La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES CHRONIQUES DU FORUM

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes


Nombre de messages : 5888
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 27 Aoû 2017 - 19:31

Ça faisait longtemps tien... Very Happy


dav-ID se gratta la tête, essayant de comprendre ce que voulait lui dire son fidèle compagnon. Le vieux nain, sautait sur place en tendant ses deux mains en l'air, tenant dans chacune, un jeton. Le premier en bronze, l'autre en argent.
- Et donc mon maître, vous devez voter pour ou contre la fusion des deux forums en glissant un jeton dans l'urne ici.
Il tendait son doigt en direction d'une urne en fer, posée sur un pilier en pierre. Le forgeron et son compagnon, se trouvaient sous une grande arche en pierre avec au dessus d'elle, le visage rieur d'un personnage qu'il ne connaissait pas. Au dessus encore, il pouvait lire "maison du jeu de pileouface". le tout animé par un éclairage criard et multicolore avec de la musique, enfin, si on pouvait dire que c'était de la musique. De temps en temps, la porte s'ouvrait, laissant passer une personne. Habillé en entrant et sortant quelques temps après, nu dans un tonneau. Raccompagné par deux brutes ressemblant vaguement à des gorilles.
- Mais qui est donc ce pileouface ???
- Vous savez, celui qui a écrit "l'épopée du moine guerrier", le livre dont vous êtes en train de faire la lecture et qui vous fait tellement rigoler.
- Ha ouiiiiii, celui qui a pondu le fameux "bonjour, je suis Rufus Paulus Bismuth", brillantissime, un véritable génie, donc il travaille là ???
- C'est ça, c'est même lui le personnage qu'on voit là haut, il est arrivé dans la cité il y a quelques temps et il a ouvert cette maison du jeu. Mais suffit les questions idiotes, vous devez voter maître.
Le nain se mit à nouveau à sautiller sur place, malgré son age avancé il était encore très agile. Néanmoins, alors qu'il voyait avec satisfaction son jeune maître tendre sa main gantée pour prendre les jetons, un grand tintamarre se fit derrière lui, le faisant sursauter. Il voyait avec horreur les jetons rouler vers une bouche d'égout toute proche (égout dont la légende raconte, qu'il serait habité par une bande de 4 tortues avec des masques de couleurs et un gros rat pour maître). Le forgeron se tourna et vit avec surprise, voyageur solitaire arriver, accompagné derrière lui, d'une bande de soldats probablement ivres, se tenant par les hanches dans une grande chenille et chantant joyeusement (très mal). Derrière encore, marchait Milos, rouge de honte et serrant les poings et les dents.
- Pile au moment ou le roi Adrian est de retour dans la cité après son long voyage, quelle honte, mais quelle honte.
- C'est la danse des canards, qui en sortant de la mare...
- Et en plus ils vont remuer le popotin en faisant coin coin, misère, j'espère que personne ne va prendre de photos, j'imagine les titres demain "EXCLUSIF, les soldats de la garde d'or en pleine danse des canards dans les rues de la cité, un document choc".
L'idée était trop terrifiante pour Milos, lui d'habitude si calme, tomba sur un banc en bois qui craqua sous son poids, se tenant la tête dans les mains.
- J'ai mal à la tête d'un coup, je suis las, très las.
Le nain s'approcha de lui, lui demandant si ça allait et si il ne voulait pas que l'on prévienne VIK le guérisseur. VS sursauta en entendant les paroles du nains, il se souvenait encore, du jour noir où il bu un remède de VIK et se retrouva sur les toits, nu en train de rigoler bêtement avec les pigeons. Le forgeron le coupa dans sa sombre réflexion.
- Bonjour VS, quel plaisir de te voir ici.
- Bonjour dav-ID, moi aussi je suis content de te voir ici.
- Bonjour Milos.
Le forgeron n’eut pour seule réponse, qu'un grognement couplé à un regard glacial qui le transperça. Les soldats quand à eux, venaient de changer de chorégraphie pour une portant le nom de Lamba DA, danse d'un pays lointains.
- Et donc, tu viens toi aussi pour voter ???
- C'est ça, j'étais en plein diner et on m'a dit que je pouvais voter pour ou contre la fusion de la taverne et de RV1, je dois te dire que je ne suis pas très chaud pour ça et...
Il ne termina pas sa phrase, il se sentit soudain attiré par une main et se retrouvé collé contre un soldat barbu et torse nu couvert de sueur, exhibant un joli caleçon à fleurs, dans une danse terriblement érotique.
Un son de trompette coupa la scène et se fit plus fort que la musique, la porte s'ouvrit en grand, laissant passer un personnage étrange, qui ressemblait beaucoup au personnage au dessus de la porte. Souriant de toutes ses dents (dont certaines étaient en or massif), il portait un habit ample dont des cartes à jouer tombaient parfois lorsqu'il agitait trop les bras.
- Bonjours mes amis, je suis Rufus Paulus Bismuth.
Cette phrase provoqua l'hilarité de dav-ID qui tomba au sol en rigolant fortement.
- Ha ha ha ha ha ha, un génie, ce mec est un véritable génie.
Quelque minutes plus tard, Alin et Vador arrivèrent eux aussi, malheureusement, ils ne comprirent pas pourquoi, VS se trouvait collé à un soldat en caleçon ??? Milos déprimait sur un banc ??? dav-ID se tordait de rire au sol ???
Ils eurent malgré tout les réponses le lendemain, lorsque paru dans la gazette du forum, les explications et les détails.
Le roi Adrian, ouvrit joyeusement son journal le lendemain matin, assis sur son trône d'or, il se préparait à manger ce qui se trouvait sur un plateau posé à côté de lui. Il sursauta sur son trône, sa couronne d'or bascula en avant et tomba avec bruit au sol. Les serviteurs purent voir le roi, se tenant la tête avec sa main droite.
- Des fous, je suis à la tête d'une cité pleine de fous et j'en suis le roi, roi des fous premier.
Revenir en haut Aller en bas
Milos
seigneur de guerre
seigneur de guerre
avatar

Masculin
Lion Cheval
Nombre de messages : 1967
Age : 39
Localisation : Rouen
Profession : Aventurier
Loisirs : Jeu de role, gamebooks, bodybuilding
Date d'inscription : 06/05/2006

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 27 Aoû 2017 - 19:37

Voilà bien une chose qui me manquait ces derniers temps... tu ne saurais exprimer ton retour par un meilleur élan O voyageur intrépide cheers
Tu es plus que le bienvenu dans cette maison qui est la notre, puisse les dieux te retenir loin des routes qui t'appellent déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 27 Aoû 2017 - 20:37

Furieux, Adrian décida de voir le soir même, en personne, ce qu'il en était de cette fameuse maison de jeu. Et puis, il n'avait pas encore voté, ce serait l'occasion. Se drapant d'un ample manteau de soie à capuchon, le Divin Fondateur quitta ses appartements et suivît les interminables couloirs, longeant les bustes des divinités rangés le long des tentures. Il dépassa le grand portrait de Yavanna représentant la Divine en nymphe des bois et descendît majestueusement le grand escalier d'honneur en marbre. Bien sûr, il oublia encore la marche brisée qui n'avait toujours pas été réparée, marcha dessus, dérapa, dévala les marches dans une bordée de jurons orduriers en faisant de grands moulinets des bras dignes d'un ninja épileptique et réussît in extremis à conserver son équilibre et atteindre le bas des marches. Satisfait d'avoir évité une chute déshonorante, il se félicita de ses réflexes et oublia bien sûr le chien de Vik, comme d'habitude tranquillement couché en travers du hall... Cette fois, tous les réflexes d'une vie de périls et d'aventures ne purent éviter à Adrian de se vautrer avec la grâce d'un hippopotame ivre après un vol plané qui aurait fait pâlir de jalousie une danseuse de French Cancan... C'est donc en boitant et jurant que le Fondateur arriva aux portes du palais, aussitôt aperçu par l'huissier en livrée rouge et or :
- Sa Divinité le très haut et très grand...
- Ha, ta gueule !
Une fois assis dans son carrosse laqué de noir lancé au galop à travers les rues du Forum, Adrian tira de la poche de son pourpoint un petit calepin de cuir à fermoir d'or, un crayon et nota à la date du lendemain : "Penser à faire exécuter ce connard de marbrier". Il fallût peu de temps à l'équipage pour rejoindre la fameuse maison de PileouFace. Il faut dire qu'illuminée, incendiée de l'intérieur par une forêt de bougies, elle se voyait de loin. Habile, le cocher manoeuvra sa voiture pour déposer son maître pile devant l'entrée malgré la foule. A peine la portière ouverte et le marchepied déployé, Adrian leva la tête vers la façade ouvragée, l'arche ornée d'énormes dés sculptés, les lanternes colorées... Des flots de musique, des rires, des conversations lui parvenaient par les fenêtres et les portes ouvertes, de nombreuses personnes bavardaient sous le péristyle de marbre, attendant de pouvoir entrer. Une accorte donzelle portant un panier tressé en bandoulière, un chapeau de Joker à grelots sur la tête l'aborda :
- Herbe de Hobbit mon beau seigneur ? Kif de Vassagonie ? Cigares d'Allansia ?
- Heu, non merci. Milos ?
C'était bien le capitaine de la Garde d'Or, assis sur son banc et tirant consciencieusement sur une pipe de bruyère.
- Tu fumes ? C'est nouveau ça !
Le colosse ne répondît pas, perdu dans ses pensées. Etrange comme ce type ressemblait au divin Adrian pensait-il... En plus, il le voyait en bleu, une espèce de bleu tendre léger et apaisant... En tous cas la donzelle avait raison, cette herbe miraculeuse l'avait grandement apaisé...
Haussant les épaules, Adrian grimpa les marches, longea la file d'attente et se retrouva devant les deux Drakkarims qui filtraient les entrées, assisté du portier.
- Hé, la queue, comme tout le monde, fît ce dernier.
Agacé, Adrian tendît la main avec majesté, montrant le sceau d'or endiamanté qui brillait à son doigt, symbole sacré du Forum, afin de s'identifier. Le portier se pencha en avant, faisant ressortir ses fesses de manière disgracieuse et observa longuement le bijou, ses lorgnons sur le nez :
- Bah, je t'en donne  cinq pièces d'or maximum, pas plus.
Après avoir dissimulé les corps des Drakkarims et du portier et essuyé son glaive, Adrian entra... Le grand salon illuminé par les chandeliers d'or et les lustres en cristal de Durenor était bondé, il faisait une chaleur de folie, les gens se pressaient autour des tables de jeu dans une atmosphère électrique, survoltée. Au fond de la pièce, sur l'estrade, l'orchestre jouait un air endiablé tandis que sur scène, VS et un officier de la Garde, bras dessus-dessous, levaient la jambe en cadence en chantant à tue-tête qu'ils voulaient "A man after midnight". Détournant son regard de l'horrible vision, le Fondateur, bousculé, pressé de tous côtés, se retrouva près d'une table où il découvrît Warlock. Ce dernier, un verre de vin à la main et bien parti semblait-il, chantait en cœur avec une sculpturale guerrière noire aux cheveux courts qui, un pied sur la table, reprenait La vie en rose en s'accompagnant à l'accordéon... De plus en plus convaincu de faire un fantastique cauchemar, Adrian longea les tables de jeu, bruyantes et animées, pour tenter de rejoindre le comptoir. Il arriva enfin à ce dernier, surmonté d'un immense panneau en chêne du Sommerlund où était écrit en grosses lettres rouges "N'oubliez pas de voter ! Une croisière en Vassagonie avec Loup Solitaire à gagner !" Un colosse barbu vêtu d'un pourpoint de cuir laissant apercevoir son large poitrail velu et des biceps tatoués se tourna vers lui :
- Bonsoir mon biquet, qu'est-ce que je peux t'offrir ?
- Heu... Une bière, merci.
Prenant sa chope, Adrian s'adossa au comptoir. Là-bas, VS et l'officier achevaient leur numéro sous les applaudissements et une pluie de confettis et le Fondateur vît dav-ID, debout près de la scène et se tordant de rire sans pouvoir s'arrêter. La voix mâle du barman le ramena à la réalité :
- T'es nouveau ici mon biquet ? Je t'ai jamais vu auparavant.
- Heu, non. En fait, je suis de retour après une longue absence. Et toi, je ne t'ai jamais vu non plus...
- Je viens d'arriver, je travaillais à L'homosexuales Discothecus avant. Je m'appelle Olmec, au cas où tu voudrais t'en souvenir... conclût le colosse velu avec un clin d'œil qui fît frémir Adrian. Au  même moment, la jeune donzelle de l'entrée s'accoudait à ses côtés, posant son panier un peu lourd sur le comptoir. Adrian observa longuement les sachets d'herbe soigneusement rangés à côté des briquets à amadou et silex.
- Je crois que je vais me laisser tenter, fît-il, de guerre lasse.
- Bien sûr mon beau seigneur, tu veux laquelle ?
- Ce que tu as de plus fort...

( chapeau ! au passage au groupe ABBA, à Grace Jones, aux bijoux de la castafiore et à Deux heures moins le quart avant J.C)
Revenir en haut Aller en bas
ALIN V
Fléau des Héros
Fléau des Héros
avatar

Masculin
Poissons Buffle
Nombre de messages : 7849
Age : 45
Localisation : Hammardal
Loisirs : déchiffrer les étranges signes contenus dans les bulles des BD
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Lun 28 Aoû 2017 - 8:57

Adrian rentrait au palais avec un mal de crâne jamais égalé à ce jour. Il avait l'impression d'avoir un forgeron drakkarim en train de construire un char de combat à l'intérieur de sa tête. Non seulement cette herbe à chat d'Ulthar lui avait bousillé les entrailles et l'avait fait vomir tripes et boyaux mais en plus il avait l'impression qu'il allait mourir. Pour être fort c'était fort mais cela n'avait en rien apaisé son humeur bien au contraire. Il sortit son petit carnet avec l'intention d'y noter un mémo pour Alin V concernant l'interdiction de certaines substances puis il se ravisa, changea de direction vers le palais. Après tout le juge était un bourreau de travail et restait souvent tard. Il y avait une chance qu'il y soit encore. Ce qui fut confirmé lorsqu'il aperçut la lumière à le fenêtre du palais, il se hâta.

Arrivé devant la porte du bureau, il frappa vigoureusement. Aucune réponse ne vint. Il se pencha vers la porte et entendit des éclats de voix. Peut-être une réunion tardive. Mince, tout ce chemin pour rien. Tant pis, il décida d'entrouvrir la porte. Le spectacle ne manqua pas de l'étonner. Tous les meubles avaient été poussés contre les murs. Seule une chaise restait utilisable dans la pièce. Warlock y siégeait, il secouait la tête vigoureusement. Vik et Alin V étaient debout au centre de la pièce. Leur tenue était inhabituelle, ils étaient couverts de sueur et essoufflés. Adrian n'avait pas souvenir de les avoir un jour vu faire du sport ensemble et encore moins dans le palais de justice.

Warlock : Ce n'est pas comme ça, je vous dis ! De toute façon ça ne marchera pas et ça ne sert à rien !

Alin V : Mais si, il faut montrer notre bonne volonté. Sinon le projet sera abandonné.

Vik : Bon d'accord mais c'est la dernière fois, je n'en peux plus.

Warlock : Si vous voulez, après je vais me coucher.

Alin V : Allez en place !

Vik et Alin V s'éloignent l'un de l'autre et font face à Warlock. Ils allongent horizontalement leurs bras dans la direction opposée l'un de l'autre. Sur un signe de tête de Warlock, ils se rapprochent en marchant en crabe. Il décrivent un cercle avec leurs bras et lèvent un genou en restant bien symétriques et parallèles entre eux.

Vik et Alin V : FuuuuuuuuuuuSION !

Ils tendent leurs mains le doigt dressé l'un vers l'autre. Deux doigts se touchent. L'autre doigt d'Alin V termine sa course dans l’œil gauche de VIK. Alors que celui de Vik S'enfonce profondément dans la narine droite d'Alin V.

Vik : Aieuh !!!!!!!!!!!!!!

Alin V : Aieuh !!!!!!!!!!!!!!

Warlock secoue la tête l'air désespéré. Adrian éberlué referme doucement la porte. Il se sent soudain très très las et le forgeron recommence à taper de plus belle dans son crâne. En s'éloignant il sort son petit carnet et note : Botter le cul du Staff à la première heure demain ! Qu'il souligne de trois traits rageurs.


Dernière édition par ALIN V le Mar 29 Aoû 2017 - 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Lun 28 Aoû 2017 - 14:20

Alors qu'il allait soulever son glaive pour l'abattre sur le crâne d'une créature envoyée par les maîtres des ténèbres, une lumière filtra à travers la fenêtre et tomba sur son visage, ce qui lui fit ouvrir les yeux, le grand maître suprême, leva son bras pour se protéger le visage. Il s'accroupi sur son lit en maugréant et en bayant fortement. Un terrible mal de crâne le faisait souffrir, il avait bu la veille au soir, trop bu même. A côté de lui, dans un lit aux draps en bataille, Banedon, les cheveux en bataille eux aussi, dans une tenue en cuir, une chaine en fer autours du cou, dormait encore. Loup solitaire se leva et s'approcha en se grattant le torse, de la fenêtre et ouvrit les rideaux en grand. Il était déjà fort tard dans la matinée, dans la cour du monastère, de jeunes disciples étaient en train de s'entrainer, en suivant les ordres des instructeurs.
- Ma pauvre tête, cet alcool était vraiment très fort.
La soirée de la veille était vraiment particulière, la bouffe vraiment très bonne, excellente même et l’alcool très très fort. Il se souvenait vaguement de scènes, comme par exemple celle où il se baladait dans les couloirs du monastère, le cul à l'air et tenant Banedon en laisse, dans une tenue en cuir et une boule dans la bouche. Cette vision le troubla et il s'appuya contre le rebord de la fenêtre.
TOC TOC TOC
- Entrez.
La porte venait de s'ouvrir, laissant passer un jeune homme portant une pile de lettres plus ou moins grosses. Ce dernier parti sur une révérence en voyant son maître.
- Bonjour grand maître, avez-vous bien dormi ???
- Dormi oui, bien je ne sais pas, je ne sais plus.
- Il faut dire que cet alcool apporté par le seigneur Rimoah était vraiment très fort. Tenez, voici votre courrier.
- Merci Poing Curieux, tu peux disposer.
Le jeune homme passa la porte à reculons en faisant sa révérence, il ferma la porte doucement. LS prit les lettres et attrapa un fin couteau en argent pour les ouvrir. IL reconnu l'écriture de la première, c'était celle de son cousin Astre d'OR.
""Salut Cousin, j'ai reçu dernièrement ton exemplaire dédicacé de "l’œil d'Agarash", il était très bon, ce jeune disciple ira très loin, fait attention qu'il ne te pique pas ta place (ha ha ha). Je suis par contre très contrarié, que mes aventures ne soient pas rééditées. Je viendrais te voir un de ces jours, histoire de saluer comme il se doit ta charmante épouse, je constate avec satisfaction que tu as enfin rencontré l'amour qui font taire les rumeurs comme quoi tu aurais une attirance pour la gente masculine. Chose que je n'ai jamais cru bien entendu."
LS eu des frissons sur cette dernière phrase. C'est vrai qu'il y a quelques temps, il avait envoyé, enfin, c'était une idée de Banedon ivre, de faire croire à Astre d'OR, qu'il avait enfin rencontré l'amour pour une belle et jeune femme riche et célèbre dans le Sommerlund. Il redoutait ce moment où il devrait la présenter à son cousin, puisque épouse il n'y avait pas.
- Benedon fera une belle épouse, une perruque et une poitrine et ce sera parfait. Et puis ça lui apprendra à faire des blagues comme ça.
La deuxième était un tract, il pouvait voir un portrait d'une personne qu'il ne connaissait pas, souriant de toutes ses dents, dans un cadre bucolique en fond, avec des arbres, des oiseaux et des lapins et le ciel bleu, il y avait une phrase écrite en dessous "Pour une république en avant, votez GORAK président (www.Gorak2022.fr)"
- Les politiciens, tous des cons, hop poubelle.
La troisième lettre par contre, il ne reconnaissait pas l'écriture non plus, à l'intérieur de l'enveloppe, il y avait un autre tract aux couleurs criardes avec un personnage qu'il ne connaissait pas non plus. Son nom était pileouface.
- (haussement des épaules) Connait pas.
En le dépliant, il faillit s'étrangler de stupeur.
- Par Kaï et Ishar.
Grand vote à la maison des jeux de pileouface. Venez voter pour ou contre la fusion de la taverne des aventuriers et RV1 et essayez de gagner le gros lot, une croisière en Vassagonie avec le seul, le grand, l'unique Loup Solitaire
Banedon venait de se réveiller, il trouva LS debout, en train de tenir la lettre, les yeux agrandit par la stupeur. Il s'approcha de lui, passa ses mains à son cou et tomba sur la lettre.
- Une croisière à gagner, chic chic chic, j'aime beaucoup les croisières, surtout si c'est avec toi mon beau loup.
LS ne l'entendit même pas et il ne réagit pas non plus lorsque son ami lui caressa les fesses avec envie. Au contraire, il se précipita dans la pièce à côté pour sortir quelques temps après avec ses habits de voyage pour ouvrir la porte principale et descendre les escaliers 4 à 4 en hurlant des ordres. Son fidèle glaive battant à ses côtés.
- Poing Curieux, Cercle Élargi, préparez mon cheval, je dois partir.
Il sauta sur un magnifique cheval blanc, donna des instructions, donna des coups sur le flanc de son cheval qui se cabra pour franchir la porte principale du monastère, dans un nuage de poussière et sous le regard médusé des disciples.
- Il est parti où comme ça ??? je ne savais pas qu'une simple main aux fesses pouvait lui provoquer cette réaction.
Banedon venait de débarquer dans la cour, un simple drap passé autours de son corps. Cercle Élargi s'approcha de lui.
- Il m'a dit qu'il avait affaire au forum du seigneur Adrian et qu'il devait avoir des explications avec un personnage du nom de pileouface sur une certaine croisière.
- Pourtant c'est bien les croisières. Pas besoin de réagir comme ça.
Le garçon se retourna, le drap s'ouvrant laissant apparaitre sa lune, sous les regards gênés des disciplines. Il monta les escaliers en réfléchissant, essayant de comprendre pourquoi son beau loup avait eu cette réaction.
Pendant ce temps sur le chemin, toujours galopant en 4em vitesse, ne prenant même pas le temps de boire ni de manger, LS était perdu dans ses pensées, il était furieux.
- De faire une croisière ne me dérange pas, mais on aurait pu me demander mon avis merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Lun 28 Aoû 2017 - 15:33

Le coup du tract pour Gorak président...  lol!  lol!  lol!

Suite et fin (en ce qui me concerne, because vacances qui arrivent...)

Une aube fraîche et radieuse caressait de ses doigts roses le Forum ainsi que la façade d'une certaine maison de jeu dont les occupants semblaient plutôt défraîchis eux... A l'intérieur, les domestiques allaient et venaient, enjambant les corps des fêtards endormis sur un tapis de confettis et de paillettes pour récupérer coupes de champagne et assiettes vides, macarons entamés et parts de gâteaux abandonnées. Dans un coin, un groupe d'ennuques portant la livrée de la maison de VS semblait chercher quelqu'un...
- J'ai trouvé le divin Warlock, il est là !
- Et notre maître est là ! S'exclama un autre avec soulagement en montrant la scène.
VS se réveilla lentement, avec l'impression d'avoir un éléphant assis sur son crâne. Le chef des ennuques s'inclina respectueusement :
- Les dieux soient loués, nous t'avons retrouvé Maître ! Il était temps, le jour se lève. Quels sont tes ordres ?
- Ramenez-moi au palais.
- Oui Maître.
- N'oubliez pas Warlock au passage.
- Bien Maître.
- Et parlez moins fort bordel...
Au palais, tout le monde dormait encore, à l'exception de l'huissier, fidèle au poste. Certes, il fût un peu surpris de voir descendre de carrosse un VS titubant soutenu par le chef de ses ennuques, suivi du divin Warlock porté par ces mêmes ennuques et qui souriait béatement dans son sommeil mais la conscience professionnelle reprît vite le dessus :
- Gloire et honneur aux divins VS et War...
- Ah, ta gueule !
Une fois dans les appartements de VS, ce dernier fût mis au lit, bordé et voué aux plus doux rêves tandis que Warlock était confortablement allongé sur les coussins d'un divan. Puis les ennuques se retirèrent sans bruit et allèrent également se coucher.

Warlock se réveilla, la bouche pâteuse et avec un mal de crâne lancinant. Il s'assît lentement au bord du divan et se demanda comment il avait fait pour rejoindre ses appartements (bien que la décoration lui parût inhabituelle). La main sur le front, il tituba jusqu'au cabinet de la chaise percée et arrosa copieusement les murs, persuadé de viser la cuvette de porcelaine. Soulagé, il rejoignît la chambre et, toujours persuadé d'être chez lui, se hissa (non sans difficultés) dans le grand lit à baldaquin et, sans voir VS qui y dormait, remonta les draps de soie parfumés pour se rendormir aussitôt.
- Sa Divinité le grand Vik...
- Ha, ta gueule !
Vik monta les marches quatre à quatre, passablement énervé que nul ne l'ai prévenu du retour de VS. Décidé à aller le saluer, le Divin Guérisseur longea le couloir et, sans façons, entra dans les appartements du Voyageur, allant directement dans la chambre.
- Ben alors, encore couché ? A cette heure ? Je t'ai connu plus matinal... VS, tu m'écoutes ? Allez feignant, debout, il fait grand jour !
Allant à la fenêtre, Vik ouvrît grand les rideaux, laissant entrer à flots la lumière du jour, se retourna... et se figea en voyant VS et Warlock endormis chacun de leur côté. Confus, atrocement gêné, le Guérisseur referma les rideaux d'épais velours et quitta la pièce sur la pointe des pieds. Arrivé devant la porte et avisant la coupelle emplie de pétales de roses posée sur un guéridon, il en pris une pleine poignée pour la répandre sur le lit avec un sourire paternel avant de sortir, refermant doucement la porte...

- Je te jure que je ne me souviens plus de rien et Warlock encore moins, grommela VS.
Un cataplasme au romarin sur sa migraine, ce dernier se reposait, allongé sur un divan sous les frais ombrages du kiosque de la Convalescence Alcoolisée, au fond des jardins.
- Bon, admettons, fît Vik en piochant avec entrain dans le pot de confiture de figues avant de se resservir du café. Mais reconnais que depuis la dernière biture de Sombrie, tu t'es payé la plus belle cuite sur le Forum depuis longtemps... Et les journaux, tu as lu les journaux ? Même le LGBT Forum te met en une : "Le divin VS fait son coming-out ! Un exemple pour notre communauté !"
- Je sais, je sais... Un de leurs représentants m'a même demandé audience pour une interview... Un grand blond platine en robe avec une boucle d'oreille et les ongles faits, sur le coup j'ai crû que c'était Banedon... Oui, quoi encore ?
Un serviteur portant la livrée de la maison d'Adrian s'inclinait respectueusement :
- Divinités, notre Fondateur vous prie de le rejoindre à l'arrière du palais, c'est très important.
Surpris, les deux hommes abandonnèrent leur petit-déjeuner pour rejoindre la grande esplanade à l'arrière du bâtiment, en bordure du lac. Exceptés Alin, Warlock, Milos, dav-ID et d'autres, la première chose qu'ils virent fût une véritable montagne d'herbe, soigneusement entassée près d'un Adrian à l'air déterminé, une allumette à la main, entouré des jardiniers du palais au garde à vous.
- Mes chers amis, j'ai pris en ce jour une grande et importante décision. Vous avez sous vos yeux toute l'herbe à fumer de la région produite en un an et qui va partir en fumée, c'est le cas de le dire. Je suis décidé à purger notre belle cité des effets néfastes de cette saleté, aussi, je m'en remets devant vous, mes témoins, au feu purificateur !
Sur ces paroles, Adrian craqua son allumette et se pencha pour mettre le feu à l'herbe. Cette dernière s'embrasa aussitôt et, en quelques minutes, la pyramide odorante se mît à brûler, dégageant un épais nuage verdâtre. Vik leva les yeux vers le ciel, la main en visière :
- Dis-moi Adrian, tu sais quelle est la direction du vent aujourd'hui ?
- Euh non, pourquoi ?
- Sud, sud-est.
- Et alors ?
- Ben, c'est la direction du Forum...
- HEIN ?
Les divinités présentes levèrent la tête : au-dessus de la grande esplanade s'était formé un immense nuage odorant, une nappe épaisse de fumée verdâtre qui, poussée par le vent, dérivait rapidement vers les tours et les toits de la cité.
- Ganja gratuite pour tout le monde... soupira VS. Je pense qu'on n'a pas fini de rigoler...
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Lun 28 Aoû 2017 - 20:58

Voyageur Solitaire a écrit:
Suite et fin (en ce qui me concerne, because vacances qui arrivent...)

Idem...courant semaine prochaine, hop zou, direction les montagnes pour 8/9 jours (voir plus si affinités)...

Je suis vraiment très fatigué en ce moment, recherche de logement qui me bouffe du temps et de l'énergie en pagaille, le boulot qui me casse de plus en plus les couilles (limite j'ai envie de tout plaquer)...j'ai juste envie de partir, de m'allonger sur l'herbe, le visage caressé par le vent, avec le son des cloches des vaches au loin et le bruit du torrent coulant au fond de la vallée, faire des randonnées et ne rien faire...avec un minimum de personnes autours de moi, le pied total...c'est ça la vraie vie...

Vivement la semaine prochaine bordel... I don\'t want that


Tout cas c'est cool d'écrire comme à la bonne époque...
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Ven 1 Sep 2017 - 23:41

La nuit était tombée sur la cité depuis bien longtemps, quelques rares habitants parcouraient encore les rues éclairées par des lanternes. Le palais royal était lui aussi plongé dans la nuit, sauf une fenêtre au sommet de la plus haute des tours, la salle du trône du roi Adrian.
Ce dernier était anxieux, nerveux même, il marchait de long en large dans la pièce. Tantôt s'approchant de la fenêtre pour regarder à l'extérieur, tantôt prenant un livre dans sa bibliothèque et s'installant pour lire, mais se relevant quelques secondes plus tard, il n'arrivait pas à se concentrer et à rester en place. Visiblement, des évènements très graves le troublait.
C'est Alin qui l'avait trouvé comme ça, en pénétrant dans la salle, le juge suprême du forum portant une pile de livres et de papiers à faire signer au roi, était tombé nez à nez avec le souverain, en pleine conversation avec la statue de son ami Balthus, qui ne répondait pas bien entendu. Alin très inquiet du comportement d'Adrian (surtout qu'il était au courant pour le coup de la substance en sachet de la maison des jeux), s'était précipité chez Vik pour le tirer de son profond sommeil, pour le faire venir de force avec lui. Ils passèrent en courant la porte principale du palais.
- Les seigneurs Alin et Vik, dont on chante encore les exploits à travers...
- Tu vas la fermer ta ******* de gueule.
Ils grimpèrent les marches d'or quatre à quatre.
- Et donc tu dis que tu l'as trouvé comme ça, parlant à cette statue ???
- Oui, je te le confirme. Puis ensuite il tourne en rond dans la pièce, les mains dans le dos et regardant le sol. Il semble préoccupé et nerveux. Tu devrais l'examiné, tu sais, avec l'histoire du nuage de fumée l'autre jour, j'ai peur qu'il n'ait eu droit à une dose trop importante.
Vik se souvenait encore trop bien de ce jour maudit, où ça avait été la panique générale en ville. les vapeurs hallucinogènes avaient provoqués une véritable catastrophe chez les habitants, l'armée en train de repousser une invasion d'éléphants rose, sous les ordres d'un Milos hystérique dont les cheveux étaient peints en jaune et disant qu'il était un certain Son Goku qui pouvait tirer des rayons d'énergie de ses mains. Le pauvre Vik, insensible aux vapeurs, avait travaillé dur toute la journée et une partie de la soirée, les urgences de sont hôpital ne désemplirent pas. Le divin guérisseur pensait pouvoir enfin se reposer, mais non, maintenant c'était au tour du roi d'être atteint d'un mal étrange.
- Euh majesté ???
Le roi regarda Vik en maugréant.
- Votre altesse ???
Toujours le même regard noir.
- Euh, votre sérinissime grandeur ???
Il commençait à sentir des goutes lui couler dans le dos et se tourna vers le divin juge hilare essayant de chercher de l'aide.
- Tu ne vois pas que je suis dans la galère bordel.
Il n'eut pas besoin de chercher bien loin une solution, un cri se fit entendre en bas des escaliers.
- Le divin Warlock, grand parmi les gran...
Il ne termina pas sa phrase, qu'un coup de poing en pleine face l'envoya promener à quelques mètres de là. Peut de temps après, il passa la porte avec précipitation, portant un rouleau sur lequel se trouvait un cachet de cire. Rouleau qu'il tendit au roi qui s'en empara nerveusement pour se rendre à son bureau et s'assoir sur une chaise en ivoire.
- Au fait majesté, il serait bon de changer la sonnette de votre porte d'entrée, elle vient tout juste de tomber en panne.
- Ça tombe très bien, je comptais la changer, elle était pénible avec ses "gloire et honneur au grand maître Adrian et gnagnagna" à chaque fois que moi ou un autre nous passions la porte.
Le roi semblait avoir retrouvé une certaine ardeur, sous les regards de Alin et de Vik qui ne comprenaient pas, Adrian venait de faire sauter le sceau de cire pour sortir un parchemin du tube. Il le déplia et en fit la lecture. Poussa un ouf de soulagement, se mit à rire et fit sauter le bouchon d'une bouteille de vin pour se remplir un verre qu'il descendit cul sec. Sous les regards de Vik et Alin qui ne comprenaient vraiment rien de rien.
- Tu vas enfin dire ce qu'il se passe.
Warlock venait de lire le message du parchemin par dessus l'épaule du roi qui venait de se faire couler un deuxième verre de vin.
- Vous êtes bien entendu au courant du vote pour ou contre la fusion de la taverne et de RV1 organisé par le maître de la maison des jeux pileouface. Il se trouve que le résultat du vote a enfin eu lieu et c'est le contre qui est passé.
Un bruit de verre brisé le coupa dans ses explications, le roi venait de jeter son verre par dessus son épaule en rotant bruyamment.
- La grande crainte de notre souverain, c'était la fusion des forums, il avait du mal avec ça, la cité allait devoir s'agrandir encore plus. Qui dit agrandissement dit argent pour financer les bâtiments, les espaces publics, etc. Et de l'argent, il n'y en a pas tant que ça. Ou bien lever des impôts mais on sait très bien comment ça se termine les impôts.
Le roi se leva de sa chaise, s'étira en bayant, il se gratta la nuque et péta bruyamment.
- Bon c'est pas tout ça maintenant, mais j'ai besoin de dormir.
Les trois amis firent une révérence et sortirent de la salle du trône en reculant. Il descendirent les escaliers et passèrent la porte.
- Bonfe foiré o divns...é Merfe.
- Elle est vraiment cassée cette sonnette.
Warlock siffla et détourna la conversation.
- Et sinon vous êtes au courant pour la maison du jeu ???
- Non.
- Parait qu'elle est fermée.
Il venait de se mettre à rire.
- Apparemment, Loup solitaire est arrivé ce matin complètement furax, il a démoli le batiment et pileouface avec, disant que si il faisait une croisière, c'était avec Banedon uniquement et pas un autre. Par contre, apparemment il serait reparti avec un certain Olmec, disant que ça ferait une bonne parfaite pour le monastère et qu'il le voyait bien dans une tenue de soubrette.
Ils se mirent à rigoler, s'enfonçant dans le silence de la nuit, seulement coupé par le crieur public annonçant l'heure qu'il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Sam 2 Sep 2017 - 10:34

Impressionné, Loup Solitaire leva les yeux sur la façade du Grand Palais devant lequel venait de l'arrêter son carrosse. En décidant de venir saluer les divinités du Forum avant son retour dans sa lointaine patrie, il ne s'était pas attendu à ça... Eclairé par la vive lumière d'un matin radieux, le bâtiment déployait avec insolence et orgueil sa façade de marbre et d'or, ses galeries à colonnes, ses frises et corniches sculptées surmontées de coupoles dorées et de dômes de lapis-lazuli. Devant cette forêt de marbre neigeux aux proportions impeccables, le monastère Kaï lui paraissait soudain n'être qu'un bastringue de province...
Le Grand Maître Suprême tira machinalement les plis de sa tunique de laine, recoiffa ses longs cheveux blonds et, son manteau vert sous le bras, monta les marches. L'huissier en livrée rouge et or était toujours fidèle au poste malgré une voix un peu enrouée (étant donné que c'est lui qui assurait également la fonction de crieur public, gueulant l'heure qu'il était chaque nuit depuis le Grand Beffroi). Mais cette fois, il resta silencieux, l'œil étonné et le sourcil haussé, devant ce type inconnu qui approchait des portes ouvertes.
- Heu désolé mon gars, tu te trompes là... La mendicité et le colportage sont interdits dans la maison.
- Mais... Je suis Loup Solitaire, Grand Maître Suprême du Kaï, Novicomte du Sommerlund et je viens saluer les seigneurs du Forum...
- (et il insiste en plus) Mais oui, mais oui, et moi je suis Red Sonja et j'attends Conan le Barbare pour aller en ville... Allez coco, dégage, tu fais désordre là et...
- Qui est-ce ?
Les deux hommes se retournèrent d'un bloc vers VS. Vêtu d'une somptueuse robe de chambre en soie à manches brodées au fil d'or et ceinture de velours, le Voyageur tenait en laisse un monstrueux Saint-Bernard de la taille d'un veau aux hormones, la fourrure épaisse comme celle d'un Bakanal et l'œil câlin, laissant voir une langue rose et baveuse d'un pied de long. L'huissier se redressa, bomba le torse et se lança :
- Le Divin Voyageur Soli...
- Ah, ta gueule !
- Ouarf ! (Ah, ta gueule !)
- J'allais sortir le chien de Vik. Qui est cet homme ?
- Je ne sais pas Divinité, Feu de beauté et Suprême Clarté... Je comprends rien à ce qu'il dit...
VS semblait réfléchir, jouant distraitement avec les boutons de pierre de lune de sa robe de chambre.
- Mais oui ! C'est sûrement le remplaçant du jeune marmiton qui est tombé malade et que l'on attendait ce matin ! Bien, très bien, je vais m'en occuper.
Loup Solitaire s'apprêtait à protester mais il sentît une masse chaude et lourde contre sa cuisse et, baissant les yeux, vît avec appréhension l'énorme chien qui frottait doucement sa tête contre sa cuisse, le reniflant avec méfiance. La truffe noire et luisante suivie d'une large gueule garnie de crocs comme des poignards n'étant pas loin d'une certaine partie de son anatomie, le Grand Maître Suprême qui ouvrait la bouche préféra la refermer lentement.
- Hé bien, viens-tu ?
Préférant attendre pour le moment, Loup Solitaire emboîta le pas au grand type brun et barbu et, le chien sur ses talons, le suivît à travers couloirs de marbre veinés d'onyx, escaliers dallés de feuilles d'ivoire et portes de bois précieux. Bouche bée, le sommerlundais laissait errer son regard sur les tapisseries de prix, les mosaïques précieuses et les incrustations de nacre et d'opale avant de désigner une double porte imposante, en ébène, aux marqueteries délicates et précieuses :
- La salle du trône, n'est-ce pas ?
- Heu non, ça ce sont les toilettes du rez-de chaussée...
Une chaleur de fournaise régnait déjà dans les immenses cuisines où s'affairaient des dizaines de cuisiniers, marmitons, aides, rôtisseurs, dans le vacarme des casseroles, des cuivres, au milieu des cris, des appels, du bruit de la vaisselle... Les fours ronflaient, les casseroles fumaient, des montagnes de victuailles s'amoncelaient sur les tables, hachoirs et couteaux tranchaient, découpaient, on écaillait les poissons, on plongeait les écumoires dans les chaudrons de cuivre, on saupoudrait viandes, volailles et légumes... Excité par toutes ces odeurs, le monstrueux Saint-Bernard vînt frotter sa tête contre la main de VS dans l'espoir d'une friandise. Le premier cuisinier s'inclinait profondément, essuyant prestement ses mains épaisses à son chiffon :
- Divinité, quel honneur ! Que puis-je pour toi ?
- Je t'amène le nouveau marmiton, il vient d'arriver et était un peu perdu. C'est un sommerlundais je crois...
Le visage du brave homme s'illumina et se tourna vers LS :
- Ha ça tombe bien ! Dis-moi, au Sommerlund, vous mettez de l'ail ou de l'oignon dans la sauce Grand Disciple de Toran ? Je m'en souviens jamais...
- Mais, mais... Ecoutez, vous faîtes erreur là...
VS eût un sourire paternel :
- Il est encore un peu timide.
- C'est bien normal. Au fait Divinité, le Divin Adrian a-t-il choisi ce qu'il veut pour le souper de ce soir ?
- Oh, Adrian sera seul ce soir, alors rien de très compliqué : 120 musiciens, 80 danseurs et danseuses et 200 plats simples. Sur ce, je vous laisse, allez viens le chien.
Toujours figé de stupeur, LS restait muet, les bras ballants, bousculé au moins dix fois par des marmitons et cuisiniers qui passaient et repassaient, les bras chargés de vaisselle ou de victuailles. Avant qu'il ait pu dire quoi que ce soit, le premier cuisinier lui enfonçait une toque sur la tête et lui collait un énorme cageot de pommes dans les bras :
- Voila, ton premier boulot sera de trier les pommes pour les tartes du déjeuner. Il faut trier les saines des mauvaises. Pour savoir lesquelles sont bonnes, il faut toutes les mordre une à une. Il n'y en a que 300 aujourd'hui, ça devrais aller vite.
Les larmes coulaient silencieusement sur le visage du Grand Maître Suprême et il bégaya, d'une voix entrecoupée de sanglots :
- Mais je suis pas marmiton, je suis Loup Solitaire et je venais saluer les seigneurs du Foruuuummm... Ouinnnnn...
Le premier cuisinier, brave homme, lui tapota paternellement l'épaule :
- Allez, allez, tu seras bien ici. Tu verras : nos maîtres sont restés des gens très simples.
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Sam 2 Sep 2017 - 20:10

Pauvre Loulou lol... Plié de rire
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 17 Sep 2017 - 9:55

Il faisait bien froid à cette heure matinale, le soleil commençait à peine à pointer son disque de feu sur l'horizon, n'arrivant pas encore à réchauffer l'atmosphère. Il y avait déjà une certaine animation dans les rues. Un coq chantait au loin, un chat essayait de prendre un oiseau qui s'envola bien vite avec ses congénères sur un arbre, des soldats fatigués rentraient de leurs patrouilles nocturne en direction de la caserne et faisaient claquer leurs bottes bruyamment sur le pavé, des habitants ouvrant leurs volets et se saluant, d'autres faisant le ménage devant leurs échoppes.
2 personnes pourtant, marchaient vite dans les rues, très vite même, ils portaient de vastes capes dont les capuches étaient rabattus devant leurs visages. Malgré l'air suspect de ces deux personnages, aucun des gardes qu'ils croisèrent ne semblaient vouloir les arrêter. Au contraire, ils avaient droit à une large révérence lorsqu'ils passaient à côté. Ils marchaient en direction du palais royal, l'un des deux tenant un paquet sous son bras.
Enfin ils arrivèrent, ils franchirent la porte principale dont la grille était ouverte et s'engagèrent sur une allée de pierres, passant au milieu d'une pelouse verte et de fleurs et de jardiniers en train de l'entretenir. L'huissier, toujours dans son habit rouge et or et malgré l'heure matinale, était déjà là, debout à côté de la porte et bayant de temps en temps aussi. Dés qu'il vit arriver le duo, il se redressa droit comme un I, commença à prendre une forte inspiration pour se mettre à crier.
- Les divins...
- Ta gueule.
- La ferme.
Il passèrent en coup de vent devant l'huissier dépité qui une fois encore, ne pu finir sa phrase, se demandant pourquoi il était là si il ne pouvait bordel de merde, jamais finir ses phrases et qu'il ferait mieux d'aller chercher du travail ailleurs. Le duo s'était déjà précipité dans le grand escalier de marbre blanc (dont une marche était cassée) qui menait à la salle du trône du roi Adrian. Ils franchirent ensemble la porte et se mirent à genoux sur un tapi rouge devant le souverain assis sur son trône.
- Nous l'avons majesté, mission accompli.
Le personnage enleva sa capuche révélant le divin Albatur. L'autre personnage était Warlock. Le roi se leva et descendit les marches de marbre, il prit le paquet que lui tendait l'érudit. Alors qu'il ouvrait le paquet, une grosse langue rapeuse lui laboura allègrement le visage. Le souverain regarda la créature dans le paquet, qui le regardait joyeusement en poussant de petits miaulement. Cette créature ressemblait vaguement à un chat, mais avec deux longues ailes sur le dos, Warlock pris la parole.
- Le sage Yaztromo l'a assuré, en regardant dans sa boule de cristal, il nous a dit que c'était le cadeau idéal pour VS.
- En effet majesté, lui qui aime les voyages, il pourra se servir de cette créature magique pour se déplacer instantanément là où il le souhaite.
- C'est le cadeau idéal en effet. Ça évitera que VS ne s'use les pieds à marcher ou à se déplacer sur une des ces créatures inconfortables que l'on nome La-Vion.
Le roi était devenu pale et il avait des goutes de sueur sur le visage, il repensait à la fois où il avait voyagé sur une créature comme ça, la bouffe était vraiment infecte et indigne de son rang royal et les turbulences nombreuses, il avait même cru devoir rendre son repas dans un joli sac en papier à motifs de fleurs rangé devant lui. La seule chose qu'il avait trouvé agréable lors de son voyage politique, c'était les hôtesses et le moment où il y avait eu la présentation des instructions de secours avec une jolie bouée jaune canard. Au fond de son carton, la créature venait de se pelotonner pour dormir en ronronnant. Les deux divinités sortirent de la pièce en reculant laissant le roi seul. Ils descendirent les marches mais eurent la surprise de ne pas entendre l'huissier cette fois-ci. Ce dernier dans les latrines pour un besoin pressant, venait de voir passer les deux hommes à travers d'un trou en forme de cœur dans la porte en bois et se précipita la tunique descendu.
- Les divins...BAOUM
Il venait de se prendre les pieds dans sa tunique et se ramassa lourdement pas terre. Il s'appuya la tête avec sa main, de l'autre il tapa ses doigts sur le sol en se disant qu'il irait bien travailler chez son cousin à la campagne.

La journée se passa dans la préparation et enfin le soir, la fête commença. Un grand bal avait lieu dans la grande salle du palais décorée avec goût et illuminée de nombreuses couleurs. Une troupe de musicien se tenait sur la scène et jouait des airs à la mode faisant danser les convives. Sur une table, on pouvait voir de nombreux plats ainsi qu'un gros gâteau avec un "Bon anniversaire voyageur solitaire" inscrit en lettres d'or au dessus. Un homme faisait des allers-retours des cuisines jusqu'à la salle, cette personne ressemblait beaucoup au grand maître suprême Loup Solitaire, mais que ferait t-il ici ??? loin du Sommerlund et de son amour Banedon. L'huissier quand à lui, se tenait toujours à côté de la porte et se chargeait au fil de la soirée, de crier les noms des invités. Content qu'il était de ne pas avoir des "ta gueule" ou "la ferme" comme c'était devenu la coutume depuis quelques temps.
Au centre de la pièce, VS était là, dans son bel habit de souverain d'Atalis, recevant les cadeaux des autres membres de la cité, mais il y en avait tellement, qu'il ne pouvait pas tous les déballer et ils étaient finalement empilés au fond de la salle. Il eu même la satisfaction de recevoir des cadeaux de membres imminents de la cité en voyage depuis bien des années, Yavanna, Requiem, Rendez-vous au 400, AqME, et bien d'autres (qui manquent beaucoup à la communauté). Leurs cadeaux finirent eux aussi sur la fameuse pile qui devenait de plus en plus haute et qui tremblait dangereusement.
- Tu imagines si quelqu'un se met à éternuer à côté mdrrrrrrrrrrrr.
Le forgeron lança cette vanne en rigolant bruyamment, sous le regard consterné de son compagnon nain.
Enfin un peut plus tard dans la soirée, la musique se coupa, le roi de la cité, accompagné par Milos, dans sa belle armure d'or, mais avec un nœud papillon, un chapeau pointu sur la tête et une langue de belle-mère à la bouche, descendait les marches, tenant un paquet dans les mains. Il s'arrêta devant le voyageur et lui tendit.
- Avec notre reconnaissance et en ce jour de fête, j'ai l'honneur de te faire don de ce cadeau qui je l'espère te fera plaisir.
- Merci majesté, mais il ne fallait pas...
Il ne termina pas sa phrase, alors qu'il venait d'ouvrir le paquet, une longue langue venait de lui labourer vigoureusement le visage. Son regard tomba sur une créature qui ressemblait vaguement à un chat avec des ailles et blablabla. Le voyageur pris la créature dans ses bras pour la sortir du paquet.
- Comme il est mignon, j'adore les chats, ça tombe bien et...
Il ne termina pas sa phrase encore une fois, dans le fond de la salle, un grognement se fît entendre, Milos tira son épée et se mit en protection devant le souverain, craignant de voir arriver une créature infernale, mais l'origine du bruit était tout autre. Vik en effet, était venu à la soirée accompagné de son chien, un gros saint-Bernard portant un tonneau en bois (rempli d'alcool d'après certains), avec une nœud papillon autours du cou et un chapeau pointu sur la tête. L'animal venait de voir lui aussi le chat et grogna en montrant les dents.
- Voyons, arrête vilain chien, laisse ce chat tranquille.
Le guérisseur avait bien du mal à retenir son chien. Finalement, la laisse lui échappa des mains et l'animal sauta sur VS en grognant. Ce dernier bascula de frayeur en arrière et lâcha son chat qui s'envola pour se poser au sommet de la pile de cadeaux. Le petit animal montra les dents et sorti les griffes sur un air de défi en regardant le gros chien au pied de la pile de cadeaux qui le regardait méchamment en aboyant. Vik essayant de le calmer avec l'aide de plusieurs autres membres du conseil et de soldats de la garde. Finalement ce qui devait arriver arriva, la pile de cadeaux se mit à trembler, bascula d'avant en arrière et tomba sur les convives qui se retrouvèrent noyés par les cadeaux. La poussière retomba et le silence s'installa, seulement coupé par le bruits des ailes du chat qui volait autours du grand lustre en cristal. Les convives, sortirent finalement au fur et à mesure de sous les cadeaux. Vik les habits en bataille, tira à deux mains la laisse de son chien toujours grognant pour sortir de la salle avec l'aide d'autres membres.
- Vilain chien, vilain, c'est la dernière fois que je vais à une soirée avec toi, bouhhhh, vilain, pas de miam miam ce soir pour le vilain chien, bouhhh pas beau.
dav-ID était au sol en riant fortement sous le regard consterné du nain.
- Tu images si quelqu'un vient à éternuer à côté MUAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
Albatur et Warlock se regardèrent en se demandant si Yaztromo avait prévu ça dans sa boule de cristal. Loup Solitaire était à genoux et pleurait, regardant son gâteau qui lui avait demandé tant d'heures de travail. Enfin, les gardes envoyés en renfort sous les ordres d'Antares, firent le ménage dans la salle, la musique résonna de plus belle et la soirée se prolongea tard dans la nuit. Tellement tard et l'alcool coula tellement à flot, que VS bourré, tenant son chat contre lui, raconta à Alin V en rigolant, la fois où il avait bu une potion de Vik et qu'il se retrouva sur le toit nu en train de rire bêtement avec les pigeons, sous le regard vexé du guérisseur qui se mit à bouder.
- Mouais, même pas vrai, elles sont efficaces mes potions.
Soudain, un POUF sonore venait de retentir et un nuage de fumée rose enveloppa le voyageur et son chat, lorsqu'il se dissipa, VS n'était plus là. Albatur et Warlock se regardèrent en rougissant.
- Mince, j'ai oublié de dire à VS le pouvoir de ce chat.
- Tu sais où il se trouve maintenant ??
- Non. Mais j'espère pas trop loin.

En effet, il n'était pas bien loin, la fête s’était prolongée très tardivement, le soleil venait de se lever depuis une bonne heure. VS se trouvait au sommet du palais, sur le toit de la plus haute des tours, son chat toujours dans ses bras, il était nu et il regardait bêtement les pigeons en se demandant ce qu'il faisait là. Parce que pour le coup, il n'avait pas bu une potion de Vik. Ce qu'il se passa ensuite, c'est une tout autre histoire qui fit la une de la gazette du forum, mais elle restera privée.
Revenir en haut Aller en bas
ALIN V
Fléau des Héros
Fléau des Héros
avatar

Masculin
Poissons Buffle
Nombre de messages : 7849
Age : 45
Localisation : Hammardal
Loisirs : déchiffrer les étranges signes contenus dans les bulles des BD
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 17 Sep 2017 - 10:54

Deux jours plus tard dans l'infirmerie du forum.

Adrian : C'est qui ?

Alin V : cDang.

Adrian : Dang, connait pas !

Alin V : Non c'est cDang !

Adrian : Ah ! La vache je l'avais pas reconnu !

Alin V : Ouaip, c'est moche !

Adrian : Mais que lui est il arrivé ?

Alin V : Ben c'est pas super clair. Avec Vik, ils sont partis à un festival après l'anniversaire de VS près de Caen.

Adrian : Quand ça ?

Alin V :  Avant-hier près de Caen, la ville.

Adrian : Ah ! Caen !

Alin V : A quand quoi ?

Adrian : Laisse tomber cantinue... euh... continue. C'est dangereux comme festival ?

Alin V : Je ne croix pas. D'après Mark Twang qui a ramené cDang, il sont arrivé là-bas assez éméché. Faut dire que l'anniversaire de VS avait été passablement arrosé.

Adrian : Au fait on l'a retrouvé VS ?

Alin V : Non, toujours pas mais le chat finira bien par le téléporter dans un coin du forum.

Adrian : C'est dingue ça ! Enfin poursuit l'histoire de cDang.

Alin V : Donc il paraît qu'une fois arrivé prétextant qu'ils étaient heureux de retrouver des amis scriptes d'aquarium...

Adrian : Des scriptes d'aquarium ? Qu'est ce que c'est encore que ça ?

Alin V : Je sais pas trop, je te dis c'est pas clair. Au départ comme c'est en Armorique j'ai pensé au camp romain mais je vois pas ce que feraient des scriptes là bas. Après vu la passion de Vik pour la zoophilie...

Adrian : Zoothérapie !

Alin V :  Oui, vu la passion de Vik pour la zoothérapie je me suis demandé si ce n'était pas des scriptes qui écrivaient avec des poissons ou sur des poissons. Enfin j'en sais rien du tout...

Adrian : Passons.

Alin V : Donc tout heureux de retrouver leurs amis, ils ont fêté ça au cidre.

Adrian : Bah c'est pas trop fort le cidre, c'est pas ça qui a mis cDang dans cet état.

Alin V : Sûr, mais ils avaient déjà beaucoup d'alcool dans le sang et quand il n'y a plus eu de cidre, ils ont attaqué le calvados. D'après Mark Twang qui est arrivé à ce moment là c'était pas beau à voir. Mais tout a basculé quand il n'y a plus eu de crêpes. CDang qui se disait affamé a décidé de s'attaquer à un Dragon voisin. Il s'est jeté dessus et l'a mordu.

Adrian : Ce qui explique les brûlures !

Alin V : Tout à fait.

Adrian : Mais au fait où est Vik ? Il ne devrait pas être là pour le soigner ?

Alin V : Ben après l'incident, le dragon s'est envolé furax et Vik l'a poursuivi en agitant une bande de coton et hurlant qu'il voulait le soigner. Depuis nul ne l'a revu.

Adrian : Non ?

Alin V : Si !

Adrian : C'est dingue !

Alin V : Ouaip, cDing !
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 17 Sep 2017 - 12:01

Dimanche matin, jour de repos pour les habitants, jour qui normalement est très calme, pourtant aujourd'hui, il régnait une certaine animation dans les rues et principalement au palais royal. Tout le monde était au courant et les gens se préparaient, c'était aujourd'hui l'anniversaire du fondateur de la cité, le roi Adrian en personne. Dans les rues de la cité, des soldats marchaient en rang, armes et boucliers dans les mains, se rendant aux points stratégiques sous les ordres hurlant d'un Milos dont l'armure était dans un état impeccable, encore plus aujourd'hui, il avait passé la nuit à la nettoyer énergiquement avec des produits qu'il avait fait venir à ses frais, de pays lointains. La jeune Antares était là elle aussi, dans son armure tout aussi impeccable pour seconder son chef. La journée allait être très longue pour le capitaine de la garde d'or et son adjointe.
L'anniversaire du fondateur était toujours un moment très délicat, il y aurait une très forte affluence de personnes, surtout vers le palais, des personnalités imminentes des royaumes voisins seraient présents, il fallait donc assurer la sécurité contre les éventuels anarchistes ou terroristes, voyant là une très bonne occasion de supprimer le roi pour déstabiliser la cité. Les membres de la secte fanatique de la déesse fusion étaient les plus dangereux. D'où une certaine nervosité chez les soldats.
De l’affluence il y en avait en effet, les rues normalement si calme le dimanche, étaient pleines à craquer, des piétons en nombre, mais aussi de nombreux véhicules, provoquant ici et là, bon nombre d'embouteillages. Dans le ciel aussi c'était très chargé, certaines personnes venant de très loin se déplaçaient en A-Vion, ces créatures blanches avec deux ailes, un vaste terrain avait été aménagé derrière le palais, terrain loué par le divin Albatur, ce dernier voyant là une bonne occasion de se remplir les poches.
Une plaque en acier se souleva avec bruit dans le jardin du palais. Les gardes sur place se précipitèrent pour arrêter les intrus, mais ils se redressèrent en saluant en reconnaissant les personnes sortant de l'égout.
- Vous voyez, c'est peut être une idée à la con, mais au moins nous sommes vite arrivés en évitant la foule dans les rues"
Lança Albatur, en souriant de toute ses dents, se faisant aider par un garde pour sortir. Vik derrière lui, ne semblait pas du même avis que lui, il reniflait ses habits sur un air de dégout.
- Sauf que là, mon parfum a tourné, c'est plus fleur de jasmin, c'est fleur de caca.
Un rire sonore se fit entendre derrière lui, dav-ID venait de lâcher les barreaux de l'échelle pour tomber dans l'eau en rigolant.
- Fleur de caca, elle est bien bonne celle là muahahahahahaha.
Sous le regard consterné de Guillibran le nain qui regardait son maître tristement en hochant la tête de droite à gauche.
- Bon tu montes, c'est pas que je m'emmerde ici, mais j'aimerais bien sortir.
VS, les bras croisés et les sourcils froncés, tapait du pied avec impatience dans une flaque d'eau verte.
- Surtout que j'ai entendu du bruit là bas.
Warlock s'accrochait au voyageur, regardant derrière lui avec crainte le couloir s’enfonçant dans les ténèbres. Car des créatures il y en avait dans les égouts sous la ville, même si les mages du palais avaient mis en place un système complexe de runes pour protéger les bouches, évitant ainsi l'envahissement de la cité par des monstres. L'égout de la ville était un véritable nid à bestioles, des rats géants, des gobeurs de vase, des fous et des paumés, des assassins, etc. Les agents de l’entretien, descendaient toujours avec des armes et une poignée de soldats pour se protéger des attaques.
La plaque retomba sur l'ouverture après le passage de Warlock qui souffla en voyant la lumière du soleil, il regarda ses habits en se demandant si en effet c'était une bonne idée de passer par là, le gain de temps était non négligeable, mais ses habits étaient bon pour finir au feu et son parfum avait tourné. Le groupe se dirigea vers la porte principale du palais pour se rendre vers les douches et se changer. Passant au milieu d'une horde de jardiniers donnant un dernier coup de propre au jardin, de décorateurs en train d'embellir la façade du palais. L'huissier quand à lui était là, toujours fidèle au poste dans son habit rouge et or impeccable repassé pour l'occasion, droit comme un I, il vit le groupe venir vers lui, inspira le maximum d'air que ses poumons pouvaient contenir et se prépara à hurler comme à son habitude, les noms de ceux qui allaient pénétrer dans le palais, sauf qu'il se ravisa, l'odeur était en effet insupportable, une sorte de mélange de pisse, de merde et de vomi, sa figure devint pale comme la mort, il se sentait mal et se précipita dans les latrines pour rendre son petit déjeuner.
- Il serait bon en effet, que nous prenions une douche et que nous nous changions.
- Surtout que tout le monde est en train de nous regarder, c'est gênant.
Le petit groupe, s’enfonça dans un couloir sous le grand escalier en direction du système de chauffage du palais pour brûler leurs vêtements et pour se rendre aux vestiaires pour prendre une bonne douche.

La journée se passa dans la préparation de la soirée, la plupart des invités étaient déjà là, discutant en prenant le frais à l'ombre du palais ou dans les jardins, un soleil radieux était haut dans le ciel, ses rayons filtrants aux travers des vitraux de la grande salle, à un moment pourtant, l'ombre se fit, pourtant il n'y avait pas un nuage dans le ciel bleu et la météo ne donnait pas de pluie. Le capitaine de la garde d'or se précipita dehors pour voir ce qu'il se passait. Le soleil venait d'être masqué comme une éclipse par une très grosse sphère sombre, constellée par des milliers de petites lumières. Un petit appareil blanc, ressemblant à un oiseau, sorti de cette sphère pour venir se poser avec bruit en repliant ses grandes ailes dans le jardin du palais, la porte principale s'ouvrit dans un pshiiii et de la fumée, des soldats en armures d'un blanc comme la neige, sortirent pour se mettre en rang de part et d'autre de l'escalier. Enfin, un grand personnage noir se présenta pour descendre lentement, respirant bruyamment, sa cape noire flottant derrière lui, il passa entre les soldats au garde à vous qui le regardaient avec respect pour se diriger vers la porte principale du palais. L'huissier, revenu des latrines où il avait passé une bonne partie de l'après-midi malade, reconnu le personnage et se prépara à hurler son nom.
- Le divin...
Mais il ne termina pas sa phrase, il venait de sentir une forte pression sur son cou, il mit ses mains sur ce dernier, il avait l'impression qu'une force invisible était en train de lui broyer la gorge, l'air ne pouvait plus passer et sa figure était en train de virer au violet. Le sombre personnage le regardait à travers son masque noir en rigolant et en tenant ses doigts en avant. Puis il arrêta son geste et l'huissier tomba au sol en essayant de retrouver son souffle. Le capitaine de la garde d'or passa devant lui et se dirigea vers le seigneur sombre, pour lui taper énergiquement sur l'épaule, geste qui ne le fit même pas trembler, pourtant le puissant guerrier y avait donné toutes ses forces dans son geste.
- Bon anniversaire Vador, alors, toujours asthmatique à ce que je vois ??? tu penses bien à prendre ta Ventoline au moins ??? ha ha ha ha ha.
Le seigneur sith ne répondit pas à cette remarque, il leva sa main mais Milos l'attrapa et la serra très fortement en le regardant et en faisant signe du genre "pas de ça avec moi hein".
- En tout cas t'as toujours aucun humour à ce que je vois ha ha ha ha ha.
- Bien sur que j'en ai de l'humour, ce matin par exemple, en me levant j'ai utilisé mon nouveau rayon de la mort que j'ai eu en cadeau pour faire exploser une belle planète toute verte, ça c'est très drôle ha ha ha ha ha ha. Tu aurais du voir ça, c'était fantastique, la planète est devenue orange, puis elle a commencée à se craqueler et dans un grand flash de lumière, BAOUM. Quel beau spectacle que c'était, il y avait des débris partout, génial, j'en suis encore bouleversé par l'émotion.
Le personnage prit un mouchoir que lui tendait un soldat, le place devant l'ouverture de son masque et souffla avec énergie dans un grand POUET sonore. Pendant qu'un frisson se mit à parcourir l'assemblée en entendant que détruire une planète était très drôle pour le seigneur sombre.
- En plus regarde, aujourd'hui je suis en mode fête.
Il pointait son cou avec sa main gantée de noir pour montrer un mignon nœud papillon de couleur sombre lui aussi. Puis il fit un signe et il se dirigea vers la porte principale du palais entouré par ses soldats. Sous la musique de la marche impériale qu'était en train de jouer un soldat qui portait plusieurs instruments de musique. L'huissier toujours au sol, le regardant passer avec crainte et se protégeant avec ses bras lorsqu'il arriva à sa hauteur, mais souffla en constatant que le seigneur Vador ne le regardait même pas et pénétra dans le palais.

Enfin la soirée arriva, le palais se retrouva illuminé, un orchestre était là, jouant de la musique à la mode pour faire danser les convives. au fond de la salle, une vaste table était installée contenant un très grand nombre de plats. Loup Solitaire était toujours là, apportant les plats et faisant des allers et retours de la salle aux cuisines, il n'avait pas encore réussi à s'enfuir, il y avait trop de monde aujourd'hui. Il lui tardait de repartir pour retrouver son cher Banedon, le grand amour de sa vie.
Au fond de la salle, les cadeaux étaient empilés, sauf que cette fois-ci, il y avait eu des précautions de prises pour éviter la même catastrophe que pour l'anniversaire de voyageur solitaire. Qui de toute façon n'avait pas son chat magique avec lui et Vik avait laissé son chien à la clinique en disant que c'était un vilain chien et qu'il n'irait pas à la fête avec lui pour manger le bon miam miam, vilain chien bouuuuuh vilain, pas beau.
Appuyé contre un pilier en marbre blanc, VS était gêné, il faisait jouer le liquide dans son verre, il repensait encore à sa soirée d'anniversaire où il avait terminé sans comprendre sur le toit du palais nu en regardant les pigeons. Pourtant cette fois-ci, il n'avait pas consommé une potion de Vik.
- C'est vrai merde, j'étais là et pouf, d'un coup je suis sur le toit, la honte que j'ai eu lorsque ça a été annoncé dans la gazette du forum "EXCLUSIF : le souverain d'Atalis pratique le nudisme animal sur les toits, un reportage choc sur une vie de débauche zoophile".
Warlock et Albatur se regardaient, rougissant de honte, aucun des deux n'avait encore osé lui avouer les pouvoirs de ce chat et que c'était à cause de ce qu'il avait dit, qu'il était arrivé sur le toit de la tour.
- Euh en fait tu vois...
- Oui tu vois, en fait...
Ils furent presque heureux, en entendant la musique retentir encore plus fortement pour finalement se taire. La lumière venait de s'éteindre et un projecteur éclaira le sommet du grand escalier. Adrian, le roi de la cité venait d'apparaître, dans son bel habit de fête, sa couronne d'or brillante sur la tête, entouré par Milos et Alin V. Il descendait les marches et s'arrêta face à un pupitre où se trouvait un micro.
- Mes amis, aujourd'hui est un jour de fête, déjà parce que c'est mon anniversaire, mais aussi celui d'un autre membre imminent de notre assemblée, le seigneur Vador, dont je regrette que son asthme ne s'arrange pas du tout avec l'age, c'est même encore pire qu'avant, tu penses bien à prendre ta Ventoline au moins ???
Le seigneur sombre en entendant ça, leva sa main gantée de noir en direction du roi mais il s'arrêta en voyant les regards mauvais de Milos et d'Alin posés sur lui, il savait très bien que ça ne servait à rien de se mettre à dos le puissant guerrier et le juge suprême à la fois.
- Enfin, merci à vous d'être là, amusez-vous, buvez, mangez, c'est la fête.
La musique se fit à nouveau entendre et la fête se prolongea tard, très tard dans la nuit.

Pourtant, le souverain de la cité n'était pas vraiment satisfait, il manquait quelque chose à sa soirée, alors qu'à un moment où il se trouvait assis sur les marches à l'extérieur du palais pour prendre l'air frais, à côté de Vador, respirant toujours difficilement, un verre d'alcool fort à la main et un chapeau pointu rose sur la tête.
- Tu vois mon ami, ce qu'il manque vraiment à cette soirée, c'est un bon gros feu d'artifice, un truc de dingue qui pète bien avec des tas de couleurs.
- Pourquoi ne pas en faire un ???
- J'ai envoyé mes soldats pour récupérer des fusées et de la poudre chez le mage Yaztromo, mais ce dernier est actuellement malade et il n'a pas pu honorer ma demande.
Le souverain mit sa tête dans ses mains en affichant un air de déception. Vador le regardait à travers son masque noir.
- J'ai une idée si tu veux un feu d'artifice tu vas l'avoir.
Il fit un signe de tête à un soldat en armure blanche, lui parla doucement et ce dernier se précipita vers la navette posée dans le jardin pour se mettre au poste de commande, il prit un micro et donna des instructions. L'étoile de la mort monta dans la ciel,jusqu'à devenir petite et disparaître. Peut de temps après, des explosions se firent voir au milieu des étoiles, ressemblant à un gigantesque feu d'artifice. Il y en avait des rouges, des bleus, des vertes, etc. Même un gigantesque bouquet final pour conclure. Le roi se redressa et regarda son compagnon sans comprendre cette magie.
- Comment à tu fais ça ???
- Rien de plus simple voyons, j'ai juste demandé au commandant de mon étoile noire, que je voulais voir un feu d'artifice et qu'il devait faire exploser quelques planètes ha ha ha ha ha ha ha ha ha. Allons, ne fait pas la tête, c'est la fête après tout ha ha ha ha ha ha ha ha. En tout cas ça doit être un beau spectacle, j'envie mes soldats qui peuvent voir ça à bord de mon étoile de la mort ha ha ha ha ha ha ha ha ha.
Le souverain le regardait en frissonnant, l'humour de Vador était vraiment très spécial et il était content de le compter parmi ses amis plutôt que parmi ses ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Sam 30 Sep 2017 - 11:39

En réponse à dav-ID donc, pour son texte sur mon anniversaire :

- Mes chers amis... Chers collègues divins... non, pas ça non plus... Amis du forum... non plus...
Installé derrière son écritoire marqueté d'or, une plume à la main, l'encrier de pierre noire à son côté, VS s'énervait à écrire la lettre de remerciement destinée aux membres du forum. Par les feux du désert, trouver les mots justes lui semblait aussi ardu que pour l'écriture d'une AVH, Aventure Véritablement Haletante. Autour de lui dans la pièce, les ennuques de son service allaient et venaient au milieu des malles de cèdre grandes ouvertes, les bras chargés de linge et d'affaires diverses qu'ils rangeaient dans les armoires. Perdu dans ses pensées, le divin Voyageur entendît à peine l'exclamation du chef des ennuques :
- Oh, un nouveau chat ! Qu'il est beau ! L'as-tu ramené de ton lointain voyage Maître ? Mais... Mais il a des ailes...
En quelques minutes, tous les serviteurs s'étaient rassemblés autour de l'étrange félin qui, comblé de caresses et d'attentions, ronronnait de plaisir dans les bras du chef des ennuques. VS ratura rageusement sa dernière phrase avant de lever la tête :
- Hum... C'est mon cadeau d'anniversaire...
- Comme il est joli ! D'où vient-il, du Sommerlund ?
L'instant suivant, VS se retrouvait seul dans la pièce, une traînée de fumée rose voletant paresseusement au-dessus du parquet. Abasourdi, le Voyageur posa sa plume, se leva et regarda autour de lui, les yeux aussi ronds que ceux du Maître des Grenouilles du Marais aux Scorpions. Au même moment, le nouveau marmiton, le grand blond platine aux cheveux longs venu du Sommerlund, entrait, portant sur un plateau une tasse d'où s'échappait une délicieuse odeur :
- Ton thé vert du Chaï, Divinité.
- Où sont-ils ?
- Qui ça Divinité ?
- Mes ennuques, s'énerva VS devant l'air de parfait crétin arboré par l'autre. Mes serviteurs, ceux qui ont une voix flûtée, les ongles manucurés, les yeux fardés et les mains parfumées à la pâte de rose et de violette...
Cette description évoqua un écho certain chez Loup Solitaire, des images de ses compagnons, de Banedon et d'une vie heureuse aujourd'hui enfuie le submergèrent et il éclata soudain en sanglots déchirants.
Au même moment, un nuage de fumée apparût et le groupe des ennuques fût à nouveau là, stupéfait.
- Je vous avais interdit de consulter mes livres et grimoires de magie en mon absence !
- Mais, mais... Je t'assure Maître, nous n'y comprenons rien... Nous demandions juste si ton nouveau chat venait du Sommerlund et...
Nouveau nuage de fumée, nouvelle disparition. Sourcils froncés, le divin Voyageur réfléchissait... Etait-ce possible ? Après tout, avec ce vieux fou de Yaztromo qui était à l'origine de cette bestiole... "C'est bien ma chance... J'ai déjà dû me taper les pertes de mémoire du vieux Nicodème pour buter Zambar Bone autrefois, maintenant faut gérer les conneries de Yaztromo..."
Nouveau nuage de fumée, nouvelle réapparition du groupe. Le chef des ennuques se tourna vers son maître, le regard interrogateur :
- Maître, quelle est cette folie ? Nous nous sommes retrouvés à nouveau en un autre lieu, un grand château sous un ciel gris près d'une vaste et profonde forêt... Et à nos côtés, un homme grand et mince, blond aux yeux de chat, vêtu d'une robe étoilée et stupéfait de nous voir là...
- Banedoooonnnn ! Pleurnicha le nouveau marmiton.
- Et ensuite ? Demanda VS, négligeant cette diversion inopportune.
- Hé bien, nous avons dit "Que faisons-nous là ? Nous étions dans les appartements du maître, au Forum" et là, pouf ! Nous revoilà...
Sans mot dire, VS prît le chat dans ses bras. Ses ailes repliées, les yeux clos, le petit félin s'était endormi et ronronnait doucement. "Sacré cadeau" pensa VS. "Si à chaque fois qu'on prononce le nom d'un endroit en sa présence, il nous y téléporte, on a intérêt à faire gaffe à ce qu'on dit..."
- C'est bien, vous pouvez vous retirer, j'ai à faire.
Pendant que leur maître déposait doucement le félin endormi sur un divan de soie, les fidèles ennuques s'inclinaient et se retiraient. Loup Solitaire également mais une lueur étrange brillait dans ses yeux. Le Grand Maître Suprême avait lui aussi compris les pouvoirs du mystérieux animal. Pendant que VS retournait à son écritoire, il sortît, referma les portes ouvragées d'or et resta appuyé au panneau épais. "Il me faut ce chat ! C'est le seul moyen de rentrer au Sommerlund !"
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 1 Oct 2017 - 11:16

Bon retour VS...j'espère que tu as passé de bonnes vacances...??... Very Happy



Le soleil était en train de se coucher derrière les collines dominant la cité d'Atalis, la lumière orange de l'astre solaire sur l'horizon et les ombres des collines étaient un émerveillement pour les nombreux visiteurs et voyageurs de passage faisant asile pour la nuit. L'heure du repas commençait à approcher. Néanmoins, une personne n'avait pas faim, le maître de la cité était très sceptique et il réfléchissait beaucoup. Tournant et retournant autours de son bureau, VS avait réussi à donner le tournis à ses ennuques qui petit à petit, sortirent de la pièce pour aller vomir dans un coin, laissant finalement le voyageur seul, perdu dans ses réflexions.
- Donc si j'ai bien suivi, ce chat aurait le pouvoir de transporter celui qui le porte là où il voudrait.
Il s'arrêta et une vision de cauchemar lui traversa rapidement l'esprit et il sursauta, il repensait à sa soirée d'anniversaire, il avait un peut bu, pas beaucoup, mais cet alcool de pêche venu d'une île lointaine était un régal, qu'il en avait un peut abusé c'est vrai. Il était avec Alin V à ce moment là, à discuter assis devant un comptoir où se trouvaient de nombreux verres et bouteilles aux formes différentes, contenant divers liquides de multiples couleurs.
- Mais alors ??? si je me suis retrouvé nu sur le toit en regardant les pigeons, c'est à cause de lui ???
Il se retourne et son regard se posa vers le panier en osier, contenant un coussins et des jouets, où dormait le chat noir portant des ailes. Il frappa du pied rageusement sur le sol de marbre.
- Lorsque je serais de retour au forum, j'aurais deux mots à dire à Warlock et Albatur, ils vont m'entendre ces deux là. Sacré cadeau que ce chat, certes pratique pour mes voyages, mais à utiliser avec précaution aussi.

Pendant ce temps la au forum, Warlock et Albatur, ressentirent en même temps, un gros frisson.
- Tien, je dois être malade moi, ce temps changeant n'est pas très bon.
- Curieux, je dois couver une grippe. Où est rangé ce foutu thermomètre.

Il y en a un autre qui avait réussi à comprendre les pouvoirs du chat. Loup Solitaire, une charlotte posée sur la tête et un fouet dans l'autre, battait machinalement des œufs en neige dans un grand bol en fer. Il était perdu dans ses pensées lui aussi, se demandant comment il pourrait récupérer ce chat pour filer au Sommerlund. Son cher et tendre Banedon lui manquait cruellement, sa longue chevelure blonde platine, ses yeux de chat, il poussa un long et profond soupir. Il n'entendit même pas le chef venir derrière lui, les bras sur les hanches, le sermonner nerveusement.
- Arrête de battre ces œufs. Peuchère, c'est pas de la neige que tu fais là voyons (le chef avait un léger accent du midi).
Quelle honte, LUI, le grand Loup Solitaire, celui qui a retrouvé les pierres de la sagesse, qui a éliminé de nombreuses créatures infernales et terrassé les maîtres des ténèbres, qui maîtrise les plus grandes disciplines de l'ordre Kaï, condamné à battre des œufs en neige. Il était déprimé complètement, néanmoins, il ne tarda pas à retrouver le sourire.
- Tien, prend ça et apporte donc ce plateau dans le bureau du maître, il a dit qu'il ne souhaitait pas diner dans la salle principale avec ses ennuques cette fois-ci, il est fatigué de son voyage et il voudrait manger au calme.
LS était content, il voyait là une parfaite occasion de s'introduire dans la chambre du voyageur pour piquer ce chat. Il prit le plateau pour sortir de la cuisine. Il monta les marches quatre à quatre et se retrouva devant une grande porte en bois. Il respira profondément et frappa énergiquement sur le panneau. Une voix se fit entendre derrière.
- Vous pouvez entrer.
LS poussa le panneau et trouva le voyageur, assis derrière son bureau au centre d'une immense pièce ronde, décorée du sol au plafond avec gouts. LS était toujours ébahi lorsqu'il venait là, lui qui était pourtant le souverain du Sommerlund, ne possédait pas autant de richesses. Le bureau était éclairé par une simple bougie sur un chandelier. VS, une plume dans la main, leva la tête dans sa direction.
- Votre repas.
VS tendit son bras sur un coin de son bureau.
- Pose le là, je mangerais plus tard, lorsque j'aurais terminé d'écrire cette lettre que je vais adresser à deux personnes qui ne perdent rien pour attendre.

Warlock et Albatur furent à nouveau traversés par un frisson glacial, signe de maladie. Un petit tour chez Vik s'imposait.

Le grand maître suprême posa donc le plateau d'argent sur un coin du bureau à côté de l'encrier. Il pouvait voir le chat noir, dans son panier en train de jouer avec une petite souris rose en laine. Utilisant sa discipline de l'intuition, LS venait d'avoir une idée géniale, en posant le plateau sur le bureau, il en profita pour renverser l'encrier.
- Oups, désolé, hé hé hé, que je suis maladroit, mon ami me le dit souvent lorsque nous...enfin, je vous ferais pas un dessins *siffle*
- Arf, tu peux pas faire attention ??? pile sur mes dessins.
Une grosse flaque noire se rependait lentement sur la surface du bureau, tachant des rouleaux de parchemins, des dessins et la lettre que VS était en train d'écrire. Ce dernier se leva, redressa l'encrier et se précipita dans ses appartements à côté de son bureau pour se changer et récupérer de quoi éponger l'encre. Pestant et jurant car cette fameuse encre coutait la peau des fesses et que c'était du gaspillage, qu'il retiendrait le prix sur le salaire de ce commis de cuisine maladroit. LS encaissa le coup, lui comparé à un simple commis de cuisine et se précipita sur le panier du chat. Il le prit dans ses bras, la petite boule de poil ronronna en le regardant joyeusement.
- Je veux retourner au Sommerlund dans le monastère Kaï.
Un grand POUF se produisit, dans un nuage de fumée rose, LS venait de disparaître. Le voyageur revint dans son bureau et constata qu'il n'y avait plus personne, juste une légère brume rose en train de se dissoudre. Il épongea l'encre rageusement, regardant avec tristesse ses dessins qu'il avait mit si longtemps à faire.
Un nouveau POUF sonore se produisit, le faisant sursauter et basculer à nouveau son encrier, dans une fumée rose, il vit un personnage qu'il ne connaissait pas. Lui aussi était blond platine, avec des yeux de chat, il portait un mignon peignoir de nuit avec des coeurs. Entre ses mains, se trouvait le chat noir qui miaulait joyeusement. VS le regarda de haut en bas.
- Qui êtes vous donc monsieur ???
- Et vous, qui êtes vous ???
- Moi je suis Voyageur Solitaire (VS pour les intimes), le maître d'Atalis, cité où vous vous trouvez actuellement et vous ???
- Moi je suis Banedon.
Le magicien se frottait les yeux, se demandant si il ne rêvait pas.
- J'étais dans la chambre de mon beau loup, lorsque j'ai eu une envie présente, je me suis levé du lit où je dormais, j'ai descendu le grand escalier pour me rendre aux latrines, puis il y a eu un gros POUF, un nuage rose, je me suis retrouvé avec un truc poilu entre les mains, j'ai vu une personne courir dans les escaliers en disant qu'il avait réussi à quitter une certaine Atalis, qu'il était enfin de retour au Sommerlund, hurlant mon nom. Je me suis alors demandé qui était cette Atalis puis POUF, je me retrouve ici.
VS regarda le chat noir songeur.
- Ce cadeau est vraiment dangereux, très dangereux. Ne vous inquiétez pas monsieur, on va vous aider.

Pendant ce temps au Sommerlund, dans le monastère, les disciples furent réveillés par les hurlements d'une personne courant dans les couloirs à la recherche de quelque chose ou de quelqu'un. Les gardes et certaines personnes, reconnurent LS hystérique et comme fou, cherchant dans les moindres coins et recoins.
- BANEDONNNNNNNNNN OUUUUUUUUU EST-TUUUUUUUUUUUUUUUUUU ????????

Au même moment, sur un toit de la cité du forum, Warlock et Albatur se regardaient bêtement, complètement nu. Se croyant malades en effet, les deux divins firent un tour dans le cabinet médical de Vik, trop content de pouvoir administrer à ses amis une nouvelle formule capable croyait-il, de terrasser la moindre maladie par KO en quelques secondes (formule qu'il avait trouvé dans un livre poussiéreux caché dans sa bibliothèque). Ce qui devait arriver arriva encore une fois.
- Belle soirée hein ??
- Euh oui, un peut fraiche. Mais dit moi, on fait quoi ici ??
- Bonne question.
Ils passèrent la nuit sur le toit puis au matin, regardaient les pigeons bêtement en attendant des secours, pour le coup, ils attrapèrent une maladie réelle et furent alités plusieurs jours. Par contre ils refusèrent l'aide de Vik, ce dernier vexé, ne comprenait pas pourquoi une t-elle réaction de leurs parts. Un matin pourtant, Warlock, un thermomètre dans la bouche, lui lança.
- Tu as déjà utilisé un de tes remèdes ???
- Non pourquoi ??? je ne suis jamais malade.
- Tu devrais pourtant.
Albatur couché dans un lit, regardait la scène en hochant la tête d'un signe d’approbation.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Dim 1 Oct 2017 - 19:54

Excellentes. Mais demain matin reprise du boulot, ça va être hard...

Un crépuscule flamboyant s'étalait sur Atalis, baignant d'or fondu les tours et flèches orgueilleuses de la cité. Dans les appartements de Voyageur Solitaire, les ombres s'allongeaient sur le sol de marbre comme pour toucher le divan où le maître des lieux reposait, allongé et les yeux clos, la tête posée contre le ventre (confortable) de Kous-Kous, le chef des ennuques. Ce dernier, agenouillé derrière son maître, lui massait doucement les tempes à l'eau de rose.
- Maître...
- Hum ?
- Que doit-on faire de cet inconnu, ce jeune blond à la robe étoilée qui est soudain apparu ?
Sans rouvrir les yeux, VS eût un geste négligent de la main :
- Je ne sais pas moi... Jetez-le aux lions...
- Impossible, ils sont tellement gavés et dorlotés qu'ils ne sont plus capables de manger une souris.
- Pas ma faute si j'adore les chats. Bon, il est où ce blond mystérieux ?
- Avec les autres, il attend dans l'antichambre des Audiences Refusées.
Avec un soupir, VS se leva, penchant la tête à droite et à gauche :
- D'accord, j'y vais...

Toujours sous le coup de la surprise, Banedon restait assis telle une sage demoiselle sur la banquette, admirant le somptueux décor de marbre et d'onyx, les tapis précieux jetés sur le sol, les frises en or courant le long des murs. Ishir et Kaï, quel endroit superbe. Inconnu mais superbe. Quand il repensait au fruste monastère Kaï, il avait l'impression d'y être Cosette pataugeant en sabots dans une étable... Et puis, ces ennuques étaient charmants avec leur voix douce, leurs gestes précieux et leur langage châtié, il fallait bien le reconnaître. Malgré tout, il n'allait pas attendre indéfiniment comme ça. Banedon toussota, faisant tourner les têtes vers lui :
- Heu, excusez-moi mais... Que va-t-il se passer maintenant ?
- Tout dépend du maître. Vu son humeur aujourd'hui, il y a de fortes chances pour qu'il te fasse empaler.
- Oh... Après tout, le pal est un supplice qui commence si bien et qui finit si mal... Hi, hi, hi...
Silence. Conscient que sa blague n'avait pas marché, Banedon aurait dû en rester là mais il repartît à l'attaque avec inconscience :
- Sinon, vous savez ce que c'est un combat d'ennuques ? Un combat sanglant. Sans gland. Hi, hi, hi...
Silence de mort, regards noirs.
- Heu, sinon, on peut chanter ? Allez, tous ensemble !
Le magicien avait une voix atrocement fausse mais qu'il entendait juste et agréable. Parti sur La digue du cul, il s'arrêta brusquement en entendant résonner dans le couloir la voix de VS :
- C'est quoi ce cri horrible ? On tue le cochon en octobre aussi à Atalis ? Non, sérieusement, c'était quoi, personne n'est blessé ?
Le maître d'Atalis était bien embarrassé par cet invité inopportun (et par son parfum aussi) mais les lois de l'hospitalité étant sacrées, il ne pouvait décemment pas le jeter dehors. Caressant le persan blanc qu'il tenait contre lui, le divin Voyageur réfléchissait.
- Tu es magicien, c'est ça ?
- Mais oui. Reçu premier avec les honneurs au concours de la magie cosmétique de l'école...
- Oui, oui, ça va. Kous-Kous ?
- Oui Maître ?
- Je reçois tous les chefs de tribu du désert ce soir au dîner. Il y aura notamment Al-Kol et sa fille Razzia, mais aussi Kif et sa femme, la grosse Tajine. Ce... Magicien nous distraira de ses tours pendant le repas.
- Oui Maître.
Le chef des ennuques désigna Banedon et frappa dans ses mains potelées frottées à la pâte de violette :
- Emmenez-le au Pavillon des Préparatifs Enervés et veillez à ce qu'il soit présentable pour ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Mar 3 Oct 2017 - 16:22

Le soleil était couché depuis longtemps, la voute céleste sans aucun nuage, était un grand spectacle et il n'était pas rare de tomber sur les terrasses et les balcons du palais, sur des badauds, le nez en l'air en train de regarder les étoiles, un livre à la main pour se repérer dans les constellations ou un télescope à l’œil.
Dans la salle de bal du palais il y avait aussi une grande animation, des coussins de multiples couleurs étaient posés sur le sol, formant un cercle autours de tables basses sur lesquelles se trouvaient déjà de nombreux plats installés par des serviteurs, dégageant une odeur fort appétissante dans l'ensemble de la salle. Cette dernière était décorée avec gout et éclairée par une série de torches accrochées aux murs. La porte s'ouvrit en grand, laissant passer le VS en grande discussion avec ses invités.
- ...et donc comme je vous le disais, je songe à détourner une partie du lac souterrain pour irriguer les terres de l'est, terres qui vous le savez, souffrent du manque d'eau à cause de la sécheresse terrible de ces derniers mois...
Un gros bonhomme portant un turban sur la tête surmonté d'une plume d'oie, écoutait les paroles de VS, la main posée sur son gros ventre, il regardait les plats avec envie plus qu'il n'écoutait en fait. Il leva son bras et posa sa main sur l'épaule de son hôte.
- Oui oui mon ami, mais nous pourrions en discuter après le repas, je commence à avoir très faim, mon dernier en-cas remonte à 2h et je crève la dalle.
Sa fille, une jeune femme aussi grosse que son père, le regardait en hochant la tête en signe d'approbation.
- En effet, installez-vous mes amis.
Al-Kol se laissa tomber lourdement sur un coussin, ce dernier failli crever sous son poids, sa fille Razzia s'installa à ses côtés, Kif et sa femme, la grosse Tajine aussi (si il y avait un syndicat pour les coussins, je pense qu'il y aurait déjà eu une manifestation de protestation).
- J'espère que vous avez prévu une petite animation mon cher, comme vous avez le secret.
Le gros bonhomme tapa avec son coude d'un air complice sur le côté du Voyageur en rigolant et en faisant un clin d’œil, pendant que de l'autre main il attrapa un poulet qu'il goba littéralement et rota. Malheureusement, il n'eut qu'un air de déception en retour.
- Hélas, j'ai mis mes fauves au régime, je ne pourrais pas sacrifier un esclave comme les dernières fois où vous êtes venus, je sais que vous aimez ça mais je ne peux pas cette fois-ci. EN REVANCHE, j'ai trouvé quelqu'un pour jouer les comiques et vous divertir.
VS frappa dans ses mains, un serviteur debout à côté de la porte s'approcha et se pencha en avant.
- Notre invité est-il prêt ??
- Si il est prêt seigneur ?? oui, mais ça n'a pas été sans mal.
Le jeune garçon semblait très fatigué. VS le remarqua et lui demanda ce qu'il se passait.
- Nous l'avons amené au dressing pour qu'il puisse choisir son costume de soirée.
- Et alors ???
- Lorsqu'il est entré, il a poussé un HIIIIIIIIIIIIIIIIII strident à réveiller un mort, se tenant la tête avec les mains et sautant d'excitation sur place, disant que le dressing dans le monastère de son beau loup était vraiment minuscule à côté. Enfin bref, il a passé sa journée à essayer de nombreux vêtements, par contre, j'ai remarqué quelque chose de curieux.
- Euh oui ???
- En fait, il n'a essayé que des habits féminin.
VS regarda le garçon et un frisson le traversa.

Enfin le spectacle commença. la lumière diminua, une musique se fit entendre et Banedon, dans un ravisant ensemble rose transparent, venait de faire son apparition, maquillé et frais comme jamais, sa longue chevelure blonde platine dans un état impeccable. VS en le voyant, mit la tête dans ses mains, une nausée subite venait de le prendre.
- Mon dieu.
Il regarda ses invités, apparemment ils semblaient aimer, ouf. En tout cas le gros sultan Al-Kol, un plat de charcuterie sur les genoux et le vidant à la vitesse de l'éclair, semblait apprécier. Ou peut être c'était uniquement la nourriture qui l'intéressait. Sa fille à côté de lui n'était pas bien loin derrière, elle avalait la nourriture encore plus vite que son père en rotant au passage, ce qui était vraiment indigne d'une fille de son rang.
- Laissez moi vous raconter la plus belle histoire de ma vie. Les aventures de mon beau loup.
Banedon complètement en transe, raconta alors les aventures de Loup Solitaire, de son départ du monastère en tant que Loup Silencieux, jusqu'à la recherche des pierres de la sagesse, du combat contre Naar et ses sbires les maîtres des ténèbres...mais les passages qu'il semblait vraiment aimer, c'est lorsqu'il rencontre Loulou la première fois et lorsqu'il était captif et que son sauveur vint à son secours. VS regarda ses invités, la princesse Razzia semblait aimer cette histoire, elle était en train de porter un mouchoir en soie à ses yeux avec sa main droite (l'autre tenant une monstrueuse côte de bœuf dégoulinante de sauce), son père la regardait, affichant un grand sourire satisfait, mâchant un large quartier de viande dégoulinante elle aussi de sauce. VS eu un haut le cœur.
- Ouf, au moins là ils sont contents.
Le voyageur prit une carafe de vin rouge et s'approcha de ses invités pour faire lui même le service, il allait verser un verre que lui tendait Kif, quand soudain un cri strident se fit entendre, le faisant sursauter sur place, la carafe commença à se fendre puis explosa, libérant son liquide qui tomba en pluie sur son invité et sa femme. VS se retourna en direction de ce cri horrible, portant la main à son côté pour prendre une arme qu'il n'avait pas, s'attendant à trouver là un monstre quelconque. Quand il vit Bandedon, les yeux fermés, les mains jointes comme en prière, en train de chanter, enfin chanter était un bien grand mot. Même si lui il s'entendait toujours avec une voix mélodieuse et cristalline, pour les gens autours de lui, c’était un véritable désastre. Les verres, les vitres aux fenêtres, toutes les choses qui avaient pour matière le verre ou la porcelaine dans un rayon que 500 mètres étaient en train de se fissurer, même les plats, les assiettes, etc.
- Le con, il va me ruiner ma soirée diplomatique.
Le voyageur se leva et se précipita sur la scène, attrapa Banedon par le cou et le tira hors de la salle, s'excusant auprès des ses invités qu'il avait une affaire urgente à régler.
- Mais ?? mais ?? je n'ai pas fini de chanter moi. En plus après j'avais quelques blagues à sortir. Vous connaissez la différence entre un sultan et un...hoaaaaaaaaaa.
Il fut tiré en arrière, les portes de la salle se refermèrent derrière eux, laissant là ses invités toujours en train de se goinfrer. Il était tiré par le bras dans les escaliers par un VS pestant et rageant. Puis ils arrivèrent dans le bureau du Voyageur qui referma en claquant les portes.
- Déshabillez-vous.
- Mais ?? Je n'ai pas pour habitude de me déshabiller devant n'importe qui M.
- Hop hop hop, enlevez-moi tout ça et plus vite que ça.
VS se précipita dans sa chambre pour en revenir avec des vêtements, une longe robe de chambre avec des cœurs et des étoiles, les habits de Banedon lorsqu'il était arrivé. habits qu'il jeta au nez du garçon. Puis il s'approcha du panier où se trouvait son chat noir qui le regardait en miaulant, il le prit doucement entre ses bras et s'approcha du magicien. Le souleva et le jeta comme un vieux sac de pommes de terre sur son épaule, ce dernier s'offusqua, il se mit à hurler et lui frappa la tête avec un pied de chaise en bois qu'il avait arraché au passage.
- AU VIOLLLLLLLLLL, ON M'AGRESSEEEEEEEEEE.
- AIE Je veux aller au Sommerlund, dans le monastère HOUILLE où habite Banedon.
Le chat poussa un nouveau miaulement, un POUF sonore et une fumée rose, ils disparurent de la pièce. Un toc toc retenti sur la porte qui s'ouvrit, un serviteur pénétra dans la salle.
- Euh maître ??? hou hou, vous êtes là ??? peut être aux latrines alors ??? c'est pour savoir si nous devons abattre le troupeau d'éléphants pour vos invités ??? vous êtes là ???

POUF, le duo fit son apparition dans une cour, au milieu d'une pelouse verte coupée à raz et d'arbustes taillés dans des formes différentes, entourée d'une muraille, des gardes patrouillant sur des passerelles à leurs sommets. Banedon hurlait et frappait toujours la tête de VS, semblant se concentrer sur un endroit particulier, une bosse au sommet de sa tête qui devenait plus grande aux fur et à mesure des coups.
- AU VIOL, A MOI, A L'ASSASSIN.
la scène ne passa pas inaperçu, le seigneur Rimoah se trouvait là avec ses soldats, ils virent sans comprendre l’apparition de Banedon et de cet étranger, ils se précipitèrent sur le duo en sortant leurs armes. VS ne réagi même pas, regardant le monastère, choqué, vraiment choqué par ce qu'il voyait là. Le bâtiment était vraiment petit par rapport à toutes les richesses d'Atalis et du forum. Il ne comprenait pas comment des gens pouvaient vivres comme ça.
- Les pauvres, ça ne doit pas être facile tout les jours. Même ma résidence secondaire au bord du lac des songes est plus grande que ça.
- Seigneur Banedon, ça fait des jours que nous vous cherchons.
Enfin le garçon se calma, il lâcha son pied de chaise, se laissa glisser au sol et sauta sur place comme hystérique en poussant son cri, il avait reconnu Rimoah et le monastère. Il se précipita sur lui et se cacha derrière son dos, s'agrippant à la cape et montrant le voyageur avec son doigt, dont l'ongle était parfaitement manucuré et vernis.
- Il a essayé de me violer, j'ai eu si peur.
Sur un signe de tête du colosse (qui ressemblait vraiment beaucoup à Milos, mais en plus vieux), les soldats se mirent à encercler VS qui fit un signe amical avec ses mains, reculant pour finalement se retrouver contre la haute muraille en pierre.
- Hola, du calme, je ne suis pas un ennemis voyons.
Rimoah fit un nouveau signe de tête et ses soldats se calmèrent, il faut dire que cette personne ne portait pas d'arme, mis à part un petit chat noir avec des ailes qui le regardait en miaulant joyeusement. Une voix se fit entendre derrière eux. Un cri plutôt. A côté de la porte, un huissier en habit vert et or (probablement un cousin de celui qui travaille au palais d'Adrian), venait de voir passer son maître, il se mit automatiquement droit comme un I et hurla.
- Loup Solitaire, suprême grand maître du Sommerlu...
- Ho ta gueule.
Les soldats se mirent immédiatement au garde à vous.
- Qui donc fait du bruit comme ça ?? j'ai mal à la tête et j'aimerais bien dormir moi.
Loup Solitaire, la tête dans le cul et des cernes sous les yeux, dans un beau peignoir et en chaussettes, sortait du monastère. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque ses yeux tombèrent sur VS.
- Divinité ?? vous ici ?? si j'avais su que vous veniez, je me serais habillé plus correctement, mais aussi...
- HIIIIIIIIIIIIIIII LOULOUUUUUUUUUU MON BEAU LOUPPPPPPPPPPPPPPPPPPP
Banedon, hystérique et poussant son fameux cri faisant se fissurer les vitres, venait de voir LS, il se précipita sur lui, les bras en avant. LS aussi se précipitait sur lui les bras en avant. Comme au ralenti et sur une musique pleine de poésie et de chants d'oiseaux, ils tombèrent dans les bras l'un de l'autre et se mirent à tourner, tourner, tourner.
- Banedon, comme je suis heureux de te revoir.
- Moi aussi mon loup.
La scène, tira des larmes de Rimoah et ses soldats. Derrière lui, VS venait de sentir à nouveau la nausée le traverser, ça et ce qu'il voyait autours de lui, la pauvreté de ces gens le perturbait. Il souleva son chat et lui demanda.
- Bon c'est pas tout, mais j'ai des choses à faire, ramène moi à Atalis.
LS releva la tête en souriant et voulant remercier VS.
- Vous prendrez bien un verre avec nous divinité ???
Mais il n'y avait plus qu'à la place du voyageur, un léger nuage rose.
- Il est parti le méchant monsieur ??? tu sais mon loup, il a essayé de me faire des trucs pervers et sexuels, j'ai eu peur, si peur.

VS était de retour dans son bureau, poussant un ouf de soulagement, il posa le chat dans son panier au milieu de ses jouets et se précipita dans la salle du conseil pour retrouver ses invités. Il ouvrit les portes.
-Excusez-moi, une affaire urgente et...??...
La salle était vide, complètement vide. VS interpella un serviteur qui était en train de nettoyer, plongeant une serpillère dans un sceau plein d'eau savonneuse.
- Vu que vous n’étiez pas là, nous ne savions pas si nous devions ou non tuer le troupeau d'éléphants.
- Misère, j'avais pourtant dit, gavez les le plus possible, je les connais, vu qu'il n'y avait plus rien à manger, ils sont partis.
- Maître Al-kol a dit qu'il n'y avait plus rien à manger en effet, que c'était un scandale de ne pas être nourri correctement, surtout après un apéritif de 30 vaches, 50 bœufs, 40 cochons, 20 poulets et 3 tonnes de charcuteries diverses pour lui ouvrir l’appétit.
VS marchait au milieu des plats et de ses serviteurs en train de finir de nettoyer, les mains dans le dos. Son projet de financement pour la déviation du lac souterrain n'était pas pour tout de suite. Il pensait au monastère et à ce qu'il avait vu.
- Quelle misère, les pauvres, ça ne doit pas être facile tout les jours.
Il s'approcha d'une fenêtre ouverte, écarta les longs rideaux et regarda dehors, sa cité illuminée était vraiment un beau spectacle, au loin, le convois d'Al-Kol s'éloignait dans la nuit, soulevant un nuage de sable du désert.



study Je tenais à faire toutes mes excuses à M. Joe Dever, j'espère que si un jour il passe lire ces lignes là où il est maintenant, il ne sera pas choqué de voir ainsi ses personnes maltraités comme étant deux grandes folles...
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Mar 3 Oct 2017 - 20:40

Je pense qu'il l'aurait pris avec humour (bien qu'un peu "schocking" quand-même...), rires.

Agacé, la migraine à fleur de tempes, VS regagna ses appartements, n'espérant qu'une chose : un bain et son lit. Il ouvrît les larges vantaux laqués... et se figea. Devant lui, le grand salon était vide, nu, offrant à son regard hébété ses murs de marbre et son sol de mosaïque, nus. Disparus les divans de soie, les guéridons marquetés, les tables basses ouvragées, les tapis aux couleurs vives, les brûle-parfums et les candélabres d'or, les vases précieux en émail vernissés d'or...
- C'est pas vrai... Kous-Kooouuuss !
- (voix chantante) Voilà, voilà...
- Qu'est-ce qui s'est passé ici ? Où sont les meubles ?
- Ah ça, c'est encore un coup de Razzia, la fille d'Al-Kol je parie. Elle est kleptomane, à chaque fois qu'elle est invitée quelque part, elle fait une razzia, c'est le cas de le dire, hi, hi, hi !
VS poussa un soupir et gagna sa chambre, heureusement intacte. Avec lassitude, il se laissa tomber sur sa vaste couche de velours, se frottant les yeux. Puis il se redressa soudain, sourcils froncés :
- C'est quoi cette odeur ? C'est étrange, ça sent... ça sent la merde...
- Je ne sais pas Maître, je vais demander à mon frère Garbit.
Quelques minutes plus tard, Garbit, le frère jumeau de Kous-Kous, entrait, s'inclinant profondément :
- Maître, cette odeur provient des éléphants. Ils ont été tellement gavés qu'ils doivent se soulager et ils ont déféqué partout dans la cour des Effluves Insupportables. C'est une véritable infection.
- Mais fermez les fenêtres au moins, c'est infernal cette odeur, on va crever !
- Impossible de fermer les fenêtres Maître, elles ont toutes volé en éclats quand l'autre a chanté. Il n'y a plus un seul carreau intact.
VS se redressa sur son lit :
- Hein ? Mais vous savez que les nuits sont glaciales dans le désert ? Vous vous rendez compte qu'on va se peler les couilles (mine offusquée des serviteurs, peu habitués à entendre leur maître proférer des grossièretés) toute la nuit. Hé bien, quoi ?
- Ben tu sais Maître, nous sommes des ennuques donc nous, les couilles...
- Oui bon, ça va... Autrement dit, on a le choix entre crever asphyxié ou gelé ? (voix de plus en plus énervée) Oui, quoi encore ?
Le serviteur qui apportait à son maître, comme tous les soirs, son infusion pour bien dormir, se mît à trembler sous le ton courroucé, ses genoux faisant un bruit de castagnettes désagréable.
- Heu, ton infusion du soir Maître.
- Va voir à Atalis si j'y suis !
Kous-kous se pencha à l'oreille de son frère Garbit pour murmurer :
- Il baisse au niveau citations notre maître...
Excédé, le divin Voyageur quitta sa chambre et regagna son cabinet de travail pour se pencher sur le chat magique, le prendre dans ses bras en murmurant :"emmène-moi donc au Forum mon beau matou".
Rien.
- Kous-KOOOOUUUSSS !
- (voix chantante et démarche sautillante) Voilà, voilà...
- Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi ce foutu chat ne m'a t-il pas téléporté ?
- Ne vois-tu pas qu'il dort Maître ? Il ne peut utiliser son charme magique s'il est endormi.
VS se laissa tomber sur un divan, sans se rendre compte que le félin, réveillé par ses cris, ouvrait un œil.
- Je suis vraiment dans la merde...
Un nuage de fumée rose et VS disparût à la vue de ses serviteurs. Au même moment, il réapparaissait dans la cour près des écuries des éléphants, une cour au dallage constellée d'étrons monstrueux sous un nuage de mouches, le tout dans le froid glacial de la nuit du désert...

Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Mer 4 Oct 2017 - 14:21

Un cri s'éleva et troubla le silence de la nuit.
- J'ai trouvé, enfin.
Warlock était debout, derrière un pupitre en bois installé au centre de sa grande bibliothèque, pièce ronde dont les murs étaient couverts d'étagères contenant des livres plus ou moins gros et de couleurs différentes. Le grand érudit était en train de consulter un large bouquin rouge dont les pages jaunies par les ans, montraient que ce livre était bien vieux. Il venait de tomber sur une certaine page qui après lecture, le mettait en joie, il avait enfin trouvé ce qu'il cherchait depuis plusieurs jours. La porte s'ouvrit et un vieux serviteur en habit de nuit, pénétra dans la pièce tenant une lanterne à la main.
- Euh maître, vous allez bien ??
Il regardait son maître avec inquiétude, ce dernier était en train de tourner sur lui même en battant dans ses mains.
- Et comment que je vais bien. J'ai enfin trouvé une solution à mon problème.
Il faut signaler que quelques jours plus tôt, alors qu'il se trouvait au palais en compagnie du roi Adrian, ce dernier lui avait indiqué qu'il comptait organiser une petite soirée prochainement et qu'il aimerait bien une petite animation. Que plusieurs dignitaires et souverains des pays voisins seraient là et qu'il avait choisi le jeune homme pour lui trouver de quoi amuser ou impressionner ses invités. Cette nouvelle lui avait fait un choc. Trouver une animation mais quoi ?? il n'en dormait plus et finalement cette nuit, avait décidé de chercher dans ses livres. Il avait eu raison puisqu'il avait trouvé, pointant du doigt une page, il la montra à son serviteur qui mit ses lunettes pour regarder.
- Voila ma solution.
- Euh, quelle est donc cette merveille mon maître ??
- Ça porte le nom de "Impri-Mante 3D". D'après ce que je peux lire ici, ça permet de copier les choses et les objets avec de la pâte spéciale. Tu imagine si j'arrive à reproduire une statue grandeur nature du roi pendant la soirée, un évènement qui fera date et dont tout le monde parlera pendant des lunes
Nouvelle danse de joie du garçon qui renvoya son serviteur (qui ne cachait pas son scepticisme, si l'expérience venait à rater, le roi serait sans pitié) à ses occupations. Warlock monta se coucher pour dormir. Enfin, essayé de dormir, mais l'excitation étant trop forte et il n'y arriva pas, tournant et retournant son idée dans son esprit à la même vitesse qu'il se tournait et retournait dans son lit.

Alors que la vie commençait à peine à animer les rues de la cité, le soleil montrant timidement son nez sur l'horizon. Les habitants dehors à cette heure-ci, purent voir un jeune homme, dans un grand habit et une capuche sur la tête, marcher très rapidement, tenant un gros bouquin sous le bras. Il marchait en direction de la grande forge, éteinte à cette heure-ci mais dont la fumée continuait à s'échapper de la cheminée. L'érudit fit le tour du bâtiment en pierres et au toit couvert de chaumes, il ouvrit un petit portillon en bois et pénétra dans le jardin. Passa sur une allée couverte de graviers au milieu d'un petit parc arboré contenant une petite mare sur laquelle venait se reposer quelques canards, lieu de méditation idéal du maître des lieux qui aimait le calme et le silence. Enfin il arriva devant la porte et tapa plusieurs fois sur le panneau.
TOC TOC TOC...silence...TOC TOC TOC...toujours pas de bruit dans la demeure...TOC TOC TOC
Enfin, le jeune homme vit avec satisfaction, une lueur tremblotante apparaître à travers le carreau de la petite fenêtre à droite de la porte. Un bruit de clé dans la serrure et la porte s'ouvrit, laissant la place à Gilibran. Le vieux nain, dans son habit de nuit, un bonnet sur la tête et une bougie dans la main, regardait avec surprise son visiteur de ses yeux encore fatigués.
- Seigneur Warlock, vous ici à cette heure ??? il se passe quelque chose de grave ???
L'érudit visiblement heureux et frais malgré le manque de sommeil, lui dit un bonjour, pénétra dans la pièce et demanda.
- Dit à dav-ID que j'aimerais le voir s'il te plait.
Il posa son gros bouquin sur la table en bois au milieu de la pièce.
- Euh, tout de suite ???
- Oui oui, tout de suite.
- Oui mais là il dort, vous savez très bien que si il passe une mauvaise nuit ou si on le révèle comme ça de bon matin, il va être d'une humeur massacrante pour le restant de la journée.
- C'est pas grave, réveille le quand même.
- Bon bon, c'est vous qui voyez. Il y en a qu'on essayés, ils ont eu des problèmes. Ceci dit il est très rapide, euh, qu'est ce que je raconte moi ??
Le vieux nains marmonnant dans sa longue barbe blanche, monta les escaliers pour arriver à l'étage, pénétra dans la chambre de son maître et lui tapota l'épaule pour le réveiller. Quelques instants plus tard, le forgeron était assis à sa table, les yeux rouges, bayant fortement et regardant ce que Warlock était en train de lui montrer. Il était si fatigué qu'il n'avait même pas eu la force de l'insulté, maudissant l'érudit pour l'avoir tiré comme ça des bras de Morphée en plein rêve. Gillibran avait rallumé la grande cheminée, il s'était ensuite rendu à la cuisine et était revenu avec un grand plateau où se trouvait des bols de liquides fumants, des tartines de pain et de la confiture, qu'il posa sur la table.
- ...donc comme je te le dis, il faut ça et ça et aussi faire ça.
- Tu sais l'heure qu'il est ??? tu m'emmerdes là ???
- Écoute, le chant du coq, c'est l'heure de se réveiller mon vieux. Donc j'aimerais bien que tu fasses ça.
Il déplia un grand papier et le plaça sur le nez du forgeron qui était en train de tremper machinalement dans son bol de chocolat (le café lui étant interdit) une tartine. Ce denier pouvait voir une sorte de carcasse en métal, avec des rouages, des tubes, etc...
- Quelle est donc cette diablerie ???
- C'est beau hein ?? ça porte le nom de "Impri-Mante 3D", ça sert à copier les choses ou les objets avec de la pâte.
- C'est pas mal, mais je sers à quoi moi ??? j'imagine en voyant le plan, que tu souhaites que je fabrique la carcasse de cette machine en métal ???
- C'est ça. Pour le reste, j'ai déjà fais une commande par pigeon voyageur tout à l'heure, ça devrait arriver rapidement.
Le jeune homme laissa le plan au forgeron, s'excusa encore pour le réveil disant qu'il lui payerait à boire un de ces soirs et se précipita ensuite sur le port.

Quelques heures plus tard, il était de retour chez lui, un grand paquet en carton posé sur sa table, portant de nombreuses inscriptions "fragile" "Envoi rapide et discret" "Ne pas retourner" etc. Le jeune garçon avait déjà ouvert le paquet et rependait son contenu avec excitation sur la table.
TOC TOC TOC
- Entrez, entrez, c'est ouvert.
La porte s'ouvrit, le vieux serviteur pénétra dans la pièce, s'inclina avec respect et annonça qu'il avait de la visite. Son maître lui fit un signe de tête et il sorti, dav-ID et Gilibran pénétrèrent dans la salle. Tirant un petit chariot sur lequel se trouvait une grosse installation en métal. L'érudit regarda l'objet avec un grand sourire.
- J'espère que ça correspond à ce que tu voulais ???
- C'est parfait, tu as bien travaillé encore une fois.
Le nain s'approcha de la table et demanda enfin à l'érudit, ce qu'il comptait faire de ceci. Le garçon lui répondit alors qu'il avait une soirée, l'animation au roi, etc. Pendant qu'il parlait, il était en train d'installé une sorte d’entonnoir, relié à des tuyaux, dans lesquels il plaçait une sorte de pâte marron. Il y avait aussi une petite manivelle qu'il fallait tourner pour animer la machine.
- Vous voulez une démonstration en avant première exclusive ??? après tout, ça mérite bien ça pour le travail matinal que je t'ai demandé.
- Je suis curieux de voir ça en effet.
dav-ID s'installa sur une chaise en bois pour regarder.

Peut de temps après, le vieux serviteur, l'oreille collée sur la porte pour écouter, sursauta en entendant un cri, puis les portes s'ouvrirent en grand et il eu la surprise de voir dav-ID, les larmes aux yeux, en train de rigoler. Derrière lui, Gilibran tirait le chariot avec un air de colère.
- Voyons maître, calmez vous.
- Muahahahahahahaha c'est génial, pour le coup je ne regrette pas d'avoir été réveillé si tôt. Ha ha ha ha hi hi hi hi hi hi ho ho ho ho ho ho
Le vieux serviteur pénétra dans la salle, il trouva son maître, un grand sourire aux lèvres en train de lâcher la manivelle de la machine.  
- Un problème ???
- Non non, tu sais comment est notre ami. Apparemment il a dit que c'était génial comme concept, que ça allait faire un carton à cette soirée et qu'il voulait absolument venir. Puis il a commencé à rire et il a dit qu'il avait des trucs à faire en urgence.
Le vieil homme regardait la machine et un gros doute le traversa. Il regarda avec angoisse son maître qui était en train de ranger, affichant un regard plein de confiance.

La journée se passa sans problème majeur. Le ciel était clair et la température idéale. Il y avait par contre de l'animation au palais royal, les dignitaires étaient en train d'arrivés par carrosses ou à dos d'Itikars dans le ciel. La sécurité était à son niveau maximum, Milos et la garde d'or étaient sur les dents, il pouvait y avoir des attaques ou des attentats pour déstabiliser la politique et les relations entre les états. Le palais était maintenant une véritable forteresse. La population ne pouvait pas assister à la soirée, au grand dam du bon roi. Installé à côté de la porte, l’huissier, toujours dans ses habits rouge et or, donnait de la voix, annonçant l'un et l'autre des invités à la soirée. La plupart des membres imminents du conseil étaient là eux aussi. Discutant au centre de la grande salle des fêtes. Une estrade avait été installée le long du mur ouest. Au centre, de nombreuses chaises en bois parfaitement alignés et portant des noms, le roi au centre, ses invités des deux côtés. Le long du mur EST en face, se trouvait une grande table couverte de nombreux plats.
La plupart des membres du conseil était déjà là, discutant de choses et d'autres.
- Le divin Warlock, maître érud...
- Ta gueule.
Il était en train de passer la porte, se faisant aider par des serviteurs pour monter une grande caisse en bois apparemment lourde, caisse qu'il plaça dans un coin de l'estrade. Dégoulinant de sueur, il s'avança vers le buffet pour se verser un verre avant de rejoindre ses compagnons.
- Le grand forgeron...
- La ferme.
dav-ID monta les escaliers, Gilibran en habit de soirée à côté, pestant toujours contre la hauteur des marches dans le palais. Lorsque le forgeron vit l'estrade et la caisse, il fut traversé par un spasme, sa figure se transforma, il devint rouge, des larmes lui montait aux yeux.
- Allons maître, vous m'avez fait la promesse juré craché d'être correct ce soir.
- Je sais mon vieux hohoho, mais c'est plus fort que moi hihihi.
- Bonsoir.
- Salut hihihi Vik, bonsoir hohoho Alin.
Il eu droit à un coup de pied de la part du nain et il marcha vers la table pour se servir un verre. Le guérisseur se pencha vers le nain qui soufflait.
- Qu'est ce qu'il a ???
- Ho rien.
Il affichait un air de dépit, la soirée allait être chaude et très longue.

Finalement, les dignitaires, sous la conduite d'un Adrian resplendissant, sa couronne brillante sur la tête et entourés de soldats, pénétrèrent à leurs tours dans la salle, s'installant à leurs places. Le roi quant à lui, passa à côté de Warlock, lui tapota amicalement sur l'épaule en disant que c'était sa soirée et son heure de gloire. Pour se rendre ensuite sur l'estrade derrière son pupitre pour faire son discours.
- Bla bla bla bla bla bla et patati et patata (inintéressant). Mais laissez moi maintenant avant de passer à table, vous présenter quelques tours qui je l'espère, vous amuserons.
Il y eu alors des danseurs, des magiciens, des acrobates, soulevant des hoooo et des haaaa des invités. Enfin, le moment tant attendu arriva, le roi se leva de sa chaise et regardant ses  invités.
- Et maintenant mes amis, laissez-moi vous présenter le clou de la soirée, notre érudit royal a préparé quelque chose qui j'espère va vous plaire.
Warlock, un peut gêné quand même par les dignitaires en train de le regarder, s'approcha à son tour du pupitre, affichant toujours un large sourire.
- Mes amis, voici ma nouvelle invention.
Un serviteur ouvrait le panneau en bois de la caisse pour sortir une machine en métal avec des rouages et des engrenages, ainsi qu'une sorte d’entonnoir avec des tuyaux.
- Hihihihi hohohoho
-Chut, maître voyons, vous êtes insortable par moment.
L'érudit, plaça ensuite dans l’entonnoir, une sorte de pâte marron.
- Elle porte le nom de "Impri-Mante 3D" et ça sert à copier les choses et les objets. En l'honneur de notre roi et de sa belle soirée, je vais le reproduire grandeur nature.
Il venait de sortir une photo d'Adrian qu'il plaça devant une sorte de lentille reliée à des fils de couleurs. Dans la salle, les dignitaires applaudirent en regardant le roi visiblement gêné par tant d'honneur.
- Le pauvre roi hohoho hahahaha.
- Chutttttttttttt.
L'érudit attrapa la manivelle et se mit à la tourner.

PROUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT
Le roi sursauta sur sa chaise, regardant son assistance choqué, que quelqu'un ose ainsi se lâcher comme ça pendant sa soirée.
- Qui donc à osé émettre ce son infâme et odieux ??? qu'il se dénonce de suite.
PETTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT
Le souverain tourna la tête en direction du bruit et ce qu'il vit le terrifia. Warlock tournait toujours la manivelle, mouvement qui avait pour but de faire sortir la pâte marron doucement de l'entonnoir. Pâte qui allait s'écraser plus bas et qui normalement devait reproduire le roi. La machine serait parfaite si il n'y avait pas aussi ce bruit de flatulences de fort mauvais gôut. Les dignitaires se regardèrent avec une grande gêne, pendant que des murmures s'élevaient. La pâte tombait, tombait, tombait, en cercle, en long boudin finissant en pointe. Un rire se produisit alors, le forgeron venait de basculer de sa chaise en arrière, rigolant fortement sous l'air contrarié de Gilibran qui ne savait plus où se placer.
- UNE MACHINE QUI FAIT CACA HA HA HA HA HA HA HA HA HA HA
Et c'est vrai que la machine ressemblait fort à un anus en train de chier. Le monticule de pâte qui devait ressembler au roi, ressemblait plus à un étron qu'à autre chose.
- HI HI HI HI HI HI HI HI HI.
Le roi Adrian était rouge de honte et de confusion, serrant ses deux poings les accoudoirs de son siège pour ne pas éclater de rage, cherchant du regard le juge suprême pour aller arrêter Warlock, ou bien le pendre lui même à une poutre au plafond c'était mieux. L'erudit toujours sur la scène, continuait à tourner la manivelle, la lumière lui éclairant le visage, le pauvre garçon ne voyait donc pas vraiment ce qu'il se passait dans l'assistance. Il voyait Adrian faire de grands gestes comme si il était en train d'applaudir. Souriant de toutes ses dents, il redoubla alors d'ardeur dans son mouvement rotatif, accélérant encore plus le bruit et l'écoulement de la pâte.
Un grand POF sonore se fit entendre après un très long et mélodieux bruit de prout, qui rendrait jaloux le plus grand des pétomanes du monde, suivi ensuite par une fumée rose.
- Et en plus il y a de la fumée, Warlock t'es génial HA HA HA HA HA HA HA HA HA HA
- snif, snif, snif, vous ne sentez pas comme une odeur là ???
Vik était en train de renifler en regardant sous ses chaussures. Se disant que son ami était bon pour un sale quart d'heure après cette présentation très scatologique. Il ne tarda pas longtemps pour avoir ses réponses. Surgissant de derrière la scène, Voyageur Solitaire, tenant un chat noir dans sa main, venait de se montrer, titubant et un nuage de mouches au dessus de lui, des habits couverts de traces marron. Il regardait sans comprendre la scène, son ami en train de tourner cette manivelle en souriant et en transpirant à grosses goutes, cette machine ressemblant fortement à un cul en train de chier, lâchant une pâte qui tombait en forme d'étron. Adrian debout rouge comme une tomate, tenant son épée à la main et voulant se précipiter sur la scène, retenu par Milos et Alin, obligés de se mettre à deux pour contrer le monarque dans son envie de meurtre. Un gros rire résonnant dans la salle au milieu de cris d'indignations. Enfin, timidement, le souverain d'Atalis osa prendre la parole.
- Euh, excusez moi de débarquer à l'improviste, j'espère que je ne vous emmerdes pas trop là ??? vous étiez occupés non ??? je repasserais plus tard peut être ??? voila, voila, voila, belle machine Warlock, quoi qu'un peut spéciale quand même hemmmm.



Désolé pour ceux ou celles qui passent à table... Plié de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Mer 4 Oct 2017 - 17:10

Warlock et le jeu infernal


Warlock haussa un sourcil méfiant en découvrant, une fois le papier doré déchiré, la boîte en carton rectangulaire, au couvercle orné d'une belle peinture représentant un grand galion sur une mer aventureuse.
- C'est un cadeau, pour te remercier de m'avoir offert ce chat magique. Je tenais à te l'offrir en personne, fît VS, debout de l'autre côté du bureau.
Sans répondre, Warlock souleva le couvercle, découvrant avec surprise des centaines de petits bouts de bois peints entassés.
- Euh, c'est gentil VS mais il est cassé ton cadeau, il a dû tomber pendant le transport...
- Non, non, tu n'y es pas... C'est un puzzle. Tu dois assembler toutes les petites pièces pour reconstituer l'image qui est sur le couvercle. Allez, je dois filer, on se voit au dîner ce soir j'espère car je repars dès demain pour Atalis.

Au début, Warlock commença sans trop y croire. Mais très vite, le divin Erudit se prît au jeu. Progressivement, patiemment, penché sur les centaines de petites pièces (VS avait vu grand), il commença à reconstituer l'image du beau galion. Les heures défilèrent, le soir tomba. Un esclave frappa à la porte, passa la tête dans l'ouverture :
- Maître, ton dîner est prêt.
- Hum, pas faim.
Une heure plus tard, retour de l'esclave, une lampe à la main :
- Maître, je vais me coucher.
- Hum, bonne nuit.
Littéralement possédé, notre érudit passa une nuit blanche sur son fameux puzzle. L'aube le trouva les yeux en trou de pine, la bouche pâteuse et les traits tirés mais triomphant : il ne restait plus qu'une pièce à mettre. Au même moment, l'esclave entra, posa le plateau du petit déjeuner sur un guéridon et alla ouvrir la fenêtre pour aérer.
- Houlà, ça souffle aujourd'hui ! C'est la tempête !
Il se retourna après avoir précipitamment refermé : son maître se tenait au-dessus de son bureau, livide, le bras tendu tenant la dernière pièce au-dessus du reste du puzzle, éparpillé par le courant d'air.
- Tout va bien Maître ?
(respiration profonde, ouverture des chakras)
- Pas grave... Je vais le refaire...
Histoire d'être tranquille, le divin récupéra toutes les pièces et passa dans le cabinet de la Concentration Intense, une petite pièce retirée qui servait de lieu de méditation. A nouveau, patiemment, pendant des heures, ignorant les plaintes de son estomac affamé et se concentrant au point de loucher, l'érudit reconstitua le fameux puzzle. Alors qu'il arrivait à la dernière pièce, la porte s'ouvrît brusquement pour laisser débouler un chien énorme et velu qui bondît joyeusement, la langue baveuse, l'œil câlin et agitant la queue, suivi par Vik.
- Ha, tu es là ! Tu te caches maintenant ? On venait te chercher pour la promenade, tu viens ? Warlock, ça va ?
Sans répondre, indifférent au chien qui lui refaisait le brushing à grands coups de langue joyeux, l'érudit contemplait le jeu éparpillé sur les mosaïques.
- Pas grave... Je vais le refaire...
Crépuscule de feu pourpre, premières lampes allumées. Commençant à ressembler à un des zombies chers à Requiem, Warlock en voyait enfin le bout. Manquait plus que la dernière pièce. Rien. Pas de pièce, le carton, agité en tous sens, restait vide.
- ESCLAVE !
- Oui Maître ?
- La pièce... Il manque une pièce, la dernière...
- Ha oui, je m'en suis servi pour caler le pied de la table du salon, tu sais, celle qui est bancale...
Sans écouter, Warlock se rua dans le salon mais fût stoppé net par l'entrée d'Albatur en tenue de soirée :
- Hein, t'es pas encore prêt ? Mais qu'est-ce que tu fous ? Tout le monde t'attend pour dîner.
- Heu, commencez sans moi, j'arrive.
- Hein, mais tu délires, tu crois que le roi va accepter un tel affront, surtout après la façon dont tu as planté sa dernière soirée ? Allez, habille-toi vite. Et prend une douche aussi, ce sera pas du luxe, t'as une tête...
La rage au cœur, Warlock s'exécuta, ne mangea quasiment rien à table, gardant l'œil rivé sur la clepsydre et ne répondant qu'à peine aux bavardages. Il lui semblait que ce dîner ne finirait jamais... Enfin, Adrian se retira pour la nuit, Warlock salua tout le monde et regagna ses appartements avec hâte. Le puzzle, intact avec ses 999 pièces attendait, sur son bureau, tel un piège fatal guettant sa proie à la lumière vacillante des bougies. L'érudit se pencha pour prendre la 1000ième et dernière pièce sous le pied de la table... Rien. Pas de pièce.
- ESCLAAAAAVE !
- Oui Maître ?
- Pièce, pièce manquante, où ? Demanda l'érudit, réduit dans sa frustration à quelques onomatopées inarticulées.
- Ah, mais j'ai réparé la table pendant le dîner... Plus besoin de cale...
- La cale, la pièce qui calait la table, où ?
- Ben, je l'ai jeté à la poubelle...
Quittant ses appartements comme une trombe, Warlock traversa le palais pour rejoindre la cour de service, à l'arrière du bâtiment. Descendant le grand escalier d'honneur, il oublia comme tout le monde la fameuse marche brisée (et toujours pas réparée), marcha dessus, dérapa, déboula tous les escaliers en jurant comme un charretier, traversa le hall en glissant avec grâce sur le marbre luisant, franchît les portes ouvertes, passa devant l'huissier éberlué
- Gloire et honneur au divin...
- Ta gueule !
pour finir avec fracas dans les poubelles, au fond de la cour. Cinq minutes plus tard, il en ressortait triomphant, couvert d'épluchures, de pelures de bananes, de cartons usagés, arêtes de poissons et déchets divers, brandissant furieusement le poing :
- Je l'ai ! Putain, je l'ai !
Prêt cette fois à soulever la Montagne de Feu sur ses épaules, il regagna ses appartements, laissant derrière lui de vilaines traces sur les tapis et une odeur nauséabonde dans les couloirs. Arrivé chez lui, il se rua dans son cabinet de travail pour y trouver son bureau... vide. Plus rien, le grand plateau de marbre était nu.
- ESCLAAAAVE !
- Oui Maître ?
- Aga, gaga, agaga... Balbutia l'érudit en montrant le bureau.
- Ha, ton jeu étrange ? Le divin VS est venu te souhaiter bonne nuit avant son départ pour Atalis. Il a vu le jeu sur ton bureau, je lui ai dit qu'il manquait une pièce apparemment. Il a alors dit qu'il était désolé, qu'il avait honte de t'avoir offert un jeu défectueux et qu'il le reprenait pour le ramener chez le vendeur à Atalis pour l'échanger. A l'heure qu'il est, il doit être sur la route. Maître, tout va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Mer 4 Oct 2017 - 19:36

Plié de rire Pauvre Warlock... Plié de rire
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Jeu 5 Oct 2017 - 12:14

Albatur est le jeu infernal V2

- Tien, c'est pour toi.
Le voyageur venait de tendre un petit paquet de forme cubique à Albatur. Ce dernier, installé derrière son bureau, le nez dans des papiers et une plume à la main, cherchant d'après ce qu'on pouvait lire sur le parchemin, une nouvelle méthode de triche aux cartes. Le maître des jeux lâcha sa plume pour tendre la main.
- Euh merci, mais il ne fallait pas voyons.
- Si si, c'est pour te remercier pour le chat magique, même si je me suis retrouvé nu sur le toit à cause de lui, c'est de bon coeur que je t'offre ce cadeau, je sais que tu es joueur, tu devrais aimer.
Le jeune homme, déchira le papier doré pour découvrir une boite en carton cubique coloré avec des inscriptions. Carton qu'il ouvrit pour révéler un petit cube en bois, comportant plusieurs faces de diverses couleurs, sur le paquet il y avait inscrit "Rubik's cube". Il regarda ensuite la boite en essayant de comprendre le but de cet objet.
- J'ai trouvé ça l'autre jour alors que je déambulais au milieu des vendeurs sur le marché d'Atalis, j'ai pensé que tu aimerais ça, je suppose, vu ton regard perplexe, que tu n'en a jamais vu.
- Euh non jamais, merci.
- Le vendeur m'a dit que le but de ce jeu, était de déplacer les diverses faces pour obtenir la même couleur sur chacun des côtés.
Et c'est vrai que les faces n'étaient pour l'instant pas de la même couleur, il y en avait du jaune, du bleu, du rouge, du vert, etc et qu'elle pouvaient se déplacer. Albatur, commença à toujours une face dans un CLAC. Puis une autre et encore une autre, toujours dans un CLAC. Enfin il eu un sourire et regarda le voyageur tout fier.
- Hey, j'ai aligné 3 rouges.
- C'est parfait, mais faut continuer. Bon sur ce, je te laisse à ton jeu.
VS s'inclina en signe de salut et fit demi-tour pour sortir de la pièce, laissant Albatur seul avec son jeu.

Les heures défilèrent ainsi, tantôt il était content d'avoir aligné des couleurs, tantôt c'était la déception car en bougeant une face, ça changeait complètement ce qu'il avait mis si longtemps à faire. Le soir venait de tomber, Albatur était toujours derrière son bureau, tournant nerveusement, comme en transe, les faces, toujours accompagné d'un petit CLAC, qui commençait sérieusement à devenir agaçant. CLAC CLAC CLAC. Un autre son ce fit alors entendre TOC TOC TOC, la porte s'ouvrit, un serviteur passa son nez, une lanterne à la main et un plateau fumant de l'autre.
- Euh maître, votre diner.
- Hum, CLAC pas faim CLAC.
Une heure se passa, Albatur était toujours assis, son diner à côté de lui venait de refroidir. TOC TOC TOC.
- Maître, je vais me coucher.
- Hum CLAC, bonne nuit CLAC CLAC CLAC
Il passa ainsi la nuit sans dormir, toujours en train de tourner les faces nerveusement. Le coq se mit à chanter, le soleil se leva. TOC TOC TOC
- Euh maître, ça va ??? vous n'avez pas touché à votre repas ??? vous avez des yeux, c'est effrayant.
- Albatur leva la tête, c'est vrai que sa figure faisait peur à voir, ce n'était pas des cernes, mais des valises qu'il avait sous les yeux qui étaient rouge, comme si il venait de fumer un paquet d'herbe.
- Vous voulez que je contacte le divin Vik ???
Aucune réponse du maître des jeux, qui venait de baisser les yeux sur son cube infernal et tournait les faces nerveusement toujours au milieu des CLAC CLAC CLAC
Le serviteur pris peur, il sentait quelque chose de mauvais dans cette pièce, comme une présence invisible et malsaine. Il se précipita hors du palais pour courir vers la clinique où se trouvait Vik en pleine consultation.

TOC TOC TOC...aucune réponse. Le guérisseur attrapa la poignée pour ouvrir la porte, fermée à clé.
- C'est inquiétant. Albatur, c'est moi BOUM BOUM BOUM ouvre.
- J'ai si peur ho divinité, cet objet est diabolique, le maître n'est pas dans son état normal.
- En effet, fait demander de l'aide, nous allons enfoncer cette porte.
Le serviteur se précipita dans la cour pour demander de l'aide. Il revint rapidement accompagné d'un grand personnage à la musculature impressionnante. Ils enfoncèrent la porte qui céda très rapidement. Albatur était toujours assis derrière son bureau, tournant et retournant les faces de son jeu, toujours accompagné de CLAC CLAC CLAC.
- Euh, bonjour mon vieux, alors, ça va ???
- Hummmmmmmm CLAC (regard de zombie).
- Tu devrais prendre l'air tu sais, il fait si beau dehors.
- Hummmmmmmm CLAC
- Tu sais quoi, ce matin Lowbac m'en a raconté une bien bonne et...
- Hummmmmmmm CLAC
- Vous voyez divinité ??? depuis qu'il a cet objet dans les mains, il n'est pas normal, c'est un objet du diable, le malin est parmi nous.
- C'est inquiétant en effet. Hep toi, aide moi à le transporter sans son lit que je l'examine.

Le serviteur musclé, réussi tant bien que mal à maîtriser son maître qui se débattait farouchement, refusant de lâcher le cube. Puis il l'amena dans la chambre et le coucha sur le lit, pour plus de sécurité, Vik préconisa de l'attacher avec des ceintures en cuir. Ainsi, le maître des lieux se retrouva cloué à son lit, ne pouvant plus bouger, ni tourner les faces de son jeu. Il se débattait, la colère le rendait plus fort et plus violent.
- Laissez-moi CLAC finir mon jeu CLAC.
- Allons allons, du calme mon ami, tu vas déjà te reposer et ensuite on verra.
- NONNNNNNNNNNN JOUER DE SUITEEEEEEEEEE CLAC CLAC CLAC
- DU CALME, ne m'oblige pas à te faire une piqure tranquillisante.
Ce fut alors une véritable scène d'épouvante. La figure d'Albatur se transforma au milieu de la fumée. Le lit tremblait de plus en plus. Le maître des jeux commençait à vomir du liquide vert. Le serviteur se boucha la bouche pour ne pas hurler de frayeur devant ce spectacle horrible.
- Il est possédé, par le saint des saints, je savais que cet objet était mauvais.
- Du calme Albatur, du calme.
- NONNNNNNNNNNN laissez moi jouer MAINTENANT CLAC CLAC CLAC
Vik eu un mouvement de recul, le lit commençait à décoller du sol comme par magie. Mais ce qui était vraiment choquant, c'est que la tête du jeune homme était en train de tourner à 360°.
- Mon dieu.
- RENDEZ MOI MON JEUUUUUUUUUUUUUUU TOUT DE SUITEEEEEEEEEEEEEEEEE CLAC CLAC CLAC
Vik ouvrait sa trousse médical, pour sortir un petit flacon et une serringue.
- Puisque tu ne veux pas te calmer, aux grands mots les grands remèdes.
Albatur était méconnaissable, le malin le possédait vraiment, au milieu des CLAC, il se mit à dire des horreurs et à lancer des insultes, toutes plus horribles les unes que les autres. Puis il se calma soudainement, le lit retomba fortement sur le sol, il venait de s'endormir, Vik lui avait planté son aiguille dans le bras et il avait enfin lâché le cube, rouge feu qui commençait à brûler le tapis. Le serviteur se précipita pour prendre un sceau d'eau et l'arrosé avant que l'incendie ne ravage le batiment.
- Cet objet est vraiment maléfique, nous ne pouvons pas le conserver ici, ni ailleurs.
- Mais comment faire alors, ho divinité ???
Vik réfléchi longtemps. Alors qu'il marchait de long en large dans la pièce, ses yeux tombèrent sur la boite du jeu. Il pouvait lire les règles alors.
- Ainsi donc le but du jeu est d'aligné les faces pour obtenir les mêmes couleurs sur chacune ??? intéressant.
- Vous croyez que ça va aller ??? son état m'inquiète.
- Rassure toi mon ami, je lui ai donné de quoi s'en sortir, en plus il a lâché cet objet, mais je pense avoir eu une idée intéressante.
Le guérisseur se pencha en avant pour prendre le cube au sol, non sans avoir prit des précautions avant. Il regarda le serviteur musclé.
- Si jamais je me comporte étrangement, tu frappes de toutes tes forces.
Le Golgoth le regarda en faisant craquer ses mains.
- D'accord seigneur.
Vik s'installa ensuite derrière le bureau d'Albatur et commença à tourner les faces dans un CLAC CLAC CLAC, sentant qu'une puissance maléfique essayait de s'emparer de son âme. Finalement, il posa le cube sur le bureau.
- Cet objet est vraiment terrifiant. Mais j'ai une idée pour le finir.
Il avait en effet, constaté que les couleurs sur les faces, était des gommettes autocollantes, la solution était alors simple, décoller les gommettes, pour les coller au bon endroit. Lorsqu'il colla la dernière, le cube se vit parcourir par une lueur dorée et un cri maléfique se propagea dans la pièce. Faisant sursauter le serviteur.
- Mon dieu, que se passe-t-il encore ???
- Tout simplement, que j'ai réussi à finir le jeu, en trichant certes, mais finir le jeu quand même, apparemment le mal est parti, cet objet est redevenu normal.
Il se lava du siège, se rendit dans la chambre et le plaça avec précautions dans la main d'Albatur qui dormait toujours. Une bonne heure passa, il ouvrit alors les yeux, regardant autours de lui sans savoir ce qu'il faisait là, ni comment il avait terminé dans son lit.
- Euh, je suis où là ??? tien salut Vik, ça va ??? mais pourquoi je suis attaché comme ça ??? hein ???.
- Ils est sauvé.
- Ouf, merci.

Personne ne raconta à Albatur ce qu'il s'était passé, il avait oublié cette histoire. Un beau matin, VS de passage au forum, se rendit alors chez lui pour voir où il en était. Il pénétra dans le bureau. Il était assis derrière à griffonner des choses sur un papier, une nouvelle technique pour tricher encore une fois. A côté de lui, posé sur un socle sous une cloche en verre, se trouvait le cube. VS le regarda.
- Je constate avec plaisir que tu as terminé mon jeu, j'espère que tu as aimé ???
- Très, merci pour ce cadeau, c'était vraiment plaisant à faire, malheureusement il n'a pas résisté longtemps, je ne suis après tout, pas le maître des jeux pour rien. Par contre étrangement, je ne me souviens pas comment je l'ai terminé ni en combien de temps, curieux.
Il regarda le voyageur en souriant de toutes ses dents.



pale C'est flippant comme histoire... pale
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Ven 6 Oct 2017 - 22:41

A night at the opera


La grande salle de l'opéra du Forum se remplissait progressivement. Les spectateurs prenaient place sur les fauteuils tendus de velours rouge, bavardaient debout, les musiciens accordaient leurs instruments tandis que les lumières des immenses chandeliers en cristal de Durenor projetaient des lueurs dansantes sur l'épais rideau rouge frangé d'or. Dans les loges, les dignitaires s'installaient aussi, se saluaient, les éventails se déployaient, palpitaient dans la pénombre, les robes des dames bruissaient.
- On est vraiment obligés ? Grommela Gilibran en prenant place.
- Ha, ne commence pas tu veux, le réprimanda le divin dav-ID en s'asseyant. Tout le Forum est là et en tant que divinité, je me dois d'y assister également.
- On a de la chance que VS nous prête sa loge en son absence, remarqua Albatur en s'asseyant. C'est l'une des plus grandes et confortables.
- C'est quoi ça, des lunettes ? Le divin VS est myope ?
- Mais non Gilibran, ce sont des lunettes d'opéra, pour mieux voir ce qui se passe sur scène, soupira Warlock en s'asseyant à son tour, son programme à la main.
Il y eût quelques échanges de bonsoir avec les loges voisines dont celle d'Antarès, très en beauté ce soir là, ses cheveux blonds cendrés nattés et ornés de fleurs de camélia et avec celle de Milos, impressionnant dans sa tenue de soirée noire dont la sobriété faisait ressortir sa silhouette imposante. Gilibran, lui, levait le nez de son programme :
- Mais c'est en italien, je vais rien y comprendre moi...
- Chut ! Ordonna dav-ID, ça commence.

Effectivement, bavardages et conversations s'éteignaient de même que les lumières tandis que le lourd rideau se levait majestueusement et que l'orchestre faisait retentir ses premières notes. La première partie du spectacle, un ballet, ne tira que des baîllements à Gilibran. Juché sur son fauteuil surélevé, le brave nain ne cachait guère son ennui. Au bout d'un moment, il se pencha vers son maître (pas très emballé non plus) pour chuchoter :
- Pourquoi ils ne les prennent pas plus grandes ?
- Hein ? Mais de quoi tu parles ? Chuchota dav-ID en retour.
- Ben oui, tu as vu, les danseuses... Elles se tiennent toutes sur la pointe des pieds.
- Oh non, j'y crois pas... Elles ont fini, applaudis au lieu de dire des bêtises.
Pour la deuxième partie, le programme annonçait la célèbre cantatrice Bianca Catastrophe et le rideau se leva sur une dame imposante à la poitrine de vastes dimensions, les bras épais gantés de blanc et en robe longue. L'instant suivant, sa voix, puissante, s'éleva comme un cri et tous se figèrent sur leurs sièges.
Ah je riiiisss de voir Cybèèèèèle en ce miroiiiir...
Crispé sur son siège, dav-ID sentît se hérisser sur ses avants-bras des poils qu'il n'aurait jamais cru si nombreux. Warlock se pencha vers lui, serrant les dents :
- C'est bizarre, à chaque fois que je l'entends, je repense à ce jour où j'ai manœuvré mon bateau dans un typhon au large de la Mer des Sept Tempêtes...
La prestation de Bianca Catastrophe fût saluée par un tonnerre d'applaudissements, plus pour la remercier d'enfin la fermer que pour saluer sa performance. Quand le rideau se releva sur le dernier artiste, Gilibran ne pût se retenir de pouffer :
- Trop drôle ! Tu as vu sa tête Maître ? On dirait qu'elle porte un chapeau de Schtroumpf ! Et elle a des spaghettis qui tombent de chaque côté !
- Tu vas arrêter oui ? Viens sur mes genoux et cette fois, tiens-toi tranquille. C'est la Diva Plavalaguna, sa voix est unique au monde.
Tout en bougonnant, le nain s'installa sur les genoux de son maître, s'attendant au pire. Un silence presque religieux était tombé sur la grande salle rouge et or tandis que l'étrange créature bleue s'avançait sur le devant de la scène, éclairée par une rangée de lampes en or. Sa voix s'éleva alors, majestueuse et elle chanta. Albatur donna un léger coup de coude au divin Forgeron, lui désignant Gilibran du menton : le nain restait figé, les yeux grands ouverts, comme stupéfait, abasourdi. On aurait dit un enfant émerveillé. L'instant suivant, il descendait des genoux de son maître pour venir s'accouder au rebord de velours rouge de la loge, dressé sur la pointe de ses pieds épais, oreilles et yeux grands ouverts. C'était trop beau. Il lui semblait que cette voix incroyable ne chantait que pour lui, que tout ce qu'elle disait, tous ces mots d'amour tragique, n'étaient destinés qu'à lui... Jamais Gilibran n'avait entendu pareille chose et quand vînt le passage où la belle pleure le départ de son amant, le brave nain sentît une larme couler sur sa joue et se perdre dans sa barbe rousse. C'était fou, comme si tout ce qu'il ressentait au plus profond de son cœur était là, exposé, mis à nu sur scène par cette voix incomparable. Quand le chant cessa et que la Diva s'inclina sous un tonnerre d'applaudissements et de Bravo ! Bravo !, Gilibran resta immobile, sans réagir et son maître, debout, lui tapota l'épaule pour lui rappeler d'applaudir.

Les lumières se rallumaient, les gens commençaient à quitter leurs sièges tout en bavardant. Dans la loge, Albatur se leva et proposa :
- Il fait trop chaud, si nous allions prendre un sorbet ou boire quelque chose au Foyer ?
- Bonne idée, fît dav-ID. Gilibran, tu viens ? Gilibran ?
Le nain restait sans répondre, accoudé au rebord de la loge comme un naufragé à son radeau, les yeux fixés sur la scène comme s'il y guettait ardemment, désespérément, le retour de la Diva. Warlock prît le bras du Forgeur de Merveilles pour rejoindre le couloir qui desservait les loges et où Vik et Alin les attendaient :
- Dis-donc, il est quand-même pas en train de tomber amoureux ton nain fidèle ?
- Manquait plus que ça, soupira dav-ID tandis qu'Albatur retenait difficilement un rire...
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Mer 25 Oct 2017 - 22:14

Journée spéciale pour une amazone guérrière


Le soleil venait à peine de se lever sur la cité encore endormie, marchant dans les rues, une silhouette en armure se déplaçait rapidement, faisant claquer ses lourdes bottes en fer sur les pavés. croisant de temps en temps une patrouille de la garde dont les soldats en voyant cette personne, se mettaient au garde à vous. Mais à leurs grandes stupéfactions, la silhouette ne répondait même pas, semblant être énervé et en colère. Pour comprendre, revenons un peut en arrière s'il vous plait zapzapzapzapzap...

Antares se leva aux première heures du jour, comme tout les matins. Elle avala un solide petit déjeuner et passa son armure d'or de la garde du forum. Plaça sa cape rouge sur son dos, son casque à longue crinière blanche sur la tête et passa la porte de sa modeste maison pour sortir dans la rue en direction de la caserne où elle devait prendre son poste. L'adjointe de Milos était très stricte et toujours très ponctuelle. Lorsqu'elle arriva devant la porte de la grande caserne militaire, vaste bâtiment placé juste à côté du palais royal, elle eu la surprise de voir la lourde porte toujours ouverte à cette heure-ci, se refermer juste sous son nez. Elle s'arrêta devant d'un air interrogateur et frappa sans comprendre de ses mains gantées de fer.
BOUM BOUM BOUM
Un judas s'ouvrit en coulissant sur le côté, un garde passa un œil et vit la jeune femme derrière, sourcils froncés, les bras croisés et faisant claquer son pied sur le sol en signe d'énervement.
- Ha ?? c'est vous dame Antares, bonjour.
- Oui c'est moi Morgan, ouvre moi la porte s'il te plait. Et puis pourquoi est-elle fermée au juste ?? pile au moment ou j'arrive devant en plus.
- Ordre de Milos en personne.
- Milos ??
- Oui jeune dame, il a donné l'ordre que vous ne pénétriez pas dans la caserne aujourd'hui.
- Mais ?? et mon poste ?? et mes manœuvres militaire ?? En plus j'ai mis au point une technique de contournement perforation de l'ennemi, je voulais en faire la démonstration à Milos et...
- Il a dit qu'il s'en occuperait votre place mais en tout cas, il a été très stricte sur son ordre, "Antares ne doit pas passer la porte de la caserne aujourd'hui", voila ses mots. Il vous a donné congé aussi.
Congé ?? ce mot cogna dans la tête de la jeune femme qui failli tressaillir. Elle qui tout les jours était là, ne prenant jamais de repos, s'accordant corps et âme à son rôle militaire pour servir son roi et défendre sa cité, elle était aujourd'hui en congé.
- C'est une blague ?? ouvre cette porte BOUM BOUM BOUM, il faut que je parle à Milos, ouvre.
Le judas venait de se refermer, elle frappa encore un moment à lourde porte, fit demi-tour pour rentrer chez elle, complètement ébahie par cette nouvelle.
- En congé ?? un jour de congé. C'est une blague ?? Un rêve ?? je vais me réveiller c'est ça, je vais me pincer et voir.
Elle se pinça fortement la bras, la douleur lui fit comprendre que non, elle ne rêvait pas du tout.

Morgan le regard triste, se retourna pour regarder Milos qui semblait exprimer lui aussi une sorte de remord.
- Vous êtes certain de votre choix ho divinité ??
Le colosse regardait son adjointe partir dans la rue.
- Non, mais aujourd'hui est un jour spécial, nous devons préparer ça et elle ne doit pas être au milieu. Je sais que lui donner un jour de congé a été un coup dur pour elle, mais c'est ce qu'il y a de mieux.
Il regarda encore un moment la silhouette de sa si fidèle adjointe descendre la rue, puis se retournant pour retourner dans son bureau.

Enfin le soleil se leva, le cité reprenant peut à peut la vie qu'on lui connaissait, une vie prospère et sereine. Pourtant, au milieu de cette animation, une personne déprimait complètement. Assise sur un banc au milieu du grand parc de la cité. Vaste étendu herbeuse où se trouvait de nombreux arbres, ainsi qu'un étang avec des statues et une gigantesque fontaine au milieu, Antares était encore sous le coup de l'émotion suite à son annonce de congé. Elle était finalement retournée chez elle, jetant son armure avec rage en vrac pour passer finalement un vêtement plus confortable, avait pris un livre et était partie à la surprise des gens habitués à la voir dans ses habits militaire, en direction du parc, ou elle s'installa sur un banc au hasard. Elle parcourait machinalement sans lire les pages de son livre. Livre que pourtant elle adorait et portait le nom de "Art de la guerre, armes et techniques de combats à travers le monde volume 6" (c'était une collection complète de 24 volumes disponibles chez tout les vendeurs de journaux).
Bien entendu, la surprise des habitants était très grande, un attroupement de curieux se développa à l'entré du parc. Antares, en habits civil assise sur un banc dans le parc en train de lire, il fallait le voir pour le croire. Pourquoi était-elle là ?? sans son armure en plus.
La jeune femme n'entendait rien, troublée par son jour de congé, elle n'entendit même pas qu'on lui parlait.

- Et bien alors, quelle surprise de te voir ici dans ces habits. Hé ho, tu m'écoutes au moins...??...
Sortant d'un rêve, Antares releva la tête en direction de la personne qui lui parlait. Le divin guérisseur était là, un vaste bouquin sur la médecine sous le bras, tenant dans son autre main une longue laisse au bout de laquelle, se trouvait son chien Hippocrate. Gros saint-Barnard poilu ressemblant à un bœuf aux hormones, en position assise, tirant la langue en respirant bruyamment et portant son habituel tonnelet de bois autours du cou (tonnelet qui d'après certains (Warlock en particulier), était rempli d'alcool). Le maitre des médecines sentait le trouble de la jeune femme. Il attacha la laisse autours du tronc d'un arbre et s'installa à côté de la guerrière.
- Je vois qu'il y a quelque chose qui te trouble. Tu veux m'en parler ??
Elle ferma son bouquin et regarda le médecin de ses yeux rouges.
- Je suis aujourd'hui en congé. Tu comprends, en congé. C'est horrible.
L'annonce provoqua un choc chez Vik qui sursauta croyant avoir mal entendu.
- En congé ?? toi en congé ??
- Oui, moi en congé. Je ne pourrais pas te décrire ce que j'ai ressentie en entendant ces mots.
- J'imagine en effet.
Elle posa sa tête contre son épaule, une larme lui coulant le long de la joue. Vik lui tapota sur la tête en lui disant de se calmer.
- Tu sais, c'est bien un jour de congé de temps en temps, ça aide à décompresser et à souffler.
Il faut dire que la guerrière, passait ses journées à la caserne, étudiant les techniques de combats d'autres pays, elle avait progressé rapidement le long des échelons pour finalement finir seconde de Milos. Son dernier jours de repos remontait à tellement loin, qu'elle avait oubliée ce que repos voulait dire.
- Tu devrais en profiter pour te reposer aujourd'hui. Je vais te raccompagner chez toi et tu vas me promettre d'être tranquille.
Vik se leva, décrocha la laisse de son chien du tronc de l'arbre, prit la main de la jeune femme et la raccompagna chez elle. Une fois à destination, il ouvrit la besace qu'il portait en bandoulière, fouilla dedans pour finalement sortir une petite fiole contenant un liquide bleu/vert.
- Tu vas prendre 3 gouttes de cette potion, ça va te détendre et te faire du bien, dit toi que demain est un autre jour et demain tu pourras revenir à la caserne. Maintenant excuse moi, mais on m'attend à la clinique. Bonne journée Antares. Allez, vient mon chien.
- Merci à toi Vik.
Elle regarda le personnage descendre la rue, Hippocrate tirant fortement sur la laisse, faisant courir le guérisseur qui râlait en disant "méchant chien laisse ce chat tranquille, arrête toi, non pas par là, la poubelle attention BAOUM...vilain chien, vilain, regarde, je suis couvert de détritus, bouh, pas de miam miam ce soir pour le méchant chien..."
La jeune femme poussa un petit rire devant cette scène, elle regarda ensuite la fiole, bien entendu elle connaissait aussi l'histoire de VS nu sur le toit à rire avec les pigeons. Elle abandonna la fiole sur une étagère en disant qu'elle ne voulait pas elle aussi finir nue sur un toit.

La journée se passa ainsi, longue, très longue, trop longue même. Elle avait bien essayé de faire le grand nettoyage de sa vaste collection. Sa chambre et sa maison était en effet un vaste bric à brac aux murs couverts de vitrines contenants divers objets guerrier. Alors que le soleil commençait à descendre, une cloche se mit soudain à retentir coupant le silence. Elle lâcha avec surprise son chiffon et l'épée qu'elle était en train de nettoyer, faisant basculer le pot qui déversa son contenu sur le sol.
- Le signal d'alerte ?? on attaque la cité ??
C'était en effet le signal d'alerte venant de la cloche du grand beffroi, dont le rythme était très caractéristique. Antares se leva, se précipita pour ramasser son armure pour sortir dans la rue l'arme au poing. Dans le ciel, une colonne de fumée s'élevait, dans la direction du palais royal. Dans le ciel, une armée d'Itikars portant des guerriers.
- Une attaque, c'est une attaque.
Elle se mit à courir dans les rues au milieu des habitants terrifiés. Si vite, qu'elle arriva très rapidement en vue de la caserne et ce qu'elle pouvait y voir lui glaça le sang. La caserne était en flamme, les portes ouvertes, les soldats du forum essayant de repousser l'envahisseur, pour que ces derniers ne pénètrent pas dans la cour laissant la voie au palais du roi. La jeune femme ramassa une deuxième épée qui trainait sur le sol et se précipita sur l’ennemi en hurlant.
- POUR ADRIAN ET LE FORUM"
Elle était très habile dans le maniement des deux épées, faisant des ravages dans les rangs des ennemis. Ici une tête, là un bras, une jambe, rien ne lui résistait. Elle se fit un chemin en direction des portes en donnant des encouragements aux soldats. Enfin, elle passa la grande porte détruite et se retrouva dans la cour intérieure où elle avait passée de si nombreuses heures à s'entrainer ou à suivre assidument les leçons de son maître, ce qu'elle vit lui fit un choc. Les arbres étaient en train de bruler, les murailles épaisses portaient des trous comme des plaies béantes laissant passer des flots d'ennemis.
Au milieu de la place, se tenait Milos, en combat singulier avec une énorme créature dont le corps était recouvert de lourdes plaques en métal et portant une gigantesque hache à deux lames. Le puissant guerrier était redoutable, sa cape était en lambeaux et son armure d'or couverte de coups. Il maniait avec habileté sa si lourde épée de guerre et il portait de nombreux coups au monstre qui semblait faiblir de plus en plus. Malheureusement pour lui, un coup de hache qu'il n'avait pas pu éviter le toucha et il tomba sur le sol en hurlant de douleur dans une grande gerbe de sang.
Antares poussa un cri et sans réfléchir, se précipita sur la créature pour venger son mentor. Elle faisait tourner son épée au dessus de sa tête et sauta sur la créature. Alors qu'elle allait donner le coup de grâce, elle se retrouva dans la noir complet et le silence. Elle regardait sans comprendre. Soudain s'élevant dans les ténèbres, une voix se fit entendre.

- Une, deux, trois.
La lumière revint et elle put entendre comme une sorte de clameur.
- BON ANNIVERSAIRE ANTARES.
Elle regardait la scène ébahie, sans comprendre, tenant toujours son épée au dessus de sa tête. Il n'y avait plus de monstres, le champ de bataille avait disparu, elle se trouvait au beau milieu d'une vaste salle aux murs décorés. Le long d'un mur se trouvait une longue table portant des fleurs, de nombreux cadeaux et un gros gâteau.
- Mais ?? mais ??
Les divinités du forum étaient tous là au milieu se tenait le roi Adrian, en habits de soirée et sa plus belle couronne sur la tête. Une voix se fit à nouveau entendre derrière elle. Elle tourna la tête et failli hurler en voyant Milos debout, en habits de soirée lui aussi et ne portant plus trace d'une blessure.
- Mais Milos ?? les monstres ?? l'attaque ?? mais ?? Je ??
Le guerrier lui tapota le casque affectueusement.
- Je suis certain que tu avais oubliée que c'était aujourd'hui ton anniversaire, il fallait bien te tenir à l'écart de la caserne donc, je sais que de te donner un jour de congé était une terrible décision et que ça a du te faire mal...
CLAC
Un claquement sourd venait de se faire entendre. Milos venait de se prendre la plus grosse baffe qu'il n'avait encore jamais reçu, même lui pourtant si fort, avait tremblé sur ses pieds. Antares venait de lui donner une baffe à la figure en y mettant toutes ses forces. Elle était debout, la tête vers le sol, les deux poings serrés et ses cheveux lui cachant le visage. Elle fit un pas en direction de Milos qui à la surprise de tous (et même de lui même) eu un mouvement de recul croyant avoir droit à la deuxième mais non. Elle appuya sa tête contre son torse et se mit à pleurer en lui donnant des petits coups. Le colosse visiblement gêné, lui passa la main dans les cheveux.
- Il fallait nous faire pardonner de t'avoir mise à l'écart pour la journée, d'où la mise en place de cette fausse attaque pour te défouler. Même si le résultat a été un peut trop convaincant. Moi me faire battre par un gros monstre, pfiou, n'importe quoi et gnagnagna et gnagnagni.
- C'est aussi mon idée. Ainsi que celle de Warlock qui a trouvé la formule pour simuler des visions dans un livre.
Le roi en personne s'approcha, lui disant qu'il avait aussi droit à une bonne baffe. Suivi par l'érudit qui avait visiblement peur, n'étant pas en effet, aussi carré que Milos.
- Euh, tu peux me frapper aussi, mais doucement hein.
- Peureux.
- Chut, voyons maître.
L'érudit leva la tête pour voir le maître forgeron rigoler fortement devant le vieux nain dépité.

Finalement la soirée avança, des musiciens étaient venu pour jouer des airs à la mode. Antares s'était remise de ses émotions, elle ne portait plus son armure qu'elle avait troqué pour un bel habit de soirée. Ouvrant ses cadeaux et poussant de nombreux cris de joie à chaque fois. Des livres, des armes, des armures, etc...un véritable bric à brac qui allait terminer dans sa collection. Devant ce spectacle étonnant, certains lui demandèrent alors où elle comptait ranger toutes ces choses. Sa maison était en effet bien petite et modeste.
- Vous inquiétez pas pour ça les gars, il reste des tas de murs de libre chez moi.




Very Happy Bon anniversaire à notre jeune aventurière... Confetis
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9851
Age : 45
Localisation : Shamanka !
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Ven 27 Oct 2017 - 20:09

Les travaux, on sait quand ça commence mais...

- Alors voilà, vous y êtes, vous pouvez ouvrir les yeux.
VS, Vik, Warlock et Alin obéirent et regardèrent autour d'eux avec une expression de surprise que l'on aurait volontiers prêtée à Loup Solitaire devant Banedon lui disant qu'il était enceinte...
- Alors, ce n'est pas magnifique ?
Les autres divinités promenèrent leur regard étonné sur un formidable chantier, une succession de vastes pièces encombrées de pots divers, d'outils, d'échafaudages, le tout dans une forte odeur de peinture et de plâtre humide. Ici et là, perchés sur des échelles, de nombreux ouvriers s'activaient, aidés par les nains de la forge qui trottinaient d'une pièce à l'autre en portant de lourds seaux de plâtre. Perché sur un amoncellement de cartons en équilibre instable, Gillibran s'échinait, tout là-haut, à fixer un lourd lustre en cristal de Durenor. VS finît par traduire le sentiment général en demandant, tout en caressant son persan blanc lové dans ses bras :
- Excuse-moi dav-ID, mais c'est quoi qui est magnifique ?
- Mais ma nouvelle maison pardi ! Hé oui, c'est chez moi ! J'ai acheté ce vieux terrain oublié à la cité et je m'installe. Elle est pas belle la vie ?
- Tu quittes ta forge alors ? Demanda Warlock.
Le Forgeur de Merveilles secoua la tête :
- Non, non, elle est juste à côté, séparée par un jardin, à 10 minutes à pied à peine. C'est une des raisons qui m'ont poussé à acheter ce terrain d'ailleurs.
Alin regarda autour de lui avant de demander :
- Au fait, comment as-tu persuadé Adrian de te vendre ce terrain ? Il voulait le garder pour en faire une salle de jeu de paume aux dernières nouvelles.
- C'est vrai mais je lui ai promis de réparer la porte des toilettes du premier au palais s'il me vendait le terrain.
Vik haussa un sourcil :
- La porte des toilettes du premier ? Celle qui grince atrocement ?
- Mais oui. Cette porte grinçait atrocement et Milos, qui a sa chambre à cet étage, devenait fou chaque nuit quand quelqu'un allait aux toilettes. Quand Lowbac a eu sa cystite et qu'il se levait pour aller pisser cinq fois par nuit, Milos, réveillé à chaque fois, a juré d'égorger le prochain qui allait pisser. Adrian m'a supplié de faire quelque chose, je lui ai promis de réparer la porte si en échange il me cédait le terrain à un bon prix.
- Je ne te pensais pas si rusé, fît Alin avec un sourire.
dav-ID rougit légèrement :
- C'est vrai, c'est pas mon genre mais j'ai vraiment eu un coup de cœur pour le terrain et cette ancienne maison. Venez, je vais vous faire visiter. Faîtes attention, c'est encore un peu le chantier...
- Mouais, c'est vrai, ça rappelle un peu le palais des Terres d'Evasion, fît Warlock avant de se mordre la lèvre sous le regard noir de VS.

A la suite du divin Forgeron, ils traversèrent donc une succession de salons et de chambres tous en cours d'aménagement, encombrés de caisses et cartons garnis de paille d'où les nains de la Forge sortaient meubles, livres, vaisselle et bibelots...
- C'est encore un peu nu, remarqua Vik, levant la tête vers les murs au plâtre à peine sec.
- Certes, certes. Je pensais d'ailleurs que notre Voyageur pourrait décorer certaines pièces de fresques, non ? De grandes fresques relatant de glorieuses épopées ou sagas chevaleresques, ça aurait de la gueule...
Les yeux de VS s'arrondirent.
- Euh... Tu veux que je peigne des pièces entières ?
Vik lui donna un coup de coude et le divin Voyageur se reprît, affichant un sourire contraint :
- Mais oui, pourquoi pas... (Je suis pas dans la merde moi...)
- C'est gentil. Venez, regagnons le grand salon.
Ils regagnèrent donc la pièce principale, suivis par le chat de VS, le félin ayant quitté les bras de son maître suite au coup de coude de Vik. Toujours perché en équilibre instable, tout là-haut, Gilibran continuait à s'énerver en tentant de fixer son lustre, grommelant une bordée de jurons. Au même moment, une souris (qui avait apparemment décidé de s'installer là également) traversa la pièce pour rejoindre son trou. Elle traversa également le champ de vision du chat et ce dernier jaillît comme la flèche d'une baliste pour bondir et... percuter les cartons de plein fouet.
- Hééééé, déconnez pas ! Cria Gilibran en battant des bras pour garder son équilibre.
Warlock se précipita pour récupérer le tas de cartons qui s'effondrait et réussît à le maintenir mais au prix de son propre équilibre. Pour garder ce dernier, il se mît à louvoyer et slalomer comme un danseur ivre, allant d'un côté et de l'autre, tenant la pile de cartons au sommet de laquelle Gilibran battait des bras, tenant toujours son lustre :
- Divin Warlock, me laisse pas tomber !
- Pas le moment de faire des jeux de mots, grommela Warlock, les dents serrées.
Pendant ce temps, VS, Vik et Alin courraient après le chat et la souris :
- Arrêtez ce con de chat !
- Arrêtez cette putain de souris !
- Arrêtez vos conneries !
Après avoir fait trois fois le tour de la pièce, le petit rongeur passa dans la future salle à manger, suivi par le félin, le Voyageur, le Guérisseur et le Juge Suprême. Salle à manger où un des nains de la Forge achevait de déballer les 126 pièces d'un magnifique service de table en porcelaine du Chaï. La souris et le chat réussirent à se faufiler mais pas les trois divinités. Un fracas assourdissant retentît, suivi par un second dans le salon où Warlock avait fini par lâcher. Quand dav-ID rouvrît les yeux, ce fût pour découvrir au milieu de son futur salon une étrange sculpture surréaliste : Warlock était assis par terre, sonné, un magnifique lustre en cristal clignotant tout autour de lui comme un sapin de Noël avec un Gilibran livide juché en tremblant sur ses épaules et accroché aux longs cheveux du divin Erudit. De son côté, VS avait réussi à récupérer le chat et Alin a sauver une tasse à café.
Vik posa une main amicale sur l'épaule du divin Forgeron :
- Je crois que pour ta pendaison de crémaillère, je sais quoi t'offrir mon vieux. Un pot de colle extra forte...


Dernière édition par Voyageur Solitaire le Ven 27 Oct 2017 - 20:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 5888
Age : 39
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   Ven 27 Oct 2017 - 20:20

Merci mon cher VS... Mr. Green

Faudrait songer un jour à faire des copies de ces histoires et les compiler quelque part (les chroniques du forum, loup solitaire 29 1/2, astre d'or, etc...)...il m'arrive de temps en temps d'en relire des anciennes, je rigole tout seul en lisant ces conneries...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES CHRONIQUES DU FORUM
Revenir en haut 
Page 13 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» les chroniques de la pierre des wards
» Serre du Faucon Argenté
» [Troisi, Licia] Chroniques du Monde Emergé (série)
» Chroniques De Malus Darkblade Vol 1 et 2
» [Bradbury, Ray] Chroniques Martiennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: La Vie à l'Extérieur de la Taverne :: Divers-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit