La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
craft
tas de fumier
tas de fumier


Nombre de messages : 2981
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Mar 4 Déc 2012 - 16:23

- Voila en gros ce qui s'est passé: je m'étais refait d'une coquette petite somme à la salle de jeu de Vlada....
- Abrège ! rétorqua Irma, ta vie nous passionne autant qu'un ouvrage sur la reproduction des jib-jib en captivité.
- J'y viens ma chère. Alors que je me retrouvais plein aux as suite à quelques heureux paris, le paltoquet ci-présent me tendit un guet-apens au sortir de Kharé et me dépouilla de ma fortune !
Voltigeur eut un léger rictus de satisfaction à ces mots.
"Dis donc mon coco, c'est pas la marée-chaussée ici, raconte tes histoires aux poulets ça les amusera peut-être s'énerva Dame Irma
- Eh bien justement si vous me faisiez la courtoisie de me laisser estourbir ce pleutre de ma fidèle rapière, je vous garantis qu'il n'y aurait plus d'arriérés entre nous !
Irma en eut assez, elle ordonna aux deux brutes d'emmener Sombrumeur dans les cachots gisant dans le tréfond des caves. Puis elle se tourna vers Voltigeur avec une petite moue coquine qui en disait suffisamment sur ses intentions.
"T'ai-je jamais dit que tu avais de tres jolis yeux mon lapin ?
- Non, mais je ne m'en suis pas offensé pour autant.
- De tres beaux yeux amarante ? ronronna-t-elle.
- Pour moi ils sont juste marron, répliqua sèchement le bretteur. Beaucoup de gens ont les yeux marrons.
- Non.... les tiens brillent d'un éclat bistré que je me plais à contempler.
- ça brille le bistre ?
- Hmm mon petit Voltigeur, si tu sais y faire avec maman, tu pourras t'en tirer à tres bon compte: juste une petite partie de tes économies "honnètement" acquises avec en prime une soirée intime dans les méandres de mon intimité... Sinon...
- Sinon ?
- Je t'envoie tenir compagnie à ton petit compagnon d'infortune dans la cellule voisine, tu piges ?
- Fort bien. J'aurais juste une requête.
- Dis toujours...
- Je veux bien régler la dette de Sombru mais à la condition que tu ne m'octroies pas le petit supplément avec votre imposante personne.
- Imposante ? Le visage de Dame Irma devint soudainement rouge-écarlate à mesure que le sang lui montait aux tempes. Je crois avoir été suffisamment patiente avec toi mon petit Voltigeur, le problème c'est que tu n'es pas au fait des limites que la bienséance impose à mes interlocuteurs, et tu ne fais pas exception.
Voltigeur ne se laissa pas intimider pour autant, il se mit même à esquisser un sourire un brin sadique.
"A quoi devons-nous ce jubilement soudain ? s'enquiéra la maquerelle.
- Je viens de pondérer un léger détail alors que vous me discouriez sur la bienséance: nous sommes seuls !
- Et ? dame Irma se mit à reculer à mesure qu'elle voyait la main gauche du spadassin glisser lentement vers son épée-scie. Tu n'oserai pas ?
- Si fait. J'ose.
Voltigeur dégaina la sombre lame aux éclats moirés l'instant d'un éclair et en pointa l'extrémité sous le double menton de la tenancière puis se mit à rire en stacato
"Héhéhé !.... Alors ma grosse, tu nous la joue plus ta petite sérénade ? Te voila moins bavarde tout à coup !
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10071
Age : 46
Localisation : Dans un autre monde.
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Tout, passionément.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Mar 4 Déc 2012 - 17:49

La peur qui s'agitait, telle une hydre, dans le ventre lourd de Dame Irma n'y resta pas longtemps. La tenancière était surprise du tour que prenait les choses, certes, mais elle n'était pas arrivée là où elle en était sans un minimum de sang-froid.
- Repose cette arme, Voltigeur.
- Tu n'es pas en mesure d'ordonner, Irma.
- Repose cette arme.
La voix était froide et ne tremblait pas. Impressionné malgré lui, l'aventurier abaissa sa lame et la remît au fourreau. Dame Irma fît un effort de volonté pour garder le contrôle d'elle-même, enfonçant ses ongles dans ses paumes :
- Je crois que notre entretien est terminé.
- Je le crois aussi. Bonsoir...
Au moment où le Voltigeur allait ouvrir la porte, la grosse femme l'apella.
- Oui ?
- Voltigeur, si tu me menaces à nouveau un jour... Je te ferai abattre comme un chien.
L'aventurier sortît sans répondre. Sitôt seule, Irma s'effondra sur un fauteuil, tremblant sans pouvoir s'arrêter. L'alcool... Il lui fallait de l'alcool... Elle ouvrît nerveusement un petit cabinet d'acajou et en sortît un flacon en verre taillé avant de boire à même le goulot. Poussant un soupir, elle se laissa tomber sur un divan jonché de coussins frangés. Elle se sentait mieux, l'alcool faisait son effet. L'alcool, son nouvel amant, celui dont elle ne pouvait plus se passer, celui qui empêchait ses mains de trembler quand elle distribuait les cartes à la table de jeu... Celui devenu le seul compagnon de ses nuits sans sommeil... Elle se redressa, s'ébroua et respira un grand coup. Il y avait plus urgent : Qu'allait-elle faire de ce jeune insolent de Sombrumeur maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
craft
tas de fumier
tas de fumier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2981
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Jeu 6 Déc 2012 - 22:19

A quelques pieds en-dessous du boudoir où se prélassait la courtisane en chef pour se remettre de ses émotions gisait le corps inerte de Sombrumeur. Face contre terre, il embrassait le sol froid de sa geôle dans une marre d'un liquide jaunatre aux relents d'amoniaque. A mesure qu'il reprenait ses esprits il commença de grimacer sous l'effet de la pestilence de son nouveau logement. Cela même le fit souffrir car son visage était parsemé d'ecchymoses dont certaines s'était mises à puruler. Il se releva tant bien que mal en s'aidant de la couche de bois suspendue au mur qui lui faisait face par d'épaisses chaines d'acier rouillées. Ses bras lui pesaient, non pas du fait des meurtrissures qui lui couraient le long de ses membres maculés de sang mais des fers qui lui enserraient les poignets dans une étreinte des plus douloureuses.
"Chienne de vie ! maugréa-t-il avant de laisser s'échapper un long soupir.

"Tu ne te plais pas parmi nous, avorton ?" persifla une petite voix sinueuse et nasillarde. Le captif se retourna brusquement vers la porte de la cellule. Par le judas taillé à même le chêne il pouvait discerner une petite langue se baladant entre des dents taillées en pointe avec un frétillement malsain.
"Qui est-tu ? vociféra Sombrumeur dont l'orgeuil qu'il se plaisait d'afficher à l'accoutumé commençait de céder la place à une légère mais perceptible inquiétude.
- Ici c'est moi qui pose les questions, avorton ..... repris la voix désagréable qui résonnait dans les quatre coins de la geole.
Appelle moi "avorton" encore une fois et....
- Et quoi ? ....... Tu n'es guère en position de m'adresser des menaces, le drôle. Hihihi ! Après une longue pause la voix reprit: mais je vais satisfaire ta curiosité...... On me nomme Natus, et je suis au service de Chanda, le maitre des lieux. Bien qu'ici bas le véritable maitre c'est moi. Hihihi !! J'en ai fais pleurer plus d'un sous mes outils deprédilection.
- Fils de p...
- Oh tu ne crois pas si bien dire, feu ma pauvre mère était l'une des catins la plus rentable de l'établissement. Dame Irma m'a ordonné de te concocter un petit traitement de faveur, hihihi ! Il ne sera pas dit que Natus ne se soit pas conformé ne serait-ce qu'une fois aux ordres de sa gracieuse maitresse ! Hiiiiiiiiiiiiiiiiihihihihi !!"
Revenir en haut Aller en bas
craft
tas de fumier
tas de fumier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2981
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Sam 8 Déc 2012 - 15:03

Sombru reprit vite ses esprits. Il savait que s'il passait entre les mains du triste Natus, c'en était fait de lui. Il patienta un instant le temps que le tortionnaire prenne congé. Des que celui-ci se fatigua de s'amuser à invectiver sa victime, il tourna le stalons en pestant contre le peu de r&ctivité de ses dernières proies. L'aventurier saisit sa chance. Un rapide coup d'oeil sur la porte lui confirma ce que son expérience de crocheteur lui avais enseigné: gonds rouillés, porte à défoncer. Jouant un peu sur ses chaines, il réalisa que le grès qui retenait les briques était imbibé par l'humidité ambiante, et il ne lui fallut que peu d'efforts pour en déloger quelques gravats. Il avait du se rendre à l'évidence: il allait devoir faire avec les fers qui l'enserraient, et peut-être même pourrait-il en tirer parti se disait-il. De nouveau rempli du surplus d'énergie que fournissent parfois les situations désespérées pour se ruer contre le lourd battant qui éclata sous le choc. Le bruit fut cependant étouffé par les hurlements du client actuel de Natus, qui semblait s'en donner à coeur joie.

Sombrumeur contint son enthousiasme, il était bien loin d'être tiré d'affaire. Il savait qu'il n'était pas le moins du monde en état de soutenir un assaut avec une ou plusieurs brutes aguerries. Il remit alors l'exécution de sa vengeance à plus tard. Longeant le couloir qui filait à l'opposée d'où les cris provenaient, des cris qui lui firent grincer des dents comme il essayait d'imaginer ce que devait souffrir le malheureux. Il descendit par paquet de quatre les marches du colimaçon qui plongeait sa spirale dans un gouffre de noirceur qu'aucune torche ne vint égayer. Plongé dans l'obscurité, il ne pouvait plus que tatonner son chemin à travers les méandres des sinistres souterrains sous-plombant le Jib-jib noir. Cette question lui vint naturellement à l'esprit: se trouvait il actuellement dans les caves de l'auberge ou dans le donjon d'une forteresse ? A cette dernière option envisagée, un frisson lui parcourut l'échine.
Revenir en haut Aller en bas
craft
tas de fumier
tas de fumier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2981
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Jeu 13 Déc 2012 - 17:38

Arpentant les couloirs étroits qui s'enfonçaient toujours un peu plus profondément dans les souterrains sinistres de l'auberge maudite, sombrumeur tomba nez à nez avec une troupe de mille-pattes géants à la robe vermillon. Se servant des chaines qui pendaient à ses poignées, il les balança violement contre les parois, réduisant à une marre de sang les invertébrés à chaque raclement des maillons. Il ne lui fallut pas moins de 5 bonnes minutes pour venir à bout de ces bestioles de cauchemar. Pantelant, il se redressa néanmoins lorsque lui parvint le bruit sourd de coups échangés contre le vantail d'une arcade un peu plus loin sur sa dextre. Se retournant pour faire face à ce nouveau danger potentiel, le bretteur perçut dans ses esgourdes le halètement rauque d'une respiration saccadée, sans doute le fruit des efforts délivrés contre les battants qui commençaient à peine à être entaillés.

Avançant en tapinois dans l'obscurité que les voutes projetaient sur des pans entiers de la galerie qui se prolongeait jusqu'à l'alcôve d'où provenaient le raffut. Parvenu au niveau de la trappe, il glissa un oeil dans l'entrebaillement afin d'avoir un aperçu ra^pide de la situation. Il vit un homme d'un certain âge, 40 ans tout au plus, la main appuyée contre le mur adjacent, la tête parallèle au sol. De sa bouche entrouverte s'écoulait de longs filets dde bave et d'écume.
Revenir en haut Aller en bas
Maximus
Ultime Souverain du Chaos
Ultime Souverain du Chaos
avatar

Masculin
Gémeaux Buffle
Nombre de messages : 1999
Age : 21
Localisation : Là ou' le mal est à son apogée
Profession : Seigneur supréme des ténébres et maitre du chaos
Loisirs : Vous fairent souffrir et conquérir le monde
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Mer 6 Mar 2013 - 16:46

Loin des troubles que connaissait Fang , trois personnes bavardaient aisément entre eux au coeur du Forum . Dans le somptueux palais de la douce Antares , cette dernière parlait joyeusement avec ses deux amis d'enfance : Oorgan et Maximus .
Les trois personnages avaient bien grandis depuis le temps de l’expédition du comte Magell .

Antares avait de longs cheveux d'or bouclés qui arrivaient jusqu'à sa taille élégante , et un petit diadème d'argent couronnait sa chevelure soyeuse . Elle portait une longue robe de satin couleur d'azur et des bracelets en forme de roses sur ses poignets . Antares était devenu la directrice de l'école des arts et de la peinture , mais aussi la plus habile des enseignantes de l'art du tir à l'arc , ayant remporté par cinq fois le concours des grands archers du Durenor .

Oorgan , lui , était devenu un beau jeune homme fringant qui attirait le regard des jeunes demoiselles . On le voyait souvent le sourire aux lèvres , alors qu'il écrivait encore un autre poème merveilleux . Passionné des antiques chants et poèmes des anciens bardes , il traînait souvent dans la bibliothèque de Warlock , absorbé par les parchemins au risque d'oublier le temps qui passe . Maître de l'escrime , il à remporté deux fois le concours du fin bretteur qui se déroulaient dans le continent de l'Aventurie . Il écrivait aussi plusieurs lettres et messages au nom du roi du Forum à l'intention des autres seigneurs . On disait que même le roi le plus insensible ne pouvait rester indifférent face à la beauté des mots qu'utilisaient le poète .

Maximus aux cheveux noirs de jais , était parvenu à se bâtir une solide réputation au sein de la ville . Ayant abandonné son statut de seigneur des ténèbres , mais gardant le rang de maître du chaos dans la dimension de la ruine , il était à présent le fondateur et chef de la police secrète du forum . Il était chargé de toutes les affaires délicates qui avaient un rapport avec un ennemi invisible et dangereux . Qu'il soit un monstre errant ou un conspirateur entourés de zélés serviteurs , tous finissaient dans la liste de l’exécuteur Maximus . Aussitôt , lui et ses serviteurs traquaient sans relâche l'ennemi jusqu'à sa capture ou son élimination. Sinon , Maximus affichait un goût particulier pour les études de la magie sombre, en faisant un redoutable spécialiste , comme Requiem avant lui .

Lorsqu'ils n'étaient pas pris par leurs occupations , ces trois personnes se retrouvaient toujours ici pour discuter et s'échanger de belles paroles datant d'une longue amitié .

Antares posa lentement sa tasse de thé sur la table de bois de chêne sculpté et s'assit plus confortablement sur son doux fauteuil . Maximus racontait sa dernière traque d'un assassin fou , en se plaignant du temps que sa lui avait pris . Antares ne put réprimé un sourire d'amusement , elle-même ayant fort à faire avec l'enseignement du chant aux enfants de l'orphelinat d'Aqme .C'est alors qu'ils remarquèrent qu'Oorgan ne prenait guère part à leurs discussions . Sa tasse toujours pleine , son gâteau à peine entamé , il regardait le plafond en agitant sa plume devant son parchemin vide .
_ Oorgan , que fais-tu ? dit doucement Antares
Le jeune prince sursauta .
_ Moi ? Heu .. et bien , je ...
_ Ne dit rien , fit Maximus . Je parie que c'est encore un poème ( d'amour) pour cette jolie princesse du Sommerland , pas vrai ?
Oorgan rougit .
_ Non ! ... enfin ...

Il furent interrompus par un serviteur qui entra dans la pièce . Il s'inclina rapidement devant les trois personnages puis annonça :

_ Mes seigneurs , le régent et grand maître Alin V souhaite vous voir ... tout de suite , je vous prie .
Revenir en haut Aller en bas
oorgan
Poète Disparu
Poète Disparu
avatar

Masculin
Vierge Buffle
Nombre de messages : 2171
Age : 21
Date d'inscription : 22/02/2011

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Dim 21 Avr 2013 - 23:00

La salle du trône est sombre ; le soleil n'irradiait pas encore par les hauts vitraux. Le tintement clair d'un luth résonnait contre les pierres, dialoguant avec une voix sombre.

A l'arrivée d'Oorgan, Antares et Maximus, Alin V se leva, sans qu'ils eussent le temps de s'incliner.
- Ah ! Vous voici ! Merci d'être venu si promptement.
- Nous avons fait comme il sied lorsqu'un monarque donne un ordre, fit remarquer Oorgan.
- Certes ; mais là n'est pas la question. Si je vous ai fait appeler, c'est en raison de ce que vient de m'apprendre Guareg... Il se passe des choses au Sud, dans les Terres Sèches. Mais il peut vous l'expliquer de lui-même...

A ce moment, un homme surgit de l'ombre à côté du trône. Vêtu d'un manteau sombre rapiécé, maigre, courbé. Le visage ensanglanté. Un médaillon pendant sur sa poitrine - les trois jeunes gens le reconnurent comme étant celui des Dektes, tribu des régions désertiques, à une dizaine de lieues de la vallée où est niché le Forum... L'homme - Guareg - prit la parole, avec un accent prononcé, clairement compréhensible cependant.

- Ma tribu avait entamé la marche d'Eté vers le Nord, afin de vendre - comme chaque année - nos marchandises. Il y a deux nuits, nous nous sommes arrêtés à une journée de marche au Sud de la Dernière Oasis. Jusque-là, bien qu'ayant marché assez lentement - nous étions nombreux -, nous n'avions rencontré aucun contretemps et nous espérions atteindre votre ville à la fin de la semaine.
Cette même nuit, j'étais de garde. La journée avait été fatigante, et pourtant, je me sentais l'esprit clair. Vers la minuit à peu près, je me sentis pris cependant d'une étrange somnolence... Luttant, je remarquai que des nuages voilaient la lune. Le fait me parut étrange - le ciel avait été immaculé toute la journée, et aucun vent ne s'était levé.
Nous fûmes attaqué par quelque chose - je ne saurai dire quoi précisément. L'obscurité était complète - la lumière du ciel nous suffit généralement, et il ne semblait pas que la lune dût être voilée - ; je crus entendre tout d'abord des bruissements d'ailes, puis des stridulations comme pourraient en émettre de très gros insectes. Intrigué, et apeuré, je tirai mon sabre.
Un cri de douleur déchira soudain la nuit. Je me précipitai dans sa direction, lançant un cri d'alarme - inutile du reste, mes frères ayant été réveillés par le hurlement.
Le reste fut un chaos sanglant. Mon arme ripa plusieurs fois sur une surface dure, sans l'entamer profondément. Des griffes s'enfoncèrent plusieurs fois dans mes chairs laissant des blessures telles que celle-ci (il montra une balafre fraîche dans son visage). Je crois que je finis par m'évanouir. On me prit en tout cas pour mort, car, à mon réveil, le soleil était haut, et j'étais allongé sur le sable. En regardant autour de moi, j'aperçus une dizaine d'autres survivants. La plupart grièvement blessés. (Ce que je reçus par rapport à certains n'est qu'égratignure indolore !).
Ensemble, nous poussâmes jusqu'à la Dernière Oasis. Je les laissai là, et je courus jusqu'au Palais, afin de demander aide et protection à votre souverain, Alin V.

Suspendu à son récit, les jeunes gens n'en émergèrent qu'avec difficulté. Le seigneur de la cité enchaîna :
- Vous trois, j'aimerai que vous alliez voir ce que se passe là-bas. Guareg vous guidera. Le forum est encore fragile ; nous sortons d'une période de troubles assez importante, et je voudrais éradiquer toute menace tant que c'est possible... Maximus, ce serait l'occasion pour toi de prouver ta sincérité... J'enverrai mes gens s'occuper des frères de Guareg et les rapatrier ici.


Le soleil se couchait dans une apocalypse rouge comme Oorgan, Antarès et Maximus arrivèrent sur les lieux du carnage, suivant Guareg. Ils avaient chevauché à bride abattue toute la journée.
Le Dektite n'avait pas menti Des cadavres partout... Hommes, enfants, femmes, sans distinction. Ils s'égrenèrent rapidement entre les morts, tâchant de voir ce qu'il pourrait trouver. Oorgan sentit la nausée l'envahir à la vue de ces corps mutilés, tailladés sauvagement, par des griffes sans doute démesurées... Des têtes, des bras, des troncs, des jambes seuls gisaient, changé en une bouillie sanglante à peine reconnaissable... Soudain, le vent tomba. Une odeur répugnante s'éleva.
La voix douce d'Antarès s'éleva soudain :
- Regardez ! Le sabre de Guareg n'aura pas tranché en vain !
Tous s'approchèrent. Sur le sol, gisait une aile fragile d'insecte... Longue de cinq pieds. Des élytres d'ombre tombèrent sur le coeur de chacun d'eux.
La jeune femme reprit :
- Je ne pense pas qu'on puisse trouver rien d'autre... La nuit ne va pas tarder à tomber, et je ne tiens pas à dormir ici - comme aucun d'entre nous, je pense... De toute façon, je doute qu'on découvre quoi que ce soit de plus parlant... Et Alin a dit qu'il nous attendrait.
Ils acquiescèrent, et, lorsqu'Antarès eut accroché l'aile en travers de son dos, ils firent volter leur monture vers le Nord. Le forum leur semblait désormais le seul endroit sûr pour la nuit.
Oorgan, chevauchant sous la lune montante, sentit une frisson particulier lui remonter le dos... L'aventure recommençait, avec tous ses dangers - et ses satisfactions. Il se sentit soudain remis de ses impressions au-dessus du charnier. Il regarda ses compagnons.
Antarès chevauchait en tête avec Guareg. Maximus, lui regardait, énigmatique, vers l'Est.
De longues heures passèrent (durant lesquelles, Guareg le fit constater, des nuages étaient apparus au Sud, et semblaient monter vers le Nord bien qu'il n'y ait pas de vent) ; finalement, ils arrivèrent en vue des murailles de la cité. Ils rattrapèrent la troupe chargée des Dektes ; Guareg s'y joignit, les autres la dépassèrent.
A minuit, ils atteignirent les Portes ; lorsqu'ils eurent décliner leur nom, on les laissa entrer. Un coursier alla prévenir Alin, tandis qu'eux-même, épuisés soudainement, mais avec le sentiment d'être en sûreté, se rendaient au Palais...

(Oui bah, faut bien une suite ! Et puis j'ai eu soudainement envie d'écrire... )
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Voyageur
Voyageur
avatar

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 10071
Age : 46
Localisation : Dans un autre monde.
Profession : Dieu multiforme des voyageurs et Arpenteur des mondes, souverain d'Atalis la Cité des Sables et Protecteur de Shamanka.
Loisirs : Tout, passionément.
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Lun 22 Avr 2013 - 1:06

Guareg regagna sa chambre, n'ayant qu'une hâte : dormir. Le rapport des jeunes gens à Alin avait duré plus d'une heure et il n'avait qu'une envie, s'étendre sur sa couche et se blottir dans les bras blancs de la déesse des songes. Mais quand il ouvrît la porte, il s'étonna de voir toutes les lampes allumées, baignant la pièce d'une lueur mordorée et dansante, arrachant des éclats au feu qui brûlait dans l'âtre de pierre. Et ce parfum... Un parfum de cèdre, de santal et de mimosa... En aperçevant celui qui attendait, nonchalament assis dans un haut fauteuil d'ébène marqueté, Guareg réalisa que ce n'était pas la déesse des songes qui l'attendait, mais une autre divinité...
- Bonsoir Guareg.
- Bonsoir divin Seigneur des routes, Maître des chemins et Protecteur des caravanes.
VS eût un geste agacé, les sourcils froncés et le nomade laissa là les formules de politesse.
- Tu m'as déçu Guareg...
L'homme sentît comme un noeud coulant se reserrer autour de sa gorge. La voix du roi d'Atalis était calme mais empreinte d'une menace, comme du venin enrobé de miel. Il déglutît, mal à l'aise :
- Est-ce possible, divin ?
- Tu aurais du m'avertir de ce qui s'est passé... Ta tribu vit à la bordure du désert de la Désolation Rouge, à la frontière de mes domaines. Ce qui la concerne me concerne également.
Guareg n'ignorait rien des ambitions du roi d'Atalis. La cité de pierre rose aux jardins verts ne suffisait pas au Voyageur. Dans les veines de ce dernier coulait le sang de générations de rois, de reines et de conquérants. Ses ancêtres avaient bâti un empire à une époque où Atalis régnait sur tous les clans et tous les peuples des sables. Et tous se soumettaient aux sombres seigneurs de la cité aux tours violettes et aux jardins ombragés. L'or, l'ivoire, la mauve améthyste et les roses beryls, l'encens, la myrrhe et le bois de cèdre odorant, la soie brillante et le granit ocre... Tout transitait par la fière cité aux remparts de roche rouge tandis que des tribus aux yeux d'oiseaux de proie et à la peau brune gardaient les passes et les accès de la Piste des Merveilles... VS avait bien l'intention de faire renaître cet empire qui ne survivait plus que dans les chants des baladins et trouvères. Certes, le temps lui manquait désormais, ce serait sa fille qui réaliserait ce rêve. Mais cela n'empêchait pas le roi d'Atalis de considérer tous les nomades du désert de la Désolation Rouge comme les sujets d'Atalis. Mais Guareg était issu d'un peuple fier, libre, mobile comme le vent et pour qui il ne sied pas d'obéir à ceux qui vivent entre des murs de marbre. Sa tribu de pasteurs et de fiers nomades ne se considérait plus comme les vassaux de la Cité des Sables depuis des siècles, depuis que les sables de l'oubli avaient enseveli les rêves d'autrefois. Mais le descendant des farouches rois-guerriers de jadis avait repris son trône, Atalis rayonnait à nouveau sous le soleil et des jours difficiles attendaient ceux qui s'étaient libérés du joug de ses cavaliers intrépides aux sabots ferrés d'argent.
Le Voyageur se leva et s'approcha lentement, jouant négligemment avec la fleur de lotus qu'il tenait à la main, les yeux d'ambre clair se plantèrent dans ceux du chef nomade :
- C'est la dernière fois que tu me caches ce qui peut interesser ou concerner Atalis... As-tu vraiment crû que je ne serais pas informé ? Sois prudent Guareg : je suis peut-être fou, mais pas imbécile... Bonne nuit.
Le roi d'Atalis se retira, sa robe de soie pourpre glissant derrière lui comme un pétale d'un écarlate sombre. Guareg se laissa tomber sur sa couche, se mordant la lèvre.
Revenir en haut Aller en bas
Maximus
Ultime Souverain du Chaos
Ultime Souverain du Chaos
avatar

Masculin
Gémeaux Buffle
Nombre de messages : 1999
Age : 21
Localisation : Là ou' le mal est à son apogée
Profession : Seigneur supréme des ténébres et maitre du chaos
Loisirs : Vous fairent souffrir et conquérir le monde
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   Lun 22 Avr 2013 - 14:08

Des claquements assourdissants , des sifflements stridents , des grincements et des stridulations qui formaient une cacophonie insupportable qui serait comparée par les superstitieux comme l'orchestre du Diable dans les profondeurs apocalyptiques des Enfers. Les cris se répercutaient sur les parois irrégulières d'un véritable labyrinthe de tunnels , éclairés par d'étranges substances visqueuses et collantes dont émanaient une lueur fluorescente comparables aux feux follets qui allumaient les miasmes des cimetières .

Dans une grande caverne se trouvait un étrange laboratoire , fusion impie d'objets mécaniques et d'outils vivants . Plusieurs personnages , le corps recouvert d'une lourde combinaison de cuir et d'un long masque qui pointait vers le ciel , se mouvaient un peu partout dans la grande caverne , chacun s'occupant de quelques travaux mystérieux .
Un autre personnage se tenait au centre , regardant le travail précipité des ouvriers comme quelques fourmis grotesques et affolées . Le personnage du centre portait une armure noire avec des arabesques dorées . Il semblait être le chef car il donnait sans cesse des ordres .

L'un des ouvriers s'approcha alors d'une des nombreuses cuves métalliques qui dominaient le laboratoire . Il s'empara d'une énorme pince et la plongea dans une substance visqueuse et malodorante , dont échappait des émanations gazeuses écœurantes . L'ouvrier semblait fouiller quelque chose avec son outil dans l'épaisse mélasse . Puis soudain , la pince fut agité de secousses . L'homme encapuchonné poussa un grognement et tira son outil du liquide poisseux . Il extirpa alors une hideuse abomination : une larve noire au corps couvert d'une fine carapace gigotait d'une ignoble façon . Elle poussait des sifflement plaintives , agitant ses fragiles mandibules . L'ouvrier redescendit l'échelle de fer en faisant attention de ne pas laisser tomber la bête par terre . Puis il la posa dans un grand coffre d'acier ou' d'autres larves tentaient de broyer le métal .

L'homme en armure noir s'approcha d'eux en souriant .
" _ N'ayez crainte mes enfants , bientôt vous deviendrez grands et forts , et ce jour là , je vous laisserais dévorer la chaire fraiche pour mon plus grand plaisir . Vous serez mes soldats d'élites : les Hommes-Insectes du Donjon Maudit ... "

Maximus se réveilla en sursaut , haletant . Il regarda autour de lui : il n' y' avait plus de caverne , plus d'ouvriers ... plus de monstres . Seul se trouvait les murs de pierre de la salle des invités . Maximus laissa tomber sa couverture chaude . Son front luisait de sueur , ses vêtements collaient à sa peau . Il but une longue gorgée d'eau fraîche et s'affala sur le bord de la fenêtre , contemplant les merveilles de la cité aux milles colonnes . Mais dans son esprit , l'image des abominations ne le quittait pas .
C'était pourtant SES abominations , qu'il avait créer dans sa jeunesse , quand il était un maître des ténèbres .

Se pourrait-il que certains de ses rejetons soient la cause de l'attaque des caravanes ? Si oui , comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE CYCLE DU FORUM (5 ans plus tard)
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» d'Yrsan Ex-Pozzoli
» [REQUETE] Sleep cycle
» Clarke Arthur C. - Rendez-vous avec Rama - Le cycle de Rama T1
» [Card, Orson Scott] Le cycle d'Ender - Tome 1: La stratégie d'Ender
» Card Orson Scott - La stratégie Ender - Le cycle d'Ender T1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: La Vie à l'Extérieur de la Taverne :: Divers-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit