La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Feedback pour Vers le Crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bruenor
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Lion Cheval
Nombre de messages : 1316
Age : 39
Localisation : Seine Maritime
Loisirs : LDVELH, Magic, Xbox One, Warhammer 40k...
Date d'inscription : 28/07/2013

MessageSujet: Feedback pour Vers le Crépuscule   Lun 20 Jan 2014 - 22:41

Voici donc une autre AVH d'Outremer pour ces Yaz 2013, de la même taille qu'Acqua Alta (100 $) mais radicalement différente sur bien des points.

Vers le crépuscule décrit l'histoire d'un jeune paysan parti à la découverte d'un monde médiéval fantastique (voir même mythologique) avec des envies d'aventures plein la tête et qui va se retrouver enrôlé de force dans une armée d'un pays qu'il ne connaissait même pas au cours d'un conflit entre deux puissantes armées.
Spoiler:
 

Au niveau des règles je les ai trouvées simples et efficaces, pas de caractéristiques à gérer autre que la volonté qui a le rôle de bonus au cours des différents tests. La difficulté m'a semblé bien dosée, j'ai gagné à ma deuxième tentative mais en ayant utilisé toutes mes potions et avec la quasi-certitude de ne pas survivre à un assaut de plus au dernier combat.

Ce qui m'a le plus impressionné dans cette AVH est la richesse de celle-ci, en effet en ayant joué une fois et en faisant de nombreux choix différents je n'ai trouvé que très peu des codes ou objets à découvrir
Spoiler:
 
, j'ai du mal à croire que cette AVH ne fasse que 100 paragraphes et pourtant... ! L'aventure peut sembler linéaire au premier abord mais ce n'est qu'une illusion, à plusieurs reprises on nous donne la possibilité de nous rendre à un endroit qu'on a d'abord refusé de visiter pour prendre une autre direction.

Quant au style rien à redire comme pour Acqua Alta. Les descriptions m'ont semblées plus nombreuses et les situations rencontrées sont très diverses.

Au final je pense pouvoir dire que j'ai adoré Vers le Crépuscule, mon impression finale me le laisse penser en tout cas car j'ai juste envie de la refaire pour trouver tout ce que j'ai manqué et y faire d'autres rencontres surprenantes. Une autre impression qui ne trompe pas en ce qui me concerne est l'envie de voir une suite!! Au boulot Outremer  Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Oversea
gardien
gardien
avatar

Nombre de messages : 302
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Feedback pour Vers le Crépuscule   Sam 25 Jan 2014 - 0:10

Je suis heureux de savoir que l'AVH t'a plu !

Même s'il n'est pas absolument impossible qu'elle reçoive une suite, je dois cependant dire que ce ne sera sûrement pas dans le futur proche.
Revenir en haut Aller en bas
Damohl
Bouche du Néant - Fils du Vide
Bouche du Néant - Fils du Vide
avatar

Masculin
Verseau Tigre
Nombre de messages : 993
Age : 42
Localisation : Mont de l'Etoile
Profession : Enseignant
Loisirs : Lecture, écriture, théâtre, jogging
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Feedback pour Vers le Crépuscule   Lun 12 Jan 2015 - 18:24

J’apprécie les AVH d’Outremer, bien que je sois très loin de les avoir toutes lues. On sent chez cet auteur le joueur chevronné et consciencieux. Celui qui a connu, aimé, éprouvé les LDVLEH dans leur ensemble, qui en a cerné, à force de les lire et de les relire, le principe, la mécanique et les méthodes, et qui en a su distinguer les qualités comme les défauts. On sent le fan-type de littérature interactive : le lecteur désireux d’une ambiance, allié au joueur exigeant du challenge. Et par-dessus tout, on sent le créateur, qui, sublimant et dépassant ses précurseurs, tend à produire des AVH de qualité, continuateur enthousiaste et non servile copiste, reprenant et combinant le meilleur de ses lectures-jeux tout en en gommant le médiocre et l’insipide, conduisant par son talent le genre à son expression la plus accomplie, à savoir (et ce qui participe de son étymologie même), un équilibre consommé entre atmosphère et ludicité, ce même équilibre qui fait défaut à bien des séries éditées (qui trop souvent privilégient un aspect au détriment de l’autre).

Ce matin, disposant d’une journée de congé, j’ai voulu me faire plaisir. Je me suis donc téléchargé Vers le crépuscule d’Outremer et je me le suis savouré d’un bout à l’autre comme une exquise friandise. Certes, si je n’ai pas retrouvé la pénétration ludique de Intermède sylvain (qui permet une vaste liberté d’action) ni la profondeur scénaristique de Labyrinthe (mais là nous touchions au sublime), je n’en ai pas moins passé un excellent moment. Cette AVH se révèle d’une facture classique, certes, mais d’un classicisme ciselé, poli, renouvelé même.

Il est vrai que l’entrée en matière tient en trois mots : un jeune aventurier quitte son village natal pour parcourir le monde avec son épée. Un argument de départ si basique qu’il confine à l’autodérision, et m’a évoqué cette « non aventure » chantée par Naheulbeuk.

Mais rapidement, le héros que nous incarnons se retrouve enrôlé de force dans une armée, puis engagé dans une bataille qui ne le concerne pas. Laissé pour mort après l’attaque d’un dragon, il se réveille sur un monceau de cadavres (sans pour autant converser avec un monolithe flottant). Le challenge pour lui va dès lors consister à quitter le champ de bataille avant la tombée de la nuit, pour rallier une forêt qui le mettra à l’abri d’un camp comme de l’autre. Tout comme dans les deux AVH d’Outremer que j’ai lues, il ne s’agira donc pas de sauver le monde, mais tout bonnement de survivre et d’échapper à un environnement hostile.

La progression se fait évidemment dans un cadre apocalyptique, à travers les mares de sang, les corps disloqués, les charognards, les têtes coupées. Les rencontres relèvent d’un certain fourre-tout, mais d’un fourre-tout plaisant et assumé (qui là encore m’a rappelé une énumération de Naheulbeuk). Le héros, en effet, se verra toujours surpris d’être successivement confronté, non seulement à des soldats, des goules, un loup, un sorcier, un démon ou un dragon (mort, ouf) mais aussi à un minotaure, une centauresse, une gorgone (aveugle heureusement), un sphynx, remarquez la touche mythologique, à laquelle s’ajoute une pointe orientalisante : un éfrit (j’ai dû chercher ce terme dans le Wiktionnaire) voire une princesse djinn (en chemin). Le tout s’ébattant dans un bric-à-brac technologique incluant les armes à feu, dans la tradition de Warhammer.

Par ailleurs, la plupart de ces PNJ paraissent dotés d’une autonomie, leur rôle ne se réduisant pas à se trouver là simplement pour nous aider ou nous pourrir la vie. Notre personnage se verra confronté à un bref épisode de leur vie, à travers laquelle il ne passe lui-même que comme une étoile filante, aussi furtif et discret qu’un soldat lambda dans la bataille. A certains moments, l’AVH se fait AVS (Aventure dont Vous êtes le Spectateur). Ainsi, le héros ne connaîtra pas l’origine ni la nature de la servitude liant l’éfrit Shamir à la magicienne Zirézéna de Dunazahd, ni celle de la rivalité séculaire opposant Nassrif de la Cité d’Opale à Jassamir des Iles Lointaines, ni même si ce dernier retrouvera l’usage de ses jambes pétrifiées pour vivre de nouvelles aventures, ni la raison pour laquelle cette espèce de walkyrie tient à emmener (vers où ?) sur son cheval volant le guerrier Svartholf, fils de Svartghad, ni l’identité de cette rivale angélique qui la devance dans ce projet. Comme si, PNJ nous-mêmes, nous commettrions une brève incursion dans l’intrigue d’une autre AVH qui ne nous concerne guère, pour prodiguer ou subir une action avant de disparaître aussitôt.
Spoiler:
 

Le système de jeu, et de combat, n’est pas sans faire penser à celui des Chroniques crétoises… à la différence que l’on ne redevient pas indemne après chaque combat ! Ce qui incite vraiment le joueur à se montrer prudent, et à ne pas lancer sa marionnette à l’aveuglette. Plus que jamais, nous nous sentons comme un jeune aventurier inexpérimenté survivant à grand-peine dans un milieu néfaste, bien loin du gros bourrin massacrant tout sur son passage. Le principe des Points de volonté, permettant de booster un jet de dé (un peu à la manière des Points d’honneur dans la série précédemment citée), est extrêmement bien pensé : il oblige le lecteur à en user avec modération et pertinence.

La structure du récit, à rebours de ce que j’ai pu lire sur d’autres critiques, m’a paru plutôt linéaire : les différents chemins que l’on emprunte nous ramènent systématiquement aux mêmes carrefours d’où émerge un autre embranchement. Avec un peu de patience, et en dressant un plan, on repère assez rapidement les coins à éviter, et ceux comportant (moyennant évidemment un comportement adéquat) un objet et/ou une information capital(e). « On a tous en nous quelque chose de Livingstone » a écrit Outremer sur un autre forum. Oui, mais en l’occurrence, d’un Livingstone qui aurait relu et éprouvé la jouabilité de ses propres œuvres. La victoire requiert certes une information capitale, mais
Spoiler:
 
Le combat final peut certes être facilité par six objets différents, mais
Spoiler:
 
ce qui, dans les deux cas, brise cette linéarité outrancière qui caractérisait certains Défis fantastiques. Nous demeurons loin d’un OTP, et nous pouvons toujours explorer de nouvelles voies sans pour autant oblitérer nos chances de succès, voire même nous amuser à achever à plusieurs reprises l’aventure en variant à chaque fois les directions. (J’avoue que c’est ce que j’ai fait : je n’ai lu le dernier paragraphe qu’après avoir triomphé à trois reprises du boss de fin.)

Le dernier combat, contre la nécromancienne Anyastraza Cœur-Figé, venons-en, tient vraiment toutes ses promesses. D’une part, il apporte une conclusion scénaristique.
Spoiler:
 
D’autre part, il oblige, pour en venir à bout, à recourir à tous les artefacts et bonus recueillis au cours de l’aventure, ainsi qu’à tous nos Points de volonté. Vraiment, il s’agit de lancer toutes ses ressources dans la bataille ! Scindé en trois phases, il comporte sa dose de tension à chaque jet de dé, particulièrement quand notre adversaire nous lance ses sorts terriblement vicelards. En effet, comme je l’ai également lu quelque part, cette confrontation finale peut se rapprocher de celle de L’Arpenteur de Lune, voire de celle contre le Prince Démon, au terme du premier opus de Loup*Ardent (mais avec un Brennan qui aurait bien pris la peine de former et de formuler des règles claires et jouables, voyez comme l’élève dépasse les maîtres).

Enfin, ce dernier obstacle surmonté, nous recevons le fruit de notre labeur : celui de tout bonnement atteindre cette forêt qui nous soustrait de l’encasernement, et de nous endormir à son orée, en rêvant déjà aux rencontres qu’elle nous réserve. Peut-on considérer Vers le crépuscule comme une préquelle de Intermède sylvain ?

L’aventure terminée à l’heure du repas, il ne me reste plus qu’à la ranger en tirant mon chapeau et en me fendant d’un sincère et chaleureux : « Bravo, respect et merci Outremer, pour ce moment d’évasion ! »
Revenir en haut Aller en bas
Oversea
gardien
gardien
avatar

Nombre de messages : 302
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Feedback pour Vers le Crépuscule   Dim 7 Juin 2015 - 0:49

Je réponds (enfin) à cette critique :


Damohl a écrit:
Les rencontres relèvent d’un certain fourre-tout, mais d’un fourre-tout plaisant et assumé

Cette aventure doit au fond beaucoup aux DF classiques du genre "Le Sorcier de la Montagne de Feu", où les rencontres étaient très hétéroclites et ne s'embarrassaient pas de cohérence globale.

Citation :
Le tout s’ébattant dans un bric-à-brac technologique incluant les armes à feu, dans la tradition de Warhammer.

Warhammer a en effet fait partie de mes inspirations pour cette aventure.

Les armes à feu sont extrêmement rares dans l'héroic fantasy (même dans les cadres qui sont clairement plus inspirés de la Renaissance que du Moyen-Age) et je trouve cela souvent absurde.

Citation :
Par ailleurs, la plupart de ces PNJ paraissent dotés d’une autonomie, leur rôle ne se réduisant pas à se trouver là simplement pour nous aider ou nous pourrir la vie. Notre personnage se verra confronté à un bref épisode de leur vie, à travers laquelle il ne passe lui-même que comme une étoile filante, aussi furtif et discret qu’un soldat lambda dans la bataille. A certains moments, l’AVH se fait AVS (Aventure dont Vous êtes le Spectateur). Ainsi, le héros ne connaîtra pas l’origine ni la nature de la servitude liant l’éfrit Shamir à la magicienne Zirézéna de Dunazahd, ni celle de la rivalité séculaire opposant Nassrif de la Cité d’Opale à Jassamir des Iles Lointaines, ni même si ce dernier retrouvera l’usage de ses jambes pétrifiées pour vivre de nouvelles aventures, ni la raison pour laquelle cette espèce de walkyrie tient à emmener (vers où ?) sur son cheval volant le guerrier Svartholf, fils de Svartghad, ni l’identité de cette rivale angélique qui la devance dans ce projet. Comme si, PNJ nous-mêmes, nous commettrions une brève incursion dans l’intrigue d’une autre AVH qui ne nous concerne guère, pour prodiguer ou subir une action avant de disparaître aussitôt.

C'est vrai. J'aime assez ce genre de petite scène, qui donne un aperçu d'un élément (personnage, lieu ou histoire) non-essentiel, mais ne le développe pas. Il me semble qu'en laissant travailler l'imagination du lecteur, on obtient parfois un meilleur résultat que si on expliquait tout.

(Concernant la scène avec la Valkyrie, mon idée générale était qu'il s'agissait d'un conflit entre deux panthéons religieux. Le guerrier défunt pratiquait par le passé une religion d'inspiration nordique, mais il s'est converti à une autre religion, symbolisée par le pendentif qu'il porte. La Valkyrie voudrait l'emmener tout de même au Valhalla, mais elle ne peut le faire tant qu'il porte ce pendentif. Si le héros se refuse à le retirer, l'ange - qui est une créature de cette autre religion - vient emporter le guerrier défunt vers son paradis à elle.)

Citation :
Le système de jeu, et de combat, n’est pas sans faire penser à celui des Chroniques crétoises

C'était clairement ma principale inspiration. Il y a trop peu d'autres systèmes de combats dans les LDVH qui permettent de faire des choix tactiques.

Citation :
La structure du récit, à rebours de ce que j’ai pu lire sur d’autres critiques, m’a paru plutôt linéaire : les différents chemins que l’on emprunte nous ramènent systématiquement aux mêmes carrefours d’où émerge un autre embranchement.

Il est certain que je ne me suis pas trop compliqué la vie en établissant le plan de l'aventure.

Citation :
En effet, comme je l’ai également lu quelque part, cette confrontation finale peut se rapprocher de celle de L’Arpenteur de Lune

C'est en effet là que j'ai trouvé l'inspiration pour cette confrontation finale.

Le combat final de "L'Arpenteur de Lune" souffrait de certaines faiblesses (notamment le fait que le méchant pouvait continuer à utiliser, encore et encore, des sortilèges contre lesquels le héros était immunisé), mais le concept me paraissait pouvoir donner une scène très atmosphérique et c'est pourquoi j'ai décidé de le réutiliser.


Merci beaucoup pour ces commentaires !
Revenir en haut Aller en bas
Damohl
Bouche du Néant - Fils du Vide
Bouche du Néant - Fils du Vide
avatar

Masculin
Verseau Tigre
Nombre de messages : 993
Age : 42
Localisation : Mont de l'Etoile
Profession : Enseignant
Loisirs : Lecture, écriture, théâtre, jogging
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Feedback pour Vers le Crépuscule   Lun 8 Juin 2015 - 20:23

Oversea a écrit:
(Concernant la scène avec la Valkyrie, mon idée générale était qu'il s'agissait d'un conflit entre deux panthéons religieux. Le guerrier défunt pratiquait par le passé une religion d'inspiration nordique, mais il s'est converti à une autre religion, symbolisée par le pendentif qu'il porte. La Valkyrie voudrait l'emmener tout de même au Valhalla, mais elle ne peut le faire tant qu'il porte ce pendentif. Si le héros se refuse à le retirer, l'ange - qui est une créature de cette autre religion - vient emporter le guerrier défunt vers son paradis à elle.)

Ah oui ! Et on flaire le christianisme dans « cette autre religion ». Nous sommes à la transition entre la mythologie nordique et le merveilleux chrétien. T'es-tu inspiré de la saga de Biorn ?
Revenir en haut Aller en bas
Oversea
gardien
gardien
avatar

Nombre de messages : 302
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Feedback pour Vers le Crépuscule   Dim 14 Juin 2015 - 13:07

Damohl a écrit:
Ah oui ! Et on flaire le christianisme dans « cette autre religion ». Nous sommes à la transition entre la mythologie nordique et le merveilleux chrétien. T'es-tu inspiré de la saga de Biorn ?

J'avais déjà vu ce court-métrage, mais je ne pense pas l'avoir eu en tête lorsque j'ai écrit ce passage.

L'autre religion est en effet inspirée du christianisme, puisque c'est la religion qui a remplacé la religion nordique traditionnelle. Comme dans le reste de l'aventure, j'ai eu tendance à reprendre des éléments du monde réel (facilement compréhensibles pour le lecteur, sans qu'il ait besoin d'explications) plutôt qu'à inventer des éléments franchement nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Feedback pour Vers le Crépuscule   

Revenir en haut Aller en bas
 
Feedback pour Vers le Crépuscule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feedback pour WIND DOLLS
» Poésies en vers fixes
» Objectif mamiya + Canon 400D
» compatibilité GH1 > objectif Pentax M
» Feedback pour Stella Di Carta († Phantastica Aesthetics †) !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Livres dont Vous êtes le Héros :: Projets amateurs :: Retours sur une AVH-
Sauter vers:  
© phpBB | Signaler un abus