La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FLEURIR EN HIVER par Outremer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ashimbabbar
Délivreur des Limbes
Délivreur des Limbes


Masculin
Balance Tigre
Nombre de messages : 1920
Age : 43
Localisation : pont fortifié de Kookaryô
Profession : archiviste
Loisirs : draguer Minako Ifu, quêter Shangri-La…
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: FLEURIR EN HIVER par Outremer   Ven 29 Jan 2016 - 17:58

Lien Littéraction

La chose est suffisamment connue maintenant pour que j’en parle, l’AVH a 4 fins réussies possibles et chercher à les atteindre toutes est un de ses charmes.

Au cours de cette quête mon style de jeu bourrin habituel m’a fait visiter, je pense, presque chaque PFA. Non que je me plaigne: certains sont très réussis, allez-y voir. Donc 8 PFA mortels et 4 non-mortels avant d’obtenir le premier succès ( choix entre Fleur d’Ombre et Après l’Hiver ) puis 3 non-mortels et 2 mortels supplémentaires pour atteindre Fruit d’Été, enfin 5 mortels, 2 non-mortels et 1 succès déjà obtenu pour Fleur Unique ( ne parlons pas des tentatives annexes que j’ai faites pour satisfaire ma curiosité ).


L’AVH fait 505§ ( en tout cas elle va jusqu’au §505, je n’ai pas vérifié si Outremer en a laissés en blanc comme à son habitude ), même si quelques-uns auraient pu sans dommage être fondus en un seul ( oui, les cortèges des princes ). Outremer s’est donné les moyens de traiter son sujet.

Alors dans une civilisation de type chinois où la magie existe mais n’est pas au coin de la rue, nous sommes une des nombreuses servantes de la princesse héritière ( la santé du papa est très, très mauvaise… ). Nous sommes une fouineuse patentée ce qui nous vaut de sa part une certaine faveur ( nous savons la distraire ), mais rien d’exagérément tangible et nous n’avons pas l’intention de pourrir ad vitam æternam dans ce palais.
L’arrivée de trois prétendants à la main de la princesse va mettre les choses en mouvement pendant quelques jours. Reste à savoir jouer nos cartes dans ce court espace de temps pour assurer notre avenir en évitant si possible de connaître une fin prématurée…


Au niveau du style l’AVH est superbement écrite, Outremer s’est surpassé. Le texte donne vraiment impression de la vie dans un immense palais où une armée de servantes, de soldats et d’autres personnages s’agite, et de nos relations avec tout ce monde ( comme personnages, j’aime particulièrement Sucrée-Salée et Plume de Paon ). Il y a de petites notes qui peignent la personnalité de notre héroïne en situation, comme trois coups de pinceau d’un maître éveillent l’oiseau en vol sur la page.
Nos armes pour atteindre notre but sont de découvrir et de vendre des informations, et de mettre la main sur des objets qui ne manqueront à personne… ou peut-être que si.
Les événements représentés par de nombreux mots de code* interagissent et se déroulent pour une bonne part hors de notre contrôle. ‘Si vous avez le code Cyclone** allez au XXX’ : il peut ne s’agir que d’une variation sans importance où nous apercevons au détour d’un couloir quelqu’un de rencontré précédemment, mais aussi nous pouvons nous retrouver à un PFA alors que nous croyions bien mener notre barque: un seul faux pas et la vie d’une servante sans importance aura pris fin. Ou au contraire ce sera la clef de nos espoirs les plus fous… qu’on ait le code demandé ou pas, le suspense est au rendez-vous. Si la difficulté de l’AVH est grande, elle reflète exactement notre statut dispensable, et nous marchons sur une corde raide en permanence.

Certains codes peuvent être obtenus de différentes manières, à l’inverse d’autres sont liés, i.e. si vous avez le code Dragon** n’espérez pas qu’il vous serve à quelque chose à moins d’avoir également le code Colibri**
Spoiler:
 


au chapitre des défauts, la plupart sont de peu d’importance

. Quelques négligences à corriger, voilà celles que j’ai vues
§10     âgée
§295   sauvée
§339   de vous inclineR
§382   avait promises
Également, au §410, reluctance c’est de l’anglais. Réticence.

. Le manque de justification de la version PDF : très souvent on se retrouve avec le N° du § au bas d’une page et le texte en haut de la suivante !

. Notre moyen de sortie le plus logique est d’accumuler 1.000 pièces d’argent, par conséquent l’argent que nous accumulons sert de points de victoire. J’allais dire que ç’aurait été intéressant d’acheter des informations ou l’accès à des ’endroits où nous n’avons rien à faire, voire d’échapper à un PFA en graissant une paume, mais il y a deux § qui techniquement répondent à ces conditions. Donc, je me tais.
À ce sujet, je trouve que c’est très (trop ?) difficile SPOILER À ÉVITER SI VOUS N’AVEZ PAS FAIT L’AVH
Spoiler:
 
Il doit être possible de faire un Abdul ( 1.000 pa c’est gagné, 999 pa c’est perdu ), mais l’héroïne s’est fixée elle-même ce chiffre et elle s’y raccroche comme à un souvenir de son père, donc ça n’est pas agaçant.

. Passons au véritable problème. Ça me va bien de dire ça au vu des critiques d’Au Pays des Dragons, mais sauf à certains paragraphes – entre autres le premier qui l’établit bien - j’ai souffert d’un certain manque d’identification avec le personnage.
Il me semble qu’on devrait ressentir ses émotions avec plus de véhémence : c’est la seule chance de Mei Mei qui se profile là et elle la veut désespérément, elle devrait se féliciter quand elle réussit quelque chose, se traiter d’idiote quand elle pense avoir agi de travers, espérer, s’angoisser, maudire…
Ce dernier défaut n’empêche pas cette AVH d’être remarquable, mais c’est tout de même un défaut.



* Une histoire chinoise avec beaucoup de paragraphes et remplie de mots de code: Outremer m’a plagié, je vous dis Mr. Green
( Maintenant, c’est une héroïne orientale sans plus de scrupules qu’il n’est nécessaire, alors peut-être qu’il a aussi plagié Fitz Mr. Green )

** Les noms ont été changés pour protéger les coupables
Revenir en haut Aller en bas
Damohl
Bouche du Néant - Fils du Vide
Bouche du Néant - Fils du Vide
avatar

Masculin
Verseau Tigre
Nombre de messages : 993
Age : 42
Localisation : Mont de l'Etoile
Profession : Enseignant
Loisirs : Lecture, écriture, théâtre, jogging
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: FLEURIR EN HIVER par Outremer   Ven 19 Fév 2016 - 16:47

Je ne vais pas ressasser les compliments d’usage à l’intention d’Outremer, que je considère comme un véritable virtuose du genre interactif, sachant exploiter pleinement le potentiel de ce mode littéraire, dépassant en cela nombre d’auteurs édités.

Fleurir en hiver s’inscrit parfaitement dans cette ligne de qualité : un background original (un genre de cour impériale chinoise, traversée de conflits d’influences en une période cruciale) sur lequel se greffe un challenge ludique riche, ouvert, durable, permettant maintes relectures.

Le personnage que nous incarnons – une simple servante n’ayant pas les yeux dans sa poche et désireuse de s’élever socialement – influence beaucoup le « gameplay » : plus que jamais, nous nous sentons comme un pion, sur un échiquier aux mille cases, une personne dont l’existence ne pèse guère aux yeux des puissants qui s’affrontent impitoyablement dans l’entourage de l’empereur, et que nul n’hésitera à liquider au moindre faux pas. Vous aurez le malheur de vous retrouver au mauvais moment au mauvais endroit, de vous montrer trop curieuse ou de trop faire valoir vos « droits », de vous trouver en possession, même sans l’avoir voulu, d’un secret compromettant la réputation d’un aristocrate, de manquer de discrétion dans l’escamotage d’un objet, de confier votre témoignage à une personne que vous croyiez fiable mais qui ne l’était pas autant que vous ne le pensiez, ou même de commettre une bourde protocolaire… et un poignard, un lacet, une fléchette empoisonnée, voire deux mains autour de votre cou, vous réduiront ni vu ni connu au silence. Comme vous le lance avec à-propos un dignitaire : « [U]ne langue aussi bien pendue fini[t] par donner à certains l’envie de la trancher. »

Il s’agira donc de témoigner de tact et de retenue, de recourir à tout votre bon sens, pour vous extraire à votre bénéfice de ce panier de crabes, où nul ne déplorera votre disparition. Il sera impératif de cerner les intérêts exacts de vos interlocuteurs, et de ménager leur curiosité tout en veillant à ne pas leur en raconter trop.

Vous évoluez en effet entre des PNJ assez bien campés, issus de toutes les classes sociales, de vos camarades servantes, jusqu’à la famille impériale et l’aristocratie qui l’entoure, en passant par les différents fonctionnaires articulant les rouages de la Cité Impériale (le capitaine des gardes, l’herboriste, l’érudit…) et d’autres personnages plus ou moins importants, que vous côtoyez régulièrement ou ne connaissez que de réputation.

Tout ce grand monde s’agite en une effervescence d’autant plus exacerbée que la fille de l’empereur, et première héritière du trône, s’apprête à accueillir trois princes prétendant à sa main, entre lesquels elle choisira l’heureux élu à l’issue de leur séjour. Est-il besoin de préciser que durant ce laps de temps, les trois candidats rivaliseront d’intrigues pour placer leurs billes et obtenir la main de la princesse ? Dans ces circonstances, les informations que vous êtes susceptible de transmettre à l’un des rivaux, voire même les menus services que vous êtes à même de leur rendre (car ayant accès chaque soir aux appartements privés de votre maîtresse) risquent de valoir leur pesant d’or (ou plutôt de pièces d’argent). Mais encore faudra-t-il vous montrer circonspecte dans le choix de vos « employeurs », ainsi que celui des informations que vous leur dévoilez, sachant qu’une franchise par trop imprudente, un double-jeu mal mené, une initiative trop téméraire, un secret recelé ou révélé à mauvais escient, risque de se retourner contre vous : d’informatrice ou d’agent double, vous dégringolerez au statut de témoin gênant, voire de félonne, à supprimer sans délai.

A travers tout cet écheveau d’intrigues et de complots qui se tisse, se noue ou se dénoue, dont certaines vous dépassent, dont vous n’avez que partiellement conscience et dont vous n’êtes ni certaine ni d’ailleurs nécessairement désireuse d’en connaître le fin mot, vous voletterez comme une abeille, tâchant d’en éviter les toiles et d’en pomper le miel.

Sous cette dimension, cette AVH m’a évoqué Le Labyrinthe du roi Minos, modèle de « livre dont vous êtes le spectateur », puisque le héros se retrouve pris dans un croisement de trames qui ne le concernent pas directement, dans lequel il n’a pas forcément de rôle à jouer, mais qu’il peut néanmoins tourner à son profit, en rencontrant la bonne personne au meilleur moment. J’ai aussi pensé au Grand Maître d’Irsmun, non seulement en raison de l’ambiance orientalisante, du contexte curial, mais également

Spoiler:
 

J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à me glisser dans la peau de « Quinze yeux », de guider allègrement ses pas, tout en reprenant sans frustration au début (voire en amont) après chaque PFA, pour essayer une autre voie.

En effet, l’aventure est nantie de quatre paragraphes de victoire, ce qui en rallonge la durée de vie. Même après un premier succès, on se prend à recommencer une autre quête, pour débusquer les issues encore inconnues. Vu l’absence totale de hasard, on ne regrette pas un mauvais choix, on cherche comment surmonter tel obstacle, on essaie de débusquer tous ces codes propres à la « ludicité outremerienne » (sachant que certains sont mentionnés mais n’existent pas, à l’instar de certaines formules proposées dans Sorcellerie !, voire que d’autres ne servent finalement à rien, tandis que certains peuvent être obtenus dans plusieurs endroits différents, alors que d’autres ne deviennent efficients qu’en étant couplés). De plus, au vu de cette pluralité d’issues victorieuses, rien n’empêche de poursuivre l’aventure sans pour autant avoir rassemblé les informations conditionnant telle ou telle réussite. On essaie toutes les combinaisons possibles, même celles qui a priori paraissent absurdes. Il m’est arrivé ainsi de « jouer avec le jeu », de me dire : « Cette option va me mener à un PFA », de choisir ladite option, d’aboutir à un PFA, de rire de bon cœur et de noter le piège (mais aussi de tomber sur une heureuse découverte et de sourire à l’esprit retors de l’auteur).

La réussite la plus « standard » (mais aussi la plus ouverte) consiste à rassembler une somme d’argent suffisante pour s’en aller quelque part vivre sa vie à son compte. (Peu importe, dans ce cas, l’issue des négociations princières.) Sous cette dimension, cette AVH se rapproche de Défis sanglants sur l’Océan. Beaucoup de « quêtes secondaires », pas nécessairement liées aux tractations qui retiennent l’attention générale (mais conférant plus de profondeur à la toile de fond, et plus d’épaisseur à l’héroïne, espionne née), vous permettront d’étoffer votre pécule, en dévoilant par exemple à un garde du corps l’identité d’une courtisane qui lui a tapé dans l’œil, ou en espionnant vénalement une amante infidèle pour le compte d’un poète éperdu, voire en jouant, pariant ou commettant de menus larcins, la morale ne vous étouffant guère.

Parmi les autres réussites, une autre s’obtient, à mon avis, en s’en remettant strictement à votre jugeote, ce que j’ai trouvé appréciable.

Quant aux deux autres

Spoiler:
 

la troisième s’avère des plus « livingstoniennes », en ce qu’elle oblige à suivre un algorithme tortueux pour obtenir (et conserver) les objets et informations indispensables à la réussite, et que bien entendu vous ne trouverez pas sous les pas d’un cheval.

Spoiler:
 

Une autre se révèle « outremerienne » (j’en ai par exemple éprouvé une semblable dans Intermède sylvain), en ce qu’elle ne demande, à l’ultime péripétie, qu’une seule information qu’on aurait eu bien de la peine à croire utile en l’apprenant. Du coup, je me suis amusé à atteindre ce paragraphe tout en foirant systématiquement toutes mes autres quêtes, me contentant de rester en vie !

Concernant les critiques que j’ai pu lire sur ce site ou sur Rendez-vous au 1, j’y apporte mon grain de sel.

On trouve le début trop long, et certains passages redondants dès lors qu’on connaît ce qu’on y trouve et ce qu’il convient d’y faire ? Bah… une AVH ingénieuse appelle des ludolecteurs ingénieux, et personnellement, j’ai vite fait de placer des « sauvegardes » (et ce qui m’a fait sourire, c’est que j’en ai placé la première au même paragraphe exactement que Skarn) et des « couloirs » (avec des renvois du genre : se rendre directement à tel paragraphe en ajoutant tel code et/ou tel nombre de pièces d’argent).

On reproche à l’héroïne sa carence de personnalité, de vie intérieure, on la tient pour une coquille vide, creuse, factice ? D’une part, l’évocation de ses souvenirs, d’amies d’enfance, d’allusions à ses talents d’indicatrice, l’empêche de demeurer une « femme d’Analand ». Son absence d’appétence sentimentale, dans un contexte où fleurissent pourtant les histoires d’amour ne me dérange pas non plus. (Je ne la soupçonne même pas de penchants saphiques, le texte ne nous livrant aucun indice sur ce point.) J’admettrais plus volontiers que, chez cette femme, la sensualité s’est sublimée en goût pour le pouvoir et l’argent : voyant son amie Pamplemousse souffrir d’un chagrin d’amour, elle se demande « quel effet cela fait d’avoir ce genre de problème » sous-entendant que ce genre de sentiment lui est totalement étranger, et d’une manière amusante, elle rembarre sur ce point Plume de Paon. Et puis, pourquoi ne pas laisser jouer l’imagination de chaque lecteur, et lui faire insuffler à Xi Mei-Mei le tempérament qu’il juge le plus adéquat ? (Personnellement, je la verrais bien contracter un mariage de raison avec un mari plus fortuné mais un tant soit peu benêt, et dans le charmant ménage ainsi formé, porter la culotte tout en tenant les cordons de la bourse.)

Bref, au final, c’est amusé, dépaysé, avec enthousiasme et reconnaissance pour la plume et la maîtrise de l’auteur, que j’ai refermé le classeur dans lequel j’avais rangé ces 505 paragraphes imprimés sur papier, et dont je recommande la découverte à tous les membres de ce forum.

P.S. J’ai fantasmé sur Pamplemousse, dont le surnom livre une indication sur le volume de ses « formes généreuses ».^^
Revenir en haut Aller en bas
Oversea
gardien
gardien
avatar

Nombre de messages : 302
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: FLEURIR EN HIVER par Outremer   Mar 23 Fév 2016 - 23:44

Un grand merci pour ces commentaires !

Damohl a écrit:
A travers tout cet écheveau d’intrigues et de complots qui se tisse, se noue ou se dénoue, dont certaines vous dépassent, dont vous n’avez que partiellement conscience et dont vous n’êtes ni certaine ni d’ailleurs nécessairement désireuse d’en connaître le fin mot, vous voletterez comme une abeille, tâchant d’en éviter les toiles et d’en pomper le miel.

Oui, l'aventure a en fin de compte un but purement égocentrique : les grands complots ne nous intéressent que dans la mesure où ils peuvent nous affecter directement et on n'a aucune obligation de chercher à les comprendre ou à les déjouer.

Spoiler:
 

Citation :
Sous cette dimension, cette AVH m’a évoqué Le Labyrinthe du roi Minos, modèle de « livre dont vous êtes le spectateur », puisque le héros se retrouve pris dans un croisement de trames qui ne le concernent pas directement, dans lequel il n’a pas forcément de rôle à jouer, mais qu’il peut néanmoins tourner à son profit, en rencontrant la bonne personne au meilleur moment.

"Le Labyrinthe du roi Minos" est un LDVH qui m'avait fait forte impression par son cadre développé et vivant, où il est en effet possible de découvrir bien des histoires secondaires. Mais les occasions d'y jouer un rôle actif y étaient trop limitées à mon goût.

Citation :
La réussite la plus « standard » (mais aussi la plus ouverte) consiste à rassembler une somme d’argent suffisante pour s’en aller quelque part vivre sa vie à son compte. (Peu importe, dans ce cas, l’issue des négociations princières.) Sous cette dimension, cette AVH se rapproche de Défis sanglants sur l’Océan.

C'est vrai qu'il n'y a pas des masses de LDVH où le but est simplement d'accumuler suffisamment d'argent (et de survivre jusqu'à la fin). Ca implique une dynamique assez différente de l'habitude.

"Défis Sanglants" offre plus de liberté plus que je ne pouvais le faire, puisqu'on est assez libre de ses déplacements (tout en étant limité par le temps). Cependant, assez peu de trajets offraient des chances raisonnables d'obtenir l'or nécessaire.

Citation :
Quant aux deux autres

Spoiler:
 

Ha ha ! On m'a déjà fait observer que c'était un peu tordu de devoir s'abstenir ainsi d'agir pour pouvoir débloquer ces deux fins.

Spoiler:
 

Citation :
P.S. J’ai fantasmé sur Pamplemousse, dont le surnom livre une indication sur le volume de ses « formes généreuses ».^^

Le gag, c'est que cette explication de son surnom est en effet excellente, mais que je n'y avais pas du tout pensé jusqu'à présent ! Alors que j'avais déjà entamé l'écriture, j'ai été brusquement saisi de l'envie aussi irrésistible qu'incompréhensible d'avoir un personnage féminin s'appelant Pamplemousse. Je te suis très reconnaissant de m'avoir permis de comprendre pour quelles raisons mon subconscient a jugé bon de me mettre cette idée en tête. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FLEURIR EN HIVER par Outremer   

Revenir en haut Aller en bas
 
FLEURIR EN HIVER par Outremer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour fleurir mes hivers
» Planning général Megara 2017 mis à jour le 24 octobre 2017
» Confiture de pastèque (ou melon d'hiver)
» Toutes les activitees de cet hiver 2010-2011
» Ma tenue d'hiver ( enfin d'automne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Aventures dont Vous êtes le Héros :: Les AVH-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit