L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le Héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -14%
Apple AirPods Pro
Voir le deal
239 €

 

 LES CHRONIQUES DU FORUM

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes


Nombre de messages : 8180
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyJeu 1 Aoû 2019 - 11:33

- Le divin Milos, guerrier aux milles victoires et protecteur de la cité.
A peine le nom du capitaine de la garde d'or avait été annoncé par l'huissier (toujours bien droit dans son habit rouge et or impeccable), l'ensemble des regards se tournèrent vers le colosse et le silence s'installa. Puis soudain, un tonnerre d'applaudissements se fit entendre. Rouge de confusion, il baissa la tête et baragouina un vague merci.
Et du monde il y en avait ce soir, la salle des fêtes du palais était pleine à craquer, il y avait tellement de monde, que l'annexe avait du être ouverte pour l'occasion. Les serviteurs du roi, avaient passés la journée à la nettoyer, ce qui prouvait que l'occasion de s'en servir était très rare. Le long du mur, une gigantesque longue table avait été installée, cette dernière était couverte à craquer de toutes sortes de boissons et de nourritures. Un groupe de saltimbanques jouait de la musique et au dessus, une longue banderole avec en lettres d'or "bon anniversaire Milos". Le roi en habit de fête, tenant un verre à la main (le chambellan surveillait de prêt que le roi n'abuse pas de l'alcool), s'approcha.
- Voyons mon ami, ne reste pas donc planté sur le pas de la porte, c'est ta fête hein. Tu es le héro de la soirée.
- Euh, merci majesté.
Le guerrier était beaucoup plus à l'aise sur le champ de bataille que dans les soirées, à ce moment précis, il aurait aimé partir dans les terres du nord pour diriger les manœuvres de ses troupes, mais anniversaire oblige, c'est Antares qui avait été choisie pour les diriger. Impossible de s'esquiver, le roi risquerait de ne pas aimer ça. Un jeune servant s'approcha pour récupérer la veste du colosse, soirée oblige, il avait troqué son armure d'or pour un costume noir, avec un mignon nœud papillon, ce qui en fit rire certains.
- Hi hi hi hi, Milos avec un nœud pap, trop drôle.
- Chut, voyons maître, il risquerait de vous entendre et vous savez comment il peut être susceptible.
Guilibran regardait le forgeron d'un air dépité, non vraiment, il était insortable.
- Voila mon ami, ce soir c'est ta fête, profite en, mange, bois, enfin, si tu aimes les trucs sans alcool (Adrian regardait d'un air triste son verre à moitié plein d'un jus de pomme de très mauvaise qualité).
- Je préfèrerais une bonne bière pour le coup.
A peine eu t-il donné le nom de cet alcool, qu'une voix se fit entendre dans son dos, le faisant sursauter. Il tourna la tête pour voir le chambellan les sourcil froncé.
- Bière, j'ai entendu bière ?? il n'y a pas de bière ce soir, pas d'alcool, zéro, nada. Au moins vous ne serez pas pétés comme des coins et vous ne saccagerez pas la salle des fêtes comme les autres fois ha ha ha et toc. Bouh méchant
Alors que Milos allait ouvrir la bouche pour parler, un nouveau tonnerre d'applaudissements retenti dans la salle en direction du grand escalier. Descendant les marches dans une magnifique robe verte brodée, une fleur dans ses cheveux délicats et portant un énorme bouquet de fleurs, la divine venait de faire son apparition, descendant lentement les marches. En réalité, elle avait surtout peur d'en rater une ou de se prendre les pieds dans sa longue robe et de se ramasser lamentablement sur le sol. Poussant un ouf de soulagement discret pour elle même en atteignant la dernière, elle s'approcha en souriant du guerrier de plus en plus rouge.
- Ce n'est pas grand chose, mais voici quelques fleurs que mes elfes ont fait pousser spécialement pour toi dans la serre royale, ce sont les toutes premières d'une nouvelle espèce, je n'ai pas encore trouvé le nom malheureusement, mais je cherche.
- Euh, merci merci, c'est...très gentil à toi et...
Un léger sifflement se fit entendre alors qu'il allait lui faire un baisemain, l’arrêtant dans son mouvement. Levant les yeux, il tomba sur une étrange créature posé sur l'épaule de Yavie. Un oiseau apparemment, mais très élégant, portant une sorte de mèche sur le dessus de la tête et le regardant de ses yeux noirs.
- Ho excusez-moi, je ne vous ai pas encore présenté. Voici Mr Balthazar, dit bonjour...aie.
L'oiseau en question, était en train de tirer sur une mèche de cheveux de sa maitresse. Puis tournant la tête, il se mit à siffler une étrange mélodie.
- Quel oiseau étonnant.
- N'est ce pas ?? c'est un véritable génie vous savez, toujours en train de siffler des compositions perso, surtout lorsque c'est ma séance de musique, je ne sais pas pourquoi à ce moment là, il siffle encore plus fort. Pour couvrir le vague bruit de fond qui entrave son génie peut être.
Le roi et le guerrier se regardèrent en souriant.
- Bonsoir à vous.
La voix caractéristique asthmatique se fit entendre, c'était le seigneur Vador qui avait quitté son étoile noire pour venir à la soirée. Arborant sont éternel masque noir et son costume de la même couleur, il avait quand même fait l'effort de porter un nœud papillon.
- Hi hi hi, Vador avec un nœud papillon, trop drôle.
- Voyons maitre, arrêtez de vous moquer, vous savez comment est Vador hein.
Le forgeron, commençait à sentir une légère pression sur son cou, le seigneur sombre le regardait, la main en l'air. Soudain il s'arrêta, une mélodie monta. Mr Balthazar, venait de commencer à siffler la marche impériale. Même si il ne le montra pas, Vador était rouge comme une tomate sous son masque noir qui ne laissait paraitre aucune émotion. Trouvant cet oiseau vraiment très mignon et bien éduqué qui connaissait son hymne.
- Euh...excusez-moi (voix très troublée)...je vais me chercher à boire.
- Oui c'est ça, à tout à l'heure.
- Non vraiment ma chère, quel bel oiseau vous avez là et...
Un cri monta de l'entrée.
- Vik le divin guérisseur et haaaaaaaaaaaaaaa.
Le malheureux huissier, se retrouva au sol, sentant sur son corps une charge énorme, pendant qu'une chose gluante lui labourait le visage.
- Ha non alors, vilain, je ne t'ai pas amené avec moi pour souhaiter bon anniversaire au divin Milos, pour commencer à être un méchant chien. Tu n'auras pas une part de gâteau sinon.
Ouvrant les yeux, l'huissier tomba sur une monstrueuse créature poilu qui le regardait en tirant une longue lange rose, une sorte de bœuf aux hormones que sont maître nommait comme étant un chien.
- Allez-vient donc.
Tirant sur la laisse d'aussi fort qu'il le pouvait, Vik s'approcha à son tour de Milos, toujours accompagné par Adrian et Yavanna. Détail amusant, Hippocrate portait lui aussi un nœud papillon.
- Un chien avec un nœud papillon, c'est trop drôle ça aussi hi hi hi.
- Maitre silence, vous savais comment ce chien est susceptible, en plus ils vous regarde d'un œil étrange, je crois que c'est ce que vous avez dans l'assiette qui l'attire.
Un peut effrayé, le forgeron cacha son assiette derrière son dos et regarda le plafond en sifflant. Mais le chien détourna la tête, assis, tirant toujours la langue, regardant tour à tour son maître, le roi, Milos, la divine et surtout, l'étrange créature posé sur l'épaule de cette dernière. Créature qui regardait lui aussi le chien en inclinant sa tête dans tout les sens.
- Ho, quel bel oiseau que vous avez là.
- C'est Mr Balthazar, dit bonjour à Vik.
L'oiseau se mit alors à siffler.
- Bravo.
- Fantastique.
- Bis.
Semblant content de voir les réaction de son public, l'oiseau se mit à nouveau à siffler, voulant faire entendre son dernier morceau à la mode. Mais alors qu'il entonna les première notes, un hurlement monta. Le chien était toujours assis, mais le nez en l'air, il était en train de hurler, en changeant de ton, comme si il était lui aussi en train de chanter.
- Hé bien mon ami ha ha ha, je ne savais pas que toi aussi tu avais un animal chanteur.
Le guérisseur regarda la roi.
- Ho ça, il est juste jaloux en fait, de ne pas être l'attraction de la soirée alors il veut se faire voir. C'est pas gentil d'être jaloux d'un oiseau hein. Allez vient mon gros, on va manger le bon miam miam.
- Wouf.
- Oui Wouf, tout à fait.
La divine se mit à rire.
- Un chien jaloux, comme c'est amusant.
- Il faut dire que votre compagnon à plumes est talentueux, il a du succès.
- Si vous saviez, il en arrive à me piquer toute l'attention des gens lorsqu'ils viennent à mon temple pour me demander conseil ou pour que je fasse une prédiction. Quel bel oiseau vous avez, comme il chante bien, etc...moi à côté de ça, je compte pour du beurre, c'est lamentable.
- Ho, ça leurs passera bien et...
Un nouveau hurlement venant de l'entrée.
- Le grand maître des chemins, des ponts, des panneaux de signalisation, le divin Voyageur et son fidèle Kous-Kous.
VS était un peut énervé, à cause de ses eunuques tristes de le voir partir, il en avait raté l'Itikar de 16h pour attendre celui de 19h.
- Voila ce que c'est, obligé de faire la bise à tout mes eunuques en leurs disant que j'allais bientôt revenir, finalement, nous sommes en retard.
- Mais non voyons maître, la soirée vient à peine de débuter.
Retirant son manteau de voyage poussiéreux par le sable du désert qu'il donna à un servant, VS tomba sur le trio toujours placé au même endroit.
- Tien, bonsoir à vous. Bon anniversaire mon vieux.
Il donna une tape amicale sur l'épaule du colosse qui la lui rendit de manière amicale, sauf que le guerrier avait du mal à contrôler sa force et le voyageur se retrouva les quatre fers en l'air. Kous-Kous se précipita pour porter assistance à son maître, à noter que Kous-Kous portait lui aussi un nœud papillon.
- Ho ho ho, regarde le avec son nœud autours du cou. En plus il est de la même taille que toi, tu serais pas mal avec le nœud pap mon cher Guilibran.
Le fidèle nain resta silencieux, sentant une grosse envie de balancer son assiette et de l'enfoncer dans la gorge du forgeron pour lui claquer la bouche.
Une fois remis debout, le voyageur s'approcha de la divine pour lui faire une baisemain, mais à nouveau, il n'eut pas le temps de lui faire lui aussi, qu'une nouvelle mélodie monta.
- Ho maitre, regardez-là, sur l'épaule de Yavanna, quel superbe oiseau.
- C'est ma foi vrai, comme il est beau cet oiseau.
- C'est Mr Balthazar, dit bonjour.
Il y a un détail que j'ai oublié de préciser, c'est que VS avait fait le voyage avec son chat, Sultan. Qui dormait sur un coussin rouge tenu par Kous-Kous. A peine le mot oiseau avait été cité, que les oreilles du félin se redressèrent, il ouvrit un œil et tomba sur une créature qu'il verrait bien dans son estomac, en plus il avait faim, c'était parfait. Il se redressa en feulant, le dos rond et montrant les dents.
- Sultan non, il ne faut pas être méchant avec cet oiseau, tu n'auras pas de bon miam miam sinon.
- Attendez maître, je vais le placer dans sa caisse de transport et AIE.
Kous-Kous n'eut pas le temps de réagir, que le chat lui échappa des mains, sautant en direction de l'oiseau, faisant basculer Yavanna en arrière qui fut retenue par le roi.
- A bouffer (le chat).
- Un chat, vite, sauve qui peut.
Mr Balthazar s'envola, prenant de la hauteur, dans une manœuvre gracieuse pour esquiver le chat.
Ce dernier arrivé à mi-hauteur, entendit un WAF WAF. Il se glaça d'horreur, oubliant l'oiseau et tournant la tête vers une créature poilu le regardant d'un air mauvais.
- Horreur, un chien ici.
- Un chat, à bouffer WAF WAF.
Vik essayait tant bien que mal de calmer son monstre.
- Allons calme toi, ce n'est juste qu'un chat, tu le connais en plus, c'est Sultan, le chat de VS, dit bonjour plutôt.
WAOUUUUUUU WOAUUUUUU.
- Non, j'ai dit bonjour, bonjour...B...O...N...J...
Le guérisseur n'eut pas le temps de finir, il se retrouva par terre, tracté par le chien partant en aboyant à la poursuite du chat, soulevant un nuage de poussière. Faisant se pousser les gens dans la salle. L'oiseau quand à lui, s'était posé sur une poutre au plafond et se mit à siffler la musique de Benny Hill...
- Et voici le gâteau.
Tout sourire et sortant des cuisines, le chambellan marchait devant 2 pâtissiers en habits blancs et portant la toque sur la tête, poussant un chariot en argent sur lequel se trouvait un magnifique et énorme gâteau qui semblait fort appétissant. Le pauvre garçon n'eut pas le temps de finir son discours, qu'il entendit un gros MIAOU...suivit d'un WAF sauvage...et un ARRÊTE VILAIN CHIEN. ce fut la collision et le noir complet. Le chat venait de bondir sur le gâteau, le chien emporté par son élan venait de défoncer le chariot et le gâteau bascula sur le chambellan.
- Mon dieu, c'est une catastrophe.
la divine horrifiée, regardait la scène avec de grands yeux, même si elle était quand même soulagée de voir son oiseau en sécurité. VS était scandalisé et en colère contre VIK, faisant de grands gestes pour que l'on sauve son chat sous un Kous-Kous qui tournait en rond en brassant du vent. Le roi, les bras croisés, les sourcils froncés.
- Milos mon ami, si tu veux te faire plaisir.
Le guerrier hocha la tête, faisant craquer ses doigts dans un monstrueux bruit glaçant toute l'assistance. Surtout le forgeron qui était carrément en train de se rouler par terre, se tordant de rire. Il se clama aussi sec en entendant ce bruit. Le colosse se dirigea vers le chien et se fut alors une lutte à mort, entre la créature infernale et l'humain.
Le combat fut long et difficile, soulevant des "HO" et des "HA", des "BRAVO" et des "OLÉ". Certains comme Albatur ou PileouFace, firent même des paris pour savoir qui allait gagner. Mais au final, l'homme gagna et le guerrier aux milles victoires en comptait une nouvelle à son compteur. Il se redressa, enlevant la poussière qu'il avait sur les habits sous un tonnerre d'applaudissement et de hurlements admiratifs.
- Merci, merci.
Un sifflement le coupa, venant des hauteurs. Les invités à la fête soulevèrent la tête.
- Ho regardez là haut.
- Quel bel oiseau.
- Il est vraiment magnifique.
Satisfait de voir son public conquis, Mr Balthazar qui venait de s'échauffer la voix, se mit alors à siffler une composition bien à lui, une œuvre magnifique.
- Voila, qu'est ce que je vous disais, tout le monde le regarde, il est petit mais il arrive à capter toute l'attention. C'est lamentable, vraiment. Allez, descend maintenant.
Adrian regardait la scène amusé.
- Ho, laissez le donc ma chère, ça fait plaisir au public et ça fera oublié aussi qu'il n'y a plus de gâteau.
Le roi regardait le chien de Vik, en train de lécher le visage barbouillé de crème de son chambellan pendant que Vik le sermonnait. VS venait de récupérer son chat, hurlant que ce dernier n'était plus aussi blanc qu'avant mais qu'il avait une légère couleur vert de peur. Milos quand à lui, était en train de prendre des poses, ayant enlevé sa chemise et faisant jouer ses muscles, en signant des autographes.

Mais il y a un passage que je n'ai pas cité, la légende de la soirée, raconte qu'une petite araignée se trouvait dans le bouquet de fleurs apporté par Yavanna. Au début elle ne fit pas attention à ce détail, mais c'est lorsqu'elle senti quelque chose se déplacé sur son épaule nue, qu'elle tourna la tête et que ses yeux horrifiés tombèrent sur le monstre, elle se décomposa, en couinant les larmes aux yeux, elle attrapa la première chose qui lui tomba sous la main, c'est à dire le pauvre Kous-Kous et elle s'en servi pour frapper frénétiquement la bête au sol de toutes ses forces.

Légende ou réalité, personne ne le saura jamais.
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
dav-ID

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 8180
Age : 41
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyDim 26 Jan 2020 - 19:14

Ça faisait longtemps...^^


TAP TAP TAP.
Un marteau à la main, Warlock frappait frénétiquement sur un clou. Un fois ce dernier enfoncé, il se relava en souriant et en épongeant la sueur qui lui coulait sur le front.
- Et voila, terminé.
Puis se tournant vers le forgeron, débout et se grattant la tête ne comprenant pas en quoi cette chose pouvait servir.
- Elle est belle mon invention hein ??
- Euh oui, très belle...
Il regardait cet ensemble complexe, fait en métal, comprenant des tubes et des tuyaux, surmonté d'une sorte de cristal vert émettant des pulsations régulière et une sorte de cabine avec des portes en verre.
...mais dit moi, tu m'as réveiller ce matin pour te faire parvenir tout ce métal, mais je ne vois pas à quoi ça va servir au final. Tu m'as juste dit que c'était un secret et...
- C'est un secret oui.
- Allons (clignant des yeux), tu peux bien me dire à moi qui suis un de tes vieux compagnons d'arme, à quoi ça sert.
- Nan, c'est un secret.
- Oui oui, ça je sais que c'est un secret mais...
- C'est un secret j'ai dit. Modère ta patience, tu seras très bientôt à quoi elle sert.
- Bon ok, même pas un petit bout du secret.
- Ni un gros bout, ni même un petit bout. D'ailleurs, les voila qui arrivent.
Le forgeron tourna la tête vers la porte du laboratoire de l'érudit. Franchissant la porte, plusieurs autres membres du conseil étaient là, ainsi que le roi en personne. Ce dernier s'approcha, levant la tête et baissa les yeux vers Warlock.
- Quelle est donc que cette chose ??
- C'est un secret qu'il n'arrête pas de dire, j'ai eu beau le questionner, il ne veut pas répondre. Pourtant il m'a réveiller à 5h du matin, tambourinant comme un diable à la porte de ma forge en hurlant que je devais lui fournir du matériel, cet ingrat.
- Ho arrête de bouder mon ami, maintenant que vous êtes tous là, je vais vous révéler le but de cette machine.

Le jeune homme effectuait de grands gestes, comme un prestidigitateur, il avait même demandé à un de ses aides de frapper en rythme sur un tambour pour plus d'effet et au bout du quelques secondes, un autre frappa contre une sorte de gong. Les membres du conseil se regardèrent sans comprendre.
- Je vous présente une machine extraordinaire, c'est en entendant la divine se plaindre l'autre soir lors d'une soirée au palais, que j'ai eu l'idée, j'ai fouillé dans mes livres et la voila, devant vous.
- Oui peut être, mais ça ne nous dit toujours pas en quoi c'est extraordinaire.
- Tu vas voir, entre donc dans la machine et tu comprendras.
dav-ID se demanda si il n'aurait pas du fermer sa gueule finalement, lui et ses questions à la con. Il regardait l'appareil, puis Warlock souriant de toutes ses dents, puis ses compagnons l'encourageant à y aller, tout contents de ne pas passer en premier.
- Mais oui, va-y" lui lança VS, son chat Sultan dans les bras.
- Tu dires si c'est bien" rajouta Milos, essayant de ne pas montrer un rire mal dissimulé.
- Mais oui mon ami, tu ne craint absolument rien, c'est sans douleur rassure toi.
- Tu es sur ??
- Si je te le dis, c'est écrit dans ce livre.
- Bon, ben si un putain de livre le dit, on est sauvé alors.
Le forgeron regarda son fidèle Guilibran, retira sa sacoches à outils, s'approcha de la porte, se retourna en disant adieu, c'était bien cool de vivre toutes ces aventures avec vous et pénétra dans la cabine. Les portes en verre se refermèrent.
- Maintenant sous vos yeux ébahis.
Il abaissa une manette rouge et sous un nouveau roulement de tambour, la cabine se remplit de fumée et le cristal vert se mit à luire fortement. Au bout de quelques secondes, la lueur s'estompa et la fumée se dissipa. La porte s'ouvrit à nouveau et le forgeron en sorti.
- Euh, et alors ?? à part faire du bruit et de la fumée. Mais ?? elle est pas un peut étrange ma voix là ??
dav-ID tomba sur ses compagnons, que le regardèrent avec de grands yeux, si ils pouvaient sortir de leurs orbites, ce serait le cas. Warlock quand à lui, sautait sur place en effectuant une danse improvisée.
- C'est une réussite, c'est une réussite.
- Et alors, c'est quoi qui est réussi ?? non vraiment, j'ai une voix étrange là, t'es certain que ça donne pas une maladie ??
Et c'est vrai qu'il avait une voix étrange, aigu, très aigu même.
- Euh mon maître, là.
- Quoi là ??
- Regardez plus bas.
- Quoi regardez plus bas ?? Tien, c'est marrant, j'ai maigri.
Ce qu'il vit le cloua sur place de stupéfaction. Il portait toujours ses vêtements, mais ces derniers étaient soudain trop grands pour lui. Il avait maintenant deux boules au niveau de la poitrine. Il se palpa, trouva ça très doux et moelleux. Il osa regarder sous sa chemise pour voir avec stupeur, qu'il avait deux seins, énormes. Et il commençait à comprendre en quoi cette machine servait en réalité. Surtout lorsqu'il passa sa main sur son entre jambes pour constater qu'il manquait un truc. Dans la salle c'était l’hilarité complète. Milos osa une remarque.
- Hé bien mon cher, je ne te savais pas aussi mignonne". Puis il se roula carrément par terre, rouge et n'arrivant plus à respirer.
- Voyons, ce n'est pas gentil hi hi hi, tien, il y avait un miroir dans un coin de la pièce ha ha ha, regarde toi ho ho ho.
dav-ID pris le miroir que lui tendait VS et ses yeux n'en revenaient pas, à sa place, il y avait une jeune femme, vraiment très belle et portant une longue chevelure. Il ouvrit sa bouche en grand devant se spectacle surréaliste, se pinça pour être certain de ne pas rêver, il se fit mal avec ses ongles longs, puis tourna la tête vers Warlock, félicité par le roi.
- Mon cher, voila une invention vraiment surprenante hi hi hi.
- Merci majesté. Vous comprenez, l'autre soir à la fête, notre chère Yavanna se plaignait de l'attitude désagréable des hommes, ce n'était que remarques sur son physique, propos déplacés ou sexuel, etc. Ce qui la rendait vraiment très triste. J'ai donc eu l'idée de faire cette invention pour que les hommes puissent se rendre compte ce que ça fait d'être une femme et de subir eux aussi ce qu'ils font subir aux femmes. Donc mon cher dav-ID, tu es maintenant une superbe jeune femme.
Il regarda le forgeron, qui remuait dans tout les sens, tenant d'une main son pantalon trop grand pour lui, ayant visiblement du mal à s'habituer à son nouveau corps.
- Euh, rassure moi, ça ne va pas durer au moins ?? ça ne me dérange pas d'être une femme pour quelques temps, mais j'espère que ça ne durera pas.
Albatur en rajouta une couche, complètement hilare.
- Allons, tu es vraiment très belle ma chère. Si je n'étais pas marié, je te demanderais bien de m'épouser.
Puis s'approchant de lui, pour lui prendre la main et y déposer un baiser.
Le forgeron senti la fureur grandir, Guilibran le regarda inquiet, quand il était comme ça, son maître était capable de tout et même du pire.
- Puisque ça te fait rire, va donc l'essayer toi aussi, et puis toi aussi et toi.
Avec force, il réussi à pousser tout le monde dans la cabine, même Milos qui pourtant était d'une force impressionnante. L'érudit, complètement serré dans la machine, le pied de VS dans la bouche.
- Non, ce n'est pas fait pour tant de personnes à la fois. Tu vas casser la machine et...
- M'en fou.
Il baissa la manette. Nouveau tremblements, fumée et le cristal vert émettant une vive lumière, ce dernier se fissura et la lumière verte s'estompa. La porte s'ouvrit et Warlock regarda la pierre fissurée d'un regard désespéré.

Yavanna était assise à son bureau dans l'arrière salle de son temple. La jeune gardienne, une plume d'oie dans la main, était en train d'écrire une note, ses lunettes posés sur son nez et écoutant d'une oreille distraite la nouvelle composition de Balthazar dans sa cage. C'était son moment où elle était au calme, ne recevant pas de visiteurs venant lui demander des conseils, elle en profitait pour se reposer. Malgré tout, un grand bruit se fit entendre, une jeune elfe pénétra dans la pièce, visiblement choquée.
- Maîtresse, venez vite.
- Quoi donc ??
- Venez je vous dit, vous n'allez pas en revenir.
Un peut surprise par ce mystère, elle se leva, abandonnant sa note et suivi l'elfe jusqu'à la salle principale du temple. Elle passa à côté d'une superbe fontaine surmontée d'un arbre plusieurs fois centenaire et tomba sur un groupe de jeunes femmes qu'elle ne connaissait pas.
- Là.
- Euh oui, là, bonjour à vous mesdames, je suis désolée mais le temple est fermé pour l'instant et...
- Yavie, faut que tu nous aides.
- Je suis à nouveau désolée mesdames, mais j'ai du délai d'attente sur la liste des gens que je fois aider et...
- Mais, c'est nous, tu ne nous reconnais pas ??
Elle retira ses lunettes, nettoya les verres même si ces derniers étaient transparents comme du cristal, les plaça à nouveau sur son nez et regarda mieux, non vraiment, elle ne savait pas qui elles étaient.
- Je suis de nouveau désolée, mais, si vous voulez des conseils beauté, revenez plus tard mesdames...
- C'est moi, VS.
Elle resta en arrêt devant ce nom, totalement stupéfaite.
- Euh, VS est un homme, hors vous, excusez moi de le dire, mais vous êtes une femme.
Elle croyait avoir affaire à une folle, elle allait demander à son elfe d'aller prévenir la garde de Milos, quand une autre voix se fit entendre.
- C'est moi, Milos, je suis là.
Une autre femme leva la main, mais ce n'était en rien Milos.
- Ma chère amie, je sais que c'est surréaliste, mais c'est le cas, je suis Adrian.
La divine se pinça, elle avait en face d'elle, une autre femme, mais portant cette fois la couronne d'Adrian sur la tête. Avant même de pouvoir poser une autre question, elle se senti entrainée vers son bureau et se retrouva mit assise sur sa chaise de force. Les yeux grands ouverts.
- Mais ?? mais ?? c'est une blague ?? en fait ils vont ont payées pour venir me faire une farce, comme ils sont taquins.
- Non, pas du tout, je suis Warlock et je vais t'expliquer pourquoi nous sommes là.

Et l'érudit raconta tout, la déprime de Yavanna à la soirée et sa colère contre le machisme des hommes, l'idée de la machine à changer de sexe, le test sur dav-ID, la rage de ce dernier et leurs transformations en femmes. Yavie resta longuement sans parler, regardant les femmes qui étaient ses compagnons il y a encore quelques heures. Le silence était complet, même Balthazar ne chantait plus rien, regardant de ses yeux noir ces inconnues, mais se disant qu'il allait quand même siffler quelque chose pour leurs souhaitez la bienvenue.
Soudain, les épaules de cette dernière se soulevèrent, d'abord légèrement, puis en rythme. Elle mit sa main devant sa bouche, essayant de masquer tant bien que mal le fou rire qui montait en elle et les larmes à ses yeux, puis ne pouvant plus résister, elle s'écroula lamentablement sur son bureau en hurlant de rire...
- Excusez moi hi hi hi, c'est nerveux ha ha ha, je suis ho ho ho, désolée hé hé hé, vraiment désolée...

...To be continued...
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10767
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : The travelling god.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyDim 26 Jan 2020 - 23:47

Furieux (furieuse ?), le roi marchait à grands pas vers la salle du Conseil, tentant de ne pas se prendre les pieds dans la robe que Yavanna lui avait prêté. Le souverain en était encore à se demander comment les femmes faisaient pour marcher avec ça quand la voix des gardes postés de chaque côté des vantaux le sortit de ses pensées.
- Désolé noble Dame mais la salle du Conseil est réservée aux divinités de la cité. Sinon, il faut un ordre spécial du roi pour y entrer.
- Et mon poing dans ta gueule, ça suffira ?
Stupéfaits, les gardes en cuirasse et casque à plumes, bouclier au côté et lance au poing, dévisagèrent la superbe jeune femme (superbe mais visiblement énervée) qui venait de proférer ces paroles inattendues.
- Euh, pardon noble Dame mais vous ne devriez pas parler comme ça, ce n'est pas convenable pour une jeune femme, surtout de votre rang. Je vous prie de faire demi-tour maintenant sinon moi et mon collègue devront user de la force.
Contenant mal sa rage, Adrian retroussa sa robe et se détourna, sa traîne de soie bruissant sur les dalles de marbre. Le garde se pencha vers son compagnon :
- C'est qui celle-là, tu la connais ?
- Non, jamais vue. Beau petit cul en tous cas…
- Mouais mais question éducation, un peu vulgaire quand-même...
Au moment où Adrian passait devant la porte des latrines du premier étage, une bordée de jurons orduriers tels qu'on ne pouvait en entendre que dans les casernes retentit et la porte s'ouvrît brutalement, laissant apparaître une solide et plantureuse matrone, la poitrine opulente, les hanches larges, sa robe froissée et mouillée sur le devant.
- Mais c'est pas vrai, s'emporta Milos, comment elles font pour pisser avec tout ce merdier de robes et de jupons ? Ha c'est toi mon roi… Dis-moi que c'est un cauchemar, qu'on va se réveiller…
- J'espère, soupira le roi, jouant négligemment avec ses boucles d'oreilles en diamant. J'ai donné deux jours à Warlock pour réparer sa foutue machine, lui laissant entendre que s'il échouait, il y avait encore des places d'ennuques à pourvoir chez VS…

