiction jaillit par à-coups et c'est assez agréable.

Mais il y a aussi quelques idées assez bizarres, qui plombent un peu l'ensemble. Certains pièges sont un peu nases (c'est le mot qui me vient), je pense notamment au vide-ordure ou à l'auto-destruction du vaisseau, que l'on peut déclencher négligemment en bougeant un levier dans une pièce pas spécialement protégée ou matérialisée. Pas très crédible, on sent la volonté de l'auteur de nous faire des PFA, des paragraphes mortels, mais l'imagination n'est pas au rendez-vous. De manière générale les paragraphes ne sont pas souvent soignés. Si l'auteur prend le temps, à un moment, de nous décrire en détail les règles d'un mini-jeu sur plus de deux pages, il nous pond aussi une majorité de paragraphes vides (allez à l'est au tant, à l'ouest au tant, au sud au tant ou au nord au tant), y compris, et beaucoup l'ont déploré avant moi, le paragraphe final, ou c'est tout juste si on est content d'avoir réussi. Certaines rencontres sont peu probantes (l'auteur a t'il un truc précis contre les rongeurs ? on en croise plein), voire risibles (un valet décrit comme ayant une tête en forme de carotte ?).

Les illustrations ne sont pas non plus les meilleures que l'on ait vu. Certaines donnent l'impression d'être un peu bâclées (la chauve souris remplit péniblement la moitié de la page), d'autres n'apportent rien (les modules alignés, quel intérêt ?). Il n'est pas responsable de ce que l'auteur écrit, mais l'illustration du méchant à tête de carotte n'est pas non plus utile, ça participe encore à décrédibiliser encore cet opus qui n'en avait pas besoin. Geoffrey Senior n'a contribué qu'une seule fois aux livres édités chez Folio, celà se comprend car sur ce livre il n'a pas fait forte impression.

Au final un livre qui ne se démarque pas assez des trames d'Heroic Fantasy croisées usuellement, qui du coup souffre de la comparaison en terme de plaisir rencontré lors de la quête, qui n'exploite pas assez le coté futuriste/scientifique qui devrait le caractériser et qui recèle deux ou trois passages nuisibles à son image. Le nouveau venu Andrew Chapman, qui rédigera deux autres opus par la suite, rate son entrée en matière. Après Steve Jackson, qui n'avait pas réussi son opus spatial dans "La galaxie tragique", c'est déjà le deuxième échec dans le genre. A se demander si la SF et les LDVLEH sont faits pour aller ensemble. Et pourtant, une poignée d'autres tentatives suivront.


Ma note : 10/20
Revenir en haut Aller en bas
titipolo
Chevalier
Chevalier


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 02/07/2013

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Mar 2 Juil 2013 - 19:43

Le mercenaire de l'espace. Vous incarnez un personnage envoyé par les autorités pour mettre hors d'état de nuire Cyrus un savant fou.

Avant tout il n'y a pas grand chose à dire sur ce livre. L'accroche est quasiment inexistante. Lorsque j'ai aappris que j'allais explorer un vaisseau, j'étais ravi. J'ai malheureusement bien vite déchanté. La plupart du décor comporte des couloirs souvent vides et répétitifs.

Le scénario est très cliché et ressemble à du déjà vu. Et puis quand on voit l'épilogue, on voit que c'est du travail bâclé comme si l'auteur avait voulu se dépêcher de le terminer.

La jouabilité est trop simple. Tous les adversaires sont facile à battre et même Cyrus ne fait pas le poids. Il n'y a qu'à quelques moments où il faut faire les bons choix sous peine de mourir mais c'est tout.

La durée de vie est quand à elle trop courte mais comme on n'accroche pas, c'est finalement sans importance.

Un conseil: passez votre chemin.

Note: 5/20  


Dernière édition par titipolo le Mer 24 Fév 2016 - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Napalm
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin
Vierge Chèvre
Nombre de messages : 132
Age : 38
Localisation : Tours
Profession : Colporteur
Loisirs : Bien trop nombreux pour un honnête homme.
Date d'inscription : 28/09/2013

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Dim 6 Oct 2013 - 0:13

Un livre de Sf qui se démarque du reste des DF mais n'apporte, au fond rien de bien nouveau: le mercenaire surarmé a un arsenal archi-classique qui n'exploite guère les bonnes idées de la Sf déjà existantes (j'aurais plus vu un ninja ou un assassin impérial de 40 000 bardé de gadgets): combinaison, maigre pistolet laser, grenades défensives, mouais...
Il y a quelques séquences un peu surréalistes comme celle où vous vous retrouvez prisonnier d'une sorte de simulateur d'arcade pour faire du combat de modules: rigolo mais totalement perpendiculaire à l'intrigue (pourtant, l'auteur s'est fait suer à rédiger un petit système de règles spéciales).
Le vaisseau qui s'annonce comme une menace est un peu vide, moi qui jouais à l'époque à "Space crusade", très stressant avec ses extra-terrestres en surnombre. Il y a bien quelques séquences rigolotes comme la rencontre au détour d'un couloir avec les créatures chargées de faire le ménage et qui s'improvisent défenseurs du vaisseau (au lieu de donner l'alerte, les andouilles^^). Mais bon, ce Df ne brille ni par son ambiance ni par son originalité. A ne conseiller qu'aux fans de Sf et encore.

NOTE: 9/20
Revenir en haut Aller en bas
http://comtedoutreplan.canalblog.com/
Antares
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Féminin
Scorpion Rat
Nombre de messages : 2571
Age : 21
Localisation : Titan City
Profession : Etudiante au Monastère Kaï
Loisirs : Ecouter du métal et coiffer des poneys
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Sam 20 Sep 2014 - 13:41

On retrouve dans Le Mercenaire de l'Espace les mêmes forces et faiblesses que dans Les Trafiquants de Kelter, du même auteur et dans le même thème.

Côté positif, les mécanismes de jeu avec le choix de l'équipement, le score d'armure ou encore les règles de combat armé, mettant en avant la puissance de destruction du matériel à disposition.

Ainsi qu'une certaine originalité dans les créatures rencontrées, même si parfois cela touche un peu au ridicule...

Côté négatif, l'écriture plate et sans saveur. Le Vandervecken, le vaisseau flamand, est une réplique de la Montagne de feu recouverte d'un épais vernis futuriste: sas plutôt que portes, coursives métalliques plutôt que couloirs pierreux, robots plutôt que peaux-vertes, savant fou plutôt que sorcier.
Les PNJ sont sans relief et une multitude de sections sont juste des changements de direction.
Il y a quelques bonnes idées mais Chapman est inapte à les intégrer harmonieusement dans son récit: il en ressort un fouillis indigeste pour le lecteur.

L'ultime combat, avec une scénarisation digne de Balthus, aurait pu donner un affrontement grandiose. Hélas, l'auteur nous laisse sur notre faim et conclue trop brièvement son opus.

Passant à côté de l'exploitation prometteuse de ses idées, Chapman livre un spaceship-crawling pauvre en émotions et dont le principal mérite est de se révéler facile.
Note: 10/20
Revenir en haut Aller en bas
Phooey
Aventurier
Aventurier


Masculin
Vierge Cheval
Nombre de messages : 166
Age : 39
Localisation : Yvelines
Loisirs : Guitare et rock 'n roll
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Jeu 28 Avr 2016 - 17:22

Bon clairement, ce n'est pas un grand livre et je ne reviendrais pas sur ses défauts (sauf un) qui ont été largement soulignés. Il a cependant des qualités :

Tout d'abord, l'armement qui oblige à repenser les combats et offre une approche originale des ennemis. Une grande habileté n'est plus synonyme de mort assurée si l'endurance de l'ennemi est peu élevée.
Les grenades et les charges d'anti matières sont très sympas aussi.

Ensuite, si il est vrai que certains PFA sont particulièrement injustes
Spoiler:
 
beaucoup sont assez sympas et originaux.

On constate aussi un effort (un peu raté c'est vrai) de cohérence dans le vaisseau. On retrouve des éléments lié au background de l'histoire.
Spoiler:
 
Certes c'est un peu fouillis et parsemé de trucs improbables au milieu mais bon, on en a vu d'autres.

Je m'insurge aussi contre une ou deux critiques qui ont été faites :

Il y a quelques illustrations correctes et interessantes. Pas toutes c'est vrai mais quand même.

Concernant cette histoire de jungle et plaine à perte de vue, je comprends mal pourquoi cela en choque certains. je suis un grand amateur de SF et le thème d'un monde terraformé dans un vaisseau spatial est relativement courant dans la litterature du genre.
Rien qui ne me choque. Si on est prêt à accepter l'existence de magie en heroic fantasy, je ne vois pas pourquoi on accepte pas une technologie considérablement développée en SF.

Reflexions qui m'amènent à me demander quelles ont été les references de Chapman pour écrire son histoire.
Il y a certaines references cinématographiques, quelques concepts littéraires empruntés au genre mais la plus grosse interrogation m'est venue en repensant à certains éléments après lecture :
Spoiler:
 

Ces cas, et sans doute quelques autres, m'ont indéniablement fait penser dans l'esprit aux Monthy Pythons et encore plus au guide du voyageur galactique de Douglas Adams. Cela à un côté loufoque assez croustillant mais seulement si c'est voulu.
Est ce un humour volontaire ou bien une erreur d'appréciation de Chapman ?
C'est peut être bien voulu car on retrouve aussi de légères traces d'ironie dans certains PFA.

En tout cas, même si il n'est pas d'une grande facture, il reste interessant sous certains aspects, ce qui le sauve d'une note en dessous de la  moyenne à mes yeux.
Et puis, rien que pour l'expulseur multidimensionnel...

Ma note : 10.5/20

EDIT du 18/05/16 :
Après quelques DF de plus dans ma besace, je repensais à ce DF et je trouve ma note trop severe, il y a quand meme de très bons elements, je revise donc ma note :

12/20
Revenir en haut Aller en bas
Bruenor
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Lion Cheval
Nombre de messages : 1390
Age : 39
Localisation : Seine Maritime
Loisirs : LDVELH, Magic, Xbox One, Warhammer 40k...
Date d'inscription : 28/07/2013

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Mar 13 Sep 2016 - 10:10

Un DF de Science-Fiction d'Andrew Chapman, j'avais déjà fait Les Trafiquants de Kelter et le résultat ne m'avait pas transcendé, loin de là.
Dans Le Mercenaire de l'Espace il y a quand même plus de bonnes choses, le vaisseau du savant fou étant le prétexte à des rencontres et des salles extravagantes. Le système de jeu est sympa également avec l'armement à choisir en début de partie. Quelques références à des classiques de SF sont dispersées ça et là.
Malheureusement ces bonnes idées ne sont pas suivies d'une écriture sans faille. Beaucoup de paragraphes sont courts (4 lignes pour le paragraphe de victoire, record battu?), la fin est complètement bâclée et sans saveur là où justement l'auteur aurait pu laisser une bonne dernière impression au lecteur. Le summum de l'inutile et de l'ennui étant le passage sur une planète inintéressante où on se borne à choisir entre 4 directions jusqu'à trouver la sortie.
Les illustrations sont elles par contre à la hauteur et on découvre avec bonheur quelques habitants du vaisseau. La difficulté serait très faible sans quelques PFA injustes.
Un DF se science-fiction qui ne réussit pas à décoller à peine sauvé par un bon système de jeu et quelques bonnes idées.

les + :
vaisseau original
illustrations
système de combat et équipement

les - :
fin bâclée
aventure courte et beaucoup de paragraphes light

nombre de tentatives pour le finir : 5
difficulté : 60%

note : 10/20
Revenir en haut Aller en bas
Vicabouc
Apprenti
Apprenti


Nombre de messages : 25
Localisation : quelque part en Bretagne
Loisirs : jeux vidéos, lecture de romans fantastiques
Date d'inscription : 26/07/2017

MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   Dim 3 Sep 2017 - 20:19

Space assassin, nommé le mercenaire de l'espace pour ne pas heurter la sensibilité des parents, est un des rares DF à tenter le space opera.

Dans ce livre, on incarne un « mercenaire » qui doit infiltrer le vaisseau d'un savant fou qui cherche à envahir le monde natal de l'assassin. L'auteur, Chapman, n'est vraiment pas doué pour immerger le lecteur dans le récit. J'ai vraiment eu l'impression de me balader dans un vaisseau immense, vide et mal gardé.

Spoiler:
 

Ce livre n'a pas grand chose de mémorable. Pas bon, pas mauvais, il est juste moyen. Il va probablement rester prendre la poussière dans ma bibliothèque.

POINT FORT :
- Pas très difficile

POINTS FAIBLES :
- Peu de descriptions
- Pas de moments forts
- Un vaisseau en apparence vide.

Note : 9/20
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 12- Le mercenaire de l'espace   

Revenir en haut Aller en bas
 
12- Le mercenaire de l'espace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 12- Le mercenaire de l'espace
» Le Mercenaire de l'Espace
» LDVELH non linéaires
» OST Dragon Ball Z : Les Mercenaires de l'espace
» Mot de passe espace adhérents passeports annuels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Livres dont Vous êtes le Héros :: Critiques :: Défis Fantastiques-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit