La Taverne Des Aventuriers
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


L'antre des passionnés de Livres dont VOUS êtes le Héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-38%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
19.91 € 31.99 €
Voir le deal

 

 Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
oriounga
Maître d'armes
Maître d'armes
oriounga


Masculin
Taureau Nombre de messages : 2080
Localisation : Akad et Sumer
Date d'inscription : 20/04/2007

Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video Empty
MessageSujet: Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video   Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video EmptySam 30 Avr 2022 - 18:36

Je vais critiquer un "Livre dont vous êtes le héros" particulièrement original car il se déroule dans l'univers des Slashers: "Un slasher dont vous êtes le héros", d'Alexandre Sanchez, aux éditions Pulse Store, avec des illustrations originales de Xavier Desbarats.

Le livre est tout récent car il est sorti en Novembre 2021 suite à une campagne participative dont Xavier Desbarats a parlé sur ce forum.

Il s'agit du premier vrai "Livre-jeu" d'Alexandre Sanchez après avoir écrit deux livres jeunesses où il était soumis aux impératifs des éditeurs: gameplay simple et cible jeunesse.
Ici, il a pu le créer et l'architecturer comme il le souhaitait.

L'histoire, qui se déroule aux Etats-Unis est fort simple: nous sommes un étudiant ou une étudiante de première année qui arrive pour son premier jour sur son nouveau campus.
Malheureusement, notre arrivée coïncide avec une vague de meurtres et nous devrons essayer de survivre à une nuit de terreur, jusqu'au lendemain matin.
Comme en plus le campus est gigantesque, le Boogeyman va avoir un immense terrain de jeu pour nous tuer, à croire que ça a été fait exprès.

L'univers est celui des Slashers que nous aimons tant et comme il se déroule sur un campus, nous retrouverons tous les éléments constitutifs de ces films.
Nous rencontrerons tous les types d'étudiants, tels les membres des fraternités et les sportifs, toutes les situations classiques, telles les fêtes et les projection de cinéma en plein air et tous les bâtiments: bibliothèque, terrain de foot, parking, dortoirs, fraternités, piscine, laboratoire, cabanon au bord d'un lac, mobile-home.

La prégnance de cet univers est particulièrement claire dès le titre, la couverture et le quatrième de couverture, dont la présentation nous propose de briser le quatrième mur, en entrant dans le film et en devenant le personnage principal d'un film d'horreur.
La présentation précise qu'en bonus, nous débloquerons un nouveau mode de jeu nous permettant d'incarner le tueur.

Le livre se destine clairement à un lectorat âgé et mature car il est particulièrement violent et généreux dans le gore et le sexe.
Les mises à mort sont variées et détaillées et le sexe est clairement présent tout au long de l'aventure.
De plus les illustrations sont explicites et graphiques dans les représentations des mises à mort. Elles le sont un peu moins dans les représentations des actes sexuels.

Pour avoir décortiqué plus d'une centaine de LDVELH, des "Défis Fantastiques", aux "Loups Solitaires, aux "Quêtes du Graal", en passant par "La Voie du Tigre", "Sorcellerie" et "Destins", je me demande s'il ne s'agit pas du meilleur LDVELH, tout simplement.
En tous les cas, il fait partie des tous meilleurs, toutes séries confondues car il est très bon sur les deux aspects des "livre-jeux", l'aspect "livre" et l'aspect "jeu".

Les points positifs sont nombreux: l'ambiance, les unités de temps et de d'action, l'écriture et les dessins.

L'action va être resserrée dans le temps car elle va se dérouler au cours d'une seule nuit, ce qui accentuera son aspect d'urgence car il faudra survivre jusqu'au lendemain.

L'action sera concentrée dans un seul lieu, le campus MAIS les environnements à explorer sont particulièrement nombreux.

L'ambiance des bons vieux slashers et autre films d'horreurs est particulièrement bien rendue, grâce à tous éléments typiques: étudiants, campus, tueur encapuchonné, armé et implacable, attaques soudaines et inattendues, meurtres brutaux, endroits variés, jeunes libidineux.
Les clins d'oeil aux vieux slashers sont nombreux et l'on prend plaisir à les reconnaître, tant dans les noms que les situations ou les objets.

