La Taverne Des Aventuriers
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


L'antre des passionnés de
Livres dont VOUS êtes le héros
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-22%
Le deal à ne pas rater :
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming 23,8″ Full HD
139.99 € 179.99 €
Voir le deal

 

 Wakiza

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
Lowbac
Aventurier de l'Infini
Aventurier de l'Infini
Lowbac


Masculin
Poissons Chèvre
Nombre de messages : 14341
Age : 45
Localisation : Angers
Profession : Employé commercial
Loisirs : Lectures, Commerce, Angers Sco
Date d'inscription : 03/01/2011

Wakiza Empty
MessageSujet: Wakiza   Wakiza EmptyLun 4 Juil 2022 - 11:04

Wakiza de Lionel Cruzille (108 §) ouvre la collection de livres-jeux lancée en 2021 par l'éditeur l'Alchimiste. & il est à noter que c'est adapté d'une des nouvelles de l'auteur lui-même.

Aucunes règles hormis par endroits d'avoir un procédé de choix qui consiste à penser à un chiffre entre 1 et 6 avec deux directions permises : celles au moment du chiffre en tête de 1 à 3 ou de 4 à 6. En équipement une lampe torche militaire qui quoi qu'il arrive nous sera donnée pour éclairer notre angoissante progression dans une grande maison victorienne le terrain de jeu d'un puissant démon (principale partie du bouquin) : le wendigo qui a pris la place de l'ancien propriétaire pourri jusqu'à la moelle.

Certes, l'exploration des pièces au nombre de six ainsi que le face-à-face avec le wendigo peuvent être source d'échecs sauf que nous nous en relevons toujours ramené alors dans le hall pour repartir visiter les pièces, certaines plus d'une fois, en quête de tuyaux pour battre le monstre, en sachant que nous ne sommes pas les seuls qui nous retrouvons dans cette bien étrange maison bostonienne jouet du temps. Ainsi donc le fait qu'aucun game over ne vienne sanctionner nos échecs casse petit à petit l'excitant challenge de vaincre un terrifiant wendigo l'auteur n'ayant pas son pareil pour planter une atmosphère digne d'un film d'horreur tel que Sinister auquel je songeais en lisant Wakiza.

Voici un roman interactif qui tire plus du côté du livre que du jeu comme cela est rappelé dans les pages de présentation de l'ouvrage. Un demi-échec à mes yeux tant le ludisme aurait mérité plus d'essor que ça. Et, nous finissons par un paragraphe de fin de 11 pages calculées ( Exclamation ) parmi les plus longs lus jusqu'à maintenant qui ramène à la lecture pure alors que l'équilibre avec toutes les facettes du jeu (succès ou défaite) est souhaitable par la suite pour la collection.

09,5/ 20 pour saluer l'effort de proposer autre chose dans le paysage des livres-jeux gâché par la part en fait congrue de ludisme.

EDIT :
Initialement noté 12 sauf qu'avec le recul ce n'est décidément pas un livre-jeu qui fera date.
Et franchement lui mettre le moyenne ce n'est juste pas possible pour moi tellement que la relecture n'est pas envisageable du fait que tout le petit charme du début est cassé par le long épisode dans la maison soporifique par moments.


Dernière édition par Lowbac le Sam 27 Aoû 2022 - 18:24, édité 4 fois

Vesper aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
MarkTwang
Maître d'armes
Maître d'armes
MarkTwang


Masculin
Nombre de messages : 882
Localisation : Paris-Granville
Date d'inscription : 30/04/2016

Wakiza Empty
MessageSujet: Re: Wakiza   Wakiza EmptyMar 2 Aoû 2022 - 23:29

Wakiza est un thriller mystico-chamanique et horrifique.

Passée une courte entrée en matière, l’essentiel de l'aventure se déroule en huis-clos. Hélas, j'ai trouvé que la mise en scène de l’espace reste embryonnaire alors même que le style, recherché certes, est un peu trop artificiel et pèche par emphase. Outre plusieurs petites lourdeurs et quelques fautes de logique ponctuelles — je ne vois pas en quoi des persiennes qui ne tiennent « que par leurs gonds » seraient un signe de décrépitude par exemple ; ou pourquoi la présence d’un meuble recouvert de poussière et l’autre non offrirait une vision « de pure folie » — il y a surtout, à mon goût, un défaut dans la mise en condition du lecteur qui m’a empêché d’entrer en résonance avec l’état psychologique abondamment décrit. Chose étonnante, le personnage n’est véritablement développé qu’a l’épilogue. Celui-ci est un sorcier qui rappelle vaguement John Constantine de Hellblazer par sa familiarité avec le monde des esprits et un relatif détachement vis-à-vis de la plupart des entités maléfiques qui hantent la vie des humains; il se montre toutefois plus empathique grâce à l’influence de son maître Ousaméquin, mais son monologue intérieur manque de profondeur.

Wakiza est essentiellement la ludification d’une nouvelle, sans règles ni caractéristiques, mais elle est inaboutie et n’a pas été suffisamment mise à l’épreuve avant publication. La circulation dans la maison manque parfois de fluidité et de naturel ; d'après les descriptions, on a l’impression de naviguer dans les méandres du Manoir de l’Enfer alors qu’on n'a finalement que quatre pièces et un escalier donnant sur un hall. L'enquête est réduite à une exploration mais sans véritable défi (même si on peut y trouver la mort de plusieurs manières) l'histoire avançant par elle-même et la psychologie du personnage étant déjà fixée. L'affrontement final sera résolu par l'alignement des informations issues de deux rencontres, dont l'une m'a été divulgâchée dans les choix proposés pendant l'exploration.

J’apprécie l’intention, assez longuement détaillée en présentation de la collection, de renforcer la part littéraire, et il y a quelques beaux passages assez bien écrits, mais je pense que le résultat n’est pas à la hauteur. Le mélange 80 % récit / 20 % jeu plaira sans doute à un certain lectorat mais ne m’a pas totalement convaincu à la fois par un manque de maîtrise du style et par la fragilité de la part ludique. Quant au livre lui-même, s'il est agréable à tenir en main avec la finition gommée de la couverture et le beau papier légèrement ivoire, à 15,50€ le livre de 108§ - avec des illustrations anecdotiques - le rapport qualité-prix n’est pas vraiment bon. Cela est néanmoins assumé dans une politique d’impression à la demande revendiquée comme écologique et localisée que je peux comprendre.

Si vous aimez ce type d'ambiance gothique et chamanique, et si vous pouvez vous l'offrir, il vous fera passer un moment plutôt agréable. En tout cas il n'a pas complètement rempli mes attentes.


10/20

Lowbac, Vesper et jbossu aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
https://www.instagram.com/marktwangfr/
jbossu
Apprenti
Apprenti



Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 30
Age : 47
Localisation : Aube
Loisirs : Metal, Jeux Vidéo, voyages
Date d'inscription : 16/08/2022

Wakiza Empty
MessageSujet: Re: Wakiza   Wakiza EmptyDim 11 Déc 2022 - 22:24

Hum, comment dire !

Je ne peux que me ranger aux cotés de Lowbac et MarkTwang sur ce bouquin...

Le livre part sur de bonnes bases mais dès que l'on commence à fouiller la maison, la magie n'opère plus car on se lasse vite du hall dans lequel on revient souvent.

Il ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Je mets 10/20, car j'ai quand même passé un bon moment.

Lowbac et Vesper aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Wor
Maître d'armes
Maître d'armes
Wor


Masculin
Verseau Cochon
Nombre de messages : 939
Age : 40
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 28/01/2009

Wakiza Empty
MessageSujet: Re: Wakiza   Wakiza EmptySam 29 Avr 2023 - 3:29

Un livre jeu de 108 paragraphe, sans règle du jeu.
Le scénario est une obscure histoire de sorciers, rêves occultes, esprits et démons. C'est assez nébuleux, et pas tellement passionnant il faut bien le dire.
L'auteur nous fait tourner en rond dans une sorte de manoir ou on visite plusieurs fois les mêmes lieux, et c'est assez ennuyeux , les descriptions sont longues pourtant mais quelque peu illogiques, vide de sens. On finit par arriver à l'affrontement final qui est pas bien difficile surtout qu'on a plusieurs chances.

En bref ce livre pêche au niveau du style qui est pour le moins opaque et de l'aspect jeu, on tourne en rond longtemps avec des retours en arrière, tout ça pour pas grand chose. Une déception.

Note : 7/20

Lowbac aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Aronaar
Guerrier
Guerrier
Aronaar


Masculin
Nombre de messages : 91
Localisation : Entre les Plans
Profession : Liche cynique
Date d'inscription : 04/11/2017

Wakiza Empty
MessageSujet: Re: Wakiza   Wakiza EmptySam 29 Avr 2023 - 19:26

Aronaar a écrit:
Les éditions L’alchimiste souhaitent s’enorgueillir, dans le monde du livre-jeu, d’une pluralité de thèmes, après le guère enthousiasmant Les décombres du monde optant pour le fantastique et un sens du merveilleux dilué, nous restons dans la même grande catégorie, en y ajoutant une claire couche de surnaturel.
Wakiza n’est en effet que l’adaptation d’une nouvelle du même nom dans le recueil Sorciers du même auteur, nous proposant d’incarner un guerrier spirite pour purger une maison de l’esprit cruel la hantant- le tout avec une saveur de mystère à percer, de traversée d’un monde au-delà du réel.
Etes-vous prêt à partir à la chasse au Wendigo, ami Lecteur ?
Pour en avoir le cœur net, chaussez vos meilleures bottes de randonnée onirique et allons nous perdre dans cette demeure céans.

Ou presque céans : restons encore quelque peu dans le monde réel pour parler un brin de cette collection.
L’ambition est de rendre hommage au genre des LDVELH tout en lui apportant un renouveau, avec une quarantaine d’années au compteur, gageons en effet qu’il y a la place pour des idées nouvelles.
Cet hommage s’axe autour d’un principe bien défini : faire la part belle à la narration et aux dialogues.
Lorsque l’on songe aux ouvrages d’antan, notamment les séries classiques comme les Défis Fantastiques, il est vrai que les dialogues tirent souvent la courte paille : ou bien ils sont très peu présents, ou ils sont ramenés au style indirect, ou même les deux.
Bien sûr, lorsqu’on traite d’exploration de donjon malfamé, l’occasion de converser n’est pas toujours dans les priorités, enfin, l’aspect restait fréquemment chiche et les PNJ, des figurants rapidement expédiés.
On peut donc se réjouir d’une telle volonté, tout en prenant bien en compte cette autre velléité :
« Nos choix ont été guidés par une volonté de rendre à ces livre-jeux une dimension plus proche du livre que du jeu, tout en gardant une certaine fluidité et une lisibilité de type choix interactif. »
Voilà qui est on ne peut plus avéré. Si, dans les productions de ce nouveau millénaire, on a déjà rencontré des systèmes de jeu minimalistes (confère notamment la collection Le vrai chemin, par Poséidonia) ici, il reste le substantiel cœur, l’inaliénable dénominateur commun : le choix du paragraphe.
Oubliez les dés, le crayon, la gomme et les règles ! Tout au plus nous indique-t-on que si l’on venait à trépasser (ce qui ne peut pas arriver dans ce roman à choix multiples) on peut revenir directement au début (activité fort peu prisée) ou bien simplement revenir en arrière.
Inutile de baisser les yeux, ami Lecteur, tout le monde dans l’assemblée sait pertinemment que presque chacun d’entre nous a pratiqué au moins une fois le retour éclair « ah mais je me suis trompé de paragraphe ! ».
Ceci étant posé, nous sommes libres de gloser sur Wakiza, mot signifiant par ailleurs « guerrier déterminé ».
Le propos de départ semble assez simple. Vous incarnez le personnage éponyme (pour une narration à la première personne, chose assez rare pour être notée et qui amplifiera le sentiment de malaise sur lequel nous reviendrons) qui émerge d’un songe agité, duquel ressort notamment le nom d’une rue.
Tout n’était pas clair dans le rêve, Wakiza n’arrive pas à déterminer ce qu’il en est vraiment, s’il est peut-être sous l’emprise d’un mage noir, ce qui mène au premier et dernier réel embranchement de l’ouvrage : choisir d’aller voir votre mentor, Ousémaquin, ou pas.
Vous n’aurez, quelle que soit votre décision, pas l’occasion de lui parler et vous finirez par aboutir dans la maison hantée de Walnut Street (sise dans le Boston des années 50), la divergence la plus significative est la voie vous menant aux archives de Boston et permettant d’en apprendre un peu plus sur la demeure, y compris d’en avoir un plan (lequel, cela dit, ne vous sera pas forcément d’une grande utilité).
Le reste des paragraphes, d’un côté comme de l’autre, entretient un sentiment de confusion, de flou, même si le fil rouge de la mission d’exorcisme demeure dans de brouillard.
M’étant un peu renseigné sur l’auteur, qui a bien d’autres ouvrages non ludiques à son actif (dont un sur l’alchimie des énergies, celles-ci étant largement abordées durant l’aventure), ce côté nébuleux semble faire partie de sa marque de fabrique et il imprégnera la plupart des paragraphes à traverser…

