L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le Héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL

Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10605
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : Dieu des voyageurs, souverain d'Atalis, Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Tout, passionément.
Date d'inscription : 14/03/2009

La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL EmptyMer 9 Mar 2011 - 22:46

PRETRE JEAN
LES ADORATEURS DU MAL


La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL 05_adorateurs_mal

Une fois Babylone dépassée, vous chevauchez vers l'Orient mystérieux. Des indications vous ont donné la route à suivre : celle de l'Inde aux mille secrets. Mais votre quête ne progresse pas, et vous vous découragez. Alors, sans que le motif vous en soit connu, un incroyable tourbillon de mort et de désastres se déchaîne autour de vous ! Découvrirez-vous la clé de l'énigme de la secte qui adore les puissances du Mal ?
Revenir en haut Aller en bas
Albatur
Maître de FFT
Maître de FFT


Masculin
Nombre de messages : 14417
Date d'inscription : 27/12/2009

La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: Re: La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL EmptyMar 29 Mar 2011 - 22:38

Aaah enfin j'ai pu lire ce fameux tome 5 dont les cotes sur la bay et autres depasse la raison.

Déja il est plutot bon, dans ce tome on se retrouve avec une arme sacrée qui ne nous attire que des ennemis puisque tout le monde veut nous tuer : les vilains adorateurs du mal afin de la recuperer et les "gentils" qui eux veulent nous tuer a cause du blaspheme que represente notre possession de cet arme.

Une scene dans ce livre est culte pour moi. le §78 et 444
Spoiler:
 

Le recit est toujours aussi bien construit que les autres tomes et c'est avec une petite pointe de regret qu'on ferme le livre en pensant qu'il n'y a jamais eu de tome 6 -7 et 8...

Note : 15/20
Revenir en haut Aller en bas
ashimbabbar
Délivreur des Limbes
Délivreur des Limbes


Masculin
Balance Tigre
Nombre de messages : 1950
Age : 45
Localisation : pont fortifié de Kookaryô
Profession : archiviste
Loisirs : draguer Minako Ifu, quêter Shangri-La…
Date d'inscription : 15/02/2009

La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: Re: La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL EmptySam 23 Avr 2011 - 14:18

Pour dépoussiérer ce que j'écrivais il y a 6 mois…

Le Prêtre Jean, ayant trouvé la tablette de Babylone, s'est mis en route sans plus emprunter de raccourcis spatio-temporels, mais à pied et à cheval, tout bonnement, jusqu'au Pays des Vaches Sacrées. Il s'attendait a continuer ainsi sans problèmes jusqu'en Chine ? Grave erreur…

La reconstitution que nous offre ce volume est sans doute moins historique que celle de Babylone, mais aussi bien moins de documents utilisables sont parvenus jusqu’à nous.
Kasi ( Kâshi en fait, mais on ne va pas être pointilleux ) était effectivement alors une puissante et riche cité où Shiva était le dieu principal. En revanche, outre qu’il semble que le titre de maharaja n’ait pas été en usage alors, il est bien évident que son souverain ne se nommait pas Rabindranath. Nous savons que l’action se déroule très probablement encore sous le règne de Nabuchodonosor: à cette époque le souverain de Kâshi serait sans doute Kritakshana roi de Vatsa qui peu après notre visite serait vaincu et détrôné par Mahâkoshala ( de son vrai nom Kamsa ? ) lequel intégrerait Kâshi dans son royaume de Koshala et la donnerait à gouverner à son fils aîné Prasênajit ( pâli: Pasenadi ), bien attesté par les textes bouddhiques et jaïns. En effet, personne ne nous parle d’une telle conquête, ce qui serait un minimum si elle avait eu lieu…
De même on conçoit mal qu’une jeune femme noble de Kâshi s’appelle Roxanne: même si le royaume du Gandhâra ( en gros, la moitié nord du Pakistan ) incluait le sud-est de l’Afghanistan jusqu’à la grande expédition orientale de Cyrus, on a peine à croire à une telle ‘influence culturelle’ iranienne avant l’époque achéménide.
En revanche, au-delà du gag facile ( la Headline’s touch… ça ne se discute pas… ), que le premier ministre se nomme Moulouji n’est pas en soi choquant, -ji étant un suffixe exprimant le respect ( Gandhiji… )
Tant que nous sommes dans les noms et au chapitre des gags, signalons le cornac Pagel le Capricieux: avec le Monrock des Mines et l’ahuri à lunettes qu’on rencontre dans la Tour de Babel, les private jokes vont bon train.

Signalons aussi le grand retour du § inatteignable, où on vend notre âme au Méphistophélès de Fritz Lang ( beurk, à mon humble avis )

Outre le fait qu’il s’agit du n°5 de la série, il y a assez de bonnes scènes pour en faire un LDVH intéressant à jouer. Je pense à la bataille ÉNORME dans la taverne… à l’apparition de l’Asoura Bhoutapati si nous somme assez malheureux pour devoir l’affronter, à la Danse des Squelettes…

Dans la logique de la quête, c’est un pur excursus: les adversaires que nous rencontrons sur notre chemin ne sont pas des obstacles vers notre but, mais une histoire totalement adventice, et si elle ne s’était pas produite notre traversée de l’Inde aurait été aussi dépourvue d’incident que .
La conséquence, c'est que nous sommes très guidé: sous l’apparence de la liberté offerte par l’histoire et des ramifications de l’aventure, les auteurs font tout pour vous ramener dans la trame. Mention spéciale au
Spoiler:
 

Le tome ne comporte que 465§: on voit que l’inspiration se tarit. Et cela également au niveau de la qualité: là où les Mystères arrivaient à créer l’impression d’une ville grouillante de vie où nous errions, Kasi fait bien plus le-décor-de-l’aventure, sans beaucoup de personnalité.
Le livre réussit cependant à nous faire partager l’ahurissement du PJ devant un pays aux coutumes ébouriffantes, au point qu’il en vient à remettre en cause certaines de ses certitudes; et de se sentir le jouet de forces qui le dépassent ( et plus prosaïquement de vouloir tout laisser tomber et quitter cette ville de fous ). C’est un changement radical par rapport à la ligne des PJ 1 à 4 et cela peut sans doute indisposer; où nous avancions fixé sur notre but en résolvant les obstacles un par un.

C’est le premier Prêtre Jean où on puisse conserver les objets magiques acquis dans le tome précédent, puisque l’ère des grands sauts dans le temps est finie. Il n’y en a guère qu’un qui soit utile; deux en comptant la Clef ou la Dague qu’on peut utiliser n’importe où. Ça nous laisse avec, potentiellement, tout un stock à emporter pour Au Pays des Dragons, entre ce que nous avons peut-être ramené de Babylone et ce que nous pouvons avoir trouvé ici… peut-être le système se serait-il amélioré dans les volumes suivants, mais il est à craindre que nous ne le sachions jamais.
Non, cessez de craindre: je suis là.

Au niveau fonctionnement du jeu, je vois une erreur de jeu sérieuse qui mérite d’être corrigée, et un point qui mérite clarification.
• L'erreur, c'est le combat contre les gardes-lanciers au §269. Tel quel, on ne peut blesser ces maudits gardes que si on tranche d’abord leurs lances, et pour ce faire notre résultat aux dés doit être EXACTEMENT le double du leur. Donc,
3 exige 6: 2/36 x 5/36 = 10/1296
4 exige 8: 3 x 5
5 exige 10: 4 x 3
6 exige 12: 5 x 1 soit au total 42/1296
( à moins qu’on ne considère que le jugement de Dieu prime sur la longueur des lances, ce qui est après tout très soutenable )
Cela nous fait réussir au bout de 45 assauts en moyenne, avec d’amples chances de se faire tuer et avoir encaissé de sérieux dommages ( d’après mes tests, entre 10 et 20 pour une Force moyenne de 13 ). Avec cela qu'on ne peut même pas utiliser l'Œil pour se défaire de ces deux vils chiens galeux… Je suggère donc instamment que les lances soient tranchées si nous atteignons le double OU PLUS
3 exige 6+ : 2 x 26
4 exige 8+ : 3 x 15
5 exige 10+ : 4 x 6
6 exige 12 : 5 x 1
: 121 / 1296 au lieu de 42, ce qui triple presque nos chances et raccourcit donc le combat des deux tiers. Sans quoi c'est le joueur qui risque de mourir d’ennui.

• La clarification porte sur le pouvoir de conversion. Comme à l’ordinaire, on ne rencontre aucun ennemi qui y soit invulnérable… on peut donc se retrouver à convertir le grand-prêtre thug, ce qui me semble un peu beaucoup. Je suggère que tous les thugs soient convertibles SAUF le grand-prêtre et le mutant à quatre bras: ce qui permet de réussir le temple quel que soit l’itinéraire adopté.

Note: 13,5/20


Dernière édition par ashimbabbar le Sam 13 Avr 2013 - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10605
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : Dieu des voyageurs, souverain d'Atalis, Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Tout, passionément.
Date d'inscription : 14/03/2009

La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL EmptySam 23 Avr 2011 - 18:03

"Qu'est-ce qui s'est passé ?"... C'est la question que je me suis posé en refermant ce livre. Un livre qui, pour mémoire, est aussi difficile à trouver que le Saint Graal et qui s'arrache à des prix délirants sur le net et ailleurs.
Après le remarquable volume 4, on se retrouve devant un ovni, avec un sentiment de malaise et de stupeur difficile à expliquer. Premier point, les illustrations intérieures sont moches. Vraiment moches. Ensuite, on a droit à une INDE bourrée de clichés, où tout se résume à un défilé de divinités, un véritable catalogue pour croyant en recherche de culte. Certes, l'INDE est spirituelle avant tout, mais cette civilisation ne se résume pas qu'à ça... Le livre est uniquement centré sur un conflit religieux, ce qui donne lieu à une débauche de combats et de batailles sans queue ni tête, où tout le monde se massacre allègrement. Le scénario n'est rien d'autre qu'une longue suite de bastons entre adeptes de cultes opposés. Si vous avez vu "Indiana Jones et le temple maudit", vous avez lu le livre... J'analyse ce bouquin et tout ce que je trouve, c'est un scénario aussi mince qu'un papier cigarette et une avalanche de combats qui ne sont là que pour remplir les pages d'une aventure où, sorti de la baston, il n'y a rien.
Le plus gros choc de tous les LDVH. J'ai trop aimé cette série pour garder la moindre indulgence devant ce ratage complet.
05/20
Revenir en haut Aller en bas
Warlock
Maître Modo
Maître Modo
Warlock

Masculin
Taureau Cheval
Nombre de messages : 10448
Age : 41
Date d'inscription : 07/03/2009

La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: Re: La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL EmptyMer 2 Nov 2011 - 18:43

Avec ce 5ème opus (le dernier disponible) le prêtre Jean se retrouve cette fois ci dans l'Inde et ses multiples croyances et divinités en tout genre. Dans cette aventure on doit se débarrasser au plus vite d'une arme arme sacrée et maudite à ses risques et périls, c'est dans l'ensemble plutôt bien mener on ne s'ennuie jamais dans cette cité grouillante de monde qu'est Kasi.
Les péripéties se succèdent, on affronte tout aussi bien des adorateurs du mal de Kali que d'autres croyants adorateurs de Shiva ou de Vishnu, ils en veulent tous à notre vie, on se retrouve souvent seul contre tous.
Néanmoins quelques belles rencontres agrémente l'histoire, notamment celle de la belle Roxane une riche indienne qui vient à notre aide nous renseignant pour notre quête.
Le point central du bouquin c'est se défiler de divinités, de croyances, où tout est un peu trop centrer sur la religion oubliant un peu trop les autres facettes de la culture indou, ce qui peut devenir indigeste à force.
Cela étant l'aventure reste captivante et les combats sont nombreux, les points marquants aussi notamment l'énorme affrontement dans la taverne entre tous les croyants, c'est assez mémorable.
Un autre moment intéressant c'est la rencontre avec l'homme Tigre, un adversaire redoutable, le livre en lui même n'est pas le plus difficile de la saga, ni le plus réussi, cependant ça reste une aventure agréable.

Note : 14/20
Revenir en haut Aller en bas
SquallLion
Maître d'armes
Maître d'armes
SquallLion

Masculin
Cancer Rat
Nombre de messages : 3871
Age : 47
Localisation : à la taverne, au comptoir
Profession : chasseur de dragons
Loisirs : pourfendre les malandrins, chasser les donzelles
Date d'inscription : 31/12/2009

La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: Re: La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL EmptyMer 11 Juil 2012 - 16:45


Le plus méconnu faute à un tirage limité et pourtant bien supérieurs à ses prédécesseurs!
si vous ne connaissez pas cette série avorté pour raison de changement de politique de HACHETTE, je vous invite à lire la critique du 1er volume.

Cette aventure est une grosse référence à celle d'INDIANA JONES, The temple of the doom. plus d'action, plus de sensations fortes et beaucoup plus d'amour. j'en ai encore comme souvenirs plusieurs scènes très hilarantes.
On les relit, on les savoure avec délectation!
Si le nombres de paragraphes auraient été du même ordre de grandeur que celle du 1er volet (465 contre 671), c'était sans aucun doute le meilleur de la série.

Intérêt : 4,5/5
Difficulté : 3/5

note globale : 17/20
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/squallLion59
Fitz
Mentor
Mentor
Fitz

Masculin
Scorpion Serpent
Nombre de messages : 541
Age : 42
Profession : assassin royal
Loisirs : lecture/écriture, jeux de plateau, LDVELH, tennis de table
Date d'inscription : 17/10/2007

La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: Re: La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL EmptyDim 21 Fév 2016 - 11:16

Pour la première fois, pas de moyen de transport magique ni de voyage dans le temps en introduction. Nous quittons Babylone pour atteindre l'Inde et l'ancienne cité de Bénarès mais ce trajet est juste évoqué, l'action débutant dans une taverne de la ville. Une kyrielle d'assassins va vouloir notre peau à cause d'un objet étrange entré par erreur en notre possession. Nous allons finalement réussir l'exploit de nous mettre à dos toutes les factions religieuses de la ville (brahmanes, shivaïstes, Thugs...), les forces de l'ordre et jusqu'aux citoyens courroucés. Un beau bordel dans lequel nous ne pourrons que rester plongés jusqu'au terme de l'intrigue, qui prend finalement une tournure de lutte contre les forces du mal.
Comme dans le précédent livre, toute l'action se passe donc en milieu urbain. Mais celui-ci se différencie par une atmosphère et un rythme qui lui sont propres. Atmosphère car les auteurs (Headline et Monrocq + Jacques Collin) sont visiblement intarissables sur le sujet de la mythologie indienne. L'hindouisme et le bouddhisme ne sont pas encore nés et il s'agit là des dieux antiques : Shiva, Brahma, Kali et tous les autres qui se distinguent par leur bras multiples ou leurs visages éléphantesques. Comme dans les tomes 2 et 4, de nombreux petits détails de la vie quotidienne, des habitudes vestimentaires ou culinaires viennent enrichir le récit. Mais ici, ce tableau est encore plus poussé. Nous avons l'occasion de rencontrer une flopée de personnages typiques de ce pays avec des explications très bien insérées dans l'histoire sur leurs motivations, leurs façon de vivre... Preuve en est le petit mot des auteurs à la fin du livre qui propose une bibliographie annexe pour en découvrir plus sur le sujet. Cela peut paraître pompeux pour un LDVELH mais n'est ici pas surprenants tant les auteurs sont crédibles quant à leur connaissance de cette époque et de ce pays.
Le rythme est également un atout car on est plongé dans un véritable film d'aventures, avec les rebondissements, l'humour, l'action et même les dialogues qui font penser à Indiana Jones et le Temple maudit (qui a forcément inspiré les auteurs, le film étant sorti deux ans avant l'écriture de ce livre). Les faux-semblants, la traîtrise, les passages secrets, les rituels étranges, la déesse noire, les drogues mortelles, la merveilleuse princesse, les bijoux mystiques, le sacrifice... Tous ces éléments intègrent l'histoire de manière harmonieuse. C'est que la structure du livre-jeu est particulière et ne correspond pas à ce que l'on trouve habituellement.
On dispose d'une grande variété de chemins dans la première partie et chacune de ces pistes est exploitée jusqu'à son terme, sans que l'on soit artificiellement remis sur le "droit chemin". La manière dont on y revient finalement est à chaque fois très fluide et on n'a pas du tout le sentiment d'avoir été "piloté" par les écrivains. Les transitions sont toujours réussies, jamais sabotées. Les quelques passages obligatoires sont balaises avec une succession de longs paragraphes qui contribuent un peu plus à donner un caractère romanesque à ce LDVELH. D'une manière générale, les paragraphes sont tous développés et on a donc au final une longue aventure et un livre à la très bonne durée de vie, surtout qu'il faudra pas mal d'essais avant de le terminer à la loyale.
En effet, la difficulté est au rendez-vous mais avec un challenge intéressant. Comme les chemins sont variés, certains objets (pas indispensables mais très avantageux dans l'optique de la dernière partie, la plus dangereuse) sont difficiles à trouver. Si les combats sont globalement faciles, ils sont nombreux et, avec la règle du double as fatal, facilement mortels. Si les PFA ne pullulent pas, ils sont quand même là et un peu de malchance aux dés peut nous y conduire. Surtout, les séquences finales sont difficiles à réussir si l'on n'a pas trouvé les objets précédemment mentionnés.
Le style est agréable et on a toujours droit à des scènes étonnantes de surprise et de burlesque, un peu la marque de fabrique de cette série. Mention à la scène hallucinante où le héros saoûl comme un cochon voit avec flegme des dizaines d'adeptes rivaux s'étriper sous ses yeux, avant de faire du rodéo sur une vache sacrée, poursuivi par une foule en colère.
Voici donc un LDVELH qui frise l'excellence de par son ton original, seulement lésé par ses règles de combat, injustes ou inintéressantes selon le score de Force que l'on aura tiré. C'est d'ailleurs le gros point faible de cette série dont la qualité générale atteint ou dépasse les DF, LS, Voie du Tigre ou Sorcellerie.

17/20
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty
MessageSujet: Re: La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL   La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Saga du Prêtre Jean - 5 - LES ADORATEURS DU MAL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Saga du Prêtre Jean - 4 - LES MYSTERES DE BABYLONE
» Jean d'Agraives
» Exposition Transversalité à St Jean de Monts
» [Giono, Jean] Colline
» PAROLES DE L'OMBRE de Jean Pierre Guéno et Jérôme Pecnard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Livres dont Vous êtes le Héros :: Critiques :: Séries Hachette-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com | Art, Culture et Loisirs | Littérature, Poésie