Le livre est bien écrit, les phrases sont bien construites et le style est agréable: nous n'aurons pas une succession de "sujets"-"verbes"-"compléments". Les phrases descriptives sont longues, les paragraphes aussi et l'introduction donne l'impression de lire un vrai livre.
Lors des attaques, des meurtres ou des phases de tension, le style deviendra plus direct et plus cru.
L'auteur étant français nous n'aurons pas à déplorer de problèmes de traductions et de phrases mal construites.


Les illustrations sont très belles et j'aime beaucoup le style très réaliste qui colle parfaitement au sujet.
Tous les dessins sont en noir et blanc, très hachurés, très forts et très intenses, à tel point que pour les morts on dirait des planches anatomiques.
Nous pourrons principalement admirer les différents lieux explorés, les personnages, les situations et les mises à mort, particulièrement soignées et détaillées.

Les points encore plus positifs sont encore plus nombreux: la maturité du livre, les interactions entre les personnages, nos réactions aux évènements, la psychologie des personnages rencontrés, le nombre de choix possibles grâce à l'architecture du livre, la rejouabilité qui favorise la recherche du meilleur chemin et la collecte des objets, la difficulté, la tension, les différents bonus à débloquer, la possibilité d'incarner un tueur et les clins d'oeil / hommages à toutes la pop culture (films et jeux vidéo).

Au point de vue de la maturité, ce livre n'a rien à voir avec les gentils "Livres Dont Vous Êtes le Héros" de notre enfance, destinés à des 6-12 ans, avec de preux chevaliers, chastes et purs, qui allaient tuer de méchants sorciers.
Ici, on peut incarner un étudiante ou une étudiante et avoir des relations sexuelles hétérosexuelles ou homosexuelles avec tout le monde, tout au long du roman, le plus naturellement du monde.
On peut boire, fumer, se droguer et faire l'amour, comme dans tous les slashers des années 80. On peut même observer des couples d'étudiants faire l'amour, scènes mises en valeur par les illustrations.
Au point de vue du gore, le livre est généreux dans les descriptions explicites et les dessins de meurtres sont au diapason.
Les attaques du boogeyman sont violentes, brusques, brutales et choquantes: tout le monde y passe, dans un vaste choix de mises à mort.

Les interactions entre les personnages sont également plus complexes que dans tous les autres LDVELH: ici, les rapports oscilleront entre la domination, la soumission, la séduction, la demande de protection, l'entraide.

Nos propres réactions seront également plus variées et moralement plus ambiguës que dans les LDVELH de notre enfance, car nous pourrons essayer d'aider les gens ou rester indifférents à la découverte d'un cadavre.

On peut recommencer la même histoire et rencontrer des personnages différents en fonction des circonstances.
Un point que je trouve fabuleux: dans la MÊME histoire, en fonction de nos choix, la psychologie de nos compagnons évoluera et leurs réactions changeront du tout !!!
Ils pourront nous aider ou essayer de nous tuer !!!

Je vais maintenant parler de plusieurs points qui sont imbriqués et concourent à la réussite du livre: l'architecture du livre, les quatre aventures proposées, le nombre de chemins possibles, la collecte des différents objets (armes, soins et reliques), qui nous poussent à recommencer le jeu encore et encore.

l'Architecture: en ce qui concerne l'architecture au début du jeu il y a quatre chemins qui s'offrent à nous et chacun proposera une aventure complètement différente des trois autres.
Pour l'avoir arpenté en long en large et en travers je vous certifie que l'arborescence du livre est la plus compliquée de tous les LDVELH.

Les possibilités sont ahurissantes: je n'ai jamais lu un "livre-jeu" dans lequel la partie "jeu" soit à ce point développée. En effet chaque chemin contient des dizaines et des dizaines d'embranchements et de situations diverses et variées: visite de la bibliothèque la nuit, projection d'un film d'horreur en plein air, visite d'une cabane au bord d'un lac, fête estudiantine qui dégénère et se transforme en "home invasion, feu de camp au milieu des bois la nuit.
Il s'agit du livre qui offre la plus grande liberté d'exploration: la construction a été très bien pensée.

On peut recommencer le livre plusieurs fois, faire exprès de prendre le même chemin de départ puis changer nos décisions pour l'explorer à fond et lire une histoire différente. La même aventure peut nous amener à cambrioler le bureau du principal la nuit ou vivre un home-invasion lors d'une fête estudiantine avec partie de cache-cache pour survivre.