En effet, une fois dans le logis malsain, vous n’aurez de cesse et de tourner en rond comme si vous étiez le prisonnier d’un faux labyrinthe éthéré, revenant encore et encore à un paragraphe (ou d’autres très similaires) vous proposant à nouveau de vous rendre dans l’une des pièces du bâtiment.
Selon que vous ayez visité telle ou telle section antérieurement, ou bien si vous avez déjà essayé (ou êtes parvenu) à entrer dans une des pièces, le paragraphe de destination ne sera pas le même, tandis que vous aurez presque toujours l’impression qu’une ombre malfaisante épie vos efforts désordonnés avec un sourire carnassier.
Notre encéphale en vient à être pris dans une gangue d’incertitude, un méli-mélo de signes nous faisant douter de la réalité des choses et pouvoir réellement progresser dans cette ordalie hors du temps.
Les ferments d’un véritable cauchemar dont on ne serait que trop heureux de se débarrasser ? Pas tout à fait. Il n’y a pas là, contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre dans un LDVELH classique, une séquence plus ou moins absconse qu’il faudrait déchiffrer à l’aide d’indices plus ou moins obscurs.
Avec un minimum de détermination, vous allez finir par dénicher l’endroit où le Wendigo vous attend pour la confrontation et peu importe que vous ayez compris (ou que vous vous souveniez) de la technique de combat pour le vaincre.
Il y a bien une section du livre qui vous interroge sur le nombre de fois où vous avez échoué… Mais même si vous avez été défait par trois fois, le Grand Esprit (ou Lionel Cruzille, au choix), dans sa mansuétude infinie, vous fera revenir en arrière pour que vous puissiez repartir à l’assaut.
L’épilogue, quant à lui, ne changera nullement que vous réussissiez du premier coup ou non.
Pour ce qui est du mystère qu’on nous fait miroiter en quatrième de couverture, il cesse rapidement lorsque vous êtes plongé dans la maison de Walnut Street : un petit tour à la cave et un esprit ne sera que trop heureux de vous expliquer l’histoire de la famille ayant possédé le domaine auparavant, expliquant par là-même pourquoi le Wendigo, esprit symbolisant entre autres l’avarice, est venu faire du airBNB à perpétuité dans le coin.
Pour ceux qui sont déjà habitués à cet élément du folklore amérindien, il n’y aura pas de grande surprise devant cette mise en scène de l’esprit maléfique.

https://i.servimg.com/u/f16/20/45/40/75/wa10.png
Une petite illustration pour vous donner une idée. Le livre en est peu pourvu (et celle-ci n’en fait pas partie), néanmoins elles contribuent à renforcer l’ambiance malaisante.

L’autre facteur empêchant de réellement nous plonger dans une boucle perpétuelle à briser (comme on peut en avoir un exemple dans le jeu horrifique, plutôt réussi, Cat in the box) est la taille du livre-jeu : pour environ 116 pages, on comptera 108 paragraphes.
Difficile de tourner en rond très longtemps et à l’instar des Décombres du monde, la structure du tome ne nous offre guère d’incitations à la relecture, du moins, pas plus que pour un livre « normal ».
L’avantage ici est que le manque de répercussion dans les choix est assumé, une constituante de l’expérience proposée.
Par ailleurs, on sent clairement que l’auteur a déjà de l’expérience (et qu’il se base sur une nouvelle déjà existante) : le vocabulaire et le niveau de langage sont plus soutenus que la moyenne des LDVELH ; il détaille avec force éléments le background de Wakiza, ses impressions, ses sensations, sa volonté sans faille de mener sa mission à bien.
En ce sens, la première personne est un excellent choix qui aide à se mettre dans la peau de celui ayant déjà affronté des démons par le passé, contribuant à nous entraîner dans cet autre monde nébuleux, cette spirale étouffante qu’il faut briser à l’aide de sa lumière intérieure.
Cruzille maîtrise son thème et nous le montre clairement… Ce qui est à la fois une force et une faiblesse, pour une raison extrêmement simple : Wakiza respire la spiritualité à tous les coins de phrase, reflétant la philosophie de son auteur.
Ce qui peut être diablement polarisant : je suis conscient de mes propres biais en la matière car, sans m’adonner à la zététique, je suis plutôt sceptique de nature et tous ces concepts de spiritualité, de chemin intérieur et lumière de l’âme ont tendance à me laisser froid, je ne suis clairement pas le bon public pour ce genre d’ouvrage- malgré toutes les qualités littéraires de ce dernier, le plaçant bien des coudées au-dessus de la moyenne des livre-jeux.

Pour autant, on peut à nouveau se poser la question suivante : l’appareillage ludique est-il bien pertinent pour ce récit ?
J’aurai tendance à répondre par la négative. C’est un outil utilisé à bon escient dans le cadre de la courte boucle constituant le plat principal du livre, le reste ne prend guère puisque l’embranchement proposé n’est pas très déterminant, la gestion des objets est quasiment inexistante, la longueur est faible.
A deux reprises on vous demandera de choisir un chiffre en 1 et 6, ce qui ne présente aucun intérêt par rapport à un jet de dés, sauf nous épargner l’effort d’en avoir à disposition.
Lorsqu’on voit toute la fluidité permise par un système comme celui de la série Destins (pas de combats, des compétences pour une feuille d’aventure non-invasive, pas de jets de dés et un inventaire à prendre en compte) la volonté, louable, de laisser une lisibilité idoine est insuffisante.
En dernière analyse, si le concept vous attire et pour un prix similaire, il vaudra probablement mieux vous laisser tenter par le recueil de nouvelles !

Je décerne un dreamcatcher/20 à l'ouvrage.

Wor, Lowbac, Vesper et Loi-Kymar aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Wakiza Empty
MessageSujet: Re: Wakiza   Wakiza Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Wakiza
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wakiza

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne Des Aventuriers :: Les Livres dont Vous êtes le Héros :: Critiques :: Critiques des autres Livres-
Sauter vers:  
Créer un forum | ©phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit