La Taverne Des Aventuriers

L'antre des nostalgiques de Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au nord du désert, il n'y a rien

Aller en bas 
AuteurMessage
Julien le Troll
Apprenti
Apprenti
avatar

Masculin
Poissons Tigre
Nombre de messages : 29
Age : 44
Localisation : Pas-de-Calais
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Au nord du désert, il n'y a rien   Mar 2 Aoû 2016 - 10:22

Lien Littéraction

Les +:

* Style très bon
* Super descriptions
* Le choix du lieu

Les -:

* Intro béton...
Sinon pas grand chose à dire...

Bilan:

Du tout bon, foncez!
Revenir en haut Aller en bas
Lowbac
Aventurier de l'Infini
Aventurier de l'Infini
avatar

Masculin
Poissons Chèvre
Nombre de messages : 11159
Age : 39
Localisation : Angers
Profession : Employé commercial
Loisirs : Lectures, Commerce, Angers Sco
Date d'inscription : 03/01/2011

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Mar 2 Aoû 2016 - 22:20

"Intro béton", en quoi si c'est béton est-ce négatif pour toi Question
Revenir en haut Aller en bas
Vonotar le Traitre
Fantassin
Fantassin
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : St Quentin
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Mer 3 Aoû 2016 - 13:50

Lowbac a écrit:
"Intro béton", en quoi si c'est béton est-ce négatif pour toi Question

Je pense qu'il veut dire que l'introduction est vraiment longue... J'ai trouvé (enfin, ma femme, c'est elle qui s'est tapé le machin...) aussi que c'était long, même si c'est super bien écrit...
Revenir en haut Aller en bas
Dagonides
Maître d'armes
Maître d'armes
avatar

Masculin
Cancer Singe
Nombre de messages : 800
Age : 38
Localisation : Grand Est
Profession : Bibliophile Obscur
Date d'inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Mer 3 Aoû 2016 - 14:55

Le titre claque !
Revenir en haut Aller en bas
Oversea
gardien
gardien
avatar

Nombre de messages : 309
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Mer 3 Aoû 2016 - 15:26

Oui, j'ai un peu beaucoup abusé sur la longueur de l'intro (le temps que j'ai passé à l'écrire a également été très excessif). J'aurais dû trouver une façon de décrire correctement le cadre et le protagoniste sans m'étendre autant.
Revenir en haut Aller en bas
vador59
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Vierge Serpent
Nombre de messages : 5795
Age : 40
Localisation : exilé à Dagobah
Profession : Personnel de direction de l'académie Sith
Loisirs : Faire des treks jusqu'à Za'adum...
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Mer 3 Aoû 2016 - 16:24

Personnellement, je ne trouve pas.

Certes, on peut être rebuté par la longueur, mais avec le style d'Outremer, la lecture passe sans aucune difficulté. Qui plus est, cette introduction pose les choses de manière remarquable.

Et puis, dans littérature interactive, il y a littérature... Non? Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Lyzi Shadow
Apprenti
Apprenti


Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Ven 5 Aoû 2016 - 20:40

J'ai aussi beaucoup aimé lire cette introduction d'Outremer, qui a vraiment un style littéraire au dessus du lot des plumes de la communauté !
Introduction que j'ai lue dans ma tête avec la voix de Meyong Bekate, ça m'a rappelé les histoires "africaines" de Blaise Cendrars que j'écoutais en cassette audio quand j'étais enfant...

Mais c'est vrai que 7 pages c'est long !
Je commençais à être impatient de me mettre à jouer moi (d'autant que le 1 est presque aussi peu long - 5 pages).
Revenir en haut Aller en bas
Damohl
Bouche du Néant - Fils du Vide
Bouche du Néant - Fils du Vide
avatar

Masculin
Verseau Tigre
Nombre de messages : 998
Age : 43
Localisation : Mont de l'Etoile
Profession : Enseignant
Loisirs : Lecture, écriture, théâtre, jogging
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Dim 11 Mar 2018 - 15:33

Nous voilà plongés dans le cadre plutôt inhabituel d’une Afrique post-apocalyptique. La contraction que subissent certains toponymes (« Ngal » pour « Sénégal » ou « Njer » pour « Niger ») m’a évoqué le même procédé linguistique utilisé pour le titre du roman « Niourk » (pour « New York ») de Stefan Wul, lequel, tout comme cette AVH, se situe dans un monde ravagé par un cataclysme, dans lequel les survivants sont revenus à un mode de vie paléolithique, et où les vestiges techniques de la civilisation du XXe siècle sont perçus comme les manifestations de divinités.

Nous incarnons un personnage de « sorcier », du moins considéré comme tel par la tribu de Ngemene, vivant près de notre repaire du Rocher Noir. Bien loin de représenter un parangon de sagesse ou de vertu, nous traînons un lourd passé de tribulations plus ou moins heureuses, comportant son lot de fourvoiements, qui nous ont certes permis d’acquérir et de maîtriser certaines connaissances, mais nous ont également attiré plaies et bosses (en l’occurrence, une cocasse malédiction qui nous a teint les cheveux en rouge).

Ce héros se montre bien modeste, pour ne pas dire lucide, conscient de la minceur de son bagage par rapport à l’immensité des connaissances qu’il a pressenties, comme de son autorité toute relative sur sa tribu (il sait son pouvoir décliner auprès des jeunes, qui en grandissant le considèrent comme un radoteur), et conscient enfin, non sans cynisme ni autodérision, de ne pas user de son pouvoir à des fins toujours glorieuses (même s’il se montre occasionnellement altruiste), mais de « jouer la comédie », de « prétexter la volonté des esprits », essentiellement pour son profit personnel plutôt que pour le bien commun. Dans cette aventure, il ne s’agira pas pour lui de sauver le monde, mais plus prosaïquement de
Spoiler:
 

Pour autant, notre enchanteur, ne se trouve pas démuni de sens moral. Il considère honnêtement les dommages collatéraux que ses initiatives occasionnent sur la société qu’il est censé protéger, et tente tant bien que mal de les réparer, mais toute sa bonne volonté ne l’empêche pas, par maladresse et défaut de prévoyance, de cumuler de malheureux effets secondaires.

Nous interprétons ainsi un anti-héros, pétri d’une « impuissance blasée » (selon les termes de Jehan), voire d’une « louze dans sa volonté de bien faire » (selon ceux de Shamutanti). Un genre de Brian des Monty Python, prophète malgré lui, passablement dépassé par les événements.

Yaztromo de seconde zone, nous n’exécutons pas nos missions nous-mêmes, mais les confions à toute une série de « champions », des exploits desquels nous demeurons spectateurs (comme dans l’AVH « Y » que je n’ai d’ailleurs pas lue). Nous pouvons prendre à notre compte ces propos d’un personnage au sujet de son père : « Il préfère […] que les problèmes soient réglés par d’autres que lui. »

Un canevas se met en place et se répète (on comprendra rapidement pourquoi) : d’abord nous embobinons notre recrue (qui d’emblée fait lui aussi figure de bras cassé en perdant mystérieusement un item qui lui paraissait indispensable) en le persuadant qu’il se trouve l’héritier légitime d’un illustre antécédent, et que sa destinée doit s’accomplir en acquérant le pouvoir. On reconnaît la reprise parodique d’un thème bien éculé du genre médiéval-fantastique, par lequel nous manipulons notre ingénu requérant, en lui déblatérant exactement ce qu’il désire entendre.

En échange d’une
Spoiler:
 
nous l’adoubons d’un artefact plus ou moins loufoque avec lequel il lui incombe de renverser l’usurpateur en place en lui arrachant le Bracelet de Commandement permettant de contrôler une armée que l’on devine robotisée.

Mais le schéma récidive, en raison du caractère peu (voire trop) scrupuleux de nos challengers. A rebours de monarques magnanimes et/ou éclairés, ils accaparent à leur profit la fonction publique, se révélant, chacun dans leur genre, d’ubuesques tyranneaux, imbus de leur intérêt personnel. Ce qui nous force à défaire ce que nous avons fait, à combattre le mal par le mal en recourant à un autre prétendant pour neutraliser le précédent… et ouvrir ainsi une nouvelle itération.

Cette succession de séquences fâcheusement identiques, comme engluées dans une fatalité que nous ne maîtrisons pas, peut être lue comme une métaphore des utopies de toutes sortes, naissant dans l’enthousiasme et la promesse des lendemains qui chantent, pour systématiquement mourir aux triviales contingences humaines. Perpétuel recommencement d’une humanité sisyphéenne condamnée à déchanter indéfiniment.

Pour autant, au-delà de cette dimension philosophique, l’amusement est au rendez-vous, puisque le succès de la quête réclamera un rigoureux emboîtement des combinaisons ouvertes par toute cette panoplie d’équipements que vous proposez à vos aspirants.

Je placerai sous le sceau du spoil le personnage qui brisera ce « cycle désastreux ». Même si le ludolecteur se doute que ces péripéties auraient pu (de l’avis même de l’auteur) se poursuivre indéfiniment, gagner en épaisseur et en complexité… n’était la limite fixée par le nombre de paragraphes !

Spoiler:
 

Je termine en citant en vrac quelques références littéraires que m’ont suggérées cette ludolecture. D’abord, puisque certains critiques ont regretté la longueur de l’introduction, dont certains aspects ne serviront pas par la suite (sans doute faut-il y considérer le matériau disposé par l’auteur dans l’optique d’une aventure plus vaste) je pourrais comparer cette AVH au Salammbô de Flaubert, au sujet duquel l’écrivain normand admettait que le socle était trop large pour la statue.

Cette répétition de scènes similaires me fait penser au Nouveau Théâtre, particulièrement à En attendant Godot de Beckett : ses deux actes superposés, quasiment identiques, n’aboutissant à rien, semblent eux aussi les maillons d’une chaîne sans fin.

Quant aux items passablement surréalistes dont notre chaman affuble ses concessionnaires, ils invoquent les ustensiles burlesques caractérisant l’univers onirique et décalé de L’Ecume des jours de Boris Vian, où les personnages s’étripent au moyen d’arrache-cœurs.

Bref, comme l’a judicieusement certifié gynogege, on jouit d’un « équilibre entre la dimension ludique et littéraire », heureuse marque de fabrique des productions d’Outremer, dont je ne me lasse pas et que je ne saurai trop conseiller.
Revenir en haut Aller en bas
Oversea
gardien
gardien
avatar

Nombre de messages : 309
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   Jeu 22 Mar 2018 - 0:58


Merci pour tes commentaires !


"Au nord du désert" est le résultat assez bizarre d'un télescopage entre une idée de scénario et une idée de cadre.

Mon idée de scénario était en partie une parodie d'héroïc fantasy, et notamment de ce cliché pénible qu'est "l'héritier légitime". Le héros était censé être une sorte d'être féérique (un esprit-renard, ou quelque chose du genre), plutôt bienveillant à l'égard des habitants de la région, mais assez léger et pas forcément très réfléchi. Les personnages auxquels il serait confronté devraient être des classiques de l'héroïc fantasy : un guerrier, une magicienne, un paladin, et finalement une voleuse pour dénouer la situation.

Mais j'ai bloqué sur l'écriture. L'héroïc fantasy classique est un genre auquel je reste sentimentalement attaché, mais ça me fatigue beaucoup plus vite qu'à une époque. Et là, je n'avais vraiment pas envie d'écrire de l'héroïc fantasy classique (le fait que ce soit semi-parodique n'y changeait rien).

Du coup, j'ai eu cette idée de cadre africain post-apocalyptique qui me plaisait bien. Mais les deux éléments collent mal ensemble. Le scénario aurait eu plus de sens dans un cadre d'héroïc fantasy ; le cadre n'avait pas besoin d'être si développé (notamment dans la très longue introduction) pour un tel scénario.


Damohl a écrit:
Yaztromo de seconde zone, nous n’exécutons pas nos missions nous-mêmes, mais les confions à toute une série de « champions », des exploits desquels nous demeurons spectateurs (comme dans l’AVH « Y » que je n’ai d’ailleurs pas lue).

Y a clairement été l'une des principales inspirations de cette AVH. "Au nord du désert" est cependant plus rigide, en partie à cause de sa taille limitée.


Citation :
Nous pouvons prendre à notre compte ces propos d’un personnage au sujet de son père : « Il préfère […] que les problèmes soient réglés par d’autres que lui. »

Le héros de l'aventure devrait effectivement prendre cette observation pour lui !


Citation :
nous embobinons notre recrue (qui d’emblée fait lui aussi figure de bras cassé en perdant mystérieusement un item qui lui paraissait indispensable) en le persuadant qu’il se trouve l’héritier légitime d’un illustre antécédent, et que sa destinée doit s’accomplir en acquérant le pouvoir.

À noter que la manipulation n'est que partielle : en fin de compte, nos trois premiers visiteurs (surtout les deux premiers) désiraient déjà le pouvoir et se seraient efforcés de l'obtenir même sans l'intervention du héros. Le héros n'intervient qu'en flattant leur orgueil et en leur offrant de l'aide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au nord du désert, il n'y a rien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au nord du désert, il n'y a rien
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» scooter club du nord
» Club de lecture dans le Nord...
» [Gommes] à quoi elle sert
» [Dirie, Waris] Fleur du Désert
» Rando : Pic Saint-Loup Face Nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Aventures dont Vous êtes le Héros :: Les AVH-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com