Chaque histoire aurait suffit à remplir un LDVELH de notre enfance et ici il y en a quatre. Je me suis souvent fait la réflexion: "mais comment a-t-il fait rentrer tout ça dans un seul livre"?

Un autre avantage est qu'en dépit des centaines de possibilités, chaque chemin sera long et varié: ne vous attendez pas à finir le livre en dix petits paragraphes.

Sur chaque chemin nous aurons la possibilité de récolter des objets, des armes, des soins et des reliques, comme dans les jeux-vidéo.
Cet aspect nous pousse à recommencer le jeu encore et encore pour en explorer les moindres recoins afin de trouver tous les items: nous serons obligés de chercher les armes pour augmenter nos points de combat et nos chances de survie.
Nous serons également poussés à chercher les potions de soins pour récupérer les points de vie, si précieux pour survivre au cours de l'aventure.

Nous aurons intérêt à trouver les 20 reliques, qui sont autant de clins d'oeil à tous les Slahers, pour débloquer le mode de jeu bonus dans lequel nous pourrons enfin incarner un tueur et décimer des jeunes, afin de résoudre le problème de la pyramide des âges.

Il y a énormément de fins disponibles, des pires aux meilleures et chacune de ces dernières débloque des bonus différents, comme dans les jeux vidéo: dossiers, rapports psychiatriques, armes pour les parties suivantes. Il faut savoir que l'on conserve ses armes et bonus pour les parties suivantes et que l'on peut même recommencer une aventure avec des malus.

La difficulté: le livre est très difficile à cause de plusieurs éléments qui se combinent machiavéliquement: notre faible total de points de vie de départ (seulement 6), la vitesse à laquelle nous les perdons (deux par attaque du tueur), la complexité de l'architecture du jeu, l'incroyable diversité de chemins disponibles. Attendez-vous à mourir très souvent et à devoir apprendre par l'échec pour finir par trouver un chemin pour survivre, puis à recommencer encore et encore pour chercher à trouver une meilleure fin: c'est le principe du Die and Retry. Si vous jouez à la loyale, il va falloir vous accrocher pour le finir.
Heureusement, l'auteur a opté pour la même solution que Steve Jackson, à savoir qu'à force d'échec on finit par trouver des chemins sur lesquels nous limitons le nombre de combats avec le tueur.

La tension sera présente dès le début et tout le long de l'aventure: avant l'introduction, un article nous apprendra que le corps sans vie d'une étudiante fut découvert le veille de notre arrivée.
Au cours de l'aventure la tension ne baissera pas car nos points de vie s'envoleront très vite, comme dans un jeu vidéo et nous redouterons en permanence la prochaine attaque du boogeyman qui nous tuera à coup sûr. Personnellement j'ai eu l'impression de jouer à Resident Evil ou à Silent Hill, avec un seul point de vie à me dire que le prochain coup me tuera. D'où l'importance de rechercher les potions de soin et de bien gérer son inventaire.

Il s'agit du livre-jeu avec la plus grande rejouabilité grâce à ces aspects combinés. En effet, tout nous poussera à recommencer encore et encore la lecture pour survivre au tueur, trouver le meilleur chemin, récolter tous les objets et surtout découvrir les moindres recoins de l'université, pour épuiser toutes les possibilités du livre.

Le livre est bourré de clins d'oeil et d'hommages à toutes la pop culture (films et jeux vidéo), et ce dès les premières pages. On y retrouve des références aux plus grands films d'horreurs dans les noms des lieux (Diamond Lake / Loomis), les armes (tronçonneuse), les reliques (masques de Vendredi 13 et Hallowen, Necronomicon) et les situations: home-invasion, partie dans les bois.
On pense à tous les vieux "Slashers" des années 80 et 90: "Scream" de Wes Craven ou "The Faculty" de Robert Rodriguez, plus toutes les autres que vous vous amuserez à reconnaître.
Personnellement en lisant une partie dans un Mobile-Home, j'ai pensé à "The Hills Have Eyes" de Wes Craven.
On peut également s'amuser à chercher des hommages dans les illustrations.

L'influence des jeux vidéo se fait sentir dans la structure du jeu, avec les différents embranchements et j'ai eu l'impression de lire un jeu vidéo d'horreur, tel "Resident Evil" ou "Clock Tower" sur Super Nintendo (pour les plus vieux).
J'ai également pensé à "Silent Hill" pour les objets à collecter pour les parties suivantes (armes) et pour les différentes fins (quatre dans les Silent Hill).
D'ailleurs j'ai beaucoup aimé l'illustration de la Megadrive trois boutons.

Il se déroule de nos jours, comme "Le manoir de l'enfer " de Steve Jackson, qui était contemporain dans les années 80.

Il n'y a pas vraiment de comparaisons avec la série "Epouvante" ou les "Les Portes Interdites" car l'horreur était vraiment gentillette.  

Si je ne me trompe pas, je pense que l'auteur, et j'imagine l'illustrateur, ont du être rôlistes, voire des amateurs de "Jeux de Rôle Grandeurs Nature" ou  de "Murder Party", comme moi.


Analysons maintenant le livre en lui-même, puis l'aspect "jeu".

Le livre en lui-même est très beau et épais: la qualité de la couverture est très bonne.

Nous avons le choix entre deux couvertures: une qui rappelle les slashers des années 80, avec le tueur encapuchonné et le reflet du visage de sa victime dans son couteau, comme sur les jaquettes des cassettes dans les vidéo-club.
La seconde couverture rappelle les slashers des années 90, tels "I know what you did last summer" (souviens-toi l'été dernier).

Nous avons ici un papier de qualité supérieure avec du papier glacé épais qui ne bavera pas, ne se décollera pas et ne jaunira pas avec le temps.

La tranche ne se cassera pas, contrairement à nos bons vieux Gallimards.

L'ouvrage doit peser plus de 460 grammes et tient bien en main

L'impression est parfaite car tout est net, clair et sans bavures.

La casse est très bien choisie et le noir des lettres ressort parfaitement sur le blanc éclatant des pages, ce qui rend la lecture aisée.

J'ai déjà dit que les illustrations sont très belle et la qualité de l'impression fait que tous les détails sont visibles.


Après le livre en lui-même, intéressons-nous au contenu.

Au début du livre se trouvent les règles, avec la présentation des quatre caractéristiques qui ont chacune un véritable intérêt.

Tout d'abord les points de vie: nous commençons l'aventure avec un total de seulement 6 points.
Sachant que l'on perd 2 points de vie à chaque assaut perdu, inutile de vous dire que l'on meurt très rapidement en cas d'affrontement, et très souvent au cours de l'aventure. Oubliez les Défis Fantastiques et leurs héros dotés de 24 points d'endurance.
Heureusement, pour contrebalancer, nous aurons la possibilité de récupérer des points de vie au cours de l'aventure.

Ensuite les points de combat: nous commençons l'aventure avec 0 points et ce sont les armes que nous trouverons qui nous donneront des points.
Le montant de ces points variera en fonction de l'arme trouvée.
J'ai trouvé ce point original.

La Témérité: Au début de l'aventure notre témérité est à 0 et elle augmentera en fonction de nos décisions.
Cette caractéristique à une vraie utilité et disons qu'il vaudra mieux se montrer courageux lorsque le choix nous en sera donné.

L'abstinence: nous commençons avec six points d'abstinence et chaque action la fera diminuer rapidement.
On peut boire, fumer, se droguer et avoir des relations sexuelles tout au long du roman, malheureusement cela fera baisser nos points.

Ensuite nous avons la présentation des objets qui se divisent en deux groupes: les armes et les soins, avec les explications pour les utiliser.
Dès ce moment on commence à reconnaître les clins d'oeil, avec notamment de l'humour dans les descriptions des armes: tronçonneuse, hache.

Ensuite nous avons la présentation des règles de combat: les règles standards et les confrontations spéciales.
Ici, nous avons un système additif simple comme dans les "Défis Fantastiques".
Nous lançons un dé dont nous multiplions le résultat par deux pour avoir le "score d'assaut de notre adversaire" (comme la "Force d'attaque" dans les Défis Fantastiques")
Puis nous comptabilisons nos points de combats, nous additionnons les points offerts par nos armes et nous lançons un dé: si notre total est supérieur au "score d'assaut de notre adversaire" nous lui échappons.
Si notre score est inférieur, nous perdons l'assaut, perdons deux points de vie et recommençons jusqu'à lui échapper ou jusqu'à ce que nous mourrions.

Le point positif, à mon sens, est que les combats sont très courts. Très très courts: au moins l'affaire est rapidement pliée.

Pour les confrontations spéciales les règles seront différentes mais elle seront directement expliquées dans le corps du texte.
 
Ne vous attendez point à retrouver le systèmes des "épreuves alternées", comme dans les "Quêtes du Graal" ou la "Voie du tigre".

Ensuite nous avons la présentation des objets mortels et des reliques dont j'ai déjà parlé plus haut.

Puis la carte du livre, en noir et blanc, que Xavier Desbarats a déjà indiqué sur ce forum mais en couleurs.

Fiche d'aventure

Fiche de confrontation

Table sanglante: elle se destine à ceux qui jouent sans dés et nous avons uniquement à fermer les yeux et à pointer un doigt, comme dans les "Loup Solitaire".

Article de presse. Cet article de presse nous met directement dans l'ambiance car il nous apprend que le corps sans vie d'une jeune étudiante de deuxième année a été retrouvé, dans les bois, à proximité du lac qui jouxte l'université, la veille de la rentrée universitaire.

Première illustration menaçante en noir et blanc.

Belle introduction de sept pages qui plante le décor en racontant notre arrivée sur le campus, après cinq heures de voyage en voiture avec nos parents.

Sitôt largués sur le campus nous nous faisons prendre en main par une étudiante de deuxième année puis 4 choix s'offrent à nous: à partir de là notre aventure va commencer.


Au niveau des points un peu plus faibles:

SPOILER:
Pour coller à l'ambiance des slashers, pour arriver aux meilleures fins, tous les choix doivent être "moraux": il faut refuser de boire, refuser de fumer, refuser de se droguer et surtout (pire) refuser de faire l'amour, ce qui est particulièrement frustrant, vous en conviendrez. Ces choix s'expliquent par une logique "Slasher" et une logique survie: si nous sommes drogués ou ivres, nous sommes engourdis, tant physiquement que mentalement et nous perdons en lucidité et devenons une proie facile pour le tueur.
Néanmoins j'aurais aimé que nous la possibilité de boire, fumer, nous droguer, faire l'amour et quand même arriver aux meilleures fins, comme dans la vraie vie.
FIN DU SPOILER

Parfois, (rarement) les choix proposés ne sont pas intuitifs: un choix peut nous faire continuer l'aventure ou nous faire tuer rapidement, alors que les deux apparaissent aussi "logiques" l'un que l'autre. Il n'y a alors pas d'autre solution que d'apprendre et recommencer.
SPOILER: cacher un corps dans une armoire ou dans un lit. Les deux choix se valent mais la suite du jeu sera complètement différente.
Fin du SPOILER.

D'autre fois, les choix proposés sont étranges: "NOUS" lecteurs savons que nous lisons un "livre-jeu", qui se déroule dans un univers de "Slashers" MAIS notre personnage ne le sait pas.
SPOILER: au début d'une aventure, après que nous avons découvert un cadavre sanguinolent, on nous propose soit d'essayer de prévenir tout le monde, soit de participer à une soirée, comme si de rien n'était.
FIN DU SPOILER

Egalement les réactions des autres personnages ne sont pas toujours naturelles.
SPOILER: après avoir découvert un cadavre, un personnage va déclarer "heureusement elle n'a pas gâché la fête" ce qui n'est pas du tout une réaction normale en présence d'un cadavre.
Etait-ce pour coller au mieux aux vrais Slashers, dans lesquels les réactions des personnages n'étaient pas toujours les plus logiques ou les plus intelligentes?
Fin du SPOILER

Quand comme moi, vous aurez recommencé le livre des centaines de fois pour en explorer tous les moindres recoins et que vous aurez débloqué tous les bonus, je dois avouer que j'ai parfois été déçu par les motivations des tueurs.
SPOILER: notamment un échappé de l'asile qui entend des voix qui lui ordonnent de tuer tout le monde", car c'était bien trop classique. FIN DU SPOILER.

J'ai également relevé des petites erreurs.
Dès la troisième page dans "la balance de témérité", à la troisième ligne, "l>ouvrage" au lieu de "l'ouvrage" avec une apostrophe.

A la sixième page dans "Déroulement d'une confrontation standard" à la troisième ligne : "san glante" sur deux lignes, sans le trait d'union, au lieu de "san-glante".

A la huitième page, dans "Objets mortels", à la quatrième ligne: "ré-fé-rencer" avec deux traits d'union, au lieu de "ré-férencer", avec un seul trait d'union.

J'ai également relevé une petite incompréhension: à la douzième page se trouve la "fiche d'aventure" qui comporte le nom de l'étudiant, les points de vie, les points de combat, les points d'abstinence, la balance de témérité, les armes et les objet de soin.
Or, dès la deuxième page de l'introduction, à la seizième ligne est écrit: "si ce n'est déjà fait, inscrivez votre nom, votre prénom ainsi que votre sexe sur la "feuille de route" de votre personnage".
Pourquoi la "fiche d'aventure" des règles devient-elle une "feuille de route" six pages plus loin?
Et je n'ai pas trouvé de mention "sexe" sur la "fiche d'aventure": incompréhension entre l'auteur et l'illustrateur? Manque de communication?

Une suggestion: je pense qu'il s'agit du premier livre, tous genres confondus, qui ne comporte pas de numéros de page en bas.
Je viens de vérifier et même dans les vieux Gallimards les pages étaient toujours numérotées, ce qui facilite la navigation, encore plus essentielle dans un LDVELH, où nous passons notre temps en naviguer entre les pages et à revenir en arrière.


La réception du livre et le public ciblé.
J'ai bien compris et Xavier Desbarats l'a dit par ailleurs, le livre s'adresse à un public nostalgique des LDVELH ou amateur d'un contenu plus explicite.
Je suis clairement dans la cible car j'ai grandi depuis les années 80 et, à mon âge, le fan de films d'horreurs et de jeux vidéo que je suis, n'a pas été choqué par le livre et les descriptions des meurtres, ou les dessins particulièrement réalistes.
Je n'ai pas été gêné par les scènes de sexe, ou leurs représentation MAIS j'essaie toujours de me mettre à la place des autres et ce livre n'est clairement pas à mettre entre les mains des enfants (de toute façon le livre n'a pas été PENSE pour eux et n'a pas été FAIT pour eux) et tout simplement celles des lecteurs ou des lectrices qui n'aiment pas le gore ou l'horreur. Eux/elles pourraient être mal à l'aise.

Ne vous laissez pas rebuter par ces "menus" points que je viens d'évoquer et foncez lire ce livre car même si vous ne connaissez pas l'univers des slashers, vous ne pourrez vous empêcher de le dévorer et de le recommencer encore et encore pour en explorer les moindres recoins.

DERNIER PLUS GROS DEFAUT DU LIVRE: une fois que vous l'aurez lu, TOUS les autres vous sembleront fades et n'être que des One-True-Path.

Pour son premier livre jeu, Monsieur Sanchez a écrit LE CHEF-D'OEUVRE de tous les LDVELH.


Dernière édition par oriounga le Ven 20 Mai 2022 - 11:12, édité 4 fois

Lowbac, Vesper et MadXav aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
MadXav
Fantassin
Fantassin



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 60
Age : 46
Loisirs : Dessin, cinéma
Date d'inscription : 12/05/2021

Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video Empty
MessageSujet: Re: Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video   Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video EmptyLun 2 Mai 2022 - 8:28

Grand merci pour ce texte très riche, construit et dithyrambique !
L'équipe est super contente, on débouche le champagne !
J'ai bien évidemment partagé sur mon facebook, avec à la clef la publication de l'une des illustrations qui illustre l'aspect "anatomique" que tu évoques : https://www.facebook.com/XavierDesbaratsDrawing/photos/a.2016329101780349/5030262073720355/

Et bien sûr, pour répondre à la question, j'étais rôliste dans mes vertes années. Warhammer, JRTM, Hawkmoon, Stormbringer, Berlin XVIII, Call of Cthulhu...
Encore merci !!
Revenir en haut Aller en bas
 
Un slasher dont vous êtes le héros - Pulse Video
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Slasher dont vous êtes le héros
» aventure vidéo zombiesque dont vous êtes le héros !!!!
» HEROS N°3 : la revue dont VOUS êtes héros est sorti !
» HEROS : la revue dont VOUS êtes héros
» La Culture Dont Vous Etes le Héros 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Livres dont Vous êtes le Héros :: Critiques :: Critiques des autres Livres-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit