La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Requiem
Zombie King
Zombie King
avatar

Masculin
Sagittaire Cochon
Nombre de messages : 11434
Age : 33
Localisation : dans son lugubre manoir
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 11 Jan 2012 - 19:40

Topic qui sera utilisé pour le concours des mini AVH afin que les auteurs puissent déjà présenter leur aventure avec le titre de celle-ci suivi du paragraphe d'introduction

_________________

Revenir en haut Aller en bas
syphil
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Scorpion Chèvre
Nombre de messages : 790
Age : 38
Localisation : Centre
Profession : I'm a knight duh !
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 11 Jan 2012 - 20:27

Je suis honoré d'ouvrir la marche dans ce cas !

Titre L'hospital de la Mort

Vous étiez jadis l'un des plus grands aventuriers à n'avoir jamais foulé le sol de Titan. Votre renommée était telle que, disait-on, la simple évocation de votre nom suffisait à provoquer des séries d'infarctus parmi vos ennemis les plus fragiles, les femmes s'écroulaient au sol secouées de violents orgasmes à votre vue, et nul ne pouvait rivaliser d'astuce et d'adresse pour se sortir des situations les plus catastrophiques. Ayant amassé une foultitude d'objets magiques et trophées en tous genres durant les moult aventures dont vous sortîtes toujours victorieux, et toute légende que vous fûtes, le poids des ans se faisant sentir, vous décidâtes de tout vendre sur l'île-baie pour écouler des jours heureux dans le plus prestigieux et luxueux établissement de retraite pour héros du pays. Mais nul repos ne se mérite si bien qu'à l'aune de l'adversité, alors réglez votre sonotone et dépoussiérez votre fidèle épée, avant de vous lancez dans votre toute dernière et ultime aventure, dans les terribles couloirs aseptisés de l'hospital de la mort !


Dernière édition par syphil le Jeu 8 Mar 2012 - 5:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vador59
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 5606
Age : 40
Localisation : exilé à Dagobah
Profession : Personnel de direction de l'académie Sith
Loisirs : Faire des treks jusqu'à Za'adum...
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 11 Jan 2012 - 20:48

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
craft
tas de fumier
tas de fumier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2981
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 11 Jan 2012 - 20:56

je ne sais pas encore si je vais participer au concours à cause du corpus de règles à suivre assez contraignant, mais dans le doute je poste l'intro:


COMMUNION SANGLANTE

Vous êtes seul. Du moins vous pensez l'être car les alentours sont plongés dans l'obscurité. Le sol fait de dalles de pierres est plutôt inconfortable et vous vous levez péniblement non sans ressentir quelques courbatures. Vous vous figez soudain lorsque vous ressentez venant de face une puissante aura, presque palpable, mais dont vous ne connaissez ni l'origine ni la nature.

Une lueur point soudainement à quelques mètres en face de vous, émise par la flamme dansante d'une bougie. Vous distinguez à présent l'être qui tient la source de lumière: c'est un humanoide à la peau sombre revêtu d'une robe de bure noire comme le jais. L'homme lève la bougie et révèle ainsi son visage aux traits simiesques prononcés, puis il ouvre la bouche et révèle un trou béant garni de crocs qui se projettent vers l'extérieur, sur lesquels se tortille une langue épaisse et qui se termine en pointe... Tout à coup vous doutez de son humanité, et vous rendez au 1.

Revenir en haut Aller en bas
Requiem
Zombie King
Zombie King
avatar

Masculin
Sagittaire Cochon
Nombre de messages : 11434
Age : 33
Localisation : dans son lugubre manoir
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 11 Jan 2012 - 21:48

Traque dans les marais

Le roi en personne a fait appel à vos services car vos exploits en tant que chasseur de troll reconnu ne sont plus à prouver. En effet le monstre, bien plus imposant que la moyenne des trolls habituelle, a pris pour habitude de sortir un peu trop souvent de son marais pour dévorer bétail, villageois et chevaliers errants; le challenge a quelque chose d'excitant, jamais encore vous n'avez eu à traquer une horreur pareille et vous imaginez déjà sa tête qui hornera l'un de vos murs tel un trophé, sans oublier que la gloire, l'or et les femmes vont sont également promis; la tache vous revient donc de traquer la bête dans son antre de pénombre et de brume au beau milieu de la boue et de la végétation terne qui recouvre ce lieu maudit...

_________________



Dernière édition par Requiem le Jeu 12 Jan 2012 - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sunkmanitu
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Poissons Chèvre
Nombre de messages : 1161
Age : 38
Localisation : Une colline où chantent les cigales...
Profession : Rêveur
Loisirs : Maintenant ? Oh que oui ! Fada !
Date d'inscription : 07/11/2010

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 11 Jan 2012 - 22:36

Georges le Zombi
Introduction :

L'aventure que tu vas vivre va te projeter plus loin que les quelques mots qui vont danser devant tes yeux. Tu vas partir vers un monde peuplé de créatures étranges, nimbé de lumières inhabituelles,
situé au plus profond de ton imagination… Une myriade de particules multicolores t'enveloppent doucement et semblent pénétrer chaque pore de ta peau, ne prends pas peur, c'est l'effet de ce livre magique… Une douce chaleur envahit tes membres, une sensation agréable, pour ne pas dire addictive. Ton esprit ne pense plus distinctement, tu n'arrives plus à lever tes yeux de ce qui est écrit devant toi et qui file de gauche à droite…
Bon c'est fini les belles phrases ? on va pas compter jusqu'à trois et dormir non plus ! On passe à l'attaque maintenant , alors en piste !

L'histoire que tu t'apprêtes à lire, te propulse dans le corps d'un zombi 100% viande pourrie. Quoi ?! Oui un zombi, pas ceux de films de Roméro, un vrai zombi sorti de terre à cause d'un truc qu'on peut pas dire (genre secret défense ou un truc du style). Alors c'est très simple : ton but c'est d'échapper à ces humains vicieux qui veulent te loger une balle dans ta tête toute échevelée (ben oui, les sous-sols, les caveaux, ça abîme les parties capillaires, demande à Dessange, tu verras). T'es dans un centre de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (la sécurité sociale, Health Care chez nos confrères Américains (et peut être aussi au Canada, chez Oiseau)), 'fin bref t'es à la sécu quoi, et t'es planté au 17è étage du bâtiment. Pourquoi ? Et bien, t'avais un papier à récupérer, et il se trouve que justement le papier en question se trouve dans un bureau au 17étage. C'est bon ? Non ? Évidemment que non, t'es au 17è étage parce qu'il fallait bien démarrer quelque part alors on va dire que tu erres depuis un moment dans la ville, tu trouves cet immeuble, l'ascenseur, les portes ouvertes, le bouton 17, les portes fermées, t'es piégé au 17è… Mais quelques heures plus tard, t'entends des cris plus bas, des jeunes qui veulent «shooter du zombi» comme dans «Resident'». Et ils aperçoivent la lumière au 17è étage. Ils entrent dans le rez-de-chaussée…
Ton but est de trouver cet amas de viande fraîche qu'ils représentent afin d'apaiser ta faim (et oui les médicaments antalgiques ne fonctionnent pas sur les zombis…). Mais ne descend pas les mains dans les poches (trouées), ils sont peut être armés (tu sais, les jeunes de nos jours…)

Nom d'un chien, j'en oubliais les règles :
tes aptitudes sont l'habileté, l'endurance et la chance. Pour l'habileté (que tu peux appeler «mouvance ralentie»), l'Endurance (qui pour toi est plus une résistance aux coups des humains) et pour la chance (le premier qui rigole parce que je donne de la chance à un zombi sera jeté aux lions), tu as le droit de leur attribuer un niveau de 1 à 5. Tu disposes de 10 points à répartir entre ces trois aptitudes de base.
Parce que je suis quelqu'un de vraiment sympa, je vais te donner la possibilité de choisir en quoi le zombi que tu es désormais, excellait avant sa mort.
Tu étais flic : ajoute l'aptitude tir.
Tu étais prof : ajoute l'aptitude connaissance.
Tu étais chaman : ajoute l'aptitude fumette.
Tu n'étais rien de tout cela : ajoute l'aptitude kickboxer (oui, on ne peut pas rien être…).

Choisis l'une de ses capacités et lance un dé, c'est ton niveau au début de l'aventure (si tu obtiens 1, ne viens pas râler, c'est une aptitude dans laquelle tu excellais avant ta mort…)

Si tu croises un mec qui veut te renvoyer en terre, c'est pas compliqué :
Lance un dé et ajoute le résultat à ton habileté, lance un dé et ajoute le résultat à l'habileté de l'ennemi. Si ton score total est plus élévé, il perd un point d'endurance, si son score total est le plus haut, c'est toi qui perd un point d'endurance. Le premier des deux qui arrive à un total de zéro en endurance s'écroule et meurt (RE-meurt pour toi).

Si tu dois tester une aptitude habileté, chance, ou une des spéciales, lance un dé, si le résultat est inférieur à ton total du moment, tu es victorieux au test, si ton résultat est supérieur à ton total du moment, tu perds le test.

Voilà c'était pas bien long comme règles hein ? Alors maintenant bouge vite de là…au fait tu t'appelles Georges (oui comme Roméro), rends-toi au 1.

Revenir en haut Aller en bas
Lekhor
Dragonnette Rose
Dragonnette Rose
avatar

Féminin
Vierge Singe
Nombre de messages : 641
Age : 37
Localisation : Pays des Sushis Radioactifs
Loisirs : Bouffer tout ce qui nage avec un équipement
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Jeu 12 Jan 2012 - 15:38

Edit : Abandon Sad


Dernière édition par Lekhor le Jeu 8 Mar 2012 - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gewissae.wordpress.com/
AqME
Zombie Superstar
Zombie Superstar
avatar

Masculin
Poissons Rat
Nombre de messages : 4707
Age : 33
Localisation : Saint Paul Trois Châteaux
Profession : professeur des écoles
Loisirs : JDR, musique, Jeux vidéos etc....
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Jeu 12 Jan 2012 - 18:08

Someone like you

Vous vous réveillez en sursaut. Un frisson vous parcoure l'échine et à la vue des draps mouillés, vous savez que cela à recommencer. Dépité et un peu honteux, vous débarrassez votre lit, jetez le tout dans la corbeille destinée au lavoir et refaites le lit. Mais quelque chose de plus grave que votre maladie vous turlupine. Il semblerait que quelque chose d'autre, de plus imposant, de plus important manque dans votre maison. Pour l'instant, rien ne vous vient en mémoire, et plutôt que vous creusez la cervelle, vous préférez aller dans votre cuisine pour débiter quelques tranches de pain au miel avec un café bien chaud. C'est lors de la quatrième gorgée qu'un éclair de génie vous transperce le crâne. Votre femme n'était pas au lit avec vous! Et cela n'est pas normal! Elle n'est pas somnambule, elle n'est pas partie vivre une autre vie puisque ses affaires sont encore là et puis, de toute façon, avec sa gueule, vous la voyez mal faire sa vie avec un autre homme. Néanmoins, cela vous inquiète follement et plutôt que de rêvasser en comptant les glands de votre chêne au travers de votre fenêtre, vous vous mettez en quête de trouver un indice qui vous permettra peut être de retrouver votre femme. En vous levant, vous regardez votre verger sur la droite et un indice vous titille l’œil. Vous sortez, et, effectivement, un poignard maintient un mot sur l'un de vos arbres fruitiers. Vous lisez ceci:
J'ai ta guenon, si tu veux la récupérer, viens au donjon avec une sacoche pleine d'or et peut être que tu retrouveras ton Adèle chérie. Si tu ne viens pas dans la demi-heure, je la tue!
Encore un rapt du terrible Tor, ce maudit sorcier si fantasque qui prend un malin plaisir à piéger des aventuriers dans des pièges horribles.
Même si vous ne savez pas depuis combien de temps Adèle a été enlevée, vous vous mettez en route, bien décidé à récupérer votre bien. Merde après tout, qui c'est qui va faire le ménage, la bouffe, le linge et la vaisselle! Surement pas vous!

Rendez-vous au 1
Revenir en haut Aller en bas
oorgan
Poète Disparu
Poète Disparu
avatar

Masculin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 2165
Age : 20
Date d'inscription : 22/02/2011

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Jeu 12 Jan 2012 - 19:19

Allez, je me fais plaisir :

L'idole de Gnum*

Loin dans le sud de l'Ydiriol, plus loin que les Monts-Barrières, s'étend une profonde sylve nommée « Bois des Dragadors », dissimulant dans ses ombres impénétrables des créatures innommables, dont les cris suscitent une puissante terreur chez les chiens et les chats des villages environnants.
D'aucuns disent qu'à la place de cette forêt se dressaient jadis les tours et les flèches d'une cité dont les habitants n'étaient point humains. Ils disparurent cependant dans quelque cataclysme, et la ville tomba en ruine, et la végétation s’empara de tout. Mais il restait dans la cité tous les joyaux et les gemmes des Temples de la cité.
L'un de ces trésors --- le plus précieux d'entre tous --- est l'idole de Gnum, une créature inhumaine jusqu'au moindre de ses détails. Un aventurier seul --- ou même un groupe de combattant aguerri --- ne pourrait seulement songer emporter cette statue : elle a été sculptée, grâce à des charmes et des sortilèges que seul connaît encore un vieux chaman borgne vivant au plus profond d'un marécage maudit, dans de l'or massif et mesure une bonne dizaine de mètres de haut. En revanche, il lui serait tout à fait possible de s'emparer des joyaux purpurins comme le sang de l'idole, et de revenir vers la civilisation --- pour peu qu'il échappât aux horreurs rampantes de la forêt.
Cette légende, véridique ou non, se répandit très rapidement dans l'Ydiriol, nourrie par les récits décousus d’aventuriers saouls, et il n'est guère d'homme entre les minières Collines au Vent et le rivage sud de la Mer Intérieur qui ne sache raconter l'histoire des diamants rouges de l'idole de Gnum ; et vous ne faites pas exception à la règle depuis que vous l'avez entendue de la bouche méphitique d'un ivrogne dans l'une des tavernes les plus mals famées et les plus enfumées du sombre Port de Krem, vous convaincant de à votre tour tenter votre chance --- d'autant plus que le salaire récolté durant votre dernier périple, dans les landes désolées de l'Ouest, était épuisé par maintes débauches de bières et de femmes.
Telles sont les pensées qui vous traversent l’esprit tandis que vous vous tenez, ombre noire se découpant dans la lumière blafarde de l’aube, sur la haute colline surplombant le modeste village de Zyrio. A une vingtaine de kilomètre se profile la silhouette obscure et embrumée des Bois des Dragadors, et vous êtes un instant saisi par la vision ténébreuse des spires du brouillard s’enroulant telles de venimeux serpents jaloux, gardant d'un secret interdit, autour des arbres sans âge de la forêt, qui se dresse comme de sinistres remparts de bois au milieu des collines illuminées seulement par l’aurore grise. Mais la soudaine lumière du soleil levant a tôt fait de dissiper ces réminiscences vaporeuses de la nuit sombres aux astres blancs. Son éclat embrase rapidement la campagne, et vous entendez à Zyrio un coq le saluer timidement lorsqu'il atteint les toits en pignon du village, les changeant en diamants étincelants. Les yeux plissés à cause de cette puissante lueur, vous vous avancez vers le petit bourg, tout en songeant aux richesses que recèlent --- peut-être --- les Bois des Dragadors… Rendez-vous au 1
.

Comment ça, on dirait du Livingstone ? Laughing

*Les amateurs de Lord Dunsany auront sûrement reconnu qu'il s'agit du nom de Mung à l'envers (choisi de façon plus ou moins --- surtout moins, je crois --- consciente)


Dernière édition par oorgan le Sam 14 Jan 2012 - 16:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meneldur
Freelance Fiend
Freelance Fiend
avatar

Masculin
Nombre de messages : 787
Localisation : Holmgarðr
Date d'inscription : 25/12/2004

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Ven 13 Jan 2012 - 18:24

Je ne sais pas encore si j'écrirai quelque chose. Tout dépendra de si cette introduction suffit à ventiler ma frustration. (Je soupçonne que non.)

Citation :
Les Bureaux du cauchemar

« Non mais vous vous foutez de moi là ? »

La secrétaire ne juge pas votre sortie digne d'une réponse de sa part. Elle continue à vous fixer du regard, ses petits yeux de poisson ne trahissant pas la moindre émotion derrière leurs lunettes à triple foyer. Finalement, elle se contente de répéter :

« Je ne peux rien faire sans ce formulaire, monsieur. Croyez bien que j'en suis navrée (vous n'en faites rien), mais c'est ainsi. »

Vous inspirez profondément. Reste calme, vieux, reste calme. Détendu. Compte jusqu'à dix. Un... deu

« BORDEL DE MERDE MAIS VOUS VOUS FOUTEZ VRAIMENT DE MA GUEULE LÀ ! »

Plusieurs visages se retournent dans votre direction. Vous inspirez profondément à nouveau — vous commencez à développer des techniques à faire pâlir d'envie Jacques Mayol — et reprenez un ton plus bas :

« Donc, si je résume bien. Si je veux que vous bougiez votre gros cul de secrétaire et que vous me filiez ce putain de paperlard dont j'ai besoin, il faut que j'aille chercher cet autre paperlard... dans des bureaux à l'autre bout de la ville... que je les remplisse à l'encre verte... que je photocopie ça en trois exemplaires... et que je vous amène ça ? »

« C'est bien ça, monsieur. » Soit elle n'a pas entendu votre allusion à son gros cul, soit elle a déjà eu droit à pire et elle a développé une résistance mentale à ce genre d'insultes. Vous penchez en faveur de la deuxième solution.

« D'accord. » Vous vous levez et quittez les lieux sans un au revoir, prenant juste le temps de récupérer votre manteau au passage. Il est 10 heures 30. Inutile d'espérer arriver aux bureaux du CON (Conseil d'organisation nationale) avant la pause de midi. Métros et bus devraient pouvoir vous y amener vers 13 heures... Vous devriez pouvoir obtenir votre papelard vers 14 heures 30... le temps de revenir ici... juste avant la fermeture ? Vous n'avez pas envie de devoir prendre un deuxième jour de congé pour ce stupide formulaire. En sortant de l'immeuble du CHIER (Comité des habilitations industrielles, énergétiques et routières), vous vous dirigez au petit trot vers l'arrêt de bus le plus proche. Vous ignorez encore que vous allez devoir affronter...

Les Bureaux du cauchemar

(sauf si vous avez lu le titre, évidemment)

Rendez-vous au 1.
Revenir en haut Aller en bas
Kraken
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Balance Chat
Nombre de messages : 827
Age : 42
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 18 Jan 2012 - 8:28

Voici le mien, mais beaucoup de choses (y compris le titre) peuvent encore changer :

Hissssa de Makan

Caché dans l’ombre de la végétation pourrissante, votre corps d’amphibien entièrement immergé dans l’eau, vous observez la petite troupe d’humains progresser dans le marécage. Cela fait une bonne demi-journée que vous les suivez maintenant, attendant le moment propice pour agir. Les sangsues et autres vermines qui infestent l’eau croupie ne vous incommodent pas ; vous êtes ici dans votre élément. Pourtant, en dépit de l’avantage que vous confère la connaissance du terrain, vous hésitez à passer à l’attaque. Les soldats ne sont pas très nombreux, mais ils sont sur leur garde. Vigilants. Aux aguets. Ils savent qu’ici le danger peut surgir à tout moment. Mille-trois-cent battements de cœur plus tôt, c’est un Dytique Géant qui a tenté sa chance, sans succès. À cette heure, il ne doit plus rester de son corps que sa carapace de chitine ; sa chair aura déjà été dévorée par ses propres larves. Non, vous ne commettrez pas la même erreur. Vos griffes et vos crocs empoisonnés ne sont pas vos seules armes : votre intelligence est tout aussi acérée. Et surtout, vous avez votre Pouvoir.

Car vous êtes ce que les Hommes appellent dans leur langue un Changeur de Forme, faute de nom plus approprié. Vous avez le don de modifier votre aspect à votre guise – et pas de vous transformer, la nuance est importante. Quelle que soit l’apparence que vous choisissiez, vous restez toujours ce que vous êtes en réalité : un humanoïde aux allures de triton, à la peau visqueuse et à l’échine hérissée de pointes.

Trouver le chef de ces envahisseurs et le tuer. Voilà votre mission, et elle s’annonce des plus périlleuses, mais vous n’avez pas le choix. C’est Gothmog lui-même qui vous a désigné, et il vous faut obéir au maître de l’île de Makan. Le Père des Cauchemars ne tolère ni l’échec ni l’insubordination.

Rendez-vous au 1.
Revenir en haut Aller en bas
Vertical
Aventurier
Aventurier
avatar

Masculin
Taureau Buffle
Nombre de messages : 156
Age : 32
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 18 Jan 2012 - 21:23

EDIT : ABANDON


Dernière édition par Vertical le Ven 27 Avr 2012 - 7:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milk
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Vierge Cheval
Nombre de messages : 2687
Age : 39
Localisation : Montreal, Canada
Date d'inscription : 22/09/2009

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Sam 21 Jan 2012 - 6:18

Deux choses.

1- Oui je sais que c'est un dungeon crawl. Mon intro ne donne aucunement l'impression que s'en a sera une mais ne vous inquietez pas, le paragraphe 1 expliquera tout.

2- Oui mon intro est ridiculement longue et probablement inutilement elaboree. Je ne pouvais plus m'arreter. Il n'est pas dit que je ne developperai pas tout ca plus tard en une vraie AVH. Enfin pour l'instant c'est une tres longue intro pour une petite aventure. L'observateur perspicace (mais surtout avec une longue et infaillible memoire) se rendra peut-etre compte que ca se deroule dans le meme monde que Chasseur de Prime (le projet que j'avais lancer que Vador a recuperer).



Le Coût de la Liberté


23 tonnes de Tultane dans la calle.

Au prix standard au marché noir sur une station orbitale d'un système frontière telle celle de Rivoch, environ 850 crédits la tonne. Probablement moins depuis que la Guilde Minière a eu vent des récentes découvertes de ce minerai (pas exactement rare mais pas en abondance non plus) sur la planète Erato II, celle-la meme ou vous avez ramasser votre cargo. 850, donc presque 20 000 crédits, moins 12 000 pour le carburant utiliser pour rentrée et sortie atmosphérique moins 5000 pour celui gaspiller a manœuvrez furtivement sous le nez des patrouilles de la Guilde Minière qui, à force de leur incessant lobbying au sénat régional, ont finalement rendu illégale l'exploitation minière dans le secteur si performée en dehors de leur autorité (cette même autorité dont vous vous moquez allègrement depuis plusieures semaines déjà). Ça vous laissera 3000 crédits, une paie pathétique pour une occupation ingrate. Assez pour une bonne cuite (celle que vous aurez besoin plus tard pour oublier un peu votre existence de misère a essayer de joindre les deux bouts au commande d'un tas de ferraille qui vous en coûte presque plus qu'il vous en rapporte) et le reste pour réparer cette saleté de rayon tracteur défectueux qui vous a occasionner tant de problème depuis une rentrée atmosphérique à l'angle un peu trop optimiste il y a déjà trois sorties de cela. C'est que cette fois-là, vous aviez la police minière presque dans vos réacteurs. Heureusement, la recrue (du moins vous avez déduit que s’en devait en être une) qui vous poursuivait a fait l'erreur d'estimer que son bouclier frontal allait résister à une rentrée à cette vitesse. C'était exactement ce que vous aviez espéré. À lui, ça lui a couter son existence, à vous, seulement des dommages, le genre que vous ne pouvez-vous permettre si vous espérez vous maintenir à flot (en crédits autant qu’en alcool).

«Station Rivoch a vaisseau immatricule 62076. Vous êtes autorisez a vous amarrer au hangar 78. Veuillez procédé immédiatement.»

La voix, au ton communiquant une dose égale d'ennui et de sévérité, résonne dans la cabine, vous tirant de vos accablantes réflexions. Il était temps. Voilà déjà dix minutes que vous aviez demandé votre autorisation, surement auront-ils donné la priorité à des engins de la Guilde. C’est que vous faites figure de triple indésirable ici en tant que non-affilié (n’étant membres d’aucune guilde qu’elle soit minière, marchande ou mercenaire), indépendant (n’étant pas engager par aucune compagnie) et non-résident aux occupations hors-secteur douteuses et aux allées et venues fréquentes et, par conséquent, suspectes. C'est d’ailleurs uniquement grâce à vos contacts aux mains disons…assez graisseuses, que vous avez jusqu'à maintenant pu éviter une inspection de votre cargo. Vous faites glisser votre main (elle aussi plus ou moins propre) sur le HUD holographique et appuyez sur l'onglet communication. «Entendu Rivoch. 62076, procède immédiatement à l'amarrage au Hangar 78….Passez une bonne journée, Chef ». Vous lancez ces derniers mots d’un ton cynique, en effet durant le mois entier depuis que vous êtes arrivé dans le secteur, aucun des laconiques officiers de communication de la station n'a jamais encore daigner vous adressez même un bonjour et encore moins un merci. Pas vraiment surprenant, personne ne se porte volontaire pour travailler sur une station d'un système frontière, ce sont plus souvent qu'autrement des affectations punitives. Si c'est n'est pas l'ennui qui les tuera, ce sera inévitablement une attaque surprise des nombreuses factions pirates qui rodent dans les parages, ou pire, les Vonarii, cette race aux impulsions belliqueuse dont les territoires les plus extrêmes se trouvent a quelques secteurs de celui-ci.

Enfin, ça n'est pas la vôtre problème, vous, vous êtes ici par choix. D’ailleurs vous y repensez justement un moment et avez soudain la conviction que vous êtes forcément un imbécile. Quelle idée d'avoir cru pouvoir trouvez votre fortune dans un bled pareil… Enfin ça aurait pu marcher…si…si vous aviez été le seul à avoir eue ces informations (pour lesquels vous avez payé le gros prix) sur les nouveaux gisements de Tultane. Une bonne information ne reste jamais secrète bien longtemps, vous auriez dû le savoir. Si seulement vous pouviez accumulez assez de crédits pour vous procurer le carburant nécessaire pour quitter ce système… Mais avec des si on mettrait Nouveau-Paris en calle… pour l'instant vous avez un engin à amarrer et un cargo à livrer. Vous vous étirez dans votre siège, après seize heures passée dans un habitacle aussi restreint vous en avez bien besoin, et manœuvrez votre engin entre les deux tours de l'entrepôt satellite de l'Empire Mining Corporation tout en jetant un coup d'œil désintéresser vers la bannière holographique qui tourne en permanence autour de son antenne. «EMC… Travaillant ardument aujourd’hui à bâtir le monde de demain » dit leur slogan insipide. Ça vous donne un sourire en coin. «Plutôt «Travaillant ardument aujourd'hui pour un salaire de merde demain» vous ironisez pour vous-même en repensant à vos anciens employeurs. Une minute plus tard, vous concluez la manœuvre d'arrimage puis éteignez tout les systèmes et, après avoir passer en revue votre cargaison, quittez votre vaisseau. Vous demandez au Maitre de Port d’attendre une trentaine de minutes avant de charger un plein de carburant à votre compte puis vous vous dirigez vers les entrailles plus populeuses de la station.

« The Miner’s Cave » annonce l’enseigne holographique au-dessus du pub, l’un des deux que l’on peut trouver sur Rivoch, l’autre étant réserver a une clientèle disons plus raffinée. Le néon violet qui parcoure la longueur externe du comptoir donne une teinte maladive à la clientèle hétéroclite des lieux lesquels, à cette heure, sont peu nombreux. Vous avancez nonchalamment vers le bar en balayant l'endroit d'un regard en apparence distrait mais en réalité attentif. C'est dans l'alcôve la plus éloignée, dans un coin au fond du pub, que vous le repérer. Votre contact habituel, Mœ du nom que vous lui avez donner puisqu'il n'en a jamais donner aucun lui-même (lui d'ailleurs ne vous connait que sous le surnom Larry). Un type au regard vif, à l’attitude et aux mouvements presque ophidiens. Dans une minute, vous vous assoirai à ses côtés, dans une autre de plus, presque 20 000 crédits vont avoir été transférer dans votre compte et dans deux autres minutes additionnelles, votre calle aura magiquement été vide de son contenu illicite. Vous faites un signe au barman, un petit Kusanien a l'apparence chétive mais à la poigne vigoureuse et au crochet rapide, comme vous l'avez appris malgré vous dernièrement alors que vous aviez (abruti du plein contenu d’une rare bouteille de whiskey Themisien) fait une légère scène, vous en étant pris a votre ancien contremaitre d'EMC qui avait eu la mauvaise idée de murmurer quelque chose de louche a l’oreille de celle avec qui, jusqu’à cet instant, vous aviez espéré partager votre couche ne serais-ce que pour une nuit. Une collègue mineure (par profession mais, à en juger par son apparence fraiche et vaguement juvénile, probablement presque aussi en âge) qui malheureusement disparue une fois votre dégustation forcée de gnons Kusanien terminée. C’est le barman lui-même qui vous réveilla de la dégelée qu’il venait de vous administrer et pour laquelle d'ailleurs vous ne lui avez pas tenu rancune, jugeant que vous la méritiez probablement et ne souhaitant de toute manière pas vous mettre à dos votre seul fournisseur de bonheur liquide en cet endroit. Présentement, ce dernier, répondant à votre signe, s'approche et vous adresse un "Comme d'habitude?" sympathique auquel vous répondez par un hochement de tête. Puis, un Trou Noir en main (un cocktail alcoolisé aux composants aussi délicieux que mystérieux, ont dit que le breuvage a acquéri ce nom pour les pertes de mémoire que sa consommation entraine fréquemment) et après avoir reçu un signe discret de votre contact, vous avancez vers l’alcôve.

Vous êtes presque assis au siège qui lui fait face quand vous remarquez qu'il n'est pas seul. À ses côtés, se mêlant à l’obscurité relative des lieux presque aussi bien que le ferait une ombre, se trouve un homme vêtu d’un complet affichant le genre d’apparat sobre propre à un cadre supérieur ou même peut-être à un dignitaire politique. Son apparence vestimentaire contraste fortement avec son visage qui lui a les traits découpés au burin, lui donnant plus l’aspect violent d’un assassin. Vous hésitez une seconde, jusqu'à maintenant, Mœ était votre seul contact sur cette station et, dans votre domaine, vous n'aimez pas socialiser, chaque nouvelle connaissance entrainant en effet le risque potentiel d’introduire un agent double dans votre entourage. Malgré votre méfiance initiale, vous décidez de ne pas vous inquiétez outre-mesure, après tout Moe semble être un professionnel dans son domaine et surement qu’un agent ne passerait pas sous son radar que vous imaginez d’une efficacité redoutable. Il ne pourrait en être autrement pour ce genre d’opérations criminelles (vous préférez le terme illégal, en effet plusieures choses que la plupart des êtres humains avec un sens moral moindrement aiguisé considérerait comme étant des crimes étant en effet, de par la loi, parfaitement légal). Vous vous asseyez donc finalement en face des deux hommes qui vous accueillent avec un silence complet et franchement énervant. N'étant pas un grand amateur de glace, vous la brisez.

-«C'est qui Curly? » demandez-vous en envoyant un pouce vers le nouveau venu.
-«…Curly?" répond votre contact, confus.
-«Laissez tombez, je vois que vous n'êtes pas amateur de cinéma du deuxième millénaire…"

Votre réponse semblant le laisser encore plus confus, vous optez pour un style plus limpide.

-«Le bel inconnu, on a pas l'honneur de se connaitre.»
-«Ah…oui…. » répond Moe, comme si il avait lui-même oublier qu’il n’était pas seul. «C'est un collègue. Il a un contrat pour vous. »

Vous soupirez et levez un doigt vers votre interlocuteur.

-«Je vous ai déjà dit de ne pas perdre votre temps, je m'en tient strictement aux opérations de minage. Vous, vous évitez les taux faramineux de la guilde, moi, je m’évite d’avoir à leur remettre le pourcentage exagérer de mes profits qu’ils considèrent leur juste part. Vos histoires de livraisons mystérieuse et autres loucheries, je touche pas. Je me fait prendre avec une calle pleine de Tultane, c'est deux ans, peut-être trois sur une sécurité moyenne comme Deneb en plus d'une amende salée que je devrai couvrir en leur refilant mon engin. Pas une partie de plaisir, mais je ressors sur mes deux jambes et avec ma sante…pour ce qu'il en reste en tout cas. Un esclave dans la calle, ou encore pire, des Crystaux Priussien, c'est à perpet sur Cafasso. Ne passez pas go ne réclamez pas 200 000 crédits. Ca, non. »

Les deux hommes vous considèrent un moment. Curly se frotte les mains anxieusement, donnant l’impression d’avoir été vaincu avant que la bataille n’ai même commencer, puis votre contact dit,

-«Attendez d'entendre ce qu'il a à offrir. Ca n'est rien du genre. »

-« Écoutez ce qui m'intéresse vraiment présentement, dans l'ordre, c'est de un, les 20k que vous avez pour moi, de deux, les dix autres Trous Noirs comme celui-ci (vous levez votre verre) qui m'attendent impatiemment derrière le bar et de trois, une nuit de sommeil que j'espère sera aussi longue que mon mal de tête au réveil sera court »

Malheureusement pour vous, votre contact ne semble pas être intéresser par vos états d’ames ou projets d’avenir et demeure impassible.

-«Donnez-moi votre carte que je procède avec le transfert » dit-il avec autorité «Pendant ce temps mon collègue vous expliquera la raison de sa présence. Comme ça, ni vous ni moi ne perdrons plus de temps qu'a l'habitude et après vous pourrez donner une réponse éclairée plutôt que de refuser obstinément sans savoir ce qui en est ».

Voyant mal comment refuser une demande aussi raisonnable, vous vous contenter d'envoyer le reste du Trou Noir dans le fond de votre gorge. L'étranger se replace dans son siège puis parle.

-«Je me présenterais bien mais vous savez tout comme moi que le moins on se connait, le mieux c'est pour chacun. Nous avons bel et bien besoin d'un livreur, mais ce que nous avons à livrer n'a rien d'illégal, c'est plutôt en fait des dossiers légaux…concernant certaines illégalités. »

Son manque de précision vous exaspère aussitôt.

-«Écoutez-moi bien, dans une minute votre…collègue… aura terminer le transfert et quand ça sera fait, que votre histoire soit terminée ou non, je me lève et m'en vais prendre la cuite qui m'attend et que, vous m'excuserez de mon manque de dignité, je mérite. »

Il hoche de la tête puis en vient aux faits.

-«Nous avons des preuves que cette chère EMC, que vous semblez affectionner tout autant que nous, utilise ses vaisseaux miniers pour soutirer des substances disons beaucoup moins légales que du Tultane de la surface d’Erato. Ces preuves sont, par nécessité, physiques. Nous ne pouvons les envoyer hors d'ici sous forme de données intangibles à travers le réseau informatique parce qu'évidemment, tout ce qui passe par le réseau local est superviser par l'EMC elle-même (d’ailleurs de manière tout à fait illégale mais fournir la preuve de ça, c’est autre chose). Ces preuves, remises dans les mains de la personne appropriée, comme, par exemple, un certain Sénateur très influent et proche du Président de la Confédération et qui s'est toujours fortement opposer au tendances monopolistique de la Guilde Minière, pourraient signifier la fin pour EMC. Bien que vous ne sachiez pas pour qui nous travaillons exactement…. »

Vous interrompez sa phrase «j'ai une ou deux petite idée… » lui dites-vous en lui lançant un clin d'œil.

Il vous ignore et reprend.

- «Bien que vous ignoriez qui nous emploie …je peux vous dire que malgré nos positions tout a fait officielles ici nous sommes, moi, mon collègue et les autres membres locaux de notre… "association"… loin d'être au-dessus de tout soupçon et si nous nous avisions de quitter cette station pour un petit voyage en direction d'un certain système, nous serions surement astreint à une fouille de notre vaisseau, probablement sous prétexte d’un contrôle tout à fait routinier, ce qui veux dire que nous disparaitrions aussi vite que ces preuves. Nous ne pouvons prendre ce risque. C'est là que vous intervenez. Vous n'êtes pas affilier à la guilde, vous n'avez pas, pour l'instant, éveillez les soupçons de personne, du moins pas de manière sérieuse, et croyez-moi nous le saurions si c’était le cas, car nous ne serions pas assis ici en ce moment. Bien que je doute que vous ne dupiez vraiment qui que ce soit sous votre guise de courrier à petits contrats, vous n’êtes aux yeux des personnes que ce genre de chose intéresse, pas plus, qu’a tout le mieux, qu'un vulgaire contrebandier et qui, compte tenu de sa situation très visiblement précaire (à ces mots il jette un coup d'œil dédaigneux a votre veste de pilote plus que passablement défraichie et a votre visage sur lequel il est difficile de différencier la crasse de la barbe de trois jours) n’a pas choisi une profession à laquelle il excelle et a finalement donc toutes les raisons au monde de vouloir se tirer d'ici. Évidemment mon collègue et moi avons l’avantage de vous savoir en réalité un homme compétant et de confiance et qui de surcroit, s’avère être un excellent pilote comme on en trouve plus en dehors des militaires…»

-«Je vois, vous comptez sur ma haine pour EMC et ma situation «très visiblement précaire » pour m'embarquez dans le coup. Bravo, vous avez bien cibler votre pigeon de service. Forcement je ne pourrais moralement refuser de leur en enfiler une là où ça fait mal… On ajoute une bonne dose de flatterie pour conclure et mon ego signe le contrat avant même que ma raison n’ai eu une chance de s’éveiller. Vous êtes un professionnel, c’est certain.»

Les deux échangent un regard qui se veut inexpressif que vous devinez surpris.
-«Il semble que mon confrère avait sous-estime sinon votre intelligence, du moins votre perspicacité. Oui…c'est à peu près ça. » admet Curly qui a tout du genre de joueur de poker qui préfère jouer les versions cartes sur table.
Vous souriez et émettez un léger rire.
-«Oui je connais votre genre, on pourrait presque être potes, si vous ne me méprisiez pas autant… pas intéresser. »

Vous étendez une main impatiente vers Mœ pour qu'il vous remette votre carte. Celui-ci, sentant peut-être qu'il y a encore une chance de vous faire changer d'avis, s'éternise à finaliser la transaction sur son PDA.

-«Pardon, rappelez-moi, c'était pour 25 tonnes c'est ça?» il vous demande, aussi subtil qu’un croiseur dans un champ d’astéroïdes .
-«Oui….25….mais je n'en ai que 23» vous êtes bien forcer d’admettre, un peu honteux. «C'est ce foutu de rayon tracteur encore une fois… »
-«Ça va, je vous en met pour 25, vous compenserez une prochaine fois» dit-il, anormalement magnanime.
-«Tiens vous voilà maintenant généreux, si j'avais un tempérament cynique je dirais que vous essayez de m'acheter… » vous arrachez votre carte de ses mains et commencer à vous levez.
-«Parlant d'argent, nous ne vous avons pas encore donner de prix…» dit Curly.
-«Croyez-moi, Il ne peut être assez élever...» répondez-vous avec certitude en commençant a vous éloignez.
-«300 000» dit-il dans votre dos.
Vous vous arrêtez sans vous retournez.

Il continue, sa voix est presque un murmure mais votre ouïe est maintenant très attentive. «150 000 maintenant, et le reste a l'arrivée. On fournit le carburant, bien sûr.»

Et sur un plateau d'argent, la voici soudainement devant vous, l'opportunité de quitter ce système. Rien d'illégal. Risquer oui, mais pas illégal. Un cargo qui ne pourrait être identifier par les scanneurs d'une patrouille. Que des documents, probablement même imprimés sur du pittoresque papier. 300 000 crédits et la chance de repartir a zéro ailleurs. 300 000 et la chance de rendre en mille a l‘EMC ce qu’ils vous ont fait subir. Le travail long, dangereux et mal payé, le congédiement sans raison apparente mais que vous saviez lier à vos opinions politiques, celles pas assez capitalistes pour leur gout et qui vous faisaient voir d’un mauvais œil le monopole imminent de la guilde et par extension, de l’EMC (la démarcation entre les deux ayant été depuis longtemps brouillée). Puis ce fut la longue période sans emploi stable et la déchéance physique et émotionnelle qui en résulta. Et puis finalement ce fut elle, elle qui partit plutôt que de vous regarder vous démolir (à grand feu plutôt qu’à petit). Elle a qui vous aviez tout promis pour finalement n’avoir à lui offrir que les ruines de vos rêves. Après son départ, ce qui restait de l’ancien vous se brisa. C’est plusieurs mois après, dans un rare moment de lucidité (pour l’époque), que vous avez pu voler a l’EMC le vaisseau qui est maintenant le vôtre. Quelques cruciales modifications plus tard, vous aviez votre propre transport équiper pour le travail minier et c’est depuis que vous opérez comme mineur pirate. Mais voilà que maintenant, vous pourriez changer tout ça. Bien sûr, si vous étiez pris….si jamais on inspectait votre vaisseau, même la milice ou la police dans ce secteur opèrent sous le manteau de l’EMC et il ne leurs suffiraient qu’une lecture superficielle des documents pour comprendre ce qu’ils tiennent… Et là s’expliquent les 300 000 crédits. Est-ce vraiment assez pour acheter votre liberté? Vous vous rasseyez, inspirez profondément.

-«Je vous emmer… » mais vous vous interrompez à mi-phrase et, dites, continuant dans le même souffle, "175 000 maintenant et 175 000 a l’arrivée. Et je veux un brouilleur de scanneurs."
-«175 000 maintenant et 150 000 milles à l'arri… »
-«Trouvez quelqu'un d'autre» vous vous relevez.
-«Ça va, ça va…." consent finalement Mœ avec un soupir de défaite, levant les yeux aux ciel comme si il y cherchait une proscription divine contre l’avarice, "175 000 maintenant et la même chose à l’arrivée plus un brouilleur, même si vous n’en aurez pas besoin (vous vous en doutiez bien mais ça faisait longtemps que vous en vouliez un). Vous partez demain. Les coordonnées seront incluses avec les documents qui eux seront déposer lorsque nous récupèrerons le Tultane dans… " il penche rapidement la tête de cote et la redresse aussitôt, ce qui vous savez a pour fonction de changer l'affichage de son écran rétinal "….10 secondes. »

C’est alors que vous comprenez et vous vous maudissez intérieurement pour avoir été aussi facile à acheter.

-«Vous aviez déjà prévus que j'accepterais n'est-ce pas? C’est probablement pour vous en réalité très peu cher payer pour le service que je vous rend….»

Les deux hommes échangent un sourire conspirateur pour seule réponse.

-«Le monde tourne toujours d'une manière prévisible pour ceux qui ont les poches pleines» vous leurs dites, vaguement philosophique, en vous levant, cette fois-ci pour de bon.

Votre soirée se déroule comme prévue. Une heure plus tard vous êtes convenablement saoul. Trois heures après, vous êtes étendu sur le lit dans la chambre minuscule que vous louez dans le seul hôtel sur place. Huit heures de plus et vous vous réveillez avec un marteau dans la tête. Le genre qui cogne des clous en permanence pendant des heures. Vous (re)trouvez votre vaisseau (par trois fois vous devez vous arrêtez pour essayer de vous rappeler le numéro du hangar) et quand vous inspecter la calle, le Tultane a bel et bien été remplacer par des documents de papier et une carte chargée a 175 000 crédits que vous vous empressez aussitôt de transférer dans votre compte. Naturellement, l'idée de vous tirez avec les 175 000 vous traverse l'esprit pendant une seconde ou dix mais même en supposant que vous êtes vraiment un imbécile, vous n'êtes quand même pas totalement stupide. Vos employeurs ne sont pas du genre à se laisser rouler aisément et auraient vite fait de vous retrouver. Ce qui vous attendrais alors serait surement bien pire que le reste d'une vie a regarder la peinture des murs s'effriter sur Cafasso. Vous vous asseyez dans la cabine, mettez en marche tout les systèmes, programmez dans le navigateur les coordonnées que vous avez récupérez dans les documents, avalez une dose de Tyladvirin (un antidouleur puissant) à tuer une baleine intersidérale, demandez votre autorisation de décollage et puis, une fois cette dernière obtenue, foncez vers les vastes et froides étendues de l'univers. Quelques part au-delà d'une poignée de nébuleuses vous attendent un 175 000 crédits additionnels, et une chance pour un nouveau commencement… du moins c'est ce que vous espérez.

Rendez-vous au 1
Revenir en haut Aller en bas
Dayne
Apprenti
Apprenti
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 25/09/2011

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Mer 29 Fév 2012 - 19:52

*


Dernière édition par Dayne le Mer 31 Oct 2012 - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vador59
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 5606
Age : 40
Localisation : exilé à Dagobah
Profession : Personnel de direction de l'académie Sith
Loisirs : Faire des treks jusqu'à Za'adum...
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Ven 27 Avr 2012 - 5:24

Bon, mes gens, la deadline approche maintenant à grands pas... Alors qu'en est-il de vos productions?? Je pense notamment à Syphil qui doit proposer quelque chose après une phase de test...
Revenir en haut Aller en bas
oorgan
Poète Disparu
Poète Disparu
avatar

Masculin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 2165
Age : 20
Date d'inscription : 22/02/2011

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Ven 27 Avr 2012 - 11:41

J'abandonne ; 15 paragraphes, tous merdiques !
Revenir en haut Aller en bas
Skarn
Fantassin
Fantassin
avatar

Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 06/11/2011

MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    Ven 27 Avr 2012 - 23:40

Et l'Empereur se tût, son plaidoyer fini.
Et l'assemblée divine médita sur ses paroles.
La plupart des dieux décidèrent d'ignorer ce fol mortel.
Certains s'emportèrent face à tant d’outrecuidance.
Mais quatre furent conquis et offrirent leur bénédiction.

« Ni la maladie, ni l'âge, ni le poison, jamais plus tu ne craindras », clama le Guérisseur.
« Nulle arme de bois, de pierre, de verre, d'os, de corne ou de métal
Ne pourra désormais te faire le moindre mal », renchérit le Guerrier.
« Eau, terre, air, jamais ne t'étoufferont ou ne te manqueront,
Et feu et foudre ne seront plus un danger, mais des alliés », ajouta la Reine Élémentaire.
« Et ce que nous t'offrons aujourd'hui, nul être, soit-il dieu ou homme,
Jamais ne pourra te le retirer. Ainsi en ai-je décidé ! », conclut le Père de Tout.

(...)

Et pendant mille lunes l'Empereur conquit.
Et pendant mille lunes l'Empereur régna. (bis)

Mais ce que quatre ont créé, quatre peuvent détruire.
Et un bras valeureux, par quatre armé, de l'Empereur Éternel triompher.

Chance et Destin lui ouvriront une voie vers le succès,
Le Héros de Tous les Temps lui donnera le courage,
La Première Déesse, née avec l'univers et qui disparaîtra avec lui,
Lui confiera la puissance absolue, celle que même les autres dieux craignent.
Mais c'est la Dernière Déesse à être jamais invoquée, la plus fragile et la plus forte,
Elle et elle seule qui dissipera les ténèbres et lui apportera la victoire.

************

Aventure terminée, en phase de relecture-correction (également appelée phase "mais j'écris vraiment aussi mal ?"). 35§. Non humoristique, mais expérimentale.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH    

Revenir en haut Aller en bas
 
Paragraphe d'introduction de vos mini-AVH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MINI DV D008
» question sur scrap/mini-album
» mini - portail embelliscrap
» Mini clean and simple à rabats par steph63
» quel brushless sur mini inferno

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Aventures dont Vous êtes le Héros :: Yaztromo-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com