Kous-Kous entra dans les appartements de son maître, les bras chargés d'un plateau où trônait un petit-déjeuner copieux et une rose fraîche.
- Maître ? Ton petit-déjeuner est prêt, gazouilla le chef des ennuques avant de s'arrêter, stupéfait, devant la superbe brune, grande et mince, la peau mate, somptueusement vêtue, qui était assise sur le divan, l'air accablée, Sultan sur ses genoux. "D'où elle sort celle-là ? Il a une nouvelle favorite ? Il aurait pu prévenir quand-même... Manquait plus que ça, va falloir supporter une nouvelle poufiasse… Enfin, bon…"
Kous-Kous prît donc un air dégagé et sa voix stylée :
- Heu, salut à toi Maîtresse, pardonne-moi, j'ignorais ta présence. Que désire-tu pour ton petit-déjeuner ?
- Kous-Kous, écoute-moi attentivement. Je ne suis pas celui… celle… enfin non, celui… oh merde… que tu crois.
- Heu, pardon maîtresse, je ne comprends pas ce que tu veux dire. Je te laisse, je dois retourner aux cuisines…
- Reste ici et écoute-moi où je te fais empaler, abruti !!
Au prix d'un immense effort, VS avait récupéré sa voix mâle et, impressionné, le chef des ennuques vînt s'asseoir à ses côtés pour écouter. Le fidèle serviteur n'eût pas vraiment le temps ni de rire ni de s'étonner car un coup de gong retentît et un ennuque annonça :
- Le noble et farouche Lorans d'Arab-Hi, chef des nomades d'Atalis !
"Merde, j'avais oublié, je lui ai donné audience ici ce matin, trop tard, oh merde…" pensa VS en se mordant la lèvre. L'instant suivant entrait un homme costaud et solide, le teint mat et les cheveux noirs, paré de la romanesque beauté d'un prince arabe, habillé en cavalier avec bottes à pointes, cravache et burnous. Le chef des nomades, s'attendant à rencontrer son maître et souverain, resta stupéfait devant la beauté brune parée de voiles diaphanes et de soieries emperlées, majestueusement assise, le chat du maître sur les genoux. Dieux des sables, qui était donc cette beauté ? Il y eût un moment de flottement et ce fût Kous-Kous qui sauva la situation :
- Salut à toi Seigneur. Permets-moi de te présenter la noble… La noble… Suarra, la… la sœur de notre souverain.
Le cavalier ouvrît des yeux stupéfaits. La sœur du maître ? Le souverain d'Atalis avait une sœur ? Il ne s'en serait jamais douté. Et il ne se serait jamais douté qu'elle fût si séduisante… Il plongea donc dans sa révérence mais avec un regard appréciateur qui déplût fortement à VS tandis que Kous-Kous levait les yeux au ciel. VS tendît sa main, le bédouin y déposa des baisers avides et la main baguée aux ongles nacrés fût vite retirée, si brusquement que l'une des bagues lui écorcha le nez au passage…
- Désolé(e).
- Ce n'est rien Altesse, ce n'est rien, marmonna Lorans en s'épongeant avec le mouchoir que lui tendait Kous-Kous, impassible et toujours professionnel.
Le cavalier s'assît sur un pouf à proximité de la belle, un peu trop près au goût de cette dernière : VS pouvait sentir son souffle chaud sur son cou, son haleine qui sentait le tabac, son parfum, violent et agressif. Le divin (la divine en l'occurrence) déploya son éventail d'un geste sec qui fît sursauter tout le monde. Kous-Kous sauva à nouveau la situation:
- Notre maître est souffrant ce matin, c'est pourquoi il a prié sa sœur de le remplacer pour cette audience.
- Quelle heureuse surprise… N'en déplaise à notre maître, j'en suis très heureux et charmé.
Il avait une voix mielleuse, sirupeuse, qui était celle d'un maquignon flattant un cheval au bon endroit… Plus soudard qu'homme de cour, franc rustre et peu délicat, notre cavalier d'habitude n'y allait pas par quatre chemins quand une fille lui plaisait. Habitué à des victoires faciles avec des filles de taverne, il avait du mal à rester sage, d'autant plus qu'il était sincèrement troublé cette fois. Le fait que ce soit la sœur de son souverain ne faisait qu'accentuer son trouble. Il tenta bien, tandis que Kous-Kous, imperturbable, servait le thé, d'adopter des manières policées, mais sa drague avait la lourdeur de l'éléphant et la délicatesse du bouc en rut. Très droit(e), les dents serrées, contracté(e) de tout le corps, VS se demandait si tout ceci n'était pas un formidable cauchemar… "Je suis en train de me faire courtiser par le chef des nomades d'Atalis… Moi, Voyageur Solitaire, dieu des voyageurs, souverain d'Atalis, protecteur de Shamanka, je suis en train de me faire draguer par un de mes lieutenants, avec la délicatesse d'un étalon approchant d'une jument pour la saillie… Warlock, je vais te tuer…" Heureusement, l'audience touchait à sa fin. Lorans se leva, s'inclina respectueusement sur la main délicate qu'on lui tendait et cette fois, tenant à son autre narine, il évita ses suçoteries avides.
- Altesse, je serais très honoré si tu me faisais l'honneur d'accepter un modeste présent, hommage de ma part à la sœur de notre maître.
Surpris, VS hocha la tête. Le cavalier ôta alors de sa main une bague (trop grosse et voyante, clinquante) ornée d'un superbe saphir, pour la passer au doigt de VS. Bien sûr, la bague n'était pas adaptée et VS se retînt de lui balancer son éventail à la figure tandis que cet imbécile lui tordait le doigt en tous sens. Lorans sortît à reculons, main sur le cœur et, sitôt les portes refermées, il partît à grands pas, le visage rayonnant. Il lui fallait cette femme ! Le fait qu'il soit sincèrement ému et épris, même au premier coup d'œil, ne faisait que renforcer sa détermination. Le divin VS, en bon politique, ne refuserait certainement pas la main de sa sœur au plus puissant de ses seigneurs. Et il serait alors le beau-frère du maître de la Cité des Sables !
VS restait figé sur son divan, les bras ballants, le regard vide.
- Qu'est-ce que je vais faire Kous-Kous ?
- Je ne sais pas Maître. Mais en attendant, si tu veux, je peux te coiffer...
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
dav-ID

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 8180
Age : 41
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyDim 2 Fév 2020 - 19:46

- Allez ouste, allez au diable.
Guilibran, un balai à la main, venait de sortir de l'arrière salle de la forge pour chasser les importuns, qui se dispersèrent comme une volet de moineaux. Puis, constatant que la cour était vide, soupira et rentra, claquant la porte avec rage.
- Ça fait la 30em fois aujourd'hui, c'est fatiguant.
Il posa le balai dans un coin à proximité, s'attendant à devoir à nouveau le prendre dans pas longtemps.
TAP TAP TAP.
Un lourd marteau à la main, martelant en rythme, dav-ID frappait nerveusement un morceau de métal, l'air grognon.
- Ils sont chiants merde.
- Ho ça, vous ne pouvez que vous en prendre à vous même hein, qui a eu l'idée de balancer tout le monde dans la machine hein ??
- Je sais *soupir*
La nouvelle avait fait rapidement le tour du quartier, une nouvelle forgeronne était rentrée au service du forgeur de merveilles. Un canon de beauté. Du coup, les mâles du coin, venaient en nombre pour admirer la belle. Le pauvre forgeron n'en pouvait plus de se sentir épié en permanence, il avait l'impression désagréable de n'être plus qu'un bout de viande prêt à être croquer. Il prit une pince et plongea le morceau de métal dans l'eau dans un grand pschiiiiiiiiii et la vapeur.
- En plus, mes seins sont si énormes, que j'arrive pas bien à frapper et voila, j'ai fais un gros caca.
Complètement dépité, il balança le morceau d'acier dans un coin sur un tas de rebus.
- Vivement que Warlock répare sa machine, c'est gavant. Tu vois, je me disais que ça allait être cool d'expérimenté le corps d'une femme, mais finalement, je préfère mon ancien corps.
- Rassurez-vous maître, il a dit que ça serait rapide, enfin, il espère que ça se sera rapide...
BOUM BOUM BOUM.
Le nain ne termina pas sa phrase, il déposa son plateau contenant un verre de jus de fruit sur la table, se précipita pour prendre son balai et se dirigea vers la porte.
- Qui est là ??
S'attendant à tomber sur un autre mâle en rut venant observer son maître, il eu malgré tout la surprise d'entendre une réponse féminine cette fois-ci.
- HOU HOU, dav-ID, tu es là ??
Ce dernier eu un frisson.
- Mince, c'est EVE.
Il se souvint avoir rencontré la jeune femme il y avait deux jours au marché. Cette dernière un peut déprimée, lui avait demandé si il pouvait réparer son robot préféré qui ne marchait plus.
- Ne répond pas et n'ouvre pas...
Mais avant qu'il ne termine sa phrase, le nain avait ouvert le porte.
...la porte.
Laissant passage à une jeune femme en habit de ville portant un panier à la main.
- Coucou Guilibran, tu vas bien ??
- Oui oui, très bien merci, mais entre.
La forgeron venait de se planquer derrière un rideau.
- Elle ne doit pas me voir, non, pas du tout.
- Dit moi, ton maître est là ?? il m'a dit de venir le voir pour réparer mon petit Wall-E cassé.
Elle posa son panier sur un guéridon et en sorti une sorte de petit robot jaune, avec des chenilles et de grands yeux.
- Il est joli ce robot.
- Oui, mais il est cassé, regarde, il a une chenille qui tombe.
- Ho rassurez-vous, il va vous le réparer sans problème. N'est ce pas maître.
Oubliant que ce dernier était une femme, il se retourna vers la salle en souriant, mais ce dernier se dissipa très rapidement en réalisant sa boulette.
- Guilibran, je vais te tuer.
Finalement, il sorti de derrière le rideau, à la grande surprise de la jeune femme.
- Tien ?? je ne savais pas qu'il y avait une femme ici. Pourtant tout le monde le sait qu'il est rare de voir une femme en ces lieux et que le forgeron est très discret sur le sujet. Quand les autres vont le savoir hihihi, ça va jaser au palais hahaha.
- Bon ça va hein.
EVE arrêta de rire, voyant l'inconnue venir vers elle, prendre son robot de sa main et le regarder sous toutes les coutures.
- Mais ?? mais ?? arrêtez, vous allez le casser encore plus.
Revenant de la cuisine avec un plateau, le nain fit alors une autre boulette.
- Ho rassure toi, dav-ID est le meilleur des forgerons et...
Sentant un regard noir posé sur lui, le nain senti des sueurs et un frisson et ne dit plus rien. EVE ne comprenait pas, pourquoi il y avait une femme ici et pourquoi le nain lui parlait comme à son maître. Ouvrant des yeux en grands, elle senti une main la poussant malgré elle vers un fauteuil, puis sentie qu'on lui plaçait une tasse dans la main.
- Mais ?? mais ??
- Bon alors, c'est à la fois simple et compliqué. Cette jeune femme c'est dav-ID.
Elle regarda la personne en détail, taille fine, cheveux longs, poitrine opulente.
- Ho ho ho, elle est bien bonne celle là, je suis moi même une femme et je sais quand même reconnaitre une autre femme hein.
- C'est une femme en apparence, mais c'est bien le forgeron.
Et le nain, se mit à expliquer toute l'histoire, la visite chez Warlock, la machine à changer de sexe maintenant HS et la mésaventure de ses compagnons. EVE écoutait l'histoire, les yeux ouverts en grand et la bouche ouverte, tenant sa tasse de thé qui venait de refroidir. C'était surréaliste à écouter.
- Voila, tu sais toute l'histoire maintenant.
Guilibran regardait EVE, cette dernière était prise comme d'un léger hoquet. dav-ID tapa sa main sur son front.
- Et c'est parti.
EVE se mit à rigoler, elle était toute rouge et des larmes lui montait aux yeux.
- HI HI HI hé ben dit donc, c'est la meilleur histoire que j'ai jamais entendu HO HO HO. Alors mon vieux, j'espère que tu aimes cette expérience HA HA HA. Quand je vais dire ça à mes amies HI HI HI, ça va bien rigoler HO HO HO.
- Malheureusement tu ne diras rien hein.
- HE HE HE, à oui ?? HI HI HI.
- Oui sinon.
EVE se calma directement, voyant la scène s'offrant à ses yeux. Un frisson lui parcourra le dos, voyant dav-ID, un marteau levé en l'air, préparant à l'abattre sur l'enclume où se trouvait son Wall-E.
- Ok ok, je ne dirais rien.
- T'as intérêt sinon couic" il passa son pouce sur son cou.
- D’accord, tout ce que tu voudras.
- Ok, maintenant tu vas te lever, sortir d'ici et ne rien dire avant que je ne redevienne moi même, sinon.
EVE se leva en tremblant, se dirigea vers la porte les yeux fixés sur son robot, elle n'avait plus envie de rire pour le coup.
- Euh, je peux le récupérer ??
- Nan, je le garde en otage et si tu parles.
- Méchant.
Et sur se mot, elle sorti de la forge en claquant la porte. Guilibran la regardait descendre l'allée pour sortir par le portillon arrière, puis se tournant vers on maître qui posa le marteau contre l'enclume.
- La pauvre, je l'ai sentie très triste, vous avez été dur avec elle.
- C'est pour notre bien à tous, je la connais, si elle dit ça à ses amies, je suis fini. Là je garde une sorte de garantie qu'elle ne parlera pas. Va voir à la tour du savoir si Warlock à enfin terminé de réparer sa machine et...
TOC TOC TOC.
- Qui c'est ??
- C'est l'plombier.
- Le plombier ?? mais je n'ai pas demandé de plombier moi.
- Bon tu ouvres ou pas ??
C'était une autre voix féminine qui lui répondit. Guilibran ouvrit la porte et tomba sur la divine, en habits de ville vert et portant son fidèle Balthazar sur l'épaule. Ce dernier, poussa un "coucou" en voyant l'inconnue. Elle tenait un panier à la main et lorsque la porte se ferma, souleva le tissu dessus et en sorti plusieurs robes de soirée.
- Ben dit donc, pourquoi tu vient ici et tu me sort tes robes, c'est pas le marché hein.
- Voyons mon vieux, tu sais bien quel jour nous sommes ??
- Euh, je dois avouer avoir oublié avec tout ça. Excuse moi mais non, je ne sais pas quel jour nous sommes.
La divine souleva un sourcil et le regarda.
- Mais voyons, c'est le jour de la cérémonie pour la signature du traité fait avec le royaume du sud pour la construction du nouvel aqueduc. Le roi a organisé une fête au palais et il y aura des envoyés du royaume du sud.
Le forgeron se frappa à nouveau le front avec sa main, il avait oublié la cérémonie. Et il commençait à comprendre pourquoi Yavie était là.
- Non.
- Tu peux pas refuser.
- Non.
- sinon tu risques de finir en prison.
- Je sais mais non.
- Pourquoi ??
- Parce que je suis une femme et tout le monde va se demander où je suis.
- Rassure toi, j'ai fais passer un message comme quoi tu étais malade, le grosgrosnavirus, un truc venant de l'asie et tu as envoyé ta cousine venue par hasard à ta place.
- Non, non et non.
- Si, si et si.
Le jeune femme, tout en parlant, venait de disposer sur la table, plusieurs robes de soirée. Des chaussures, des accessoires et une trousse de maquillage.
- Maintenant, choisi et la reine beauté que je suis fera le reste.
Le forgeur de merveilles se senti mal, il savait qu'il ne pourrait pas dire non et allait devoir enfiler tout ce merdier que porte une nana lorsqu'elle sort. Pointant un peut au hasard une robe, il se laissa guider par Yavie. Au bout d'une bonne 1/2 heure, cette dernière leva la tête totalement satisfaite.
- Parfait, tu es superbe mon cher.
- Tu crois ??
- J'en suis certaine, ne suis je pas une icône mode pour rien après tout.
Et le pauvre dav-ID, se leva, enfin, il essaya de se lever avec ses talons, ne se sentant pas stable du tout et se demandant comment elles faisaient pour porter ça.
- Marche un peut.
- Tu crois, je vais rester sur place, c'est mieux non ??
- Si marche.
- Bordel.
Après avoir failli se ramasser lamentablement au sol plusieurs fois, il prit le coup.
- Parfait, maintenant, allons-y.
- Est ce bien raisonnable en fait. Tu pourrais dire que ma cousine est malade elle aussi.
- Tut tut tut, ne fait pas l'enfant et vient, on y va.
Et le duo franchi la porte, sous l’œil inquiet de Guilibran.
- Adieu mon ami, j'ai passé de bons moments avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
EVE
Maître d'armes
Maître d'armes
EVE

Féminin
Bélier Coq
Nombre de messages : 1112
Age : 39
Date d'inscription : 16/12/2016

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyDim 2 Fév 2020 - 20:55

Shocked Han ce vilain chantage ! Mon petit robot, t'es trop méchant, snif Sad Mr. Green

Razz Hihihi, en fait je me marre bien à lire les chroniques, continuez comme ça, j'en veux encore, encore ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://fdvelh.forumactif.com/
Donald S
Canard Teigneux
Canard Teigneux
Donald S

Masculin
Gémeaux Cheval
Nombre de messages : 3087
Age : 41
Localisation : Normandie.
Date d'inscription : 03/12/2010

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyDim 2 Fév 2020 - 22:03

le maître-forgeron qui n'arrive plus à bosser correctement à cause de ses gros nibards... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10767
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : The travelling god.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyDim 2 Fév 2020 - 23:58

Ce soir-là, le bal battait son plein, les couples tournoyaient sous la lumière des grands lustres de cristal, au rythme effréné des valses. Mais il faut bien le reconnaître, chuchotements et murmures derrière les éventails couvraient presque la musique jouée par l'orchestre royal… Que se passait-il ? Où était donc le roi, pourquoi n'avait-il pas ouvert le bal avec la divine Yavanna ? Et où étaient les divins Warlock, Voyageur Solitaire, le divin dav-ID, et le divin Albatur ? Quel affront pour les ambassadeurs de Vassagonie venus signer le traité… Les hommes, eux, se demandaient surtout qui étaient ces beautés inconnues, rassemblées dans un coin et l'air mal à l'aise, jetant des regards consternés autour d'elles. On murmurait que la superbe brune au teint mat, aux yeux de chat, était la sœur du divin VS. Le maître d'Atalis avait donc une sœur ? Incroyable !

- Bon, les filles, on fait quoi ? demanda dav-ID en déployant son éventail d'un geste sec.
- Tu es obligé de dire "les filles" ? s'énerva Milos.
- Ben, c'est ce qu'on est…
Albatur prît le temps de foudroyer du regard un seigneur dont les yeux s'attardaient sur son décolleté avant de soupirer :
- Faisons confiance à Warlock, il lui reste un jour pour réparer sa foutue machine. En attendant, s'ils pouvaient tous arrêter de nous regarder comme des bestiaux au marché…
Milos allait répondre quand un officier qu'il ne connaissait que trop bien, Astur, son fidèle aide de camp, s'inclina devant lui. Astur avait toujours eu un faible pour les femmes voluptueuses et là, devant cette superbe matrone à la poitrine opulente, aux hanches larges, aux seins fermes et hauts placés, il n'avait pu s'empêcher de tenter sa chance.
- Pardonne-moi noble Dame… Puis-je t'inviter à danser ?
- ET MON CUL, C'EST DU NOUGAT ?! Va te faire voir
- Euh, pardon noble Dame, je ne voulais pas déranger…
Rouge de confusion, Astur s'éloigna, rejoignant ses collègues en cuirasse, casque à plumes sous le bras.
- Alors ? demanda l'un d'eux.
- Sacrée matrone… Pas très distinguée mais elle a du caractère…

- Tu étais vraiment obligé(e) d'être aussi grossière ? demanda dav-ID.
- Mais merde ! C'est mon aide de camp, un ami de dix ans, on a combattu ensemble sur tous les champs de bataille, on a joué et picolé des heures à la caserne en parlant des femmes, on s'est baigné ensemble dans les rivières, on a fait le tour des tavernes et des cabarets de toute la ville, on a dragué ensemble, on a dormi sous la même tente… Et il me drague ! Tu voulais que je fasse quoi ?
Visiblement désespéré(e), Milos se laissa tomber sur un divan.
- J'en peux plus les filles, faut qu'on fasse quelque chose.
VS allait répondre quand il sentît une présence derrière lui… Il se retourna pour découvrir ce qu'il redoutait : Lorans d'Arab-Hi qui, moustache frémissante, s'inclinait respectueusement.
- Altesse, m'accorderas-tu cette valse ?
VS se mordît la lèvre, tout le monde les regardait… Il hocha la tête et tendît sa main gantée de blanc, se laissant entraîner sur le parquet marqueté. Bien sûr, par réflexe, il se présenta à son partenaire comme s'il était le cavalier, Lorans lui jeta un regard étonné, VS s'excusa et posa donc son bras sur l'épaule du chef nomade, plaça sa main dans la sienne et frémît en sentant un bras musclé et possessif passer autour de sa taille… Lorans était bon danseur, VS aussi et bientôt, les autres cessèrent leurs évolutions pour regarder le couple qui tourbillonnait sous les lumières.
- Tu danses merveilleusement Altesse… Presque aussi bien que ton frère, notre maître… Tout le monde nous regarde. Comment se fait-il que je ne t'ai jamais vu à Atalis ?
- Heu… Mon frère et moi sommes en froid, je… J'ai vécu en exil au palais d'été ces dernières années.
- Quel dommage pour nous. Mais maintenant que tu es de retour, nous allons nous voir plus souvent n'est-ce pas ?
Il avait accentué son étreinte en disant ça, VS se raidît en sentant la robuste poitrine frôler son décolleté endiamanté, la valse s'accélérait…
- Altesse, tu ne te sens pas bien ?
- Oh, ce n'est rien, un étourdissement.
Aussitôt, Lorans l'entraîna vers un divan, l'y fît asseoir avant de sortir un petit flacon d'eau de rose de sa poche et de lui masser délicatement les tempes, avec une inquiétude sincère.
- Merci, minauda VS, je vais mieux maintenant. J'ai… J'ai été surprise par la chaleur qui règne dans cette salle.
- Tu es encore bien pâle Altesse, je vais te ramener à l'ambassade d'Atalis.
VS sentît se hérisser les poils (qu'il n'avait plus pourtant) de ses avants-bras et jeta un regard désespéré vers Milos. Le brave capitaine comprît et s'interposa :
- Permet que je ramène mon amie dans mes appartements Seigneur, elle pourra s'y reposer et je veillerai sur elle. Nous… Nous ne nous sommes pas revues depuis longtemps, nous avons tant de choses à nous dire, des petits secrets entre femmes…
- Mais bien sûr, répondît Lorans, souriant de toute sa haine.
Il s'éloigna à grands pas, furieux, et VS se tourna vers Milos avec gratitude :
- Merci ma vieille.
Regard noir.
- Mon vieux, pardon.
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
dav-ID

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 8180
Age : 41
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyLun 3 Fév 2020 - 22:53

dav-ID regardait VS et Milos en train de monter les marches en direction des appartements du capitaine de la garde d'or lorsque ce dernier venait passer la nuit au palais, poussant un ouf de soulagement. Malheureusement ils n'étaient plus que deux, lui et Albatur, se regardant en se demandant ce qu'ils allaient bien pouvoir faire pour se sortir de ce merdier.
- J'ai l'impression désagréable que l'on nous observe, lança Albatur en essayant de détourner le regard du centre de la salle.
- Rassure toi, ce n'est pas une impression, à croire que tout les hommes dans la salle n'ont jamais vu des femmes de leurs vies tss tss.
Le forgeron poussa un soupir de dépit en regardant le sol.
- Dit moi.
- Quoi ??
- Imagine, je dis ça comme ça, qu'un de ces hommes, ai des mauvaises intentions, tu sais comment sont les hommes hein.
- Bien entendu que je le sais hein, j'en suis un à la base...
Il souleva la tête en regardant son compagnon d'infortune.
...Tu veux dire si il y en a un qui essaye de me draguer et ensuite veut faire des galipettes ??
- Si si.
Sentant des frissons de partout.
- Ok t'as raison, on bouge, mission exfiltration de la zone dangereuse activé.
- Oui mais pour aller ou ??
dav-ID tourna la tête dans toutes les directions et tomba sur la divine, en grande conversation avec le roi, enfin, la reine et le divin Vik.
- Là bas.
Le duo quitta le pilier sur lequel ils étaient appuyés pour marcher en direction du trio en grande conversation, enfin, essayant de marcher, ce qui n'était pas chose évidente avec ces putains de talons. Albatur pesta, vérifiant à chaque fois que son pied était suffisamment stable au sol avant de faire un autre pas.
- Mais comment elles font bordel de merde ??
- Elles y arrivent, mais on se demande bien comment.
Il poussa un ouf de soulagement en s'éloignant de la zone dangereuse. Le duo finit malgré tout par arriver à côté de son objectif, malheureusement, le forgeur de merveilles ne fit pas attention à la laisse que tenait Vik, laisse relié au monstrueux Hyppocrate le saint-Bernard, il se prit le talon dans la laisse et se retrouva les 4 fers en l'air, la robe complètement retourné laissant apparaître son joli postérieur et une magnifique culotte rose à dentelles. Les hommes dans la salle poussèrent en cœur un hoooo admiratif.
- BORDEL DE MERDE, J'EN AI PLEIN LES COUILLES, rugi le forgeron.
- Quel caractère, lança un invité en habit brun portant son verre à sa bouche.
- Et quel cul, non mais regarde moi ce cul hein, lança son ami à côté de lui.
Yavanna consciente de la chose, se lança à l'aide du pauvre forgeron qui avait du mal à se relever.
- BORDEL DE TALONS A LA CON, PLEIN LE CUL, rugi à nouveau le forgeron rouge de colère.
- Non vraiment, quel caractère, j'aime ça.
- Non vraiment, quel cul, j'aime ça.
La divine aida son pauvre ami à se remettre sur les talons, en lui lançant une recommandation à l'oreille.
- Tu ne dois pas dire plein les couilles puisque tu n'en a pas, mais plein les ovaires hein.
- BORDEL, VOUS SAVEZ CE QU'ELLES VOUS DISENT MES OVAIRES.
- Quel caractère, mais quel caractère seigneur.
- Quel cul, mais quel cul seigneur.
- Hé voila, vilan chien, tu as fait tombé la dame.
Vik, visiblement très en colère et ignorant totalement l'histoire, était en train de gronder le pauvre chien, assis, sortant une langue rose et très longue et remuant la queue.
- Je suis désolé madame, toutes mes excuses pour cet incident, il prit la main de dav-ID et y déposa un baiser.
Ce dernier trembla et se prépara à en claquer une bonne dans la figure du grand guérisseur mais Albatur et Yavanna s'interposèrent, ne voulant pas en rajouter une couche à la scène précédente. La divine s'excusa.
- Excuse moi mon vieux Vik, mais la pauvre cousine de dav-ID est fatiguée.
- Oui, elle est très fatiguée par le long voyage pour venir voir son cousin à la forge.
- OUAIS, JE SUIS FATIGUEE ET J'EN AI PLEIN LES COU...
La divine lui donne un léger coup de pied discrètement.
...LES OVAIRES.
- Ha ce caractère, décidément, j'aime ça, je vais aller lui parler. Posant son verre sur un plateau.
- Ha ce cul, décidément, j'aime ça, je vais aller le toucher. Posant son verre sur un plateau.
Le trio féminin, voyant les deux pervers venir vers eux avec des regards qui en disaient très long sur leurs intentions, décidèrent un repli stratégique. La divine pris malgré tout les devant, ayant l'habitude de se farcir ce genre de boulet tout les jours à cause de ses chromosomes XX.
- Euh mon cher Vik, si tu pouvais les retenir, nous allons faire un tour à l'étage, dit-elle en prenant dav-ID et Albatur par les mains pour les tirer vers l'escalier.
- Mais bien sur ma chère, hop mon chien, mange les pas beau et tu auras triple ration de miam miam ce soir.
Le gros chien se mit à grogner, puis se lança sur le duo d'excités qui se retrouvèrent dans un combat à mort contre un véritable boeuf bourré aux hormones. Pendant que le combat faisait rage, le trio en profita pour s'éclipser, arrivant à l'étage, la divine regarda où ils pourraient se planquer en attendant que la pression retombe et de se faire oublier un peut. Elle désigna finalement une porte en bois, où se trouvait une icone de femme.
- Là.
- Tu es sure ??
- Oui oui, j'en suis sure.
- Tu es certaine ??
- Oui, oui, sure et certaine.
Elle attrapa la poignée et ouvrit la porte.
- Mais ce sont les latrines des femmes, lança Albatur.
- C'est malgré tout, le lieu le plus sécurisé du palais en ce moment.
Elle poussa dav-ID et Albatur dans la salle et ferma la porte derrière elle.
- Ici, nous serons tranquilles mes amis.
Les deux divinités se regardèrent et ils eurent des frissons. Il y avait le long du murs, plusieurs cabines fermant avec des portes en bois représentants des scènes champêtre, le long du mur en face, se trouvait un grand lavabo en marbre blanc, avec un grand, très grand miroir et devant, une armée de femmes, discutants de tout et de rien, comme une armée de pies.
- Seigneur, je suis mort et je suis en enfer en fait ??
- Alors nous sommes morts tout les deux mon cher.
- Allons, un peut de tenu, ce n'est pas si infernal que ça, faites comme les autres et tout ira bien, lorsque la pression dans la salle retombera nous aviserons de la suite.
Yavanna marcha avec ses talons vraiment très haut, en direction du lavabo, ouvrit son sac qu'elle portait en bandoulière et sorti quelques éléments pour se refaire le maquillage, se plaçant juste à côté d'Antarès. La jeune femme venait de sortir d'une des cabines pour se rincer les mains, discutant avec la divine. Albatur et dav-ID se regardèrent à nouveau, tremblant de peur devant ce spectacle, le brouhaha des femmes dans la pièce leurs vrillant les oreilles.
- Non vraiment, je suis en enfer. Pince moi, je fais un cauchemar.
- Ok.
- Aie.
- Alors ??
- Non, je ne rêve pas.

- Halte là...
Un jeune garde en armure d'or, tenait devant lui une longue lance en affichant un air mauvais sur le visage.
...C'est une zone privé ici, ce sont les appartements du seigneur Milos et vous n'avez rien à faire ici, je suis désolé, mais vous devez faire demi tour mesdames.
Le capitaine de la garde senti la colère lui monter, ce jeune soldat ne pouvait pas savoir que les deux femmes en face de lui, étaient VS et Milos.
- Excusez-moi cher soldat, mais mon amie ici présent et un peut fatigué et on m'a dit de venir ici pour qu'elle se repose.
- Je suis désolé, mais le seul qui peut pénétrer en ce lieu est Milos et personne d'autre. Antarès aussi peut venir, mais elle n'est pas là actuellement.
Milos eu une idée.
- Mais oui, Antarès, elle pourra nous aider.
- T'es certain ??
- Oui oui, certain, fait moi confiance, prenant sa plus belle voix, la grosse matrone parla au soldat. Et où se trouve mon adjointe, sentant un coup de coude de VS, ma chère cousine Antarès ??
- Vous êtes la cousine d'Antarès ?? à ben je ne savais pas qu'elle avait une cousine.
- Ho rassurez-vous, elle non plus, heureusement, le garde ne fit pas attention à cette remarque discrète.
- Elle se trouve aux latrines, dans le couloir au fond au niveau précédent.
- Merci à vous mon brave, nous y allons.
- Euh, t'es certain de ton coup.
- Oui oui, certain, ne suis je pas après tout, un fin stratège, le guerrier aux mille victoires qui a remporté de nombreuses batailles pour l'honneur du forum et de son roi ??
- Ok ok, si tu sais ce que tu fais.
Le duo descendit l'escalier, poussèrent la porte marqué du symbole féminin.
- Fin stratège hein ??
- Ho ça va.
- Le guerrier aux mille victoire hein ??
- Merde hein.
- Qui a remporté de nombreuses batailles ??
- Flute.
- Tu me fera bien rire. Attend, je rigole Ha ha.
Le duo regarda la scène offerte à eux, c'était une véritable cacophonie dans cette salle, ils tombèrent très rapidement sur dav-ID et Albatur, dans un coin, collé l'un à l'autre et tremblant de peur.
- alors, ça roule ??
- Bienvenu en enfer messieurs, enfin, mesdames.
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
dav-ID

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 8180
Age : 41
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 4 Fév 2020 - 12:35

Une ombre noire se glissa sans bruit dans la nuit, attendant discrètement au coin d'une rue sombre avant de s'élancer vers la forge lorsqu'il n'y eu plus personne. L'ombre ouvrit le petit portillon en prenant garde de ne pas faire de bruit car ce dernier provoquait à chaque fois un couinement irritant, le forgeron devait la graisser mais il n'avait pas le temps de le faire. L'ombre franchi rapidement le parc pour se coller au mur à côté de la porte, regardant discrètement dans la pièce par la petite fenêtre au dessus. Dans la grande forger endormi, c'était le silence et le noir complet.
- Parfait, Guilibran doit dormir à l'heure qu'il est.
Joignant le geste à la parole, l'ombre noire ouvrit une sacoche qu'elle portait en bandoulière pour sortir des crochets qu'elle introduisit dans le trou de la serrure, manœuvrant ces derniers avec précaution, jusqu'à entendre un cliquetis léger. Rangeant ses outils, l'ombre fit tourné la poignée et la porte s'ouvrit, lui permettant de se glisser dans la pièce silencieuse. Prenant ensuite une bougie qu'elle alluma, révélant le visage d'EVE, dans une grande tunique sombre, la capuche relevée sur sa tête. Elle passa la pièce du regard pour tomber sur l'enclume où se trouvait son robot jaune favori. Affichant un sourire elle s'approcha pour le prendra dans ses mains.
- Enfin, je suis contente de te retrouver mon petit Wall-E adoré. Et maintenant mon cher dav-ID, c'est l'heure de ma revanche HA HA HA.
Mais elle rigola si fort, qu'une lueur se fit voir à l'étage et une voix demanda.
- Il y a quelqu'un ??
C'était Guilibran, le vieux nain avait le sommeil léger, il avait entendu le rire et était sur le point de descendre. EVE plaça son précieux robot dans sa sacoche et bondi en direction de la porte ouverte, non sans faire tomber au passage, une lance posée au mur qui claqua au sol dans un grand bruit.
- Cette fois il y a bien quelqu'un, descendant les marches avec précaution, tenant une lanterne à la main et un couteau dans l'autre.Sortez et montrez-vous, je suis armé.
Alors qu'il posa le pied au sol, il vit une ombre noire franchir la porte, se précipitant dans la nuit.
- Mais qui êtes-vous donc ?? ARRÊTEZ.
Trop tard, l'ombre était hors du parc, s'enfonçant dans la nuit noire. Le vieux nain regarda si il manquait quelque chose, le robot avait disparu, il comprit alors qui était cette ombre et la gravité de la situation, l'otage libéré, c'était le secret de ses amis qui allait être découvert.
- Je dois me rendre au palais, vite, très vite.
Il eu juste le temps de mettre ses sabots et se mit à courir dans la nuit d'aussi vite que ses petites jambes pouvaient le faire.

Pendant ce temps dans les latrines, le quatuor, toujours collé à un coin de la pièce n'en revenait pas, les femmes entraient et sortaient de la pièce sans discontinue, parlant de tout et de rien (surtout de rien), c'était une véritable cacophonie. Le capitaine osa quand même faire une remarque.
- Ben dit donc, moi quand je vais pisser, j'aime bien le calme et le silence, mais là, c'est le bordel.
- T'as raison mon vieux, le silence d'Atalis commence à me manquer sérieusement, vivement que cette histoire se termine, parce que.
- Si nous sortions ?? je pense que c'est plus calme en bas maintenant non ??
- Oui t'as raison, sortons d'ici.
Prenant un air distingués, les 4 amis sortirent de la salle, après avoir indiqué à Yavanna qu'ils s'en allaient voir ailleurs si ils y étaient. Poussant un ouf de soulagement une fois la porte de la salle infernale fermée.
- C'est elle jeune dame.
En haut de l'escalier, se trouvait le jeune garde en armure dorée, tendant son doigt en direction de Milos, à côté de lui se trouvait Antarès.
- Tu es certain de toi.
- Tout à fait, elle m'a dit que c'était votre cousine.
- Sauf que je n'ai pas de cousine comme ça, tirant son épée, halte là, qui êtes vous donc.
- C'est ton adjointe, à toi de te débrouiller après tout, lança VS en poussant Milos devant lui.
- Merci, c'est cool. Prenant un air naturel. Voyons ma chère cousine, c'est moi, Solim, ta cousine.
- Je n'ai pas de cousine je vous ai dit hein, une nouvelle fois je vous le demande, qui êtes vous donc ??
La jeune adjointe de Milos, voyait la grosse matrone s'approchait d'elle, pour finalement la coincer dans un coin, se préparant non sans regret, à donner un grand coup sur la tête de cette dernière, mais pas trop fort quand même, soudain, la grand porte de la salle s'ouvrit et un cri se fit entendre.
- J'ai réussi, enfin.
L’assistance présente sur place, tomba sur une jeune femme, portant un bleu de travail couvert de graisse et des outils divers dans les poches, dégoulinant de sueur car elle avait couru pour atteindre le palais, ce qui provoqua l'indignation de plusieurs personnes dans la salle devant ce manque de sérieux et de distinction de cette personne. Ne prêtant pas attention aux remarques, Warlock tomba sur le roi, toujours en compagnie de Vik et d’Hippocrate, assis sur deux jeunes hommes et aboyant triomphalement, encouragé par son maître claquant des mains.
- C'est bien mon chien, tu auras triple ration de miam miam ce soir.
- WOUF.
- Excuse moi Vik.
Le guérisseur se tourna vers cette jeune personne qu'il ne connaissait pas.
- Pardon madame, vous avez besoin d'aide ??
- Tu n'aurais pas vu 4 autres femmes, un peut mal à l'aise, il y a une grosse matrone avec eux et peut être Yavie aussi.
- Ha oui, elles sont allez à l'étage, se refaire une beauté au cabinet et...
- Merci mon vieux, se précipitant dans l'escalier en prenant le roi par la main.
Ce dernier lâcha son verre.
- Mais arrête, où allons nous comme ça.
- Venez majesté, il faut trouver les autres, j'ai enfin réussi à réparer la machine, nous devons aller à la tour du savoir pour redevenir des hommes.
Ils montèrent les marches 4 à 4 pour tomber sur Milos, s’apprêtant à frapper son adjointe, le tout sous la menace du garde et ses compagnons essayant d'arrêtés Milos, Yavie se tenant sur le pas de la porte des latrines en regardant la scène avec horreur.
- Hep mes amis, il faut partir d'ici.
- Tien salut Warlock, demanda VS, ça roule ?? tu aurais pu te changer quand même.
- L’icône mode que je suis, pleure des larmes de sang, lança Yavanna, se cachant les yeux devant le manque de gout de l'érudit et ses habits si sales.
- Ho diable les habits, venez, la machine est réparée, nous devons retourner à la tour du savoir.
Cette nouvelle donna du baume aux cœurs des membres du conseil, enfin, ils allaient pouvoir redevenir des hommes, avoir une biroute entre les jambes, pouvoir siffler en pissant debout, etc.
- Parfait, allons-y, lança Albatur en se préparant à se lancer dans le grand escalier pour redescendre.
Soudain il s'arrêta, la grande porte venait de s'ouvrir en frappant si fort les murs que la musique s'arrêta, provoquant une nouvelle indignation dans la salle. Se tenant sous le perron de la porte, une jeune femme en habits noir, penchée en avant et reprenant son souffle.
- Hé merde, lança dav-ID en se frappant le visage en la voyant.
- C'est EVE non ?? mais que fait-elle ici ??
- Elle vient de récupérer mon otage et elle s'apprête à...
- Hey mes amis écoutez donc hi hi hi, j'en ai une bien bonne à vous raconter ha ha ha...
- Vite, il faut partir de suite, une issue de secours, vite.
- Par là.
Adrian désigna une porte au bout du couloir.
- Dans cette salle, il y a un escalier secret menant à l'arrière du palais, nous pourrons quitter le lieu et aller à la tour du savoir ensuite.
Courant en direction de la porte, que le roi ouvrit après avoir introduit une clé en bronze dans la serrure et sous les "arrêtez-vous, gardes" d'Antarès, les fugitifs pénétrèrent dans la porte, avant que cette dernière ne se ferme, dav-ID vit avec horreur EVE commençant à raconter en rigolant le début de l'histoire.
- Et alors là ha ha ha, vous ne devinerez jamais où sont passés le roi, VS, Warlock, dav-ID et Albatur, ho ho ho, ils sont rentrés dans une machine et PAFFFFFFFFFFF.
La jeune femme n’eut pas le temps de raconter la fin, qu'un grand coup de masse sur la tête la fit tombée dans les pommes, coup de masse donné par Gilibran en sueur et faisant un signe à son maître avant que la porte de la pièce ne se referme sur ce dernier.
- Enfoncez cette porte hurla Antarès en la pointant du doigt.
- A vos ordres.
Un groupe se soldats s'approchèrent portant un bélier et se mirent à marteler en rythme le panneau, le tout sous les yeux de l'assistance en bas de la salle complètement médusé...
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10767
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : The travelling god.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 4 Fév 2020 - 18:55

- Vite, vite ! Dépêchez-vous les filles ! haleta Adrian.
- Milos, mais qu'est-ce que tu fous ?
- Attendez-moi, j'ai cassé mon talon…
Retroussant leurs robes, les dames descendirent en hâte un escalier sinueux qui donnait sur un long couloir voûté plongé dans la pénombre. Ce dernier reliait le Grand Palais à la Maison du Savoir et de la Connaissance, Adrian l'avait fait creuser en secret après être tombé amoureux d'une jeune et belle cartographe qu'il pouvait ainsi rejoindre en toute discrétion à la nuit tombée, sans que Warlock, possessif avec ceux qui travaillaient pour lui, n'en soit informé, enfin bref… A l'extrémité du couloir, un escalier montait, se perdant dans les étages de la Tour du Savoir, résidence personnelle de Warlock. Enfin, haletantes, décoiffées et en sueur, nos belles traversèrent une antichambre ornée de toiles maritimes et de tableaux de navires, passèrent devant une superbe maquette de galion à la proue ciselée d'un nom, La Licorne, et arrivèrent dans la salle où se tenait l'infernale machine. Adrian referma le panneau et poussa le verrou.
- Ouf, enfin arrivé(e)s.
- Je suis claqué(e), soupira Albatur.
- Quelle course, je suis en nage, haleta VS en s'éventant furieusement. Il faut absolument que je me remaquille…
De son côté, Warlock s'agitait sur une foule de commandes, leviers et molettes, le tout dans un nuage de vapeur inquiétant et un vacarme guère rassurant.
- T'es sûr de ton coup là ? demanda Milos.
- Il faut attendre que la machine chauffe.
Le bruit s'intensifiait, prenait la cadence d'un tambour dont le battement s'accélère, les tuyaux vibraient de plus en plus, de la fumée commençait à s'échapper de la structure qui tremblait tellement qu'on aurait dit qu'elle allait se disloquer… Toutes attendaient, les yeux rivés sur la machine, le visage illuminé par un fol espoir…
Pshhhiiiiiiiit…
Un sifflement, un nuage de vapeur et plus rien. Warlock restait là, les bras ballants, décoiffée, mal habillée, moche avec son mascara qui avait coulé.
- Euh…
- Ha bravo ! explosa Adrian. Ha merci le Grand Erudit ! Grand Erudit de mon cul oui ! Ha, pour me demander des crédits pour financer ses recherches sur les grandes batailles navales du Sommerlund, là y a du monde ! Mais pour me réparer sa putain de machine à la mords-moi le nœud, là, il y a plus personne !
- Bon, les filles… commença Albatur.
- Le prochain qui dit les filles, je lui mets un tel coup de pied au cul qu'il pourra passer par son anus pour se laver les dents !!
- Le roi est vraiment énervé, chuchota VS derrière son éventail.
- On dirait bien, chuchota Milos en retour.

Dans la grande salle de bal, Vik passait un flacon de sels sous le nez de la pauvre Eve, allongée sur un divan, tandis que le malheureux Gilibran était solidement maintenu par deux officiers.
- Elle revient à elle, répondit le divin Guérisseur à Lorans d'Arab-Hi qui se trouvait à ses côtés.
- Où, où suis-je ? Que… Que s'est-il passé ?
- Tout va bien Eve, tu es en sécurité.
Lorans se pencha avec un sourire qu'il voulait chaleureux, révélant ainsi sa dent en or, dans le fond à droite.
- Tu as été agressée jeune Demoiselle mais nous tenons le coupable. Il t'a attaqué alors que tu voulais nous dire quelque chose sur les divins dav-ID, Warlock, VS…
Malheureusement, encore sonnée, Eve ne pût que répondre par un flot de mots décousus, mélangeant un peu tout. Lorans tressaillît :
- Quoi ? La sœur de mon maître est en danger ? Altesse, j'arrive ! hurla le chef nomade avant de dégainer son sabre et se ruer vers la porte donnant sur le passage secret…

Dans la Tour du Savoir, Warlock tentait désespérément de réparer sa machine fumante mais qui fumait moins que le roi. Le grand Erudit, décoiffée, ruisselant(e) de sueur, son maquillage en train de fondre, le corsage dégrafé, n'avait plus grand-chose de féminin et commençait à ressembler à une mauvaise caricature de certains transformistes qui se produisaient chaque soir sur la scène du cabaret de PileouFace, La Cage aux Donzelles
Des coups ébranlèrent soudain la porte, la voix d'Antarès retentît :
- Au nom du roi, ouvrez ! Nous savons que vous êtes là !
- Altesse, c'est moi ! Je viens te secourir, ne crains rien ! fît une voix d'homme.
Milos se tourna vers VS avec un sourire de chacal :
- Tiens, on dirait que ton Roméo est là ma Juliette...
Revenir en haut Aller en bas
EVE
Maître d'armes
Maître d'armes
EVE

Féminin
Bélier Coq
Nombre de messages : 1112
Age : 39
Date d'inscription : 16/12/2016

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 4 Fév 2020 - 19:13

*se masse l'arrière du crâne* aieuuuuuuh, ça fait maleuuuuuuuh Sad Mr. Green

Merci pour ces fous rires, encore encore encore ! ^_^
Revenir en haut Aller en bas
http://fdvelh.forumactif.com/
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
dav-ID

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 8180
Age : 41
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 4 Fév 2020 - 21:35

EVE a écrit:
encore encore encore ! ^_^

Ben lance toi...c'est pas spécialement compliqué d'écrire des trucs... Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10767
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : The travelling god.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 4 Fév 2020 - 23:15

Eve plongea dans sa révérence avant de se relever sur un signe de main de Yavanna. Assise sur son trône, entourée de ses nymphes, la Divine semblait encore plus impressionnante et majestueuse.
- Eve, je serai brève. Ce que tu sais doit rester secret. Nous parlons quand-même là du roi et des divinités parmi les plus grandes du Forum. Il y a déjà eu assez de scandale hier soir, les ambassadeurs vassagoniens ont raconté partout qu'il n'avaient jamais vu ça. Warlock n'a pas pu réparer sa machine, Adrian a tenté de le tuer, j'ai dû m'interposer, j'aurais pu être blessée, meurtrie ou pire que tout décoiffée… Donc, en attendant que Warlock trouve une solution, nous en resterons là. Tu peux te retirer.

Ce matin-là, VS se contemplait, abattu(e), devant son miroir. Un cauchemar, pas d'autre mot… Il jeta un regard morne sur le magnifique bouquet qui trônait sur la coiffeuse, assorti d'une petite carte élégamment calligraphiée Meilleures pensées, Lorans d'Arab-Hi. VS adorait les fleurs mais n'avait pas l'habitude de s'en faire offrir par un homme… Malgré tout, l'esprit toujours en éveil du divin Voyageur pensait à peut-être tirer avantage de la situation… La famille de cet imbécile de Lorans possédait des terres, la principauté de Casba, que les souverains d'Atalis convoitaient depuis des générations, en vain jusqu'ici. Mais puisque Lorans semblait prêt à tout pour conquérir la "sœur" de son maître… C'était risqué, VS hésitait mais le souverain prît le dessus en lui et il frappa sur un gong pour appeler ses ennuques.
- Oui Maîtresse ?
- Faites-moi la plus belle.
Il y eût un moment de flottement et de silence, puis VS fût littéralement happé par une nuée de mains manucurées et parfumées dans un concert de gazouillis et de petits cris. Ses fidèles ennuques, ravis de pouvoir jouer à la poupée en vrai, le transformèrent en beauté fatale en une heure top chrono. Baignée, massée, parfumée, coiffée, somptueusement vêtue, VS contemplait avec satisfaction le résultat dans le grand miroir cerclé d'argent. A ses côtés, Kous-Kous était le seul à l'observer avec le pressentiment d'une catastrophe imminente.
- Comment te trouves-tu Maître ?
- Très bien, très très bien. Si je me rencontrais, je tomberais amoureux de moi je crois.
- Pardon Maître ?
- Non rien, laisse tomber. Tu vas aller voir Lorans et lui dire que je l'invite à dîner ce soir. Envoie-moi le cuisinier.

Lorans se releva de sa révérence, ébloui. Quand VS décidait quelque chose, il y mettait les moyens : le cadre était somptueux, la table splendide, couverte avec l'argenterie de rigueur et les fleurs sans oublier les chandeliers en or ciselé. Tout ça était un peu bling-bling mais les goûts de Lorans ne le portaient pas à faire dans la finesse et VS s'était donc adapté. Il portait ce soir-là une robe d'une luxueuse simplicité, en soie fluide moulant ses courbes pleines, ses épais cheveux noirs relevés en un lourd chignon piqué d'une fleur de pêcher. A ses oreilles, des pendants en diamants rivalisaient d'éclat avec l'argenterie et le cristal des verres, ajoutant à la féérie de l'ensemble. La mâchoire inférieure du chef nomade tomba par terre et sa langue se déroula sur le marbre comme un tapis rouge.
- Cher Lorans, comme c'est gentil à toi d'avoir accepté mon invitation, minauda VS (gêné quand-même). Mais prend place, je t'en prie…
Kous-Kous leva les yeux au ciel avant de frapper le gong. Le ballet des ennuques apportant les plats commença tandis que les musiciens jouaient en sourdine la célèbre valse, Fais-moi du couscous chérie. VS supporta les compliments lourdingues comme un loukoum et indigestes comme un Christmas pudding de son invité pendant les entrées et le plat principal mais au dessert, n'en pouvant plus, il se lança :
- Cher Lorans, tu disais l'autre soir que tu étais prêt à me donner tout ce que je voudrais ?
- Altesse, tout !
- Hé bien… Vois-tu, je voudrais me réconcilier avec mon frère, le divin VS. Et tu pourrais m'y aider… Je voudrais lui offrir quelque chose pour sceller notre réconciliation, un magnifique cadeau…
Lorans était tout ouïe, négligeant son sorbet à la menthe fraîche de Varetta et dévorant VS avec des yeux de merlan frit.
- Par exemple, la principauté de Casba…
Là, le chef nomade tiqua et perdît son sourire. VS hésita mais il était trop près du but maintenant.
- Mais oui, ce serait là un magnifique présent pour mon frère… Tu as dit que tu étais prêt à tout me donner n'est-ce pas ?
- Certes Altesse, mais ces terres sont dans ma famille depuis si longtemps… Les rois d'Atalis tentent depuis des siècles de les acquérir.
- Oui, ça je suis bien placé pour le savoir connard.
- Pardon ?
- Heu, non, merde… Rien, je parlais toute seule.
Cet imbécile lui échappait, bordel, pas maintenant alors qu'il était si près du but ! VS hésitait mais une longue dynastie d'empereurs et d'impératrices ataliens semblait soudain se presser à son oreille pour l'encourager à poursuivre et, emporté par son orgueil (et par son entêtement borné même quand il sentait venir une catastrophe), le divin Voyageur osa :
- Si tu m'accordais ce que je te demande, je t'en serais très reconnaissante…
VS avait mis dans sa voix trois siècles de galanterie, accompagnés par un battement de cils et un sourire parfaitement dosé qui fît lever les yeux au ciel au brave Kous-Kous. Horrifié plus qu'amusé, ce dernier n'arrivait pas à croire qu'il voyait son maître, le Divin Voyageur Solitaire, souverain de la Cité des Sables, jouer les coquettes aguicheuses, voire même les allumeuses, avec un de ses plus importants et puissants seigneurs. Lorans semblait réfléchir, tournant sa cuillère en argent dans son café.
- Fort bien Altesse, je suis prêt à te céder la principauté de Casba afin que tu l'offres à ton frère. Mais à une condition.
- Bien sûr, laquelle ?
- Que ce soit mon cadeau de mariage… Altesse, tu ne te sens pas bien ?

Quand Vik, alerté par les ennuques rongés d'inquiétude, arriva, VS était toujours dans la même position, à l'horizontale, mâchoires crispées, yeux grands ouverts et tout le corps contracté, dur comme de la pierre, en lévitation à un mètre au-dessus du sol, ressemblant à son chat quand il avait peur et qu'il sautait au plafond. Vik chaussa ses lunettes cerclées d'or fin :
- Très intéressant… Superbe cas de catalepsie et de rigidité totale avec lévitation… Sûrement provoqué par un grand choc… Très intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10767
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : The travelling god.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyLun 10 Fév 2020 - 20:34

- Alors, comment va la fiancée ? Prête pour le grand jour ma grande ?
- Très drôle…
Retenant un rire, Albatur s'assît sur le rebord du divan où VS était allongé(e), un livre à la main, dans un déshabillé vert d'eau qui lui allait très bien, ses fidèles ennuques assis à ses pieds sur les tapis.
- Laissez-nous.
Les serviteurs se retirèrent, papotant, chuchotant et gazouillant. VS ferma son livre avec un claquement sonore et jeta un œil noir à Albatur.
- Arrête de rire tu veux ? Tu es dans la même merde que nous je te signale.
- Je sais, je sais, répondît le maître des jeux en recalant une mèche rebelle avant de lisser sa jupe. J'essaie de prendre les choses avec philosophie, c'est tout.
- Et tu crois que c'est facile ? s'emporta VS. Non seulement mon plus puissant seigneur me demande en mariage mais en plus j'ai croisé Donald dans les couloirs, je te dis pas le regard discret mais lubrique qu'il m'a lancé…
- Je sais, moi aussi j'y ai droit et…
Un cri, venant des appartements voisins, retentît, résonnant sous les plafonds peints. Les deux ami(e)s se regardèrent… Milos ! Le temps de retrousser leurs robes, ils se précipitèrent dans les appartements du farouche guerrier pour trouver ce dernier dans son lit, en robe de nuit, visiblement terrifié(e).
- Milos, que se passe-t-il ?
- Je suis blessé, je saigne ! Appelez Vik, vite ! Je saigne, là, entre mes cuisses !
Assis(e) au bord du vaste lit à baldaquin, Albatur voulût regarder mais le guerrier le foudroya du regard.
- C'est bon Milos, on est entre femmes…
- Mais qu'est-ce qui m'arrive ? J'ai dû choper une infection, une saloperie… Allez chercher Vik bordel !
Albatur quitta la chambre et partît aussitôt à la recherche du divin guérisseur. VS, lui, semblait avoir son idée sur la nature du malaise de son ami et il s'assît au bord du lit, lui passant un bras autour des épaules :
- Milos, je ne pense pas que tu sois en danger. Je pense que tu fais simplement face à... on va dire à tes petits problèmes de femme…
Devant l'air ahuri du guerrier, le divin voyageur s'agaça :
- Tu as tes règles, c'est tout.
Regard stupéfait.
- Mes règles ?
Cette fois, VS s'énerva :
- Oui, tes règles ! Tes ragnagna si tu préfères !
- Mais… Mais c'est… C'est révoltant ! Je me saigne dessus !
- Vois le bon côté des choses, ça veux dire que tu peux avoir un beau bébé.
- VS, tu veux ma main dans ta gueule ?
Au même moment, Albatur revenait, essoufflé(e), annonçant l'arrivée de Vik. Milos, soudain écarlate, s'enfouit sous les draps.
- Je veux pas le voir ! J'aurais trop honte !
- Allons, il ne sait pas que c'est toi, il te prend pour ta cousine.
- M'en fous ! Hors de question que je montre ma foufoune à Vik ! Je pourrai plus jamais le regarder en face après ça !

VS regagna ses appartements, une migraine à fleur de tête. Lui et Albatur avaient convaincu Vik que la "cousine" de Milos allait bien mieux et n'avait pas besoin de ses services. Désespéré, Milos avait demandé à Ganja, l'herboriste d'Atalis, de lui donner quelque chose pour calmer ses nerfs et Ganja avait dû comprendre son cas puisqu'avec sa potion, Milos dormait sans interruption depuis deux jours…
Cet après-midi là, toujours sous l'apparence de Suarra, VS avait invité à goûter ses favorites. Il y avait longtemps que ces dernières avaient oublié toute rivalité et s'entendaient très bien, vivant entre bonnes copines au harem d'Atalis, menant une vie confortable et tranquille entre loukoums et thé à la rose.
- C'est vrai Suarra, ton frère le divin VS est très généreux avec nous, déclara Clair de Lune en se resservant une figue au sésame. Trop même… Hi, hi, hi.
- Ha oui ? demanda VS.
- Mais oui, répondît Sourire de Perle. Ton frère est adorable mais un peu trop crédule… Comme quand je lui ai fait croire que j'avais égaré mon splendide collier de perles… Il y a cru et hop ! Il m'en a offert un autre !
- Beauté Sereine, tu te rappelles quand tu le trompait avec ce beau soldat de la garde et qu'il vous a surpris ?
- Oui ! Je lui ai fait croire que c'était mon jeune frère venu me rendre visite et il a tout gobé !
- Hi, hi, hi et quand on lui a dit qu'on avait dépensé tout notre or en œuvres de charité et qu'on avait plus rien, vous vous en souvenez les filles ?
- Oh oui, là aussi, il a tout gobé et hop ! Il a aussitôt augmenté nos rentes !
VS ne disait mot, livide, dents serrées. Joyau d'Orient reposa son verre, s'essuya délicatement la bouche avec sa serviette brodée avant de sourire :
- Ne sois pas gênée Suarra, ça reste entre nous, on est entre femmes… Ton frère est quand-même adorable et un amant agréable.
- C'est vrai, mais il est toujours tellement occupé par ses affaires d'état et ses AVH, ça le fatigue… Hi, hi, hi, je me souviens du soir où il est venu me rejoindre et hop ! Au bout de dix minutes, il s'est endormi, plus personne !
- Je suis sûre que tu en as profité, coquine.
- Oh oui, je l'ai laissé dormir et je suis allé rejoindre ce beau capitaine de la garde toute la nuit. Au matin, je me suis remise au lit et il n'y a vu que du feu, hi, hi, hi.
Le goûter s'achevait, ces dames se retirèrent, faisant toutes la bise à leur hôtesse qui ne déserrait pas les dents.
- Merci pour ton invitation Suarra. Et surtout, tu ne dis rien à ton frère, hein ? Tout ça reste entre filles…
Les lourdes portes se refermèrent dans un chuintement. VS resta silencieux un moment…
- SAAAAALOOOPES !!
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
dav-ID

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 8180
Age : 41
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 11 Fév 2020 - 10:42

Warlock était allongé sur une planche à roulette sous la machine infernale qui ne voulait pas fonctionner, une clé plate à la main, s'évertuant à serrer un boulon récalcitrant.
- Rhaaaaa, j'en ai marre, dit-il en lâchant sa clé et en faisant rouler la planche pour sortir, je suis au bord du désespoir de faire refonctionner cette putain de bordel de merde de machine à la con de...
- Tss tss, quelle vilain langage, je devrais te laver la bouche avec du savon.
Un peut surpris de trouver quelqu'un ici à cette heure tardive, il tourna la tête et constata que Yavie était là, portant un panier en osier à la main et son fidèle Balthazar toujours posé sur son épaule. Le volatile regarda l'érudit et lui lança un coucou strident.
- Mon dieu, que tu es sale mon pauvre.
L’icône mode qu'elle était, avait vraiment du mal en regardant l'état déplorable de ce dernier, dans un bleu de travail tellement noir de graisse et de poussières, que bleu n'était plus le terme exact.
- Excuse moi, mais je n'ai pas arrêté de bosser depuis plusieurs heures, je suis fatigué, je me demande vraiment si je vais réussir à la faire fonctionner cette putain de machine à la...
- Hem hem.
- Désolé, ce sont les nerfs, il s'éffondra sur un fauteuil qui craqua.
- allons allons, au pire vous resterez des femmes, vous verrez, ce n'est pas si méchant que ça au final, faut juste apprendre à vivre avec les boulets...
Cette parole et la perspective de rester comme ça jusqu'à la fin, fit trembler Warlock.
...en attendant, elle enleva le torchon qu'il y avait sur le panier, je t'ai préparé de quoi te restaurer, j'imagine que tu dois avoir faim ??
- Non, pas trop, mais je vais quand même manger un peut.
La nourriture préparé par la divine semblait très bonne, mais l'érudit n'avait pas très faim, son esprit était torturé par la perspective de rester une femme jusqu'à la fin de sa vie et la perspective de se faire tuer par ses compagnons.
- En parlant de boulet, ce matin je suis aller chercher des bricoles en ville, je me suis fait siffler plusieurs fois, sans parler de toutes ces horreurs qu'on m'a dit.
- Rassure toi, poussant un soupir, tu t'y fera très vite et ça sera ton quotidien.

Toc toc toc.
Guilibran, toujours armé de son balai pour chasser les importuns, s'approcha de la porte, la vieux nain était un peut sur les nerfs, il avait passé la nuit à la caserne pour s'expliquer sur son geste vis à vis de la pauvre EVE, il n'avait pas dormi, en plus il avait du inventer un gros mensonge pour protéger le secret de ses amis.
- Grumble, si c'est encore un putain d'importuns venant embêter mon maître, je lui enfonce le manche de ce balai dans l'anus.
Il ouvrit la porte et tomba sur...EVE. La nain parti dans une révérence, voulant s'excuser de l'avoir frappé par derrière en traitre, mais au contraire, la jeune femme affichait un air joyeux sur le visage.
- Bonjour Guilibran, quelle belle journée n'est ce pas ??
- Euh...oui, très belle, regardant la jeune femme et ne comprenant pas pourquoi elle était si joyeuse.
Cette dernière, portait toujours dans ses bras, son petit robot jaune rigolo.
- Fait donc venir dav-ID ici, j'ai quelque chose à lui dire.
Pensant que c'était encore pour réparer son robot de malheur, il s'excusa.
- Euh, je suis désolé, mais il dort là, la journée dernière a été très difficile, sans compter la déception que la machine ne marche pas.
- Fait le venir, je connais un moyen pour la faire fonctionner, mouaaaaaaaaaa Razz
N'en croyant pas ses oreilles, le vieux nain se précipita dans l'escalier, non sans voir que la jeune femme était en train de rigoler doucement, tapa à la porte de la chambre de dav-ID. Ce dernier se réveilla, il l'entendait râler derrière la porte qui s'ouvrit, révélant une jeune femme, dans un pyjama trop grand, l'obligeant à tenir le pantalon sous peine que ce dernier ne tombe.
- C'est toi ?? qu'est ce qu'il y a ?? fait vite, j'ai encore sommeil, j'ai eu du mal à m'endormir, trop gêné par ces putains de nichons trop gros et...
- C'est EVE.
- Quoi EVE ??
- Elle est là, elle demande à vous voir d'urgence et...
- Non, dit lui que je suis malade hein.
Alors qu'il allait refermer la porte pour retourner se coucher, le nain la bloqua et lui lança.
- Elle connait un moyen pour faire fonctionner la machine.
- Pardon ??, affichant un air béa.
- Elle connait un moyen de faire fonctionner la machine j'ai dit.
Et voila comment, le forgeron, enfin, la forgeronne, se retrouva devant EVE, les bras croisés, les sourcils froncés et tapant le sol avec son pied.
- Franchement ma chère, si c'est une blague, elle est de mauvais goût.
- Nannnnnn, j'te dis, c'est pas une blague, je connais un moyen, mais pour dire ce que c'est et pour vous faire pardonner d'avoir été aussi méchant avec moi et mon gentil robot d'amour.
Elle serra si fort le coup du robot, que sa tête failli se détacher de son corps. Le nain regardait ce dernier non sans penser le pauvre à lui même.
- Ouais ouais ça va, je suis désolé.
- Bon, sinon c'est quoi ton moyen, toujours l'air méfiant.
- Je le dirais à une condition.
- Quoi donc ??
- Que vous soyez gentils avec moi aujourd'hui pour vous faire pardonner. Demande à tes amis de venir avec toi, mais ils doivent tous être gentils.
- Bordel, se frappant le visage avec sa main.

Et voila comment EVE, descendant la rue, en compagnie de plusieurs femmes visiblement fatiguées, tenant des gros sacs dans leurs mains. EVE avait tenue à visiter les boutiques de la ville pour faire les soldes, mais étrangement, elle ne visitait pas les boutiques de vêtements ou de trucs féminin, mais les boutiques vendant des pièces détachées de machines, d'inventeurs du dimanche proposant des plans divers d'inventions plus ou moins farfelus. Finalement, le seul a être vraiment content, c'était VS, las de subir les assauts de son aimé il avait dit oui de suite à la proposition de venir au forum, trouvant là un prétexte pour s'échapper.
- Ho, cette boutique semble intéressante, entrons.
Et le groupe pénétra dans une grande boutique, dans un bric à brac sans nom de machines plus ou moins cassées, de rouages, de ressorts, etc...EVE était comme une gamine lâchée seule dans un magasin vide un soir de noël, s'extasiant devant la moindre chose.
- Quand elle m'a dit allons faire les boutiques, je pensais aller me perdre dans un de ces magasins vendant des vêtements pour les femmes ou d'autres saloperies dans le même genre, au milieu d'autres nanas se battant comme des chiffonnières pour un truc à -80% en poussant des cris stridents, mais finalement non, lança le roi en regardant la jeune femme complètement béate devant une sorte de petit robot à moitié terminé et tenant une tasse de thé, une sorte de robot serveur.
- C'est vrai que EVE a toujours eu des gouts étranges, rajouta Albatur en posant son sac au sol qui débordait de trucs et de machins et qui était trop lourd pour lui et se massant le dos.
- Un véritable garçon manqué, oui on peut le dire comme ça, ajouta dav-ID, non sans toujours la regarder d'un œil très méfiant.
- Vivement qu'elle nous donne sa solution, car je suis très fatigué. Milos s'éffondra au sol, las, très las de la situation. J'ai besoin d'une bonne bataille, oui, d'une bataille avec du sang, des tripes et des morts, ça me calmera les nerfs.
- Patience, attendons.

CLIC CLAC.
Warlock, venait de serrer un boulon et sorti de dessous la machine, essayant de s'éponger la figure avec un morceau de son bleu de travail qui n'était pas encore couvert de graisse, mais il affichait un air satisfait.
- Enfin, j'ai réussi, enfin, je crois.
Il s'approcha d'un levier rouge et le fit basculer vers le bas, aussitôt la machine trembla et une lueur parcouru la pierre verte à son sommet, émettant un ronronnement léger.
- Bon ben, quand faut y aller hein.
La divine toujours présente dans la salle, regardait d'un œil inquiet, le jeune homme ouvrir les portes en verre pour rentrer dans la machine.
- Euh, t'es sur que ça va marcher ??
- J'espère.
- Tu sais, au fond c'est pas si mal d'être une femme et...
D'un air décidé et écoutant à peine la remarque de Yavie, l'érudit ferma quand même les portes, se languissant quand même de retrouver son cher corps. La machine vibra et une fumée épaisse rempli la cabine. Lorsque la machine s'arrêta, la porte s'ouvrit laissant la place à Warlock triomphant, il était enfin redevenu un homme.
- Ou pas, lança Yavie, non sans avoir du mal à masquer un fou rire naissant.
Devant elle se tenait un Warlock triomphant, fier et droit sur ses 4 pattes de cochon.
- Grouink grouink, c'est raté grouink.
- Ça pour être raté hi hi hi, excuse moi, je suis désolée ha ha ha.
Le cochon rentra à nouveau et une nouvelle fois la machine vibra et la cabine se rempli à nouveau de fumée. La porte s'ouvrit alors, laissant la place à un Warlock triomphant se tenant à nouveau sur ses 4 pattes.
- Meuhhhhhh, je crois que c'est pas ça meuhhhhhhhh.
- Non ho ho ho, pas ça du tout hi hi hi, je suis désolée, vraiment désolée ha ha ha.
L'expérience dura longtemps, mais l'érudit était tellement déterminé qu'il ne renonça pas, passant par une quantité d'animaux, dont un cockatiel qui ne laissa pas insensible Balthazar. Yavanna n'en pouvant plus, la jeune femme pourtant si distinguée, offrait un spectacle lamentable, son maquillage avait coulé à force de rigoler, se roulant même carrément au sol, toujours en lançant des excuses, mais c'était plus fort qu'elle. Finalement au bord de l'abandon, Warlock pénétra dans la machine une dernière fois en sautillant, car il avait la forme d'une grenouille.
- Croa croa, cette fois c'est la dernière et si ça marche pas croa croa, qu'on mange mes cuisses à midi.
Le processus se reproduisit à nouveau et lorsque la porte s'ouvrit enfin, Warlock était là, se tenant fier et droit. La divine regarda après avoir passé sa main sous son œil rouge et aussitôt, sursauta et tourna la tête le visage rouge. L'érudit se toucha le corps, visiblement ça avait fonctionner, il était à nouveau un homme.
- Victoire, ça a marché.
- Euh oui, mais tu devrais hem, songer à passer un vêtement hein hem hem.
Lors de sa transformation, les vêtements qu'il portait trop petits pour lui avaient tous craquer et il était nu, complètement nu. Un peut gêné, il se rendit dans sa chambre et passa des vêtements.
- Haaaaaaaa, ça fait du bien d'être à nouveau chez soit.
- Je suis vraiment très contente pour toi, vraiment, poussant un ouf de soulagement quand même.
- Ca a été une expérience très intéressante, tu devrais essayer tu sais.
Yavie regarda la machine en frissonnant.
- Euh non, j'aime bien mes chromosomes XX donc ça ira hein.
- Et maintenant, il faut aller chercher nos amis pour qu'ils redeviennent eux aussi des hommes.

Plus facile à dire qu'à faire, où étaient-il en ce moment ???
Revenir en haut Aller en bas
EVE
Maître d'armes
Maître d'armes
EVE

Féminin
Bélier Coq
Nombre de messages : 1112
Age : 39
Date d'inscription : 16/12/2016

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 11 Fév 2020 - 12:09

Excellent hihihi Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://fdvelh.forumactif.com/
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10767
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : The travelling god.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptyMar 11 Fév 2020 - 17:55

Alors qu'il signait son décret, VS afficha un sourire satisfait qui ressemblait plus à un rictus sinistre. Debout à ses côtés, Kous-Kous regarda par-dessus l'épaule de son maître.
- Je ne comprends pas… Un décret rabaissant de 50% le montant de la rente de tes favorites ? Alors que jusqu'ici, tu leur a jamais rien refusé…
- T'inquiète, j'ai mes raisons, répondît le divin voyageur avant de signer un autre document et de le tendre au fidèle chef des ennuques. Ce dernier ouvrît de grands yeux :
- Un ordre d'exécution envers un garde du palais et le capitaine de la garde ? Mais pourquoi ?
- T'occupes. Tu peux te retirer.
Resté(e) seul(e), VS poussa un soupir avant de passer sur son balcon pour profiter de la douceur de la nuit et du parfum des jardins, son déshabillé de soie bruissant derrière lui sur les dalles. Il s'accouda au large parapet de marbre et passa les mains dans sa noire chevelure. "Mes cheveux se dessèchent, il faudra que je demande à Kous-Kous de leur faire un masque au karité et… Bordel, qu'est-ce que je raconte moi…"
Une voix, masculine mais nasillarde, tira le divin voyageur de sa rêverie.

Au clair de la lune,
Ma jolie gazelle,
Dis-moi oui de ta plume,
Et tu ne sera plus pucelle...


C'était bien Lorans d'Arab-Hi, mandoline en main, qui jouait sous le balcon, d'une voix à faire frémir et trembler les vitres. Il avait une voix épouvantablement fausse mais que lui entendait juste. Voluptueusement allongé sur ses coussins et déjà endormi, Sultan poussa un miaulement de terreur avant de bondir au plafond, poils hérissés, et d'y resté collé. Au moment où VS, excédé, s'emparait d'un vase en porcelaine de Chaï (visiblement pas dans le but d'y mettre des fleurs), Albatur entra et se raidit.
- Ah, c'est encore ton soupirant ? Qu'est-ce que tu attends pour l'envoyer sur les roses ?
- Je sais, je sais, s'énerva VS, mais merde, j'ai jamais été aussi près de récupérer la principauté de Casba…
Albatur se laissa tomber sur le bord du lit, jouant avec son collier de perles.
- C'est si important que ça pour toi ?
- Bien sûr que oui, le Roc de Casba est convoité depuis des générations par les rois d'Atalis.
- Rock the Casbah, rock the Casbah…
- Pourquoi tu chantonnes ça ?
- Sais pas, ça m'est venu comme ça… En tous cas, si tu continues comme ça avec lui, tu vas droit au Clash.

Suarra des lilas,
Frêle gazelle,
Des ruelles...


- Rhaaaaa ! Ta gueule !
Le vase traversa la pièce en sifflant, survola le balcon et alla s'écraser sur le crâne du chef nomade, assommé pour le coup. Au même moment, on frappa à la porte et l'huissier du Forum, impeccable dans son uniforme rouge et or, entra :
- On m'a appelé ?
- Euh, non, pourquoi ?
- Je ne sais pas, j'ai entendu crier "Ta gueule !", alors…
Abattu(e), VS se laissa tomber devant sa coiffeuse, surchargée par ses ennuques de flacons de parfums, d'onguents, de fards, de brosses et de peignes.
- J'en peux plus, j'en peux plus…
- Justement, répondît Albatur, je venais te chercher : Warlock a réparé la machine, il veut tous nous voir le plus vite possible, Milos nous attend en bas.
- Le temps de me remaquiller et j'arrive...
Revenir en haut Aller en bas
dav-ID
Maître d'armes
Maître d'armes
dav-ID

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 8180
Age : 41
Date d'inscription : 20/06/2007

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptySam 22 Fév 2020 - 19:14

VS passa la tête dans l’embrasure de la porte, lançant un œil méfiant dans le couloir à droite et à gauche, ce dernier était heureusement désert à cette heure-ci, le maître des chemins poussa un ouf de soulagement et sorti de la pièce en essayant de faire le moins de bruit possible, sa longue robe trainant au sol, ses eunuques la trouvant si mignonne dans cette dernière, que VS avait été obligé de la porter pour faire plaisir. Albatur derrière lui le regardait sans comprendre.
- Allons mon vieux, c'est pour aujourd'hui ou pour demain, Warlock a réparé la machine, tu devrais être conte...
- CHUTTTTTTTTTTTTTTTTTT.
- Quoi CHUTTTTTTTTTTTTTT ??, se grattant la tête.
- Je dois sortir discrètement, ce parasite collant de Lorans d'Arab-Hi ne doit pas me voir.
- Bof, pour l'instant il est allongé au sol hi hi hi.
Albatur passa la tête par la fenêtre pour voir le pauvre homme, allongé sur le sol, une mandoline à la main et des morceaux de vase à côté de lui en vrac, une grosse bosse sur le crâne et des petits oiseaux multicolore faisant cui-cui au milieu d'étoiles.
- Il est toujours allongé mais il commence à bouger légèrement, si tu veux, je peux lui lancer un autre vase sur la tronche ??, prenant un superbe vase oriental posé sur une commode à côté de la fenêtre.
- Merde, il est décidément coriace celui là, vite, sortons et laisse ce vase tranquille s'il te plait, si tu savais combien il m'a couté celui là.
- Ha bon, pourtant celui que tu lui a balancé à la tronche semble tout aussi cher non ??
- (gros soupir), si tu savais.
Et voila les deux demoiselles, sortant de la salle, l'une marchant d'un pas assuré malgré ses talons vers le grand escalier et l'autre, qui referma la porte et se cassa la gueule en poussant un juron, sa longue robe venait de se faire coincer par inadvertance par le panneau se refermant et VS tomba alors qu'il marchait lui aussi derrière son compagnon d'infortune, se ramassant lamentablement sur le tapis en soulevant de la poussière.
- PUTAIN DE ROBE A LA CON.
- CHUTTTTTTTTTTTTTTT.
- PUTAIN DE PORTE A LA CON.
- CHUTTTTTTTTTTTTTTT.
- PUTAIN D'ENNUQUES A LA CON.
- CHUTTTTTTTTTTTTTTT.
- TU AS TERMINE AVEC TES CHUTTTTTTTTTTTTTTT.
-CHUTTTTTTTTTTTTTTT, ho moi, pour ce que j'en dis hein, c'est juste que votre amant risque de t'entendre brailler comme un putois et de...
- Ma douce, un problème ?? ne vous inquiétez pas, votre cher Lorans arrive.
-...de venir voir si ça va bien, enfin, pour ce que j'en dis hein.
Et en effet, Lorans d'Arab-Hi, c'était relevé, bombant le torse et pris d'un regain d'énergie en entendant sa dulcinée crier à l'aide.
- Mon amour, ne vous inquiétez pas, je suis là pour vous sauver, se frappant la poitrine façon King-Kong.
VS sursauta et un long frisson lui descendit le long du dos, décida de se débarrasser de sa robe pour se retrouver en sous-vêtements et pieds nus, au diable son honneur, de toute façon il l'avait déjà perdu depuis longtemps et puis personne ne savait qu'elle étai VS en réalité, il se mit à courir dans l'escalier, voyant Lorans apparaître par la fenêtre au bout du couloir, portant une boite de chocolats entouré d'un ruban rouge dans la main droite et d'un bouquet de fleurs entre les dents, le diable venait de grimper la façade pour venir plus vite, tombant rapidement sur la robe et les chaussures. S’imaginant sa belle nue, oubliant son mal de crâne et sa bosse sur le front, il se précipita à la suite des fuyardes. Pendant ce temps, le duo courrait dans l'escalier, faisant pousser les servants au passage, surpris de voir une femme à demi nue ici.
- Excusez-moi, pardon, désolé.
VS était inquiet, il commençait à sentir sur son cou, le souffle chaud de son amoureux, mais une lueur d'espoir lui traversa le regard, en bas de l'escalier se tenait dav-ID et surtout Milos. Le guerrier se trouvait appuyé contre le mur, les bras croisés, visiblement énervé, encore plus que d'habitude, faut dire que c'était sa mauvaise période, ce qui avait dont de renforcer l'énervement du colosse. Alors que les mains de Lorans allaient se refermer sur VS et passant à la hauteur de Milos, le maître des chemins lança un appel de désespoir
- Milos, aide moi s'il te plait.
Comprenant ce qu'il se passait, le guerrier au mille victoires déplia les bras et lorsque Lorans passa à sa hauteur, lui donna un coup terrifiant sur la tête, l'homme s'enfonça comme un vulgaire clou frappé par le plus puissant des marteau jusqu'à la tête dans le sol qui trembla façon séisme de magnitude 8 dans un fracas infernal, immobilisé et visiblement inconscient. Les oiseaux et les étoiles étaient revenus, tournant à nouveau autours de sa tête.
- Merci mon vieux, penché en avant et reprenant son souffle, le cœur battant fort dans sa poitrine et le visage baigné de sueur.
- Ho de rien ma chère, ça m'a détendu.
- J'espère qu'il n'a rien de grave quand même, Albatur était accroupi à côté de la tête de l'homme en le regardant d'un air inquiet et en lui tapant dessus avec un bâton.
- Ho rassure toi, je me suis modéré et c'était juste une pichenette, faisant craquer ses doigts, dont le bruit se répercuta dans les couloirs, faisant trembler ceux qui se trouvaient là.
Le forgeur de merveilles eu des frissons lui aussi, regardant Milos dans son corps de matrone vulgaire, jouer des muscles et prenant des poses de culturiste.
- Hé ben dit donc, si ça c'est une pichenette, qu'est ce que ça aurait été si il lui avait donné un coup avec de toutes ses forces, commençant à rire en voyant l'image se dessiner dans son esprit. Lorans, traverser le globe en hurlant pour ressortir la tête à l'envers de l'autre côté.
- Mais dit moi, c'est quoi cette tenue au juste ??
- Ho ça va hein, il serait temps d'y aller plutôt que de parler de ma tenue hein ??
- Gnagnagna.
- Messieurs, enfin, mesdames, ou messieurs, rhaaaa, je sais plus, du calme, l'Itikar nous attend.
Il est vrai qu'il était temps de sortir d'ici et de partir au palais, tous étaient impatient de retrouver leurs corps. L'oiseau battant des ailes et s'envola.

La traversée vers le Forum ne prit pas très longtemps, c'était l'Itikar le plus rapide de la volière royale et il se posa très rapidement sur la grand place, heureusement déserte à côté de la tour du savoir. Le quatuor descendit de ce dernier et pénétra dans la tour. Warlock refermant les portes derrière eux non sans avoir jeté un œil méfiant à la place déserte. Il prit grand soin de refermer la porte à clé pour être tranquille. Ils montèrent les marches et pénétrèrent dans la pièce où se trouvait la machine infernale. Cette dernière était allumée d'une lueur spectrale et ronronnait doucement. Sur un canapé et assise, dans sa tenue verte, se tenant Yavanna, un sceau de pop-corn dans les mains.
- Coucou les garçons, alors, c'est le grand jour aujourd'hui ?? dit-elle en souriant.
- Pas trop tôt, Albatur poussa un ouf de soulagement en constatant que la machine marchait.
- Par contre mon vieux, regardant VS en sous vêtements, l’icône mode que je suis aurait beaucoup à dire sur tes gouts en matière de sous-vêtements. Quel manque de goût, c'est lamentable.
- Ho ça va, nous ne sommes pas ici pour parler de ça hein.
- Non c'est sur, mais quand même hi hi hi.
- Pi d'abord, pourquoi tu es là ?? et pourquoi elle est là elle.
VS venait de voir qu'à côté de la divine, allongée sur le canapé et visiblement dans les pommes, se trouvait EVE.
- Ho elle, en fait c'est une longue histoire.
dav-ID se fit un plaisir de raconter l'histoire, EVE avait décidée de se venger et avait inventée toute une histoire rocambolesque comme quoi elle aurait trouvée un moyen de venir en aide à ses amis. Tu parles, en fait elle avait juste pris ce prétexte pour en faire ses esclaves toute la journée, les obligeant à porter ses paquets, à prendre le thé avec ses robots dans des déguisements farfelus et avec des chapeaux pointus et puis finalement, tournant la tête vers Milos les bras croisés qui grimaçait.
- Finalement ça m'a cassé les couilles...
- Tss tss.
...les ovaires, ho ça va hein, je lui ai donné une très légère pichenette sur la tête, mais pas trop fort quand même hein.
- C'est pas bien de frapper une femme, tu devrais avoir honte de toi, s'emporta Yavie dont le visage était rouge de colère.
- gnagnagna, sauf que là ça ne compte pas, je suis moi même une femme pour l'instant. Et Toc (tire la langue).
- Messieurs dames, il n'est pas l'heure de se disputer, la machine est prête, vous pouvez y aller quand vous voulez.
Il y eu le silence dans la pièce, le groupe était traversé par l'émotion et le doute aussi. Il pénétrèrent dans la machine et les portes se refermèrent, finalement, la fumée fit son apparition et lorsque la porte s'ouvrit, en sorti un groupe d'ânes faisant hihan. Ce qui eu pour effet immédiat de faire rire la divine, qui quelque part, était là pour ça.
- Hi hi hi, je suis désolée ho ho ho.
- Hem, désolé, une erreur de parcours, rassurez-vous, je suis passé par là moi aussi, avant de retrouver le bon réglage, c'était quoi déjà ?? ha oui.
La porte se referma à nouveau, puis la machine se remit en route, pour finalement laisser la place à un groupe de vaches faisant meuhhhhhhhh.
- He he he, non vraiment, je suis sincèrement désolée, mais vraiment, le visage rouge et des larmes lui coulant des yeux.
- Oups, encore un mauvais réglage, mais rassurez-vous, je vais trouver.
- T'as intérêt mon cher, sinon t'aura doit à une pichenette toi aussi.
Ce n'était pas une menace à prendre à la légère et l'érudit le savait. La séance fut longue, très longue, le groupe passa par de nombreuses transformations. Yavanna, pourtant si distinguée d'habitude, n'en pouvait plus, se roulant sur le canapé au milieu de son pop corn. Reprenant ses esprits à côté d'elle, EVE commençait à se relever en se frottant les yeux et sans comprendre ce qu'elle faisait là. Tombant nez à grouin avec un groupe de cochons dont un, plus énervé que les autres proférait toutes sortes de menaces et d'insultes.
- Cette fois-ci c'est la dernière, je suis certain d'avoir trouvé le bon réglage.
Nouveau ronronnement et lorsque la porte s'ouvrit, ils étaient à nouveau là, dans leurs corps d'hommes, palpant ces derniers pour constater que c'était vrai.
- Enfin, c'est pas trop tôt, ça fait du bien de revenir chez soit.
- Dit moi Yavie ?? EVE tourna la tête vers la jeune femme assise à côté d'elle et battant dans ses mains devant ce résultat en criant bravo.
- Oui quoi ??
- C'est normal si ils sont nus.
La divine sursauta et lui cacha les yeux en détournant la tête, en lui disant qu'une jeune femme distinguée ne doit pas assister à ce spectacle horrible, demandant à Warlock de distribuer des habits.

Après avoir passé leurs vêtements, le groupe se congratula, c'était la fin du cauchemar.
- Enfin, pas trop tôt, souffla VS, je vais pouvoir enfin envoyer bouler ce casse couilles de Lorans. Tant pis pour la principauté de Casba, je trouverais bien un autre moyen pour l'avoir.
- Euh, par contre, sans vouloir jouer la fille pénible, mais il manque pas quelqu'un là ??
Le groupe s'arrêta de parler, la divine venait de réaliser d'un détail, ho, trois fois rien mais quand même.
- Tien c'est vrai ça, nous ne sommes que 4, il en manque un non ??
- Zut, le roi ?? majesté, vous êtes là ?? quelqu'un l'a vu ??
- Mince, c'est vrai en plus, quelqu'un l'a prévenu pour la machine ??
- Moi je pensais que tu devais le faire ??
Mais force était de constater qu'Adrian, le souverain de la cité était absent, il devait être au palais, bien tranquillement dans son corps féminin, ne sachant pas que la machine était réparée et qu'il aurait pu redevenir un homme, ce qui posait problème, les émissaires venant signer le contrat pour le nouvel aqueduc, déçu de ne pas voir le roi lors de la fête au palais, avaient décidés de revenir en demandant de voir le souverain en personne, sous peine de non signature. Hors le roi, était toujours la reine.
Assise sur le canapé, EVE fut prise d'un fou rire.
- Hi hi hi, hé ben finalement, je suis contente d'être venue, je sent qu'on va encore bien rigoler...
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
Voyageur Solitaire

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10767
Age : 47
Localisation : Anywhere out of the world...
Profession : The travelling god.
Loisirs : Living in another world.
Date d'inscription : 14/03/2009

LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 EmptySam 22 Fév 2020 - 21:26

Clair de Lune, de mauvaise humeur, piocha dans la coupe de dés de gingembre confit.
- Je vous le dis les filles, c'est cette salope de Suarra qui nous a vendues… Sinon, comment le maître aurait-il su ?
Les autres favorites hochèrent la tête en cœur tandis que les ennuques versaient le thé au jasmin, dans le va et vient des grands éventails de plumes d'autruche. Alors que Bouche de Perle se resservait du gâteau aux oranges et au miel, un des ennuques entra, tenant un corps imposant par les épaules.
- Venez m'aider, vite !
- Mais c'est Lorans d'Arab-Hi... Que lui est-il arrivé ?
- Je ne sais pas, je l'ai trouvé comme ça, étendu par terre dans un couloir. Aidez-moi, il est lourd...
Dans un tourbillon de soie, de mains baguées aux ongles manucurés et de gazouillis, les autres l'aidèrent à allonger Lorans sur un divan. Au même moment, Lumière d'Eté, qui regardait au-dehors par les persiennes, sursauta :
- Le maître ! Le maître arrive !
Aussitôt, ce fût la précipitation, tout le monde lâcha Lorans qui retomba au sol comme une merde, dans l'indifférence générale. Quand VS entra, il trouva ennuques et favorites s'inclinant profondément en une double haie impeccable. Sultan lové et ronronnant dans ses bras, suivi par son fidèle Kous-Kous, le divin Voyageur affichait un sourire profond et satisfait, tout heureux d'être à nouveau bien dans sa peau, c'était le cas de le dire. La vue de Lorans avachi sur les tapis, à demi inconscient, le front orné d'une grosse bosse rouge façon bonnet du grand schtroumpf, ajouta encore plus à son contentement. Le chef nomade gémissait dans son délire, répétant "Suarra, Suarra" sans s'arrêter. C'est alors qu'une idée vînt à VS… Jetant littéralement le chat sur les coussins, le voyageur se rua vers son écritoire couvert de parchemins, feuillets et papyrus, un véritable fouillis d'où il sortît plume et encrier.
- Kous-Kous, fais sortir tout le monde !
Le chef des ennuques frappa dans ses mains potelées et fît sortir favorites et serviteurs, avant de rejoindre, intrigué, son maître qui griffonnait en hâte, visiblement excité.
- Mais que fais-tu ? Qu'est-ce que tu écris ?
- Une déclaration sur l'honneur qui lègue le Roc de Casba à la couronne d'Atalis ! Cet imbécile est dans les vapes, si je parviens à lui faire signer, c'est tout bon !
- On verra que ce n'est pas son écriture…
- Mais non, je suis suffisamment doué en dessin pour imiter son écriture…
- Maître, je te rappelle qu'on t'attend à la Salle des Remerciements de Circonstance pour ton discours de réception suite à ton YAZ d'Or.
- Merde, c'est vrai ! Mon discours, où est mon discours ?
VS se mît à fouiller, énervé, dans le bordel de paperasse qui couvrait le meuble. Ayant trouvé, il se précipita vers Lorans étendu et toujours dans son délire.
- Suarra, Suarra…
- Oui mon amour, c'est moi, murmura VS en tentant de prendre une voix douce. Lorans, mon beau Lorans…
- Suarra, c'est toi ? C'est vraiment toi ?
- Mais oui mon chéri. Lorans, mon beau bédouin, tu veux bien signer ce papier pour moi ? S'il te plaît…
Le brave Kous-Kous frémît : avoir vu son maître en jeune femme roucouler auprès du chef nomade, c'était déjà terrible mais le voir là, avec ses bras musclés et velus, sa barbe noire et épaisse et sa voix grave lui susurrer des mots d'amour...
Le chef nomade se redressa sur les coussins, encore sonné et apposa maladroitement son paraphe avant d'y ajouter son sceau. Retenant un hurlement de triomphe, VS récupéra la déclaration et se rua hors de ses appartements. Il était terriblement en retard.

- Et c'est avec une grande émotion que je vous demande d'accueillir le vainqueur du YAZ de cette année, le divin Voyageur Solitaire !
Vador ponctua son annonce d'un sifflement déprimant tandis que VS montait sur scène, sous les applaudissements. Pas peu fier, le voyageur posa sur le pupitre son discours, se racla la gorge et commença à lire :
- Moi, Lorans d'Arab-Hi, sain de corps comme d'esprit, déclare léguer… La principauté de… Casba à la couronne… Heu…
Silence surpris et regards étonnés dans l'assistance. Kous-Kous, debout derrière son maître, fût le premier à comprendre et se pencha à l'oreille d'un VS devenu livide.
- Tu t'es trompé Maître. Dans la précipitation, tu as interverti les feuilles : tu as fait signer à Lorans ton discours de réception et tu as pris avec toi la fausse déclaration…
- NOOOOOOOONNNNNNN !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty
MessageSujet: Re: LES CHRONIQUES DU FORUM   LES CHRONIQUES DU FORUM - Page 17 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
LES CHRONIQUES DU FORUM
Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» Accès au forum Hentaï et caché!!!
» [MEGAUPLOAD][DVDRiP]Never Back Down - Ne Jamais Reculer
» [MU] Saw 3D, Saw 7: Chapitre Final [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: La Vie à l'Extérieur de la Taverne :: Divers-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit